Page de l'histoire érotique à Lire
   PAGE D'ACCUEIL > SM > Histoire érotique : Mon initiation aux plaisirs

Mon initiation aux plaisirs

+3

Lecture : 22985 fois - Commentaire(s) : 3
Histoire de TiteSam

3 vote(s)
Vous avez aimé ce récit érotique ?

Font chier les mecs !

Hier soir, je me suis faite traiter de salope par un gros connard. Tout çà parce que je ne voulais pas baiser avec lui. Bon, peut être que je n'aurais pas dû lui dire qu'il ne me disait rien et que j'avais d'autres projets plus attrayants. Sur ce, il m'a traitée de salope. Pas : grosse salope mais salope quand même (Bon, j'avoue l'avoir allumé juste un peu).

Dire que j'ai voulu le ménager, ce gland ! Mais je ne pouvais tout de même pas lui dire que je le sentais un peu nul et que de toutes façons, j'avais une mission à faire prochainement, beaucoup plus alléchante et plus compliquée.
Pareil, comment lui avouer que ce genre de relation ne m'apportait rien puisqu'elle aurait été le résultat d'une soirée hasardeuse et arrosée. De toutes manières, je ne couche jamais sans l'avis de Niba ou Safi.

Et puis, les filles, vous serez d'accord avec moi, non ?
Un mec qui saute sur tout ce qui bouge, c'est un vrai mec, un Don Juan ; une fille qui a envie de se faire plaise avec qui elle veut, quand elle veut et combien de fois elle veut : c'est une salope !
Te faire traiter de salope en bas des blocs, c'est devenu le quotidien des meufs ; mais de la part d'un mec qui sort des beaux quartiers, y a de quoi flipper.

Et puis salope ! Et alors, c'est mon cul après tout, j'en fais ce que je veux, pas vrais!? Bon, ok, il y a 2 ans, je n'étais pas comme ça, je sortais d'une pension de jeunes filles. Tout ce qu'il y a de très correct. Mais depuis…

Ah oui, bonjour ! Faut quand même que je vous dise que je suis Sam, enfin Samantha, mais tout le monde m'appelle Sam (et je préfère). J'ai 20 ans. Je suis en France depuis l'âge de 16 ans. Mon père était militaire à Djibouti, c'est là qu'il a connu ma mère qui venait d'Erythrée. Je suis donc métisse : teint caramel clair, cheveux frisottés noir (maintenant coupés courts).
Mais dieu merci, j'ai hérité des yeux verts de mon père. Sans être belle, le mélange est assez réussi si j'en crois le regard des mecs. On dit de moi que j'ai le cul rebondi d'une black avec des petits seins en forme de pommes (enfin pas si petits que ça) et des tétons saillants. C'est sans doute pour cette raison, que j'aime regarder les meufs qui ont de grosses doudounes ; je les envie.

Après le décès de ma mère, mon père m'a envoyé en France pour me placer dans une pension jusqu'à l'âge de 18 ans. Il n'avait pas le temps de s'occuper de moi.

A deux mois de ma sortie pour ne pas dire libération, la directrice du centre m'a appris le décès de mon père (saloperie de cancer). Je ne savais pas où aller, je ne connaissais personne en France. Pire, je n'avais pas envie de repartir à Djibouti non plus. Quant à retourner au village de ma mère… Surtout pas quand on sait comment ils traitent les nanas là-bas !

Aussi, la directrice m'a trouvé une place de vendeuse dans un magasin de lingerie féminine dans le sud de la France. C'est là que j'ai rencontré pour la première fois ma patronne : Safi. Elle est zaïroise comme son mari mais avec une peau un peu moins foncée.

Comme j'avais l'air complètement paumée, c'est ça qui a fait qu'elle m'a eue très rapidement à la bonne. Je l'ai tout de suite enviée : sa démarche sensuelle, sa belle poitrine et sa façon de s'habiller sexy. Sûr que les mecs, ils devaient bander dans leur frocs, dès qu'ils la croisaient !
J'ai aussi fait la connaissance de son mari : Niba, pur zaïrois, un colosse noir comme du charbon. J'avais l'impression de retourner en Afrique !
Niba est le patron d'un boîte qui vend du matériel électrique de précision (de quoi… je n'ai toujours pas compris)

Tout se passait bien au magasin, j'adorais ce Job et la première vendeuse m'aimait bien aussi. C'est elle qui s'occupait la plupart du temps du magasin car ma patronne s'absentait souvent pour aller acheter des articles chez les grossistes ou voir les nouvelles collections.

Au bout de 3 semaines, ils m'ont proposé de m'héberger chez eux et en contrepartie, je devais aider Safi dans les tâches ménagères et m'occuper du chien. C'était sympa quoique le chien, au début…
Mais je peux vous dire que je n'ai pas hésité une seconde. C'était çà ou rester dans cet hôtel miteux. Puis, au fil du temps, je suis restée plus souvent à la maison, ne faisant que des remplacements au magasin.
Si je n'avais pas rencontré Niba et Safi, je serais sans doute une nana bien sage, j'aurais sans doute un petit copain de mon âge, boutonneux et je serais coincée du cul comme beaucoup de meufs de mon âge… sans doute.
Mais j'ai croisé leur route et… et je ne serais pas en train de magouiller ce plan de barge imaginé par le mari de ma patronne. Mais ceci est une autre histoire et je verrai bien le moment venu.

Comment en suis-je arrivée là ?
Bah à 18 ans, je n'étais pas bien dégourdie ; la preuve, j'étais encore vierge et je connaissais les choses du sexe aussi bien que la mécanique auto !

Quand ma patronne m'a vue arriver au magasin la première fois, il y a 2 ans, j'ai bien cru qu'elle allait tomber dans les pommes ! Faut dire que question habillement, c'est pas à la pension de jeunes filles que j'allais apprendre. Si la directrice apercevait ne serait-ce qu'un genou, elle pétait un plomb ! Aussi, j'avais l'habitude de m'habiller comme un sac.

Aussi sec, Safi m'a pris par la main et m'a emmenée chez sa copine qui tenait un magasin de fringues.
Je me suis vite fait retrouvée avec une nouvelle garde-robes plutôt branchée. Oh pas de Jeans : interdit au magasin ; mais un tas de petits hauts sympa, des robes et des jupes. Elle me dit que je la rembourserai plus tard… 2 ans après, je n'ai toujours rien versé !
Plus tard, c'est son mari qui m'a aussi acheté des fringues et des dessous, beaucoup plus sexy mais c'était plus pour lui que pour moi, si vous voyez ce que je veux dire… sans que sa femme ne râle d'ailleurs, au contraire.

Quand je me suis installée chez eux, ils m'ont donné une petite chambre juste à côté de la-leur. Les premiers soirs, c'était calme mais je n'étais pas très rassurée à cause de leur gros clébard qui se baladait dans le couloir. J'en avais un peu peur car il m'arrivait presque à la taille. Après, je me suis habituée et maintenant on s'adore (ce qui n'est pas étonnant…). Puis, une nuit, j'ai entendu Safi gémir et crier, je me suis inquiétée… au début, car après, les mots qu'elle hurlât, ne me laissèrent aucun doute sur la signification de ce qui se passait. J'étais peut être un peu gourde mais pas à ce point !

Après, je me suis habituée et j'allais même jusqu'à coller mon oreille contre le mur de ma chambre. Quand je croisais Niba le matin dans la cuisine, tandis que je préparais le petit dèj et donnais à manger au chien, je ne pouvais pas m'empêcher de mater le gros paquet qui déformait le devant de son caleçon. Lui, s'en foutait royalement ; au contraire, il semblait s'amuser de ma gêne et de mes joues rouges.
Evidemment, à force, j'ai commencé à avoir de drôles de rêves érotiques.

Puis, un soir, alors que ma patronne était partie en déplacement, je suis descendue pour aller boire un verre d'eau. La porte du salon était entrouverte et il y avait de drôles de gémissements. Piquée par la curiosité, je me suis approchée et j'ai découvert sur l'écran de la TV, une nana avec une énorme poitrine en train de se faire défoncer par un mec. C'est ensuite que j'ai découvert avec stupeur mon patron me tournant le dos. Allongé sur le canapé, le pantalon descendu, j'ai aperçu son bras qui s'activait. J'étais honteuse, gênée du spectacle pourtant je me suis approchée silencieusement ; juste un peu pour découvrir son sexe en érection. Sa queue était beaucoup plus grosse que le mec dans la télé.

C'est à ce moment là que je me suis rendue compte qu'il se branlait avec dans la main, une de mes petites culottes ! Je me suis enfuie dans ma chambre comme une folle ! N'empêche, je n'ai pas pu m'empêcher de me caresser dès que je l'ai entendu rentrer dans sa chambre, m'imaginant mille trucs cochons.
Et à partir de cette soirée, cette scène a hanté mes nuits et je me caressais. J'allais jusqu'à me dépêcher de descendre dans la cuisine, le matin, pour pouvoir entrevoir la grosse chose qui déformait son caleçon.
Quant à ma patronne, elle semblait ne s'apercevoir de rien.

Ca m'a travaillée un bon bout de temps jusqu'au jour ou Niba m'a demandé de l'accompagner pour faire quelques achats de bouffe.
Il faisait très chaud et la clim de sa camionnette était en panne. Même avec les vitres baissées, il régnait dans la bagnole, une chaleur étouffante.
La proximité de mon patron si bien bâti me rendait terriblement nerveuse. Ses cuisses qui sortaient de son short, étaient très musclées, sensuelles.
Moi, petite chose toute menue, assise près de lui, je ressentais de drôles de sensation dans ma petite culotte. J'avais les seins qui palpitaient et je sentais mes tétons se resserrer. J'étais complètement sens dessus-dessous et, pensant qu'il pourrait sentir mon trouble, j'avais le feu aux joues.

J'étais encore pucelle et au moindre assaut, j'étais prête à ficher le camp en vitesse. Et pourtant, je savais que mon minou était impatient de connaître les joies du plaisir. J'en avais tant rêvé.
Les vibrations de la voiture dispersaient en moi des ondes qui s'ajoutaient à mon excitation. J'en étais affolée et ça devait se voir.
Quand Niba a posé sa grosse patte chaude sur ma cuisse sous tension, croyant apaiser mon trouble, il n'a fait que l'amplifier.

J'ai ressenti dans mon ventre un drôle de spasme, et après, c'était comme si j'avais avalé un somnifère. J'étais dans le coton. Quand Niba s'en est aperçu, il m'a demandé, inquiet, si je me sentais bien. Un peu dans les nuages, je lui ai répondu vaguement par l'affirmative.
Peu convaincu, il me dit que nous allions nous arrêter dans le prochain village pour prendre un remontant.
Après 2 cognacs, j'étais un peu barrée. Faut dire que c'était la première fois que je buvais un truc aussi fort. Ca plus la chaleur…

Assise tout près de lui à la terrasse du café, j'avais très envie qu'il me prenne dans ses bras. J'étais folle et je m'en rendais compte mais l'alcool dans ma tête faisait des ravages.
Quand je me suis levée de ma chaise, j'ai trébuché. Aussitôt, Niba m'a pris par la taille pour me conduire à la camionnette. Je volais !!! Je sentais son corps chaud contre le mien.
On s'est assis et dès qu'il a démarré, sa main est venue se poser sur ma cuisse. Tout en s'inquiétant de mon état, ses doigts jouaient distraitement avec ma peau.
C'était divin. Je gardais mes yeux clos pour mieux profiter de l'instant.

On a fait quelques kilomètres puis il m'a dit qu'il serait plus prudent que je m'allonge un peu à l'air libre. C'est à peine si je l'écoutais.
Nous nous sommes enfoncés dans la forêt par un chemin. On s'est arrêté. Je suis sortie de la camionnette quand Niba est venu me chercher. Il avait posé à même l'herbe, une grande couverture.
Allongée sur le dos, je respirais si fort que j'étouffais. Quand il s'est penché sur moi pour me demander si je me sentais mieux, j'ai senti son souffle chaud sur mon visage.

A-t-il interprété mon gros soupir comme une sorte d'abandon? Toujours est-il que, lorsqu'il a posé ses lèvres sur les miennes, j'ai maladroitement ouvert ma bouche pour qu'il insinue sa langue. Je n'étais pas une experte en patins, mais alors pas vraiment. Il m'a roulé un baiser terrible, très mouillé de sa salive. J'ai deviné sa queue qui grossissait contre mon ventre, elle était dure comme une bouteille de Coca !
Pendant qu'il m'embrassait, j'ai senti sa main qui remontait de ma cuisse jusqu'à sous ma jupe. J'ai écarté mes jambes quand il me l'a demandé. Ses doigts ont repoussé ma culotte et quand il a frôlé ma chatte, j'ai fait un drôle de bond.

Après, je ne sais plus. D'étranges sensations sont montées en moi tandis qu'il me branlait le clito. Vague après vague, je sentais mon ventre bouillonner littéralement. Il me disait des mots sans doute tendres mais je n'entendait qu'un sourd murmure. J'ai dû crier quand il m'a pénétré de ses doigts. J'ai ressenti une étrange douleur suivi de quelque chose d'indescriptible. J'avais mal mais ça faisait aussi du bien.
J'étais comme engourdie quand il m'a retiré ma culotte. Je ne me souciais pas d'avoir ma jupe remontée sur le haut de mon ventre. Penché sur moi, j'ai senti quelque chose de dur contre mon petit sexe déjà tout humide. Il a introduit sa chose par petits coups, comme tendrement. Moi, au début, j'ai soupiré. J'avais un peu mal mais j'étais tant excitée. Puis il s'est enfoncé lentement en moi et j'ai commencé à hurler. J'avais l'impression qu'on me brûlait la chatte ; pourtant j'étais toute liquide à l'intérieur. Sans se préoccuper de moi, il s'est introduit un peu plus dans ma chatte. Je me suis mise à pousser un râle et ça a commencé à s'échapper le long de mes fesses. Voilà, c'était fait. J'étais enfin une vraie femme !

Il s'est immobilisé et à part une brûlure sourde, ma chatte semblait anesthésiée. Il m'a regardé en souriant et soudain je n'avais plus peur. Néanmoins, j'avais ressenti la douleur que je redoutais tant avant ; mais la jouissance avait été la plus forte.
Il s'est retiré de moi avec précaution et, après m'avoir laissé reposer un peu, il m'a investie de nouveau en de lents va-et-vient longs et puissants. Dieu que sa queue était grosse ! Mon ventre me faisait mal mais le plaisir me submergeait jusqu'à ce que je ressente un autre truc bizarre qui m'a fait crier si fort que j'ai posé ma main sur ma bouche. C'est à ce moment qu'il s'est soulevé. Son sperme a giclé sur moi, j'en avais plein le visage. Etonnée de ne pas être écœurée, je me suis surprise à lécher les gouttes qui se trouvaient sur mes lèvres et… j'ai aimé son goût douceâtre légèrement sucré.

Quand il s'en est aperçu, Niba a rit et m'a lancé :"Toi, je sens que tu vas aimer ça, ma petite. Allez, il est temps de rentrer. Mais on en a pas fini tous les deux".
Cela avait été un moment à la fois douloureux et merveilleux. J'ai réajusté timidement ma culotte sur ma chatte toute mouillée. Il a fallu que Niba me soutienne tant mes jambes étaient en coton.
Puis nous sommes repartis. Avant d'entrer dans la cour, il m'a dit d'aller voir le gynéco et de me faire prescrire la pilule. Quand nous sommes arrivés à la maison, Safi nous attendait. Elle a dû se rendre compte que j'étais dans les vapes mais elle n'a fait aucun commentaire et elle ne nous a même pas demandé pourquoi nous revenions sans les courses. Elle s'est contenté de me sourire amicalement en me conseillant d'aller prendre un bon bain. Il faisait si chaud…

Discrètement, Niba m'a dit :dans 3 jours. Il fallait que j'attende 3 longs jours avant que Niba me touche à nouveau.
Attente pour rien car il s'est absenté une semaine qui m'a paru durer une éternité. J'étais distraite, je merdais dans mon travail. Safi ne me disputait pas mais elle me regardais d'une drôle de façon, presque inquiète.
Quand enfin, il est revenu, j'ai dû attendre que sa femme s'absente pendant plusieurs jours. Mon dieu, pourvu qu'il reste !
Bon dieu que la journée a été interminable ! Même le chien était excité, il me tournait autour sans arrêt. J'ai dû l'enfermer dans le garage car il n'arrêtait pas de fourrer sa truffe sous ma jupe. Il a même failli me renverser tant il est puissant.

Enfin ! Quand j'ai entendu la voiture de Niba, j'ai bien cru que mon cœur allait exploser ! Mais j'avais aussi très peur. Peur de ne pas savoir m'y prendre, peur d'avoir encore mal… un peu.
Bien sûr, alors que ma patronne était absente, j'en avais profité pour fouiller dans les cassettes vidéo du salon ; et j'ai fini par en dénicher une de porno. Je l'ai regardée pour bien apprendre à faire les gestes. Mais tout ceci était bien théorique. Comment allais-je me comporter pour de ''vrai''?
Pris de panique, j'ai couru me cacher dans ma chambre. Quelques minutes après, il est entré et s'est assis. Nous étions côte à côte sur mon lit. Il a pris ma main et l'a posé sur sa braguette. Je me sentais un peu gourde. Tu as déjà sucé un mec ? : m'a-t-il demandé. J'ai fait non de la tête alors il m'a répondu qu'il voulait que je le fasse. Je ne devais pas avoir peur car il allait m'expliquer comment sucer un homme.
Incapable de dire un mot, j'ai senti ma gorge se nouer. J'attendais avec un mélange d'angoisse et de désir. Il a glissé sa main sous ma jupe et a doucement caressé mon sexe à travers mon slip. Puis, il s'est levé et il a retiré ses chaussures, ses chaussettes et son pantalon. J'étais assise sur mon lit et j'avais juste devant mon nez, son slip enflé.

Mets-toi à genoux ! Pour l'instant, c'est comme ça que tu dois apprendre à sucer les hommes… pour l'instant. Allez, sors-la !.
Timidement, j'ai tiré sur son slip et d'un seul coup, son sexe a jailli. Il était tendu à l'extrême, les veines saillantes. Pendant quelques instants, je l'ai détaillé : il était très épais ; il m'a paru long et beaucoup plus énorme que celui que j'avais vu en regardant la cassette. A l'extrémité de sa bite, il y avait un gros gland, à nu. En bas du gland, c'était plus clair, rosé. Je me suis demandé soudain pourquoi il n'avait pas de peau qui le recouvrait, comme pour le mec de la cassette. Il m'a semblé si démesuré que j'ai soudain eu peur. Jamais cette chose ne pourrait entrer en moi ; il allait me déchirer. Et pourtant, Niba m'avait déjà fait l'amour une fois.
J'ai regardé ses couilles, petites par rapport à sa queue, mais pleines. J'ai osé un geste : ses bourses étaient bizarrement dures. Puis, avec étonnement, je me suis aperçue que derrière son engin, il y avait une petite touffe de poils frisés, comme si cela avait été rasé court.

Je pense que Nabi en a eu marre que je m'attarde sur mon inspection de son paquetage, car il s'est saisi de ma tête et l'a poussée vers sa queue. Quand son gland a forcé mes lèvres, j'ai fait comme la fille du film porno : j'ai ouvert la bouche et… et j'ai bien failli vomir quand sa queue a tapé dans le fond de ma gorge !
J'avais l'impression que ma bouche allait éclater ! C'était trop épais et au début, j'ai eu des difficultés à enfourner sa queue. Finalement, mes lèvres se sont habituées à l'épaisseur de son engin et j'ai commencé à suivre le rythme que ses mains imposaient à ma tête : d'avant en arrière, lentement. Puis, sans que j'en comprenne immédiatement la raison, il s'est écarté de ma bouche et m'a demandé de faire ce qu'il allait me dire. C'est ainsi que j'ai commencé mes premiers leçons sur l'Art et la Manière de faire jouir un mec sans pour autant qu'il jute. C'était ça le plus dur : varier les caresses sur une bite mais garder le contrôle.

Je crois avoir été une bonne élève malgré quelques hésitations. Ainsi, il m'a expliqué comment lécher lentement une queue de la racine jusqu'au gland ; comment faire tourner ma langue autour de la partie la plus sensible de celui-ci, c'est-à-dire juste en dessous sur sa partie rose. Comment alterner, les mouvements de mes lèvres avec ceux de mes doigts autour de sa hampe. Comment gober ses couilles dans ma bouche en jouant avec ma langue.
Quand je m'emballais un peu trop, il m'engueulait. Je devais être patiente, sentir la queue qui palpitait pour ne pas la laisser gicler ; deviner les contractions des muscles, tant sur les jambes que sur les fesses ; écouter avec attention le souffle, ralentir et accélérer quand il le fallait.

Chaque soir, il me donnait sa leçon et s'il n'était pas satisfait de moi, il me laissait seule et refusait de me baiser. Plusieurs fois, j'en ai pleuré de frustration. Quand enfin, je suis arrivée à ce qu'il voulait de moi, il s'est mis à quatre pattes sur le lit et il m'a demandé de me mettre derrière lui. Il m'a appris à le branler tout en faisant aller et venir mon doigt dans son cul. Il m'a expliqué où je devais titiller sa prostate et me confiât que peu de femmes savaient faire cette caresse qui était aussi jouissive pour un homme que le fameux point G pour la femme. Je pouvais aussi le sucer tout en le doigtant. Etant naïve à cette époque, lui faire cette caresse ne m'a pas dégoûté au contraire, j'y ai pris un certain plaisir.

Enfin satisfait de moi, il a consenti à me baiser. Et je peux dire que cela en valait la peine car j'ai pris un de ces pieds ! Il m'a tout d'abord étaler une espèce de crème sur et dans ma chatte en insistant sur mon clito. Au bout de quelques minutes, cela a commencé à me faire un sacré effet. J'avais l'impression que mon bouton gonflait. Il était sensible à l'extrême et dès qu'il posait ses lèvres dessus, des vagues de plaisir me submergeait. C'était d'une folle jouissance mais rien de comparable à ce que j'ai ressenti quand sa bite est entrée en moi. La crème avait facilité la pénétration et je n'avais même pas eu mal. Au contraire, c'était la première fois que je jouissais aussi pleinement. Il m'a baisée toute la nuit et je ne sais pas combien j'ai eu d'orgasmes (ça aussi c'était une grande première, aussi intenses). Au petit matin, je n'ai même pas pu me sortir du lit et Niba m'a laissée dormir. C'est d'ailleurs lui qui m'a réveillée le midi en me prévenant que sa femme rentrait dans la soirée.
Avant de repartir à son travail, il m'a annoncé avec un regard gourmand que les leçons n'étaient pas finies.
Je ne demandais que ça !!
Safi a dû me trouver une drôle de tête quand elle est rentrée ; faut dire que j'avais une démarche bizarre et des putains de cernes sous les yeux…

Pendant 6 mois, il s'est appliqué à ce que j'apprenne bien mes leçons jusqu'à ce que je les exécute sans qu'il ait besoin de me le demander. D'ailleurs, je dois avouer que je ressentais un plaisir malin de le faire jouir parfois contre son gré. Je commençais à y prendre goût.

Maintenant, quand il me pénétrait, même s'il ne m'enduisait pas de sa drôle de crème, je ne ressentais plus de douleurs, juste l'écartement de mon vagin et le frottement jouissif de sa grosse queue contre mes parois.
Puis, à l'occasion d'un déplacement de Safi, il en a profité pour passer au second stade. J'ai eu la honte de ma vie quand le premier soir, il m'a balancé : Dis donc toi, tu ne te rases donc jamais ?. Non jamais ! Je me rendais bien compte qu'il n'était pas satisfait. Alors, il m'a dit qu'il allait m'emmener dès le lendemain dans un salon qui me ferait ça. Je n'avais pas à avoir peur car il était à une de ses copines et que cela ne me ferait pas mal.

Le lendemain, quand je suis entrée dans la cabine pour me rhabiller et que je me suis regardée dans le grand miroir, je me suis rendue compte que je n'avais plus un poil sur la chatte. La copine de Niba m'avait tout enlevé ! J'avais le minou aussi lisse qu'un abricot. Ca faisait tout drôle !

La copine a passé sa tête entre les rideaux et avec un large sourire m'a susurré que Niba allait être satisfait. Néanmoins, il me faudrait passer la voir régulièrement, histoire que cela ne repousse pas.
Quand il est venu me chercher au salon, je n'ai rien dit mais une fois dans ma chambre, il m'a déshabillée, j'ai bien remarqué son regard de satisfaction et de gourmandise. Et mon abricot, il l'a dégusté très rapidement avec bonheur. Voyant cela, je me suis promise de ne plus laisser le moindre poil repousser. D'ailleurs, j'ai trouvé plus intense, le plaisir que me procurait sa langue sur mes lèvres et mon clito.
Un jour, il m'a dit qu'il allait falloir qu'il s'occupe de mon petit cul.
Cela ne m'a pas vraiment rassuré, vu que pour moi, c'était un terrain inconnu et que je ne me voyais pas avec un tel engin dans le derrière.

Pourtant, au bout de 8 mois passés chez eux, il n'avait toujours rien entrepris de tel. Je me faisais régulièrement baiser par lui. Après l'amour, quand sa femme n'était pas là, il ne voulais pas que je me douche et adorait que je me promène nue dans la maison. Au début, j'étais un peu embarrassée mais lui me disait qu'il aimait sentir notre odeur. Le problème, c'est que ça rendait leur chien complètement dingue. Il me suivait à la trace dans toutes les pièces. Bien sûr, je n'avais plus peur de lui mais j'étais souvent obligée de le repousser ou de m'enfermer jusqu'à ce que Niba m'oblige à sortir. Cela le faisait rire de regarder son clebs en train d'essayer de me lécher le minou. Je sais que Ork voulait jouer mais quand même.

Niba était mon premier et mon seul amant. D'ailleurs, je n'avais pas l'occasion de rencontrer des mecs. Aussi, à la longue, la queue de Niba m'était devenue une sacrée drogue et j'étais à ce point accro que je commençais à être jalouse de sa femme. Pourtant, je m'étonnais encore qu'elle ne se doute de rien. Elle était toujours aussi gentille avec moi et je m'en voulais du ressentiment que j'éprouvais parfois envers elle, quand je l'entendais de l'autre côté du mur de ma chambre, en train de crier sa jouissance.

Parfois, Niba me délaissait pendant des jours et je ne comprenais pas. J'étais devenue une vrai pro de la fellation et je prenais plaisir à lui mettre deux doigts dans le cul car je savais qu'il adorait que je lui agace sa prostate tout en le branlant ou le suçant.
Me caresser ne me suffisait plus, je voulais sa grosse queue en moi.
J'avais beau me dire qu'il était marié et qu'il devait aussi baiser sa femme pour qu'elle ne se doute pas de nos relations ; mais y a des fois ou je n'en pouvais plus.

Par contre, pendant nos rapports, il ne s'occupait jamais de mes seins ; pire quand je m'arrangeais pour qu'il pose ses mains dessus, il réussissait à s'échapper. C'était con car je savais qu'ils étaient très sensibles puisque je prenais du plaisir quand je me les caressais et quand je pinçais mes tétons avec mes doigts.
Il était loin le jour ou il m'avait dépucelée à la campagne. Maintenant, quand sa grosse bite entrait en moi, je n'avais plus mal et je prenais mon pied quand je la sentais qui frottait contre ma parois vaginale.

Puis, en septembre de l'année dernière, il ne m'a plu touchée pendant plus de 15 jours. Je n'en pouvais plus ! J'avais beau me caresser, ce n'était pas pareil. Et le pire, c'est que je les entendais baiser dans leur chambre.
Puis, un matin, dans la cuisine, il m'a dit qu'il allait m'emmener le soir même, faire un tour dans un club.
Tu vas mettre la robe que je t'ai ramenée l'autre jour ; la verte avec les boutons devant. Ah oui, ni culotte ni soutif ! En dessous, je veux que tu sois nue.
Je n'ai même pas eu le temps de parler que déjà il partait à son travail.
J'y ai pensé toute la journée et j'ai fini par me persuader qu'il avait dû plaisanter. Je n'allais tout de même sortir le cul à l'air ?!

Le soir venu, Safi m'a dit : "Alors, Niba va t'emmener danser ? Moi, je ne peux pas, j'ai du travail de compta à faire, dommage. Dis donc, t'es mignonne à croquer dans cette robe".
J'ai essayé de masquer le fait que je n'étais pas à l'aise. Heureusement, je n'ai pas eu à attendre longtemps car Niba est arrivé peu juste après.

Il m'attendait près de sa voiture quand je me suis approchée. Sans que je m'y attende, il a brusquement écarté mes cuisses et a mis sa main entre mes jambes.
Je n'ai même pas vu arriver la paire de gifles. Une paire comme je n'en avais jamais reçue. J'en avais les larmes aux yeux.
Qu'est-ce que c'est que ce soutien-gorge… et cette culotte ? Je t'ai dit de ne rien mettre sous ta robe ! Tu ne m'écoutes donc pas ? Quand je te dis de faire quelque chose, tu m'obéis, un point, c'est tout ! Si tu comprends ça, tout ira bien pour toi. Tu seras même récompensée, sinon… Aujourd'hui, j'aurais pu te punir car tu m'as désobéi. Mais il y aura des suites. Maintenant, vas enlever ça et reviens !.

Je suis repartie en pleurant vers la maison. Quand je suis entrée, j'ai croisé Safi. J'aurais dû filer directement dans ma chambre mais j'ai eu le tort de me plaindre, espérant du réconfort auprès d'elle. A peine ai-je eu le temps de lui hoqueter :"C'est la faute à Nib…", que je me suis repris un aller et retour retentissant.
Depuis quand tu oses te plaindre ? Et tu mouchardes maintenant ? Je ne veux rien entendre ! Fais ce que tu as à faire !. Sur ce, elle me planta dans l'entrée et sortit.

Je montais 4 à 4 les escaliers, les larmes aux yeux. J'ai tout enlevé, reboutonné les attaches sur le devant de ma robe ; puis me suis passée de l'eau sur le visage avant de redescendre. J'ai tout de même jeté un coup d'œil sur le miroir et j'ai vu que mes joues avaient une belle teinte rouge ; ça piquait !
Quand je suis retournée vers la voiture, j'ai croisé Safi sans qu'elle me regarde. Je suis entrée dans la voiture et durant tout le trajet, Niba ne m'a pas adressé la parole.

En arrivant devant le club, il m'a dit qu'il allait bientôt me donner une liste de consignes à suivre et que j'avais intérêt à les respecter. Puis il a garé sa voiture sur le parking ; il faisait déjà nuit. Il s'est penché vers moi et sans prononcer une parole, il a dégrafé les 2 premiers boutons du haut de ma robe et les 3 derniers du bas. Puis nous sommes sortis et je suis entrée dans le club avec lui sans piper mot.
Quand nous sommes passés devant le mur de miroirs, il m'a arrêtée. J'ai immédiatement vu que l'échancrure de ma robe se terminait au milieu de mes seins et qu'à chaque pas que j'allais faire, tout le monde allait découvrir une large moitié de mes cuisses.
J'en étais transie de peur. Quand on est repartie, c'est à peine si j'osais faire un pas. Il m'a entraîné vers une table en bord de piste et m'a indiqué dans quel fauteuil, je devais m'asseoir.
Je me suis retrouvé les fesses bien enfoncées dans le velours. Impossible pour moi, de croiser les jambes. A chaque mouvement que je faisais, les pans de ma robe s'écartaient, laissant apercevoir le haut de mes cuisses.
Quand, d'un geste évidemment naturel et protecteur, j'ai voulu rabattre sur moi le tissu, Niba m'a dit sèchement : Non, ne touche à rien !.
Matée, j'ai laissé ma robe s'évaser. J'étais sûre qu'on allait finir par découvrir que je ne portais rien en dessous. J'étais persuadée que tous les mecs présents étaient en train de mater mon minou imberbe !

La piste de danse était pleine à craquer. J'avais été une fois dans une boîte de nuit mais là, c'était différent. Il y avait beaucoup moins de jeunes de mon âge ; c'était surtout des couples entre 30 et 50 ans environ. Même la musique était différente : de vieux tubes, genre année 80. Mais bon, moi, je m'en fichais car je n'ai jamais eu l'habitude de fréquenter ce genre d'endroit et mon goût pour la danse est modéré. Je pouvais m'en passer.
Niba termina rapidement son verre et soudain il me dit : Je vais sortir. Toi tu restes là. J'ai quelque chose à faire. J'ignore quand je vais revenir ; mais lorsque j'entrerai ici, je veux te voir danser avec un type. Je veux être sûr que tu es capable d'exciter un homme. Avec tout ce que je t'ai appris, cela ne devrait pas être difficile. Alors, ne me déçois pas et comporte-toi comme une vraie salope !.

C'était la première fois qu'il me traitait de ''salope''. J'en fus à la fois choqué et bizarrement excitée.
Avant de se lever, il me lança : Allez ma petite pute, c'est un ordre : fais-les bander et profites bien de ma permission.

Et il me plaqua là, engloutie dans mon fauteuil. Je le vis rapidement disparaître.
Je me suis mise à penser à ce qu'il venait de me dire. J'étais assez stupéfiée de la façon dont il m'avait parlé : salope, petite pute.. J'étais quand même assez vexée. Puis, en réfléchissant, j'ai fini par me dire que venant de sa part, c'était sans doute des mots affectueux. De toutes façons, je l'avais tellement dans la peau que je lui aurais tout pardonné ; même les gifles. Et puis, j'avais aussi peur de le décevoir, pire qu'il me renvoie.
Néanmoins, je n'étais pas rassurée car les types commençaient à roder non loin de moi. Et cette satanée robe qui n'arrêtait pas de s'ouvrir !

Les 2 premiers types qui sont venus m'inviter à danser, je les ai envoyés sur les roses. Toutefois, je ne pouvais pas m'empêcher de regarder en direction de la sortie. Si Niba me voyait toujours vautrée dans mon fauteuil en revenant…
Je ne me suis même pas rendue compte qu'un homme s'était assis à la place de Niba. J'ai failli faire un bond quand je l'ai aperçu. Tandis qu'il me souriait gentiment, il me tendit un verre de Champagne (Je tuerais pour du Champagne !).
"Je me suis permis d'occuper la place car vous les attirez. Ne craignez rien, je suis un pacifiste et vous ne me plaisez pas, mais alors absolument pas !".

Totalement déroutée par ce qu'il venait de me dire, je restai un moment muette comme une carpe. Puis soudain, j'éclatai de rire, tant sa réplique sonnait la mauvais foi. Et puis… il y avait cette flûte de Champagne. C'est ça qui m'a perdue ! Je ne l'ai donc pas envoyé chier. D'ailleurs, il était loin d'être laid, le bougre. Je le regardai à la dérobée ; bien fait de sa personne, la bonne quarantaine, comme Niba (Niba !! Faut pas que je traîne !).
On sentait qu'il avait du fric car ses fringues, c'était pas de la daube.
Il me parla une bonne dizaine de minutes mais je ne l'écoutais pas ; je me contentai de lui sourire tout en pensant à la réaction de Niba.
Il est marrant lui : Fais-les bander…. Il croit que c'est facile !

Brusquement, le type m'a pris par la main en me levant. Ah, il avait dû me demander de danser avec lui.
Bon, après tout, le principal c'est que Niba me voit avec un type.
Je l'ai donc suivi sur la piste. Heureusement, c'était un slow, la seule danse que je pratique aisément.
Au début, mon cavalier s'est comporté comme un gentleman. Nous ne pouvions discuter car la musique était trop forte. On se contentait de tourner lentement et sur place car il y avait foule. A un moment, on s'est retrouvé enfermés dans un groupe de danseurs et le type s'est cogné contre moi. je devrais plutôt dire : collé contre moi. Quand on a été libéré, il ne s'est pas reculé et on a continué à faire du sur-place.
J'étais un peu paralysée et je n'osais pas le provoquer. Pour moi, danser avec un type, ce devait être suffisant pour Niba, quoique j'en doutais.

En fait, je n'eus rien à faire. J'ai senti les mains de mon cavalier qui remontait doucement sur mon dos. Il s'est soudain arrêté au niveau où aurait dû se trouver l'attache de mon soutien-gorge ; mais je n'en avais pas.
Le gars a-t-il été surpris ? Sans doute car ses doigts ont insisté le long de mon dos comme pour vérifier ses soupçons. J'ai frémis en espérant qu'il ne s'en rende pas compte.
Venait-il de se coller un peu plus contre moi ? En tous cas, je ne lui étais assurément pas indifférent car peu à peu j'ai senti contre mon ventre, une certaine raideur. Sur le moment, j'ai failli le repousser mais c'est la vision de Niba, à quelques mètres de moi sur le bord de la piste, qui m'en a dissuadée. Il était revenu sans que je m'en aperçoive.
Il m'a fait les gros yeux et a hoché la tête comme pour m'encourager. Comme je ne réagissais pas, il m'a envoyé un petit signe discret de la main, du genre : si tu ne fais pas ce que je t'ai commandé, tu vas t'en prendre une autre.
"Et merde !''

Le type appuyait sa rigidité de plus en plus contre moi. Je commençais à ne plus être insensible car en plus, Niba ne m'avait pas touchée depuis plus de 15 jours. Sous l'œil inquisiteur de ce dernier, je me suis enfin décidée à obéir. Insidieusement, j'ai collé mon pubis tout contre la bite du type et j'ai légèrement bouger de gauche à droite.
Cela n'a pas fait un pli ; j'ai entendu le type grogner. Ca m'a plu et je me suis rappelée les parole de Niba : si je le voulais, je pouvais faire tourner la tête à n'importe qui.

En fait, plus le temps a passé sur cette piste, plus j'en suis venue à oublier le pourquoi du comment de ma présence. Je commençais à prendre goût à mon rôle de salope et je découvrais que j'aimais ça.
Tout à coup, comme pour mieux m'encourager, mon cavalier a plaqué ses 2 mains contre mes fesses et m'a serrée contre lui. Merde, il bandait comme un âne, le cochon. Pour lui faire comprendre que je n'étais pas insensible à cette marque d'attention, ma main a glissé de sa hanche et s'est insinuée entre nos 2 corps. J'ai bien crû qu'il allait clamser sur place quand ma menotte s'est plaquée sur sa bite ! Un rien perverse, j'ai commencé à la masser lentement par-dessus son pantalon, sous l'œil approbateur de Niba qui s'était rapproché en fourbe. Il voulait sans doute vérifier si je lui obéissais à la lettre. Pas besoin, je m'étais piquée au jeu et sentir le mec quasiment à merci, me faisait mouiller.

Mon cavalier n'en pouvait plus. Brusquement, il m'a pris le bras et m'a entraînée rapidement dehors. A peine si nous avons eu le temps de nous faire tamponner la main par le videur !
Avant de sortir, j'ai quand même été rassurée de voir que Niba nous suivait.

Un fois à l'extérieur, nous nous sommes retrouvés derrière la boîte entre le mur et l'arrière d'une grosse camionnette. Il m'a plaqué contre le ciment froid. Je n'ai jamais vu un type déboutonner une robe aussi vite ! Avant que je n'aie le temps de dire ''ouf'', je me suis retrouvé la robe ouverte, les seins et le minou à l'air.
A la vue de ma chatte rasée, il m'a fait ce charmant commentaire : ''Putain ! T'es une vraie salope, toi !''. Décidément, cela devenait une manie… Mais bon, j'ai pris ça pour un compliment. Quand il s'est mis à me caresser la chatte, j'ai failli me laisser aller ; mais ce n'était pas ce qu'attendait Niba de moi.
En prenant sur moi, j'ai mis en pratique tout ce que m'avait appris Niba. Avant que le mec n'investisse ma chatte, je me suis mise tout de suite à genoux devant lui. Il n'a même pas eu le temps de dire ''ouf'' que son pantalon glissait sur ses cheville. J'ai libéré sa queue de son slip. Une queue normale bien moins impressionnante que celle de mon chéri et blanche celle-ci. Par contre, j'avais le droit à une nouveauté : une peau qui recouvrait son gland. J'aurais pu être déroutée mais je me suis dis que cela devait être marrant de jouer avec.
Je lui ai offert la totale ! Le gars était au 7ème ciel, il gémissait comme un malade. Je me suis aperçue que côté pipe, j'étais une bonne. Il a eu le droit à tout ce que Niba m'avait appris, le gobage de couilles inclus. Mais quand j'ai voulu lui mettre mon doigt dans le cul ; là, il a fait un drôle d'écart en me disant : ''non, pas ça !''. Dommage, j'adore ça.

Tant pis, mes lèvres ont goulument aspiré sa bite et je suis arrivée à l'engloutir complètement dans ma bouche. Le type est devenu comme dingue quand je l'ai sucé ainsi ; en partant de son gland jusqu'à son ventre.
Soudain, j'ai senti ses cuisses se raidir et brusquement, il s'est mis à crier tandis qu'il giclait au fond de ma gorge. Je n'avais même pas eu le temps de me reculer. Finalement, ce n'était pas dégeu, le goût de son sperme était plus salé et moins bon que celui de Niba, je dois le dire.

Brusquement, j'ai entendu comme un raclement de gorge non loin de nous. Persuadée que ce devait être Niba, je me suis levée, j'ai ramené les pans de ma robe sur moi et sans un mot, j'ai largué le type avec son pantalon sur les chevilles et sa bite à l'air (moins conquérante, d'ailleurs…).
Quand j'ai tourné vers le devant de la boîte, Niba m'attendait. Nous sommes partis rapidement vers sa voiture.
Tandis qu'il démarrait, il m'a dit :Bien Sam, très bien pour une première fois. Je suis fier de toi. Demain, tu auras un petit cadeau.

J'aurais bien voulu qu'on s'arrête et qu'il me prenne. Après ce que je venais de faire, j'avais une envie folle de me faire baiser mais il a refusé. Je devais être punie pour ne pas lui avoir obéi avant de partir.
Je me suis jurée que la prochaine fois, je ne mettrai même pas de robe !

Le lendemain midi, il est arrivé à la maison et discrètement, il m'a glissé un petit paquet dans la main.
J'ai dû attendre l'après-midi pour l'ouvrir. A l'intérieur, il y avait un chaînette en or très fine. Quand je l'ai regardée, j'ai été un peu déroutée car elle était bien trop grande. Si je la mettais autour de mon cou, elle allait m'arriver au nombril !
Ce n'est que le soir, alors que Safi regardait la télé, que Niba m'a expliqué que je devais la porter autour de la taille et ne plus la retirer, sauf cas particulier. J'ai été étonnée mais le connaissant, j'ai su que je devais lui obéir. Depuis, elle ne me quitte (presque) plus car je trouve que sur ma peau, l'or fait joli (je sais, je fais ma belle).

Ah oui, il s'est passé encore 15 jours après cette soirée sans que Niba daigne visiter ma chambre. J'étais au bord de la crise de nerfs. Heureusement, sa femme Safi était là et sa présence m'occupait l'esprit. De plus, je faisais attention à ne pas laisser paraître ma frustration.

Puis, un matin, elle m'annonça qu'elle devait partir quelques jours à Paris pour rendre visite à un de ses fournisseurs.
J'ai failli l'embrasser ! Dès que Niba est rentré le midi, je me suis arrangée pour lui apprendre la bonne nouvelle.
Enfin, j'allais l'avoir pour moi toute seule! En plus, j'avais été au salon me faire épiler le minou.
Il me fît un petit sourire en coin et me dit qu'une fois que Safi serait partie le soir, je devrai aller dans ma chambre et jeter un œil sous mon oreiller. Il ne m'en dit pas plus.
J'ai attendu que Niba emmène Safi en voiture à la gare, pour grimper dans ma chambre. Sous mon oreiller, il y avait un gros paquet.
Comment Niba, pouvait-il me glisser toutes ces choses sans se faire piquer par sa femme ?
J'ai ouvert le paquet et j'ai vu que c'était des fringues. Il était si gentil avec moi ; en plus du côté sexe de nos relations, je commençais à devenir sérieusement amoureuse de lui.
Posé sur les vêtements, il y avait un petit mot qui disait que je devais porter ce qu'il y avait dans le paquet ; rien de plus et rien de moins. Il viendrait me chercher vers 21 h pour me sortir.
J'étais aux anges!

J'ai donc déplié les fringues : il y avait une mini jupe comme en portent les écolières anglaises, en plaid à carreaux noir, vert et avec des rayures jaune. Quand je l'ai mise, je me suis aperçue que ces écolières ne devaient certainement pas porter ce style de mini puisqu'elle m'arrivait à mi cuisses!
Il n'y avait aucun bouton ; elle se fermait juste au niveau de la ceinture par un scratch. C'était vraiment mignon mais au moindre de coup de vent…
Je fus quand même soulagée de voir sous la mini jupe, une petite culotte de couleur turquoise en voile transparent. Mais quand je l'ai mise, je me suis aperçue qu'on voyait le renflement de ma chatte à travers.
Sur le moment, j'ai failli ne pas la mettre mais je me suis ravisée, connaissant la réaction de Niba si je lui désobéissais.

Avec cette culotte turquoise , il y avait un soutien-gorge de la même couleur sans bretelle toute en voile aussi. En fait, ce n'était qu'une sorte de bandeau avec au milieu, sur le devant, une fermeture Eclair pour le fixer
Je n'ai pas une poitrine super énorme mais j'ai dû tout de même ramener mes épaules en avant pour accrocher et fermer le zip. J'avais peur que mes seins ne sortent du soutif, mais non, ça tenait.
Avec la jupe, il y avait un chemisier blanc, très ample à manches courtes. Comme il descendait plus bas que la jupe, je me suis dit que j'allais devoir le nouer sur le devant au niveau de la taille.
En me regardant dans le miroir de ma chambre, je me suis bien plu. On voyait un bout de peau entre le haut de ma jupe et le chemisier. Niba allait adorer ça, je faisais très sexy.

Cela m'a fait sourire car cette tenue me rajeunissait. On aurait dit une écolière de 15/16 ans. Enfin, j'ai enfiler la petite veste courte identique aux motifs de ma mini jupe.
Ca pour sûr, je faisais tout à fait jeune ado anglaise ! Décidément, Niba avait de drôle d'idées vestimentaires.
Qu'importe, à 21 h, j'étais déjà en bas de la maison à l'attendre impatiemment. Comme, il faisait un peu frais, j'ai mis mon imperméable.
Il nous a emmené dans un restaurant sympa et après un dîner bien arrosée, nous avons pris la voiture. J'étais en pleine forme, très euphorique car j'avais mon Niba pour moi toute seule. La tête me tournait et la fraîcheur sur mes cuisses ne m'empêchait pas d'être bouillante à l'intérieur. J'imaginais déjà avec délectation ce que Niba me ferait subir…

Je ne me suis même pas aperçu que nous étions dans un quartier que je ne connaissais pas. Quasiment aucune meuf dans les rues mais un tas de mecs plus ou moins louches, la plupart africains, assis aux terrasses des cafés qui ne faisaient que palabrer. L'ambiance était glauque et je ne me serais certainement pas promenée ici seule le soir.
J'étais en train de me demander ce que l'on pouvait bien foutre dans ce coin quand Niba a garé la voiture.
Il y avait peu d'éclairage et quand nous avons tourné à l'angle de la rue, seule, l'enseigne d'un cinéma donnait une peu de vie dans ce trou.

Il m'a dit d'attendre à proximité et il s'est dirigé vers ce cinéma. J'avoue que, quand je l'ai vu disparaître à l'intérieur, je n'en menais pas large ; surtout qu'il y avait des mecs qui traînaient dans le coin.
Habillée comme je l'étais, j'allais me faire violer, c'est sûr.
Ah, enfin, il revenait !
Il me tendit un billet et me dit : C'est la dernière séance. Tu vas entrer la première et tu vas t'installer au milieu de la rangée, au fond au 5 ou 6ème rang, à droite. Je m'installerai derrière toi.
Je ne comprenais pas ce qu'il m'expliquait. Il me prît par la main et m'entraîna vers le cinéma. Arrivée à l'entrée, je me suis aperçue que c'était un cinéma porno. Mais que faisions-nous là ?
Il me répéta ce qu'il m'avait dit. Un peu énervé par mon attitude passive, il me gronda : Tu vas faire ce que je te dis. Une fois assise, laisse-faire les choses . Je veux que tu constates que tu es capable d'exciter bien des hommes. Si je suis content de toi, je te baiserai toute la nuit. Allez, vas ma petite salope !. Sur ce, il m'encouragea d'une tape aux fesses.

Je m'étais habituée à ce qu'il me nomme affectueusement ''petite salope'' ou ''petite pute''. Cela me donnait l'impression de lui appartenir totalement, d'être sa chose.
Je suis entrée dans la salle ; il faisait sombre. Le film devait tourner en boucle car le générique de fin apparaissait sur l'écran.
Dans l'allée, j'ai croisé 3 types qui sortait. Comme me l'avait demandé Niba, j'ai compté le nombre de rangées et je suis entrée dans la 5ème. J'ai bien failli m'étaler car dans ce coin, l'éclairage d'ambiance était cassé.
Avant de m'asseoir, j'ai regardé autour de moi tout en enlevant mon imperméable. J'ai deviné dans cette quasi obscurité 6 ou 8 têtes éparpillées dans la salle.
Ca y est, le film venait de commencer.

A peine quelques minutes sont passées quand j'ai senti quelqu'un qui s'installait à côté de moi. J'osais glisser un regard vers ma gauche et un ouf de soulagement me submergea. C'était Niba qui m'adressa un large sourire.
Je posai sur le dossier du fauteuil devant moi, mon imperméable et retirai ma petite veste à sa demande et, pendant quelques minutes, on a regardé le film ensemble. Enfin moi, je réfléchissais plutôt à ce qu'il m'avait dit dehors. Je ne comprenais pas.

Apparemment, Niba avait l'air d'être excité par les images qui défilaient sur l'écran. Il y avait 2 filles qui se caressaient. Mon attention se fît plus nette quand je remarquai qu'une des 2 filles avait de très beaux gros seins ; bien lourds avec de larges aréoles. Très attirée par les fortes poitrines, mon regard était fixé sur la bouche de l'autre qui lui aspirait goulûment les tétons. Troublée, je ne comprenais pas cette attirance.
Décidément, le film lui faisait à Niba car il a commencé à me caresser les seins par-dessus mon chemisier, tandis qu'il m'embrassait à pleine bouche.
Je n'allais pas me plaindre. C'était la première fois qu'il daignait s'occuper de mes doudounes. Etant très sensible de la poitrine, mon plaisir n'a pas tardé et j'ai laissé échapper un gémissement.
Encouragé par ma réaction, il a déboutonné le haut de mon chemisier et a plongé une main dedans. Dès que ses doigts m'ont pressé un sein, j'ai commencé à haleter. Puis, quand son autre main a retroussé ma mini jupe pour s'attaquer à ma petite culotte ; je me suis retrouvée très vite au bord de la jouissance.

C'est un craquement à ma droite qui a réussi à me tirer du brouillard où j'étais. Je me suis aperçue avec effarement qu'un type blanc, assis à côté de moi, assistait à la scène avec une certaine délectation. A voix basse, j'ai prévenu Niba en lui relevant la tête. Il a regardé l'homme puis moi et se levant brusquement, il m'a murmuré : N'oublie pas mes leçons.
J'étais complètement perplexe et frustrée, me rendant compte, après coup, que la moitié de mon chemisier était ouvert. En plus, j'avais ma mini jupe retroussée jusqu'au ventre qui recouvrait à peine ma culotte . Le départ surprise de Niba m'avait laissé les cuisses entrouvertes.
A peine s'est-il éclipsé qu'une main se glissa dans mon chemisier. Mon voisin colla sa bouche dans mon cou.
J'ai mis quelques secondes à réagir et le type en a profité pour glisser son autre bras autour de mon cou et m'attirer à lui tandis que sa main, abandonnant mon chemisier, se plaquait sur mon slip.
Il était sacrement costaud car j'étais coincée.
'' Tais-toi, tu es trempée. Tu en meures d'envie et ton copain t'a larguée. Laisse-toi faire !'' : M'a-t-il soufflé à l'oreille.

J'ai résisté quelques instants mais il eut tôt fait de trouver mon point sensible, et il m'a obligé à ouvrir très largement les jambes. J'étais dans un tel état d'excitation que je me suis laissée faire un court instant tandis qu'un de ses doigts se faufilait sous ma culotte.
Le type me maintenait toujours par le cou et me branlait le clito. Quand il a glissé son doigt sous ma culotte, je l'ai entendu émettre un bruit de satisfaction en découvrant que ma chatte était totalement rasée.
Je pense que j'ai voulu résister à ce moment-là ; malgré ce doigt qui s'aventurait entre mes lèvres. En plus, j'ignorais si Niba avait ou non quitté le cinéma.
C'est au moment ou il a enfoncé son doigt en moi que j'ai discerné une ombre qui s'approchait de nous. Il est sorti de mon champ de vision, l'espace d'un instant. Puis, j'ai senti un corps, derrière moi, qui se penchait au-dessus de ma tête.

Avant que je ne puisse esquisser un geste, le type de derrière a écarté mon chemisier et, voyant qu'il était encore à moitié fermé, il a retiré les 3 derniers boutons et a dénoué les pans. Je me suis mise à gesticuler mais mon voisin était plus fort que moi.

J'ignore comment le mec de derrière a compris le fonctionnement de mon soutif mais en un instant, il a dézippé la fermeture Eclair. Au moment ou j'ai voulu m'écarter de lui, j'ai senti le bandeau glisser dans mon dos.
J'avais voulu me protéger et en fait, je me suis retrouvée avec les seins totalement à l'air !
Le salaud ne m'a pas laissé un instant de liberté car il en a profité pour tirer violemment mon chemisier vers le bas.
Quand je me suis retrouvée entravée, le chemisier me coinçant les avant-bras, le type de derrière s'est mis à me malaxer les seins.
Je crois bien que c'est à ce moment précis que j'ai abandonné toute résistance. Il faut dire que le doigt de mon voisin s'activait avec fougue dans ma chatte. Ce dernier a dû s'en rendre compte car il a desserré son étreinte autour de mon cou. Quand il a enlevé son bras, j'ai rejeté ma tête contre le dossier. Le type derrière moi s'est penché et m'a embrassé tout en me pinçant les tétons.
C'est à peine si j'ai pensé :''Pourquoi Niba ne me le fait pas''. C'était vraiment trop bon. A chaque fois qu'il roulait mes tétons entre ses doigts, j'avais des spasmes dans le bas-ventre.

Si le type de derrière ne m'avait pas embrassée, j'aurais vu venir le 3ème mec. Je suppose que c'est mon voisin de droite qui m'a prit la main et me l'a posée sur quelques chose de chaud.
Depuis Niba, je connaissais cette chose. J'ai donc empoigné machinalement la queue qui se trouvait à proximité de moi sans même voir à qui elle appartenait. Faut dire qu'avec les 2 doigts dans ma chatte qui me baisaient furieusement, je n'avais pas toute ma raison…
Je me suis mise à le branler presque sauvagement. Car, avoir tant de mains sur moi, m'a rendu un peu… beaucoup…''folle du cul''.
Je n'étais plus vraiment moi-même. Je me laissais faire comme la salope que Niba désirait en moi.
Je ne pensais même plus à lui. Je l'avais totalement zappé de ma mémoire. Seul comptait le plaisir que ces types me procuraient.
Soudain, le type de derrière m'a pris la tête et l'a tournée vers la gauche.
L'instant d'après, j'avais une bite qui forçait mes lèvres. Instinctivement, je me suis mise à sucer le mec que j'avais ''en main''. Un bref regard vers son visage. Arabe, il ressemblait à un arabe. Je crois, sans me vanter, que le type s'en souviendra longtemps de ma fellation. Je me suis appliquée comme si cette queue était celle de Niba. Je prenais même un malin plaisir à le faire gémir et cela n'a pas duré des heures. Quand j'ai senti que sa queue commençait à avoir des contractions, je me suis reculée immédiatement et j'ai pris toute sa giclée sur le visage et sur les cheveux.
Le gars a remis sa queue d
ans son pantalon et il est parti comme un voleur.
A peine venait-il de s'éclipser, que le mec de derrière est venu s'asseoir à côté de moi. Lui aussi était arabe. Pendant quelques instants, je l'ai observé qui regardait mon voisin de droite en train de me limer le con. Le salaud, il me faisait tellement de bien que j'avais mis ma main sur ma bouche pour étouffer mes gémissements.
C'est à ce moment là que j'ai aperçu des ombres approcher mais l'arabe assis à côté de moi leur a dit méchamment de dégager. C'est ce qu'ils ont fait non sans protester.
Après plusieurs longues minutes, mon voisin blanc a retiré ses doigts à ma grande déception. Puis il m'a dit de me lever et de mettre mon imperméable. Je n'avais pas encore joui et mon état de frustration me laissait sans défense et complètement à la merci de ces types.

Machinalement, j'ai réussi à attraper mon soutif avant que le mec de gauche ne me tire par la main.
Tandis qu'il me faisait avancer dans l'allée, j'ai eu un moment de lucidité en scrutant le fond de la salle, espérant que Niba y soit. Je n'ai entraperçu que 2 ombres.
Tout en marchant rapidement, je me suis faite cette soudaine réflexion : Ah, Niba voulait que je sois une salope ?! Et bien, il n'allait pas être déçu ! J'espérais qu'il allait en crever de jalousie.

Ils m'ont entraînée en dehors de la salle et devant ma docilité, ils m'ont conduite dans les WC du cinéma.
Le loquet tiré, ils se sont littéralement jetés sur moi. En un rien de temps, ils ont réussi à me mettre à poil ! Mes vêtements étaient éparpillés à terre.
Le mec blanc a retiré son pantalon et son slip. Il s'est assis sur le réservoir du chiotte, les pieds posés sur la cuvette. L'autre, d'une voix rude, m'a ordonné de me pencher en avant. Aussitôt, le type assis m'a prit la tête et l'a dirigée vers sa bite. Docilement, j'ai ouvert la bouche et englouti sa queue.

Au même moment, j'ai senti une main indiscrète peloter sans vergogne ma chatte si ostensiblement présentée. Quelque chose de chaud s'est présenté à l'entrée de mes lèvres et d'un seul coup, le type a poussé à fond. J'ai poussé un cri. J'étais prise et bien prise ! Je sentais le corps du mec collé à mes fesses. Même si l'arabe était bien moins équipé que Niba, à chaque coup de boutoir je sentais sa queue cogner au fond de moi. Il me maintenait par les hanches pour que je ne bouge pas. Je ne me souviens plus combien de temps il m'a baisée. Je commençais à avoir mal au dos et mes jambes tremblaient. Pourtant, je jouissais comme une malade ; j'avais le ventre en feu.
Tout à coup, j'ai entendu celui qui me baisait, émettre un râle sourd et j'ai senti un long flot de foutre envahir mon vagin.

Dès qu'il s'est retiré de moi, il m'a relevé et m'a fait tourner. Puis, il m'a poussé fermement en arrière. Je serais sans doute tombée si l'autre, qui s'était assis sur la lunettes du WC, ne m'avait empoignée par les épaules.
L'arabe m'a écarté les jambes de force et a appuyé sur mes épaules. J'ai été obligé de l'agripper pour ne pas me casser la figure.
"Ecarte bien les cuisses, salope; Je vais te défoncer !".
J'ai tout de suite senti la main du type assis derrière moi, qui dirigeait sa queue vers ma chatte. L'arabe a encore appuyé sur mes épaules. Quand il m'a fait retomber violemment sur la queue de son complice, je me suis mise à hurler.

D'un seul coup, le pieu du blanc s'était enfoncé en moi jusqu'à la racine. C'était si violent que j'ai encore poussé un cri guttural. Le salaud ne m'a même pas laissé le temps de souffler. Il m'a pris par les hanches et a commencé à me soulever et me rabaisser sur sa bite. A chaque fois, mes fesses claquaient contre ses cuisses. Plus je criais, plus il m'encourageait en me balançant des petits mots orduriers. Je les entendais à peine vu que je n'arrêtais pas de gémir et crier. Quand, enfin, le blanc m'a laissé assise sur ses cuisses, se contentant de m'embrocher ; l'arabe devant moi, tout en me caressant les cheveux, m'a mis ses doigts dans la bouche pour que je les suce.
Ce petit jeu a duré un moment jusqu'à ce que le mec recommence à remuer sa bite en moi.
Cela a été le déclic; Je me suis mise à monter et descendre sur sa queue sans qu'il me guide. Ses mains libérées, il me malaxait les seins. J'étais dans un état d'excitation incroyable. Je répondais à ses assauts en me tortillant et en secouant la tête de tous les côtés.

Je jouissais comme une malade mais l'orgasme ne venait pas.
Sans que je m'y attende, le type a déchargé longuement dans ma chatte en grognant.
Quelques minutes plus tard, il m'éjectait littéralement de ses cuisses.
Je me suis retrouvée assise sur la cuvette. Les yeux embués, je les ai vus se rhabiller et, sans un mot, quitter les chiottes en me laissant comme une conne à poil.

J'ai dû attendre de longues minutes avant de récupérer mes fringues. Je pense que si d'autres mecs s'étaient pointés dans les WC, je ne suis pas persuadée que je les aurais empêcher de me baiser eux aussi. J'avais ce petit manque d'orgasme mais j'étais aussi trop crevée pour me branler.
Quand je suis sortie du cinéma, les jambes flageolantes, j'ai aperçu Niba qui m'attendait dans sa voiture. Je me suis engouffrée à l'intérieur.
Bien sûr, j'étais trop crevée pour raconter dans le détail, ce qui s'était passé dans les WC du cinéma. Mais dès le lendemain, je lui ai dit. Bizarrement, il a paru très satisfait et s'est contenté de me répliquer Enfin… C'est bien. C'est un bon début !<

Après cette drôle de séance de cinéma, je me suis bien jurée, à l'époque, que c'était la dernière fois que les mecs me traitaient ainsi, sauf mon Niba qui avait tous les droits.

Etrange propos que celui de Niba; jusqu'à ce que je comprenne ce qu'il avait dans la tête.
Car… Ok, bon, je vais arrêter là. A force, ça va saouler tout le monde. J'espère que vous ne me jugerez pas mal. Enfin, d'un autre côté, je suis comme je suis et je m'en fous un peu car ça m'a fait du bien de raconter.
Allez, salut

Commentaires de l'histoire érotique Mon initiation aux plaisirs

2010-11-26 21:41:19  -  Adrien le petit  
La suite est du même ordre de grandeur, je me demande ce que tu vas faire pour le 3ème récit :) celui que j'envie, jalouse et déteste c'est Niba. Je ne comprend pas comment on peut refuser de combler une femme comme toi. Des bisous impatient A-l-p

2010-11-16 22:00:41  -  CuriousFritz  
Magnifique ! Tout bonnement magnifique !!!!! Tout comme Adrien le petit, j'ai a-do-ré. Cette histoire est comme les fellations qui y sont décrites : on prend un plaisir fou à la lire, elle est excitante à souhait, fait monter l'excitation tout doucement puis nous maintient sur la corde raide en permanence sans jamais nous faire basculer. J'ai vraiment hâte de vous lire à nouveau .... Érotiquement vôtre, CF

2010-11-03 17:55:37  -  Adrien le petit  
Sérieusement titesam j'ai adoré Tu écris vraiment bien, excellent J'aimerai beaucoup une suite et je ne suis pas le seul j'en suis sûr. Ton style est ouf, ton histoire assez excitante il faut le dire. Jamais je n'oserai faire ne serait-ce que la moitié de ce que tu as subis. Je comprend ta soif de sexe, soif que je partage et j'aimerai vraiment en apprendre davantage. Si tu décide d'écrire une nouvelle histoire dis le moi s'il te plais je l'attendrai patiemment et impatiemment... des bisous A-l-p

 1 / 1

Pour poster un commentaire, vous devez être connecté



Vous pouvez vous connecter sur la page de Connexion


Liste des histoires érotiques de TiteSam :
(contactez l'auteur en cliquant sur sa fiche)
Rencontre avec Gros Bob
Mes vacances d'été 2009
Mon initiation aux plaisirs



Histoire coquine précédente
Histoire érotique suivante



Histoires Intimes : Toutes les histoires érotiques...

2004-2014 © Histoires Intimes - 441 connectés