Sexe Intime




Page de l'histoire érotique à Lire
   PAGE D'ACCUEIL > Hétéro > Histoire érotique : Saint-Domingue

Saint-Domingue

+1

Lecture : 19597 fois - Commentaire(s) : 0
Histoire de simorgh

3 vote(s)
Vous avez aimé ce récit érotique ?

J’étais arrivée à Saint-Domingue pour une semaine de vacances. Une copine m’avait dit : tu verras, là bas, au Club Nautique il y a un Maître Nageur qui est pas mal…pas jeune…mais pas mal. Il a du charme, un je ne sais quoi dans le regard de légèrement salace et rigolard…avec une réputation de bonne queue, mais alors… bonne de chez bonne !
La connaissant comme une bonne tireuse, si elle disait que le type avait une réputation de bonne queue c’est qu’elle se l’était mise dans la chatte, plutôt deux fois qu’une…
De toute façon je partais à Saint-Domingue pour voir du pays, mais aussi avec une boite de préservatifs… et j’avais bien l’intention de pas la ramener pleine…

Avec un peu d’imagination je me voyais sur le ponton en train de me faire prendre par derrière, en levrette, par ce type dont j’avais vu le visage sur les photos des copines. Il fumait un petit cigare et avait effectivement un drôle de regard, du genre : attends que je t’attrape…En regardant mieux il m’a semblé que je le connaissais…on aurait dit un ancien directeur de l’hôpital où je bosse…mais alors il serait parti bien loin. A les entendre en parler à l’hosto elles avaient du se le taper, ces salopes…Bref me disais-je, aller si loin pour pas se faire sauter ce serait dommage. Pas de voisins, les minots au « Club enfants », pas de cuisine, pas de ménage… le soleil qui chauffe la peau et réveille la libido…quoique de ce coté là, merci, je suis pas mal en chaleur depuis que « petite queue molle » est allé se faire voir ailleurs. Non pas que « petite queue molle » me sautait beaucoup, mais la fourette devenait plus prégnante à mon esprit depuis que je sentais les sollicitations des mecs qui me trouvaient baisable, sautable, fourrable, suçable...je me mettais à penser à la queue, à la baise, je me masturbais comme une folle, dans mon lit le soir, en attendant les visites de mon amant, qui parfois me faisait jouir comme une malade au téléphone. Quel salaud celui là…baiser au téléphone…mais quel pied !!!

(Il faut savoir que le soleil déclenche, chez les humains, une excitation de la partie lombaire, qui vient innerver la zone du désir, d’où cette chose naturelle l’été de voir les gens n’avoir qu’une envie : la baise…)
Installée dans le bungalow j’avais envoyé mon fils voir ailleurs si j’y étais, car je voulais vérifier si le mec c’était bien cet ancien directeur de l’hosto. Ce type avait une réputation pas possible. Mes copines en avaient toutes plus ou moins « tâté ». C’est ce que leurs conversations laissaient entendre et moi ça m’avait énervée…pourquoi elles et pas moi ! C’était pas un cavaleur…non, mais, l’occasion, le bureau pour s’asseoir dessus les cuisses écartées, la moquette pour se laisser aller, le fauteuil pour se faire caresser la poitrine par derrière, ou par devant avec sa queue qui giclait sur les nibards…Et elles s’envoyaient en l’air, revenant ravies, le ventre plein, la blouse mal refermée car il fallait montrer que le Boss avait juté son sperme sur la dame en question.
Je me rendis au Club Nautique et là j’eu un choc…en effet, ce mec était bien mon ancien patron dont j’étais sans nouvelle depuis plusieurs années. Me voyant il eut l’air ravi car, me dit-il, il avait vu mon nom sur la liste des arrivants…Il me demanda ou était mon bungalow et me dit qu’après le boulot il viendrait me voir.

Envoyant au diable toutes les résolutions de prudence je me vêtis d’une mini blanche, ras la motte, qui dégageait bien mes belles cuisses rondes et d’un débardeur dont je vis qu’il laissait voir mes pointes de seins bien tendues.
A 17 heures piles, un petit coup tapé à la porte et le voici qui entre…sans ménagement ni fioriture il me pousse contre le mur et commence à me rouler un patin d’enfer, me prenant les nichons à pleine main et puis, descendant plus bas me malaxant les fesses comme un malade.
Il faut dire que ce fut rapide comme résultat et je ne me reconnue pas dans la femelle en chasse qui lui rendit baisers pour baisers et caresses pour caresses.
Ce queutard me mettait le feu au cul et justement j’en avais envie depuis longtemps : qu’il me baise !!!
Ses mains avaient remonté la mini et un doigt agile venait de s’introduire dans ma chatte, déjà trempée et dégoulinante, en écartant juste l’élastique de mon petit string…quel salaud ce mec, il aurait pu me dire bonjour avant, oui, mais avec le risque que parlant, l’envie passe…
Je ne savais plus ce que je faisais, mes jambes tremblaient comme pendant mes nombreuses séances de masturbation, je sentais mes nichons devenir encore plus durs et ma chatte semblait douée d’une vie propre puisqu’elle ruisselait de désir et d’envie d’être pénétrée.

Me retournant il lèche le bas de mon dos et me tient les hanches, pour venir baiser le string et commencer à me caresser la raie des fesses en partant de mon minou. Je suis en gésine, je gémis, je souffle…envoyant les mains en arrière je lui défais son short pour empoigner son membre lourd à pleine main, me mettre à le branler et le sucer. Putain, quel pied d’être là, à tenir cette bite fabuleuse dont parlait mes copines de l’hôpital. Il m'allonge à même le sol et se met à positionner son gros gland à l’entrée de mon vagin, puis me regarde droit dans les yeux…je n’en peux plus de tant de lucre et j’ai un orgasme muet, qu’il sent néanmoins, car sa grosse pine est au contact des lèvres de ma chatte. Aussi sec il pousse en avant et, d’un coup, son gros membre dur et long me rentre dans le ventre. Là je peux gueuler mon plaisir et mes envies, il n'y a pas de voisins. Je jouis encore sous la pression de cette masse de chair qui m’ouvre en deux…je suis investie par une pine de salaud, je me fais tirer à peine arrivée comme une petite salope en manque, je gémis que c’est bon. Je suis une femelle en chaleur. Il sort de mon ventre et je reprends son membre lourd à pleine main, je le branle et le suce goulûment. Il aime ça. Il aime visiblement que je le suce et moi j'aime le sucer. Je fais aller et venir mes lèvres sur la hampe, descend lui sucer les couilles, remonte engouler la tête de ce gros noeud vibrant sentant le liquide suinter et venir le lubrifier pour préparer une bonne intromission. Oui, maintenant j’aime sucer une bonne queue, avant de me la faire enfoncer dans la motte.
Il me prend à nouveau, se remettant à pistonner ma vulve pour bien me la faire gonfler, me pinçant le clitoris. Je veux être sur lui, alors, dans un mouvement on roule pour que nous changions de position. Je me retrouve sur son membre, il voit mes seins qui sautent, il les caresse, les malaxe, les tête, les suce ; il tire les pointes à me faire mal et cela déclenche de l’électricité dans mon ventre .Je jouiiiiiis, je jouiiiiiiiiiiiis, je jouiiiiiiiiiiiiiiis en continu, c’est trop bon. Je gueule en plus, sans retenue aucune, je gronde que c’est le pied, je me bourre moi-même la chatte en montant et descendant sur cette queutasse qui m’a tant fait fantasmer quand j’étais plus jeune. Je caresse mon clitoris sur lui, je sens cette bite énorme dans mon vagin, elle me pénètre entièrement et j’aime ça. J’aime la baise avec lui. J’aurais du le provoquer à l’hôpital, pour qu’il me prenne comme ça, contre le mur de son bureau ou sur la moquette. D’un coup, me sentant encore en train de jouir, il lâche tout dans mon ventre en poussant une sorte de rugissement qui me fait me trémousser pour m’enfoncer son gros membre encore plus profond. Après un moment de repos, il me dit de revenir cette nuit dans son bungalow, qu’il me finira, qu’il me bouffera la chatte, qu’il me défoncera encore car il avait aussi pensé à me sauter en France mais que…

Posté par Simorgh sur l'ancienne version du site (http://histoires.intimes.free.fr)

Commentaires de l'histoire érotique Saint-Domingue

Aucun commentaire

Pour poster un commentaire, vous devez être connecté



Vous pouvez vous connecter sur la page de Connexion


Liste des histoires érotiques de simorgh :
(contactez l'auteur en cliquant sur sa fiche)
Une bonne remise en pression
Bézophone
Un gars de la Marine...
La dévergondée
Bonne baise
Apprentissage de petite salope
Saint-Domingue 2
Lourdes et chaudes
Saint-Domingue



Histoire coquine précédente
Histoire érotique suivante



Histoires Intimes : Toutes les histoires érotiques...

2004-2014 © Histoires Intimes - 55 connectés