PAGE D'ACCUEIL > Voyeurisme > Récit : Mon ex fait du ciné

Mon ex fait du ciné

+0

Lue : 9218 fois - Commentaire(s) : 0 - Histoire de pelochon postée le 08/03/2010
Cams coquines
- Ca y est, je l’ai !!

La voix de Sandrine était enjouée.

- Tu as quoi ??? répondais-je interloqué
- Les trois films, ils étaient vendus par trois au sexe shop
- Les films ?!? Quels films ? De quoi tu parles ?
- Le dernier film de Véronique, voyons, ton ex, ne m’avais-tu pas dit qu’elle actrice de film X.
- Cela ne te fait pas plaisir, je croyais que tu étais un fan.
- Je pensais qu’elle avait arrêtée sa carrière.
- Que nenni, le premier est un film qui se passe pendant la guerre, Véronique semble être du coté des vilains…
- Bon, si tu l’as acheté il ne nous reste plus qu’à le regarder alors…

Sandrine mis en route la télé, lança le film.

Dès les premières images on put voir Véronique en SS faisant le salut hitlérien. Frau Véronique c’était son nom dans le film, qui n’avait pas fait là preuve d’une imagination débordante, était chargée de passer les interrogatoires, ce qu’elle faisait à sa manière en y mettant autant de peaux que de verbes et pas mal de tortures sadiques qui plaisait beaucoup au commandant SS qui l’encourageait à l’envi. La blondeur de Véronique trop marquée pour être parfaitement honnête, aidait à rendre crédible son rôle sexy et sévère. Lorsqu’elle quittait cette allure austère conférée il faut bien le dire par le noir du costume militaire pour se mettre nue, il y avait peu de sexe capable de lui résister et les langues se déliaient les unes après les autres. Frau Véronique aimait y ajouter quelques décharges électriques. Ce film faisait référence d’évidence à ce que l’on à appelé en son temps la « nazi exploitation » mais restait dans un cadre soft et on avait plus souvent à faire au derrière nu de Frau Véronique qu’a des scènes indigentes et bestiales.

- Putain elle est encore très bandante ! dis-je
- Tais-toi, on n’entend plus rien, me repris Sandrine visiblement captivée

On imaginait aisément que le commandant et Frau Véronique partageait plus que leur goût pour l’interrogatoire sévère et luxuriant. Mais la résistance n’avait pas dit son dernier mot et envisageait de saboter le grand pont. Elle avait envoyé deux frêles donzelles pour faire diversion et égayer l’après-midi des vils tortionnaires. Quand deux soldats amenèrent les deux femmes en disant qu’ils les avaient surprises en train de fouiller le camion en face de la commandature, celui avec les grenades et les explosifs destinés à être apporté au front, le commandant et Frau Véronique échangèrent un regard qui en disait long sur leur intention. L’interrogatoire promettait d’être bon et long. En plein milieu cependant le commandant dû partir répondre au téléphone et les deux jeunes femmes en profitèrent pour sauter alors sur Frau Véronique qu’elles ne tardèrent pas évidement à déshabiller. L’une la prit sur ses jambes et elles commencèrent à lui fesser ses belles fesses roses et nues qui répondaient aux assauts tactiles par un petit mouvement d’épiderme et de pouding à l’anglaise. Le pont était prêt à sauter et le chef des résistants téléphona à ses hommes pour qu’ils aillent libérer les deux malheureuses. Le commandant SS revint à ce moment de son entretien qui avait duré à et vit Frau Véronique dans sa situation scabreuse et pour le moins excitante. Il sorti son arme mais des coups de feux éclatèrent au dehors. On est attaqué dit-il, la porte s’ouvrit et le commandant s’écroula sous le feu des résistants. Frau Véronique profita de tout ce remue ménage pour se sauver et elle monta toute nue au volant du camion. Les résistants la laissèrent se sauver.


- Par contre comme actrice elle a fait pas mal de progrès, tu m’avais dit qu’elle était moyenne tout dans les nibards et dans les fesses, mais son jeu est pas mal…
- CCChut…Regarde, on arrive à la fin, dis-je captivé à mon tour me demandant comment tout cela allait se terminer…

Frau véronique conduisait comme une folle nue au volant les nibars en pointes. Le chef de la résistance donnait juste à ce moment à ces hommes de lancer le compte à rebours et de s’éloigner du grand pont. Les hommes s’exécutèrent et partirent en courant quand le chef de la résistance vit un camion se diriger vers le pont à toute allure. Il prit ses jumelles et dit « mais on dirait Frau véronique, cette garce ! Mais on dirait qu’elle est à poil » renchérit-il en voyant les nichons de la pulpeuse blonde balancer nu à l’air en réponse aux dénivellations de la route. Frau Véronique crû qu’elle était sauvée au moment où elle s’engagea sur le pont. 4,3, 2,1 le compte à rebours se mourrait et juste au moment où la jeune femme arriva au centre du pont, l’engin de mort explosa déstabilisant les structures au point de détruire l’édifice mètre par mètre. Le pont bascula envoyant le camion de Véronique dans le vide. Elle partit d’un « AAAAAAAAA »qui fut à peine couvert par le bruit du pont en partance vers le sol. Le camion s’explosa une centaine de mètre plus bas, accompagnée de milliers de petits gravats tandis que la résistance jubilait de leur coup de force. FIN

- Alors ça t’as plu ? demandais-je à Sandrine
- Oui pas mal, j’ai adoré la fin quand Véronique s’engage sur le pont toute nue au volant de son camion bourré d’explosif et sa tronche quand elle se voit partir dans le vide

Le suivant s’appelait « le dédoublateur ». C’était visiblement un film d’espionnage à la Rod Steele, bourré de références et d’humour et de vilaines aux gros Nibars. De quel coté serait Véronique… on ne tarda pas à le savoir : c’était la chef des vilaines et elle aimait à se promener nue avec des chaussettes pour seul attribut vestimentaire.
A la fin Véronique, qui se faisait appeler Lady Véro X pour l’occasion et projetait d’envahir le monde de copie d’elle-même à l’aide d’un dédoublateur, réussit à capturer le bel agent secret qu’elle attacha sur une chaise en s’aidant de son double prouvant que la machine fonctionnait bel et bien. Les deux Véronique bien évidement toutes nues martyrisèrent d’excitation le bellâtre mais c’était sans compter sur l’héroïne qui détacha ce dernier. Véronique couru alors vers sa machine à dédoubler et installa, triomphante et nue et toujours en chaussettes, le compteur sur mille. On s’imagina voir débouler une armée de véronique nue. Mais contre toute attente (quoique…) la machine s’emballa et se mit sur le mode autodestruction, elle commença à pétarader dans tous les sens avec plein de fumée, Véronique criai « NON PAS CA ». L’agent et sa belle sauveuse sortirent précipitamment du repère de la vilaine qui était situé dans une grotte en pleine jungle et laissèrent Véronique exploser avec sa dangereuse et infernale machine dans un grand AAAA final. L’explosion se gagna au repère complet et la grotte finit par s’affaisser. Çà se termine toujours dans une grande explosion dit L’agent aux dents blanches s’apprêtait à fêter la fin de Lady Véro X en roulant un patin d’enfer à sa belle quand soudainement une voix s’éleva « ce n’est pas finit ». Il avait oublié la seconde Véronique la clonée ou la véritable ? Mais y avait-il une différence ? Toujours aussi nue véronique voulu tirer mais son revolver s’enraya. Elle jeta l’arme à terre furieuse et se sauva par la jungle. « Vous ne la poursuivez pas » demanda la jeune femme « Pas la peine » lui répondit le musculeux agent aux biceps d’apollon « écoutez ». Ils tendirent alors l’oreille ensemble et soudainement l’on vit Véronique courir nue avec de beaux mouvement de ralenti sur ses seins sautillant et soudainement elle tomba dans des sable mouvants : AAA NON AU SECOURS AAA. Et elle disparu dans le sol glouton dont l’appétit semblait être attisé par la nudité de sa proie. « Je vous l’avais dit » repris l’agent, dans cette région il ne faut jamais sortir des sentiers battus » FIN

- Deux fins nues de Véronique dans le même film c’est la fête…

Sandrine me descendit le pantalon visiblement autant excitée que moi et mis le dernier film qu’elle avança directement à la fin.

- Je veux juste voir la fin, on le regardera complet plus tard.

L’on découvrit véronique avec une longue chevelure blonde. Elle avait une allure entre Pamela Anderson et une poupée Barbie. Çà tirait de partout. Véronique pour une fois était vêtue d’un soutient gorge qui lui masquait à peine les seins, un petit triangle sur les mamelons et d’un slip un peu plus conséquent. Elle décida d’abandonner ses hommes tuant quelques policiers au passage. Elle courut jusqu’au téléphérique qui conduisait en bas de la falaise. Mais une policière courageuse sans nulle doute l’héroïne sauta et s’agrippa au téléphérique. Véronique tenta de l’empêcher de monter tandis que le téléphérique démarrait lentement.


Sandrine se faisait aller sur moi, de plus en plus vite au fur et à mesure que s’annonçait une fin attendue.


La policière réussit à pénétré dans l’habitacle et la bataille finale pouvait commencer. Au début Véronique malgré sa petite taille avait le dessus. Mais peu à peu les forces s’inversèrent et Véronique tenta de pousser la jeune femme dans le vide mais elle s’écarta, laissant la criminelle affronter le vide. Déséquilibré, battant des bras, elle tenta de se rattraper. La policière tenta de l’aider en l’agrippant à la seule chose : son slip. Mais le slip s’étira et les coutures commencèrent à céder les unes après les autres. Véronique s’écria : « HA MON SLIP CRAQUE !! » et elle disparu dans le vide le cul à l’air dans un grand cri d’effroi. La policière resta interdite et penaude le slip de Véronique démantibulé dans la main. Le réalisateur ne rata rien de la chute de la pulpeuse blonde et le mot fin s’inscrit sur l’écran.

- Ho c’est trop bon ! dis-je
- Ho oui, ajouta Sandrine, moi j’ai jouis quand son slip a craqué, dit-elle le rose aux joues
- Oui moi aussi !!

Sandrine reprit le dernier DVD et lu à l’arrière.

- Dommage il n’y en avait que trois, ici on annonce un film spatial où Véronique joue une traîtresse qui se met au service des Gogols et leur apprend à faire l’amour.

- Tout un programme, me dis-je l’esprit déjà ailleurs…
- Et si on l’invitait un de ces jours ? dit soudainement Sandrine, çà pourrait être sympa…


Ce jour là nous fîmes plusieurs fois l’amour comme jamais auparavant


FIN
0 vote(s)


Vous avez aimé ce récit érotique ?


Commentaires du récit : Mon ex fait du ciné

Aucun commentaire
Pour poster un commentaire ou faire un signalement, vous devez être connecté !



Histoire précédente <<<
>>> Histoire suivante