PAGE D'ACCUEIL > Lesbiennes > Récit : La prophétie du futur 2

La prophétie du futur 2

+18

Lue : 884 fois - Commentaire(s) : 0 - Histoire de mielpops postée le 15/10/2012
Cams coquines
Etrangement, au fur et à mesure que je m'approche de Hundra, je ressens tout ce que la grande prêtresse ressent et inversement. Je sens que rien n'a jamais été pareil jusqu'à maintenant, que rien ne s'est présenté sous le même aspect, la nature, les cristaux, le rayonnement exceptionnel de Hundra, les vibrations. La Shahakrambuntaa sait déjà que le combat est gagné et je sais que j'accomplirai le rite. Elle sait que j'ai sauvé son futur et je sais que j'ai sauvé ma vie.

J'ai à présent l'impression que mon corps et mes pensées m'échappent peu à peu. Le processus s'est inversé. Si, à chacun de mes voyages dans le temps je me glisse dans la peau d'une autre, il n'en est absolument rien cette fois-ci. Je deviens le réceptacle de la grande prêtresse. Quantum, quel tour m'as-tu encore joué ? Pourquoi ne pas m'avoir directement incarnée dans le corps de la prêtresse ? Est-ce parce que je ne pouvais tenir son rôle et celui de l'élue à la fois ? Il est vrai, je ne pouvais pas me juger à mon arrivée et me condamner à accomplir le rite..Je ne pouvais tenir les deux rôles à la fois et pourtant...

Pourtant, quelque chose d'extraordinaire se produit. Une immense énergie plasmique est en train d'envahir tout mon être, s'insinue jusque dans la plus petite particule de mon corps. Instinctivement, mes yeux se portent sur la grande prêtresse dont l'entité est devenue une pure source de lumière irradiant jusqu'en moi. Elle prend peu à peu possession de mon corps, insensiblement, dans une infinie douceur et une chaleur bienfaitrice. Et plus j'approche de Hundra, et plus j'en tombe amoureuse alors que je n'éprouvais jusque-là qu'un simple désir charnel.

Alors que l'énergie de la Shahakrambunta m'investit toute entière, mon corps transi d'amour entre dans un état que même les mots ne peuvent décrire. Ces sentiments et cette envie qui m'assaillent me transfigurent totalement, dépassent le temps et l'espace, dépassent l'entendement tout court. Je n'ai jamais ressenti une telle force de sentiments, une telle envie d'un être à s'investir aussi loin et aussi fort. Je sais la hauteur de l'amour que porte la prêtresse à Hundra.
J'ai compris. La Shahakrambuntaa se servira de mon expérience pour faire l'amour à Hundra et je me servirai de ses propres sentiments pour mieux l'aimer encore.

Me voilà à présent totalement investie par l'âme de la grande prêtresse. Le bouillonnement des cristaux les a rendus translucides et j'aperçois l'ébullition intense qui les anime. Les vibrations s'accélèrent et la nature, tout l'environnement suit la cadence. Je me rapproche de Hundra dont le rayonnement s'est encore intensifié. Je ne pensais pas si bien dire quand je l'ai comparée à un être de lumière.
Au-dessus de nos têtes, la noria des soleils et de leurs planètes respectives a repris sa course avant de se ranger dans un alignement parfait. Un tableau indescriptible s'offre à mes yeux émerveillés, j'ai l'impression d'assister à la naissance de l'univers. Les étoiles brillent de mille feux, les galaxies étincellent, les constellations et les nébuleuses se sont parées de leurs plus belles couleurs et des milliers de minuscules astéroïdes se désintègrent en approchant, formant le ballet féerique d'un feu d'artifice gigantesque.
J'arrive/nous arrivons à ses côtés et mes bras/nos bras se tendent vers Hundra, ne demandant qu'à étreindre cette merveilleuse créature. Nos mains s'unissent, nos doigts se scellent et nos regards se croisent. Nos énergies plasmiques se mélangent, nos corps se rapprochent avant de se toucher dans une tendresse infinie.

Nous nous unissons dans nos corps, nos esprits et nos âmes. Nos regards ne se sont pas quittés, insensiblement, nos lèvres se sont rapprochées. Je ne peux exprimer ce que je ressens à cet instant précis. Quelque chose qui dépasse tout ce que j'ai connu et même au-delà encore.

Ses bras enserrent ma taille, les miens son cou gracile, nous nous étreignons d'avantage et notre baiser se fait plus profond, nos langues se cherchent et se trouvent avant de se livrer bataille. Je sens déjà une chaleur montante, un bouillonnement progressif qui, je le remarque très vite se marie à celui des cristaux géants. Je devine que notre union est en osmose avec tout ce qui nous entoure, le quartz, la nature, le temps, l'espace, l'univers tout entier. Nous formons un tout, devenons le produit d'une concentration d'énergie phénoménale qui ne demande qu'à exploser.

Je sens contre le mien, son corps immense, félin et gracieux. Je me sens soudain comme enveloppée par les ailes d'un ange protecteur. Nos sentiments nous entraînent très vite dans un tourbillon de volupté très dense alors que nous continuons notre ascension dans les airs. Nos mains explorent nos corps sans répit, ne laissant aucune parcelle sans sa part de caresse, sans sa part de tendresse.

J'ai envie de plonger mon visage dans le cou de Hundra et aussitôt en ai-je émis le désir que je me vois déjà le dévorer alors que je suis toujours en train d'embrasser ses lèvres pulpeuses. Il me faut quelques secondes pour comprendre que je suis en train de vivre dans plusieurs dimensions à la fois, que le temps et l'espace se multiplient à l'infini et à volonté, gravé à jamais dans l'histoire de la vie.

Que de chemin parcouru depuis mon arrivée sur ce caillou hostile et cruel ! Ce que je vis est absolument merveilleux. Alors que je fais découvrir les plaisirs charnels à Hundra, c'est moi qui, en fin de compte suis en train de vivre des instants uniques et exceptionnels qui nécessitent qu'il faudrait des siècles, voire des millénaires à étudier et à comprendre.

Puisque je suis sensée emmener cette sculpturale créature au bout du plaisir, je me décide à employer tous les moyens connus pour y parvenir. J'embrasse sa bouche, son cou et puis soudainement, je me surprends à vouloir goûter à ses seins. Je me souviens de ce que m'a dit tantôt une de mes accompagnatrices alors que j'étais à la recherche de nourriture pour mon estomac affamé : « Il suffit de vouloir pour que cela soit....La magie des cristaux.. » Tout vit en symbiose, en osmose parfaite. Chaque élément est à sa place, et à chaque place se trouve son élément. Tout est étroitement imbriqué, tout est un immense engrenage universel dans lequel le pouvoir de la pensée est maître.

Je pense et puis soudain, ses seins, magnifiques obus noirs, superbement dessinés et fermes occupent l'espace de chacune de mes mains. Je me mets à découvrir leur texture douce alors que dans chacune des autres dimensions, elles investissent différentes parcelles de son corps avec une lenteur calculée. Le goût de ses lèvres, indéfinissable est un plaisir de chaque instant, c'est pourquoi ma bouche refuse de s'en séparer. Ses seins sont si doux, si parfaits que je m'attarde savamment sur chacun d'eux, appréciant leur forme, leur grain de leur peau satinée, dans la paume de mes mains d'abord, puis progressivement, en faisant rouler leur pointe entre mes doigts.

Je m'imagine alors un instant que je savoure à pleine bouche ses délicieux fruits et aussitôt après je m'en délecte réellement. Mes lèvres embrassent tendrement ses pointes durcies et fières avant de les pincer progressivement avec, alternant avec ma langue gourmande qui les investit en même temps.

Ma bouche s'attarde sur ses lèvres, mordille le lobe de ses oreilles, ma langue trace des sillons humides dans son cou et la vallée de ses seins, embrasse sa nuque, sa délicieuse poitrine, son nombril, sa merveilleuse chute de reins alors qu'un autre moi vient embrasser son bas ventre, un autre son pubis, un autre encore son sexe. Je place ma douzaine de mains aux endroits stratégiques, œuvre avec le plus grand soin et toujours avec une infinie douceur. Mes doigts démultipliés jouent simultanément sur son pubis, son bouton intime et s'immiscent en elle, ou impriment un va et vient de plus en plus dense et profond. Une autre Nelhya goûte son fruit défendu avant d'en savourer chaque goutte de plaisir.. Et je me rends compte que les caresses prodiguées à Hundra se reproduisent sur mon propre corps. Le halo de lumière qui nous entoure s'intensifie au fur et à mesure que notre plaisir s'accentue. Ce sont à présent des dizaines de mains et de bouches qui investissent le corps tout entier de Nelhya, la noyant de caresses et de baisers sensuels et interminables. Des râles font place aux gémissements, des corps ondulent à l'unisson, et soudain, toutes les dimensions se referment en une seule au moment où une vague de plaisir incommensurable envahit notre être dans une explosion d'énergie incroyable. Au même instant notre halo astral prend des proportions astronomiques, englobant la planète entière, le système solaire, puis l'espace connu avant de disparaître totalement, sans un bruit, sans un souffle.

Disparus les cristaux géants, disparue l'immense grotte, disparue la planète, disparues Hundra et la grande prêtresse. Je me retrouve seule, à flotter dans le silence et la froide nuit de l'espace infini tel un corps à la dérive. Je suis nue et pourtant je vis, je respire. Ai-je rêvé ? Suis-je entrée sans m'en rendre compte dans un nouveau vortex temporel ? Si tel est le cas, pourquoi est-ce que je ne souffre pas ?

Non, je n'ai pas quitté l'endroit où je me trouvais quelques minutes auparavant. Je sens qu'il y a encore ici quelque chose à voir ou à comprendre. Mes yeux scrutent alors le vide glacial comme pour chercher une réponse. Et c'est alors que je vois. Mon cerveau imprime les données qui se présentent à lui et analyse à la vitesse fulgurante d'un micro-processeur.

Je viens d'assister à la naissance d'une nouvelle constellation. A y regarder de plus près, elle m'est fort familière. Deux étoiles entre toutes, Castor et Pollux brillent de mille feux à mes yeux incrédules. Je viens de créer, je suis, je ne sais comment l'interpréter, la constellation du Gémeau ! Pure folie, comment puis-je être à l'origine d'une constellation qui a vu le jour il y a des milliards d'années ?! Pourtant, elle est bien là l'étoile double, entourée par la constellation du Cocher, le Petit Chien le Lynx et la Licorne. Située à presque cinquante année lumière de la Terre, comment cette galaxie se retrouve-t-elle dans un coin de l'espace où elle était inexistante ? Trop de questions, pas assez de réponses. Ce n'est pas une constellation qui vient de naître sous mes yeux, mais un univers en entier. Je reconnais Orion, la voie lactée où se trouve le système solaire d'où je viens, Andromède et Cassiopée. Mon intervention a simplement remplacé par un univers par un autre, où la vie ne demande qu'à commencer. Je pensais que Quantum m'avait envoyée dans le futur mais je me suis retrouvée propulsée dans le passé...pour assurer mon propre futur, en permettant à la matière de remporter sa lutte contre l'antimatière.

Il me faudra simplement convaincre les scientifiques que les noms de légende donnés à ces deux étoiles qui caractérisent la constellation du Gémeau doivent s'appeler en fait Hundra et Shahakrambuntaa.
26 vote(s)


Vous avez aimé ce récit érotique ?


Commentaires du récit : La prophétie du futur 2

Aucun commentaire
Pour poster un commentaire ou faire un signalement, vous devez être connecté !



Histoire précédente <<<
>>> Histoire suivante