PAGE D'ACCUEIL > Fantasmes > Récit : Baisée sur le toit de la fac

Baisée sur le toit de la fac

+18

Lue : 1389 fois - Commentaire(s) : 0 - Histoire de Myra postée le 24/02/2019
Cams coquines
Voici ma deuxième histoire, mon deuxième rêve érotique avec le même beau gosse de ma promo. Si beau que je ne saurais dire lequel du vrai ou celui du rêve est le plus beau... C'est impressionnant de voir ce qu'il peut m'inspirer.

On était en classe, tout allait bien jusqu'au moment où nos regards se croisent et se soutiennent pendant un long moment durant lequel la tension sexuelle n'a fait que monter en moi au point où j'ai eu besoin de sortir prendre l'air.

Je suis sortie sur le balcon de notre étage et je suis montée au dernier niveau histoire de m'isoler un peu et de reprendre mes esprits.

Je pensais qu'il n'y avait que moi qui était dans cet état. Mais apparemment non puisque tu m'as suivie.

J'étais acoudée à la balustrade quand je t'ai senti te coller contre mes fesses et me tenir par la taille, j'ai sursauté parce que je ne t'avais pas entendu arriver.

Tu m'as enlacée en me disant : "Rassure-toi ce n'est que moi. Tu pensais m'allumer comme ça et t'en sortir comme si de rien n'était? C'est trop facile. Tu sens dans quel état tu m'as mis? Va falloir t'occuper de moi maintenant"

Et là j'ai été un peu prise de panique, je t'ai dit: "Non M., pas ici je t'en prie, on pourrait nous voir"
Tu m'as répondu: "Ne t'inquiète pas, si tu ne gémis pas trop fort, personne ne nous entendra... En attendant apprécie la vue"

Tu t'es mis à m'embrasser dans le cou et à me caresser sous mon top: taille, ventre, seins, tes mains se baladaient avec délice. Puis ta main droite est descendue sur mon entrejambes pendant que l'autre ouvrait mon pantalon et est rentrée directement sous ma culotte pour caresser ma vulve à même la peau. Tes doigts se sont insinués à l'intérieur pour trouver mon clito. J'ai légèrement écarté les jambes pour mieux sentir la caresse ce qui m'a valu un soupir rieur de ta part pendant que tu continuais les bisous dans le cou et que je passais ma main dans tes beau cheveux ébène.

Ta main droite à commencé à baisser mon pantalon et ma culotte et à me caresser les fesses avec envie puis descendre le long de ma fente et me doigter sans difficulté vu comment je mouillais, le contact avec tes bagues est toujours aussi électrisant.... et excitant. Je me mordais les lèvres pour ne pas gémir au risque de nous faire remarquer et ça avait l'air de te faire encore plus bander, tu avais envie de m'entendre gémir... Tu t'es mis à me doigter de plus en plus profondément, de plus en plus fort et de plus en plus vite.

Quand tu as senti que j'étais sur le point de jouir, tu t'es arrêté. Tu as ouvert ton pantalon, sorti ta queue qui était gonflée d'excitation et tu m'as poussée la tête pour m'accroupir et te prendre en bouche. Au début, tu te laissais faire et appréciais avec délectation puis tu m'as tenu la tête et tu as appliqué ton propre rythme. Quand tu as ralenti, c'est moi qui ai accéléré. Et tu t'es immédiatement retiré en me disant: "Oh non, ça ne va pas se terminer comme ça".

Tu m'as relevée, retournée contre la balustrade et tu m'as pénétrée violemment, tu t'es mis à faire des vas et viens de plus en plus rapides et de plus en plus violents parce que la situation t'excitait: tu savais que je ne pouvais pas gémir et encore moins crier. Et en même temps, tu t'es remis à titiller mon clito jusqu'à ce que je jouisse et tu as éjaculé juste après.

On s'est rhabillé, tu m'as prise dans tes bras et donné un baiser des plus doux et des plus tendres qui voulait effacer toute la brutalité du coït et tu m'as dit avec un sourir en coin: "t'es vraiment bonne!"

Tu m'as enlacée et proposé de retourner en classe. Je t'ai répondu que je passais me rafraîchir aux toilettes avant. Tu m'as dit que tu préférais rester avec mon odeur sur toi encore quelques heures avec un sourir en coquin.
18 vote(s)


Vous avez aimé ce récit érotique ?


Commentaires du récit : Baisée sur le toit de la fac

Aucun commentaire
Pour poster un commentaire ou faire un signalement, vous devez être connecté !



Histoire précédente <<<
>>> Histoire suivante