PAGE D'ACCUEIL > Fantasmes > Récit : Forcée pour ma première sodomie

Forcée pour ma première sodomie

+9

Lue : 1234 fois - Commentaire(s) : 0 - Histoire de Myra postée le 20/03/2019
Cams coquines
Dans la nuit qui a suivi le précédent rêve, je me suis réveillée à 3h30 du matin, impossible de me rendormir et vers qui mes pensées sont-elles allées??? Hein, allez, devinez ... Dans le mille : mon beau fantasme incarné en la personne du beau gosse de ma promo.

Je n'ai pas pu empêcher ma main de se glisser sous ma culotte et me caresser jusqu'à l'orgasme en repensant au rêve de l'après-midi. Maintenant détendue, j'espère me rendormir et avoir au moins une demi-heure de sommeil en plus vu comme la nuit a été courte. J'y arrive sans peine et comme une fois n'est pas coutume me revoici plongée dans un autre rêve érotique.

Dans ce rêve, je débarque devant le portail de chez toi, gare la voiture et te préviens par sms que je suis là en te demandant de sortir.
Tu arrives sans trop comprendre ce qu'il se passe.

Je te fais signe de monter à l'arrière de la voiture, ce que tu fais sans broncher.

Je descends et viens de ton côté sans monter de suite en voiture.

Je porte un long manteau marron et en dessous rien d'autre que des dessous sexy et des bottines à talons hauts. Je retire le manteau et le pose sur le toit de la voiture.

Je fais un tour sur moi-même pour être sûre que tu m'aies vue sous tous les angles et viens te rejoindre sur la banquette arrière.

Je m'assois à côté de toi et t'embrasse avec fougue !

"Mais qu'est-ce qui t'arrive?"

"Je n'en peux plus et je ne veux plus attendre, on est tous seuls tous les deux ce soir et on en a envie tous les deux... Pourquoi se priver? La vie est courte ! S'ils ne le savent pas, ça ne leur fera pas de mal. Et ce n'est pas moi qui vais le leur dire"

En disant ça, je me suis mise à califourchon sur toi et ai commencé à te déshabiller.

Tu essayais de m'arrêter et j'ai cloué le bec à tes protestations avec un : "Dis-moi maintenant que tu n'as pas envie de moi et je m'en vais sans me retourner"

Tu m'as regardée en silence et tu m'as embrassée à nouveau en me serrant dans tes bras...

Je ne voulais rien d'autre que de te sentir en moi.

Je t'ai retiré ton pantalon et ton underwear et je me suis directement empalée sur toi après avoir poussé le tissu du mien. J'ai poussé un râle bestial et me suis effondrée contre ton torse. J'allais commencer à bouger quand tu m'as fortement attrapée par les hanches et que tu t'es mis à me pilonner avec rage. J'ai joui en quelques instants, mais sans toi...

J'ai donc décidé de m'occuper de toi en m'agenouillant sur la banquette pour te sucer. Je t'ai branlé, léché, sucé, joué avec tes bourses, avalé tout entier... Oui, la fellation est toujours un pur moment de plaisir pour moi.

Pendant ce temps tu t'amusais à caresser ma vulve et mon petit trou. Je t'ai laissé faire sans m'inquiéter en pensant à tort que c'était juste un plaisir que tu voulais assouvir de me mettre des doigts àc et endroit.

Puis tu m'as retournée contre le dossier de la banquette et tu m'as pénétrée d'une traite jusqu'à la garde. Tu m'as baisée dans cette position tout en me doigtant l'anus avec un doigt puis deux et en titillant mon clito de ton autre main, j'étais au paroxysme de l'excitation.

Quand tu as senti que je jouissais, tu es sorti de mon vagin et m'a lentement sodomisée. Quand je l'ai réalisé, j'ai été prise de panique et comptais me retirer, mais tu m'as attrapée par la nuque en me disant de me détendre et que tout irait bien. "Tu as dis que tu avais envie de moi, non ? Et bien on y est et je vais assouvir tous tes trous. Laisse toi faire et tu vas voir que tu vas aimer"

Je ne bougeais plus et appréhendais chaque instant, chaque mouvement. Tu continuais ton insertion lente dans cette partie de mon anatomie jamais encore visitée aussi profondément. Et les rêves ont cet avantage de sublimer les choses...

Dès que tu as été tout au fond, tu t'es collé à mon dos en me disant : "Voilà ce dont moi j'ai envie depuis des semaines..."

Tu m'as enserré la taille et tu as commencé des va-et-vient lents au début et quand tu as senti que j'étais bien dilatée tu as accéléré le rythme tout en veillant à bien te frotter contre mes fesses à chaque rapprochement.

A ma grande surprise, j'y prenais du plaisir et ai même fini par jouir sans même savoir d'où venait cet orgasme...

Tu as éjaculé dans mon cul et cela avait l'air de te procurer énormément de plaisir...
9 vote(s)


Vous avez aimé ce récit érotique ?


Commentaires du récit : Forcée pour ma première sodomie

Aucun commentaire
Pour poster un commentaire ou faire un signalement, vous devez être connecté !



Histoire précédente <<<
>>> Histoire suivante