Sexe Intime




Page de l'histoire érotique à Lire
   PAGE D'ACCUEIL > En groupe > Histoire érotique : Sauna

Sauna

+5

Lecture : 37734 fois - Commentaire(s) : 1
Histoire de Andecy

5 vote(s)
Vous avez aimé ce récit érotique ?

J'ai reçu à mon anniversaire une invitation à un soin de détente et relaxation dans un sauna-hammam. Mon premier enfant à l'école, mon deuxième chez sa nourrice pour la journée, je me suis dit que cet après-midi serait propice à passer dans cet établissement pour me faire du bien, j'étais bien déterminée à prendre un peu de bon temps, j'étais loin du compte...! Ma soeur semblait intéressée de m'accompagner, je tentais de l'inviter à me rejoindre mais son travail n'en finissait pas de la submerger, elle était désolée de ne pas se joindre à moi. Je me rendais donc en voiture sur Lille, l'établissement m'accueillait vers 14 H. J'ai été surprise en arrivant du décor soigné et cosy de l'accueil. C'était un lieu chaleureux aux odeurs fumets, un encens opiacé semblait parfumé l'endroit.
Un hôte s'avança et se posta devant moi :
- Bonjour, Madame, et bienvenue !

Sa voix était douce et charmante sans être mielleuse, il était grand, brun, le teint bronzé, laissant apercevoir de sa chemise ouverte sa musculature modérée. Il était plus petit que mon mari qui m'avait offert ce cadeau. Je lui ai expliqué en lui présentant l'invitation que mon époux m'avait offert ce présent, il me le pris, puis me débarrassa de mon manteau tel un gentleman, il le rangea et me rendait un bon de vestiaire.
- Je vous donne vos serviettes, peignoir et chaussures de détente, c'est offert, je vous invite à vous déshabiller, les vestiaires sont par ici.

Il me donnait la pile de vêtements puis m'indiquait la direction en m'accompagnant jusqu'au vestiaire duquel il ouvra la porte pour m'y inviter à entrer.
Je me sentais rougissante de toutes ces attentions à mon égard, cet hôte me faisait le grand jeu, je savais plus comment cacher ma confusion.
Je me déshabillais puis enfila mon maillot de bain 2 pièces, chaussa les tongs, et garda le peignoir à la main puis sortit de la cabine. Un nouvel employé m'accueillit puis me proposa plusieurs parfums d'huiles essentielles pour mon bain bouillonnant, j'optais pour rose orientale.
- Excellent pour la peau, me félicita-t-il ! Le bain dure 15 minutes, je vous propose un thé ou préférez-vous une infusion ?
- Une infusion, volontiers lui répondis-je !
- liqueur de pétale de rose, m'annonça-t-il en me tendant un petit verre à saké.
- Merci, mais je n'en prendrais pas, je ne suis pas fan de cet alcool, ni d'aucun autre à vrai dire.
- Ce n'est qu'une eau de liqueur relevée d'une essence de rose. C'est d'une douceur exquise.
- Bon je me laisse tenter, en effet, c'est doux, lui dis-je en finissant le verre.

La baignoire se remplissait, il y mit les essences et déjà le bouillonnement commençait. Il me tendit la main pour m'inviter à me rendre dans la baignoire, je l'ai lui prise et il m'installa un plateau avec l'infusion et la tasse, quelques migniardises, et, à côté, un essuie main en éponge.
Avant de s'éclipser, le serveur m'indiquait :
- L'établissement reste en tous points de vue d'une discrétion absolue, si vous souhaitez dégrafer votre maillot, n'hésitez pas vous mettre à l'aise.
- Merci, ça ira comme ça, lui répondis-je gênée.

Je commençais à me détendre et me relaxer, à tel point que je rentrais presque dans un état second de bien être. Repensant aux dernières paroles de ce charmant jeune homme, je me laissais allée à dégrafer le soutien gorge de mon maillot et m'installa plus confortablement sans la gêne de l'agrafe. J'en profitais pour me caresser un peu les seins, comme pour les enduire de cette essence de rose.

Le petit verre me montait un peu à la tête, je me sentais légèrement enivrée. Je me redressais et bu une gorgée de mon infusion et me laissais tenter par une petite douceur. La migniardise était très douce, sans être trop sucrée, elle avait le subtil goût de fleur d'oranger.
Je me caressais le corps en passant mes mains de plus en plus près de mon pubis. Je glissais mes doigts dans mon slip, et me caressais le téton de l'autre main.

Je commençais à m'exciter et à me mettre à mon aise. Le serveur revenait, je ne l'avais pas entendu, il s'approchait, je m'enfonçais dans le bain, rougissante !
- Tout va bien madame ? me demanda-t-il en remplissant ma tasse
- Très bien merci, fis-je gênée.
- Prenez votre aise, reprit-il, débarrassez vous complètement, ajouta-t-il en me montrant le soutien gorge d'un geste de la tête. Nos clients sont discrets, tous viennent pour se détendre, prendre du bon temps. C'est ce qu'on vous a souhaité en vous offrant ce cadeau ici. Il est recommandé de se dévêtir complètement notamment dans les saunas/hammams comme c'est une chaleur humide, le moindre vêtement est désagréable. Voulez-vous que je vous débarrasse ? me demanda-t-il.

Je m'affranchissais un peu, me mis complètement nue, il prit mon ensemble et le rangea dans le vestiaire avec le reste de mes affaires.
- N'hésitez pas à me demander si vous avez besoin de quoi que ce soit, je suis à votre plein service !
- Mmm, merci de votre proposition, lui fis-je, me surprenant de disposition.
- Le bain bouillonnant se termine, il se vide automatiquement, je viendrai vous chercher et vous accompagner au hammam.
- Merci. Ce verre d'accueil me détend beaucoup, je suis très à l'aise.
- Puis-je vous proposer un autre verre ?
- Volontiers ! Il s'approcha avec la bouteille et le verre, s'assit sur le bord de la baignoire, me servit et me donna le verre.
Je me redressais puis bu le nectar.
- Ca me fait un bien fou ce bain !
- Vous semblez plus détendue, et votre peau est déjà assouplie, votre visage est apaisé. Puis il passa le revers de sa main sur ma joue et la glissa le long de mon cou. Je le laissais me caresser. Le bain arreta son bouillon, puis la vidange s'enclencha.
Je me levais, il m'aida à enfiler le peignoir et à sortir de la baignoire.

On avançait vers le hammam :
- Je vous conseille de mettre de suite votre peignoire sur la patère à l'entrée du hammam, la chaleur humide y est agréable nu
- J'y comptais bien, lui répondis-je de plus en plus ouverte à ces propositions.

Il était vétu d'un short qui lui moulait ses belles fesses et d'une chemise très légère qui laissait entrevoir ses abdos et pectoraux travaillés.
- Nous y voilà ! lança -t-il, je vous accompagne à l'intérieur pour vous installer à votre aise.
- Avec plaisir, lui dis-je, en enlevant mon peignoir pour l'accrocher à la patère. Il se débarrassait de sa chemise, laissant le spectacle de son torse puis m'ouvrit la porte et m'invita à y entrer.
- Vous m'avez conseillé une tenue puis légère lui rappelais-je en pointant son short du doigt !
- Je vois...dit-il, il referma la porte aussi vite, se mit à son tour nu, me rouvrit la porte et m'invita à entrer. Je passais si proche de lui que nos peaux se touchèrent comme une caresse. Puis il me devançait et me montrait un banc carrelé de faïence bleue. Il y mis une serviette éponge, prit ma main et proposa de me masser un peu les épaules, ce que j'acceptais sans hésitation. Il commençait le massage en m'expliquant que cet après-midi l'établissement est ouvert aux couples mais qu'il pouvait parfois être réservé aux hommes seuls ou aux femmes seules.

- Oui, j'ai vu un couple "s'aimer" en entrant dans la vapeur...
- Vous avez regardé pour voir ! me taquina-t-il !
- Oui, un peu j'avoue dis-je en souriant !
- C'est bien agréable, lue félicitais-je !
- Merci, vous avez la peau douce, une peau de pêche qu'on aimerait croquer ! dit il en dirigeant ses mains vers mes hanches et mon bassin.
- Mmm lui fis-je en dandinant légèrement mes fesses comme une invitation. Vous avez des mains expertes. C'est divin !

Je pouvais distinguer le couple plus loin. Monsieur était assis et madame, allongée sur le ventre, lui faisait une fellation sans discrétion, avec langueur.
- Ils sont passés à la vitesse supérieure ce joli petit couple, lui fis-je remarqué.
- En effet, ils prennent du bon temps.
- C'est possible ici, fis-je en me rasseyant, repliant la jambe gauche sur le banc plaçant ma jambe droite sur ma cheville pour la maintenir.

Il s'installait à côté de moi et me murmurant :
- Vous êtes libre de prendre du bon temps consenti ici, sans inquiétude.
Je plaçais ma main sur sa cuisse, son minou à proximité de mes doigts, je m'approchais de son oreille et lui dis :
- C'est fort tentant de se savoir autorisée, puis lui l'embrassais sur la joue.
Il mit sa main sur la mienne, pris son membre et se touchait doucement. Sa bite prenait des formes attrayantes en se raidissant. Il se releva, puis me proposait encore ses services, debout, la bite brandit devant moi :
- Si vous avez besoin de quoi que ce soit...
Je le coupais dans sa phrase en saisissant son membre de ma main et lui caressa les couilles de l'autre.
- Vous êtes à mon plein service, repris-je !
- Exact, s'avança-t-il !

Je le décalottais doucement puis recalottais avec lenteur, le décalottais de nouveau puis léchais son gland. J'enfournais son gland dans ma bouche, puis avala sa queue au plus profond que je puisse.Je sentais son excitation grandissante, sa bite gonflée de plus en plus. Il gémissait un peu.
- Vous êtes bonne suceuse, me dit-il !
- Ca vous plaît ? je suis ravie que ça vous plaise...
- Qui n'apprécierait pas ...? dit il entre 2 gémissements alors que je reprenais ma langoureuse pipe.

Je sentais son gland gonfler dans ma bouche. J'aspirais sa queue en plaquant mes lèvres sur son gland en le retirant de ma bouche et finissais avec quelques coups de langue.
- Ah c'est bon ça ! C'est fantastique, vous êtes experte ! me félicita-t-il en rassemblant mes cheveux dans ma nuque et les maintenant en queue de cheval. Il remis sa bite dans ma bouche, bloquant ma tête, il me fourrait son membre à son rythme sans être trop profond, il prenait soin de se faire du bien et me faire passer un agréable moment aussi.
Il se retirait, j'aspirais à nouveau sa bite et lécha sa queue dans sa longueur. Il râlait de plaisir sous mon aspiration.
- Mon mari aime ça aussi...
- Il vous a offert ce cadeau ! me rappela-t-il, et vous avez un soin de massage corporel avec mon collègue qu'il nous faut aller rejoindre.
- Je vous suis alors s'ils nous faut nous en aller.

Déçue de ne pas avoir pu en profiter un peu plus, je pris la serviette en me relevant et le suivis. Nous repassions devant ce couple, l'homme me fit un clin d'oeil et sa femme un sourire que je lui rendis. Il enfila sa chemise et son short. Nous avancions vers un couloir, je le suivais. Il entra, me tenait la porte et glissa sa main sur mes fesses au passage.
- Mon collègue n'est pas encore là, il va nous rejoindre.
- Alors, en attendant, on en était où...? lui demandais-je en le débarrassant de sa chemise, déboutonnant son short et m'agenouillant devant lui.
- Vous me racontiez que votre mari aime votre technique de sexe de fellation.
- Hmmm, j'engloutissais sa queue dégonflée et aspirais de nouveau pour reprendre la raideur, je le branlais. Sa queue redevenait rapidement raide. Je refis une aspiration, pas plus, je savais qu'en abuser devenait douloureux pour le gland. Il commençait à perdre un peu de sperme, je m'en délectais. Il prenait son pied, moi aussi quand la porte s'ouvrit. Son collègue entra, il l'invita à se présenter. Il s'executait, je me relevais, me présentais à mon tour :
- Je m'appelle Barbara, enchantée !
- Moi de même, me répondit-il. Mon collègue à la chance de vous avoir accueilli...
- Ne soyez pas jaloux, lui dis-je en déboutonnant son short, je lui enlevais en m'agenouillant et commençais par le branler. Je peux m'occuper de vous deux...

Puis j'enfournais sa grosse queue dans ma bouche. Je devenais insatiable, j'en voulais plus...
Je branlais l'un, suçais l'autre et vice versa. Ils se rapprochèrent l'un de l'autre, j'enfournais leurs belles queues dans ma bouche. Je me libérais une main pour me toucher pendant qu'ils reprenaient leurs queues pour se les mélanger dans ma bouche.
Je les voyais s'embrasser, leurs langues s'entrelaçaient.

Je me relevais puis m'inséra dans leur jeu de langue. Ils me glissèrent entre eux. Face à un d'eux, l'autre derrière moi, je sentais leurs queues chaudes et dures. Le mec s'agenouilla derrière moi et me glissait la langue dans le cul. Je branlais mon premier amant.
- Vous êtes en train de me rendre folle de bites tous les deux, leur annonçais-je comme si ne pouvais plus me contrôler.
- On va t'en mettre alors, répondit le premier, l'autre me lapant toujours le petit trou. Puis il s'agenouilla aussi et me doigtait la chatte, me glissait sa langue.
Je mis mon pied sur la table de massage, leur laissant tout le loisir me lécher. Le gars derière moi lança sa langue de mon clitoris pour la passer sur mes lèvres, remonter sur mon périnée passer sur mon anus et la planter doucement mon petit trou qui se dilater de plus en plus sous l'excitation.
- Ah oui, vas-y le suppliais-je en écartant mes fesses.
- Tu aimes ? me demanda-t-il
- Oh oui, j'en veux de cette langue...
- Et si on passait à mieux, proposa le premier
- Hmm ouiii lançais-je

Il s'installait sur la table de massage, je repris sa bite bouche, l'autre me lapait le cul en me doigtant. Il se redressa et me prit en levrette alors que je suçais de plus belle cette bonne queue.
Le masseur se releva, m'aidait à monter sur le table de massage, je m'installais cette bonne bite dans le vagin. Elle glissait sans mal, je me cambrais et m'affairais à quelques coups de reins.
- Attends, calme-toi gourmande, me dit le second amant en m'attrapant pas les hanches pour m'immobliiser.

Il me poussa le buste en avant, écartant par conséquent mes fesses, laissant mon trou de cul vacant. Il y repassa sa langue, lécha les couilles du premier au passage.
Il monta à son tour sur la table et m'enfonçait sa bite dans le cul avec douceur.
Je prenais un pied formidable, j'accomplissais un fantasme...
J'étais prise par 2 bites bien fourrées dans mon cul dans ma chatte.
- Oh oui, allez-y bourrez moi la chatte, bourrez moi le cul, exigeais-je.
- Tiens, prends ça, dis mon sodomiseur.
- Ah oui, vas-y, mets la moi bien, c'est bon !
- Tu aimes ça hein... reprit le mec face à moi, il se secouait les reins et me limait le vagin, se redressa et léchait mes seins.
- Je suis folle de çà...Allez-y bourrez moi, j'adore !

L'excitation devenait indécente, mon sang bouillait. J'étais tellement excitée que je me demandais si j'allais savoir jouir quand l'orgasme monta. Je me saisis de mes seins pour les présenter à la bouche de mon amant. Il compris et me mordillait les tétons, je jouis.
- Ah oui ! oui, oui, oui, hurlais-je frénétiquement.
Je m'immobilisais pour laisser l'homme finir de me sodomiser, il sortit sa queue et me jouit sur les fesses. L'autre n'ayant pas joui, je le finissais à la bouche, je me retirais de sa queue, me tartina le cul du jus du mec qui m'avait pris le cul et repris une pipe effrenée. Sa queue sentait ma mouille, ca m'excitait, j'avalais sa grosse bite jusqu'à la gorge. Il jouit, je gardais tout dans la bouche et avala d'une traite. Puis calmé le jeu en léchant tout le sperme sur son gland.

Commentaires de l'histoire érotique Sauna

2009-11-26 22:32:22  -  lyna  
vraiment sympa comme histoire

 1 / 1

Pour poster un commentaire, vous devez être connecté



Vous pouvez vous connecter sur la page de Connexion


Liste des histoires érotiques de Andecy :
(contactez l'auteur en cliquant sur sa fiche)
Sauna



Histoire coquine précédente
Histoire érotique suivante



Histoires Intimes : Toutes les histoires érotiques...

2004-2014 © Histoires Intimes - 91 connectés