ACCUEIL > Divers > Récit : Sexe et carwash 4

Sexe et carwash 4

+9

Lue : 0 fois - Commentaire(s) : 0 - Histoire postée le 27/05/2024

Découvrez les filles coquines près de chez vous :

SEXE ET CARWASH

PARTIE QUATRE
L'après-midi a été intense. A force d'installer des portiques, je travaillais vite et bien, et j'étais suffisamment concentré pour ne pas faire d'erreur. Je faisais de toute façon toujours des contrôles à posteriori.
J'avais un créneau de deux jours par installation. Mais j'arrivais à finir en début de matinée. Ca me laissait du temps libre pour avoir du plaisir. Sans avoir jamais recours à des prostituées. Les filles venaient à moi naturellement.
Ce serait quand elles ne viendraient plus que je pourrais me poser des questions.
Au milieu de l'après-midi, la brune qui avait été frustrée mais l'était beaucoup moins est sortie. Elle allait visiblement quelque part. Un jean ultra-moulant, qui soulignait très fortement ce corps que je connaissais maintenant très bien, un hoodie sous lequel remuaient des seins qui semblaient libres. Elle s'est approchée de moi, et m'a tendu une clef.
— Je vais faire des courses. Je te donne ma clef. Tu viens quand tu veux et quand tu peux.
Elle venait de partir quand Dorothée a fait son apparition. Elle venait mesurer l'état d'avancée des travaux.
Elle s'est garée juste devant moi, et je l'ai regardée descendre de voiture. Une portière qui s'ouvre. J'avais déjà remarqué qu'elle était très coquette, et elle aimait se changer entre le matin et l'après-midi. Elle devait avoir une garde-robe impressionnante.
Je me suis pris un bon jeton, en tout cas. Un tailleur, veste fermée par un bouton, mais qui laissait apparaître des pans de peau nue. Dessous, elle n'avait qu'un soutien-gorge tendu par ses seins. Et la jupe qui accompagnait la veste était une micro-jupe. Dans la voiture elle était venue naturellement s'agglomérer à ses hanches, dévoilant l'intégralité de ses jambes magnifiques, gainées de bas nylon. Elle avait des bottines lacées avec des talons de dix centimètres. A la vision de ce spectacle global, ma queue s'est saturée de sang. Elle était hyper-attirante.
Elle a inspecté les travaux.
— Ca avance bien, dites donc. Je suis contente. C'est moi qui ai eu l'idée du car wash. J'en ai vu plein aux USA et ça me plaisait.
Elle est revenue vers moi. Elle avait une clef à la main qu'elle m'a tendue accompagnée d'un bout de papier.
— Je ne sais pas à quelle heure je serai à la maison, installez-vous, faites comme chez vous.
Et puis elle a dérapé, mais plutôt dans le bon sens. Elle a tendu la main vers mon pantalon, a descendu la fermeture-éclair de mon pantalon. Avec rapidité, elle est venue chercher ma queue dans mon pantalon et elle l'a mise à nu.
— Tu as une belle queue...C'est toujours ce que j'ai pensé. Et tu bandes bien.
Elle m'a caressé doucement, une caresse faite d'effleurements. En conséquence ma queue a été agitée de spasmes, et elle a gagné en dureté.
— J'ai envie qu'on passe un bon moment ensemble. Envie depuis longtemps. Comme toi, si j'ai bien senti les choses...Tu verras...Tu seras surpris.
Elle a resserré sa main autour de moi, et, dans un contraste total, s'est mise à me masturber plus vivement. Je n'ai pas joui, mais j'ai balancé un trait de sperme qui a atterri sur le nylon de ses bas. Elle a rengainé ma queue dans mon pantalon, et elle est venue ramasser le trait de sperme de la pulpe de ses doigts. Elle l'a lapé avec un mélange de gourmandise et de plaisir. Le plaisir d'une fille qui aimait le sexe. Deux femmes que tout opposait, et cependant mues par les mêmes envies.
— A ce soir.
Elle a repris son véhicule et elle est partie.
J'ai travaillé jusqu'à 18 heures avant de mettre un point final à mes activités pour la journée. Il me resterait une heure de travail. Je pourrais profiter du reste de la journée comme je l'entendais. J'avais deux clefs, réellement et symboliquement.
Je ne voulais pas arriver les mains vides. J'ai pris de la nourriture et un bouquet de fleurs dans une supérette. A 18 heures 30, je me garais devant chez elle. Un immeuble récent de trois étages, au milieu d'immeubles identiques, tous peints de couleurs pastel. La clef qu'elle m'avait remise me donnait accès à la porte d'entrée en bas, ainsi qu'à son appartement. Un appartement clair et lumineux. J'ai mis les victuailles au frigo, et le bouquet sur une table basse dans le living. Je me suis calé sur le divan, et j'ai lutté en vain contre l'endormissement.
Ce qui m'a réveillé, c'est sa clef à elle dans la serrure.
Elle m'a trouvé installé sur le divan. Elle a eu un immense sourire qui disait sa joie de me trouver ici.
— J'espérais que tu ne me ferais pas faux bond. Tu es là!!
Elle a posé son attaché-case, son sac à main et elle s'est laissée glisser sur le divan à côté de moi. On est entrés tout de suite dans le vif du sujet. Si j'avais envie d'elle depuis un moment, c'était sans doute réciproque, même si je ne l'avais pas suspecté. Sa bouche est venue chercher la mienne, chaude et avide. Sa langue glissant au contact de la mienne, pour une caresse mutuelle. Mon corps était déjà en feu, ma queue plus dure qu'elle ne l'avait jamais été. J'ai tendu la main vers la veste de son tailleur, et défait le bouton qui tenait la veste fermée pour l'ôter. Mes mains ont glissé dans son dos, pour venir dégrafer son soutien-gorge, que je suis venu récupérer sur le devant.
Ses seins étaient énormes, ronds, pleins et fermes, avec deux tétons qui appelaient ma bouche. Ils n'étaient pas naturels, mais ça n'était pas vraiment un problème. L'important, c'était le résultat et elle avait bien deux seins magnifiques. Ma bouche est venue travailler ses tétons. J'étais confiant dans mon expérience et ma capacité à lui donner du plaisir, et apparemment, j'ai bien enclenché notre relation, léchant et mordillant ses tétons que j'ai sentis gonfler dans ma bouche. Elle n'est pas restée inactive, venant me défaire pour mettre ma queue à nu, et elle m'a caressé. J'étais déjà très dur. J'avais vraiment accumulé du désir pour elle au fil du temps, et il explosait à ce moment.
Elle s'est dégagée de ma caresse buccale pour plonger sur ma queue. J'ai pu goûter, dans les minutes qui ont suivi, toute son habileté. D'évidence, ce n'était pas la première queue qu'elle caressait, de la main comme de la bouche, et elle m'a emmené plus haut, dans l'excitation et le désir, me poussant au bord de la jouissance, mais faisant en sorte que je ne l'atteigne pas. Sa langue agaçant mon gland, courant le long de ma tige, sa bouche venant englober mes couilles, les avalant, les faisant glisser dans sa cavité buccale chaude pour balader sa langue dessus. Des moments intenses...Mon liquide pré-sécrétif coulait d'abondance et elle est venue le laper.
C'est dans les secondes qui ont suivi que ça a basculé. Dans des sens que je n'avais vraiment pas anticipé. Elle s'est dégagée, et elle m'a dit:
— Viens me déshabiller. Et ne sois pas surpris.
Je me suis demandé ce qu'elle voulait dire avec ce 'ne sois pas surpris'. La réponse, je l'ai eue dans les secondes qui ont suivi. Une surprise qui a mis en évidence ce dont j'étais convaincu depuis longtemps, que, dans la vie, en guise de sexualité, on apprenait à chaque fois, et que chaque nouvelle partenaire, chaque nouveau rapport était l'occasion de pas mal de surprises.
Les mains un peu tremblantes, parce que j'étais ému de la déshabiller, j'ai d'abord caressé ses jambes, leur chaleur traversant le nylon électrique contre mes paumes, et puis je suis remonté pour défaire la jupe. Il y avait une fermeture-éclair sur le côté, alors ça a été facile. Je l'ai descendue, la jupe est devenue flottante contre elle. Je l'ai tirée vers le bas.
Dessous, il ne restait plus que son slip en dentelle.
Avec un élément inattendu. Il en dépassait une bonne dizaine de centimètres d'une queue longue et épaisse, avec un gland décalotté et un méat ruisselant.
Elle a eu un petit rire.
— Je ne suis pas tout à fait comme les autres. J'espère que ça ne te dérange pas.
Non, ça ne me dérangeait pas. Au contraire. J'adorais regarder du porno, et ça faisait des années que je sélectionnais, même si ça ne m’empêchait pas d'aimer les autres, la catégorie trans. Dans certains pays, notoirement le Brésil, mais pas que, les trans étaient un fait médical, mais aussi culturel, et c'étaient de belles filles, sans rien de masculinité, mais pourvues d'une belle queue. Et c'était un rêve qui me paraissait impossible à réaliser pour moi que d'approcher une fille pourvue d'une queue.
Est-ce que l'attraction intense qu'elle exerçait sur moi depuis le début ne venait pas du fait que mon instinct avait senti qu'elle était une fille avec une bite...
— Non pas du tout, j'ai répondu, en plongeant sur la queue et en venant la caresser de la langue d'abord, puis la prenant dans ma bouche, en l'enveloppant. Si je n'ai pas été surpris d'aller aussi facilement vers elle, c'est parce que j'avais ce fantasme depuis des années, et qu'il se concrétisait enfin, elle par contre était surprise, déjà sans doute d'un rejet qu'elle avait déjà du subir, mais aussi et surtout que je mette autant d'ardeur et que j'aie clairement autant envie d'elle. Est-ce parce qu'elle avait très envie elle aussi, qu'elle était excitée, qu'elle n'avait pas eu de rapports, très rapidement, il ne s'est même pas passé une minute m'a-t-il semblé, elle a dit :
--Oh non, pas maintenant, pas si tôt...
Et un premier jet de sperme est parti dans ma bouche, suivi par plein d'autres. J'avais envie de tout avaler, et j'ai laissé la semence couler dans ma gorge.
Je craignais que ce ne soit la fin, mais au contraire, ça n'était que le début. Elle n'a pas débandé, sa queue même plus dilatée encore, et j'ai continué à la bouffer jusqu'à ce qu'elle me dise :
--Viens, j'ai envie que tu me prennes...J'en ai tellement rêvé...
--Ca ne se voyait pas trop...
--Par contre, toi, je voyais bien que tu me désirais...Mais vu notre rapport l'un à l'autre, je n'osais pas faire le premier pas...Si tu savais comment j'ai pu passer des soirées à me caresser en pensant à toi...Et voilà qu'on est ensemble, enfin.
Je me suis basculé en arrière sur le divan, tout en l'attrapant par les hanches. Elle s'est laissée faire. Je voulais garder le contact, visuel, mais pas que, avec sa queue dilatée, collée contre son ventre, qui semblait grossir à chaque seconde.
Après m'avoir enveloppé d'une capote, elle m'a laissée la guider vers ma queue, figée dans une érection imposante. Les plissements de son anus m'attendaient, et je me suis demandé un instant si mon gland tout congestionné allait pouvoir rentrer et trouver une place dans son rectum. Mais peut-être que, tout simplement, ce n'était pas une question à se poser. Elle est venue en aplomb de moi et elle a attrapé ma queue pour la guider. Elle a posé mon gland pile au milieu de ses plissements. Et puis elle s'est laissée descendre.
Il n'y a pas eu le moindre signe de douleur, une grimace, un cri. C'est rentré tout seul, sans surprise après tout, vu que quand elle se faisait pénétrer par des hommes...Ils passaient forcément par là. J'ai rempli son rectum. Elle m'a avalé totalement, et le plaisir s'est lu quasi immédiatement sur son visage. Sa queue a eu un frémissement, et j'ai pensé un instant qu'elle allait jouir.
C'est d'elle-même qu'elle s'est faite aller et venir sur moi. Ma queue apparaissait et disparaissait, ses muqueuses les plus intimes me caressant. C'était vraiment bon. Et j'étais fasciné par le membre, collé contre son ventre, secoué par des spasmes, gonflant encore, et le ruissellement de ses liquides qui coulaient de son méat. J'ai tendu la main vers sa queue, et je me suis mise à la masturber...Elle m'a crié:
— Je vais encore jouir si tu me...
Elle n'a pas eu le temps de finir sa phrase, et des jets de semence sont sortis, puissants, copieux. Le premier est parti en travers de son ventre, j'ai resserré ma main autour de son gland, et toute la semence qui est ensuite sortie l'a remplie. Je l'ai gardée un bon moment, même après qu'elle ait éjaculé, avant de ramener ma main à ma bouche et de laper le sperme.
Elle continuait de bouger sur moi, dans un rythme régulier. J'ai senti très rapidement que ma jouissance arrivait. J'aurais voulu me freiner, mais c'était déjà trop tard, j'étais au bord de l'orgasme. Un orgasme qui a été très fort, à la mesure de ce moment exceptionnel, qui m'a coupé en deux, alors que mon sperme sortait, rasade après rasade, venait taper contre ses parois intimes et le faisait jouir lui aussi, même s'il n'a pas éjaculé à nouveau.
Je me suis dégagé. Le préservatif était rempli de semence. Et je demeurais aussi raide. Comme elle. On allait avoir encore de bons moments.
Elle s'est penchée, a cherché ma bouche, on s'est embrassés longuement, et dans le même temps, elle est venue coller sa queue contre la mienne. Deux queues bien charnues, plutôt épaisses et bien longues, plaquées l'une à l'autre. Moment troublant, sensations, celle du volume de la queue, de sa chaleur aussi. Elle nous a entourés de sa main et elle nous a caressés. C'était...
...Bon et terriblement excitant. Je me suis dit que j'allais exploser de jouissance. Il fallait que je tienne. J'avais peur de ne plus pouvoir bander, et qu'on ne puisse pas continuer nos jeux sexuels. Je sentais aussi que cette caresse la troublait, et la faisait monter vers la jouissance.
Comme si elle pouvait lire dans mes pensées, elle m'a dit:
— N'aie pas peur de jouir. On a très envie l'un de l'autre, et on pourra baiser jusqu'au bout de la nuit sans problème.
Pour elle en tout cas, c'était cuit. Le premier jet de semence est sorti alors qu'elle finissait sa phrase, et par un effet de contagion, je me suis mis à jouir moi aussi. Nos jets de sperme se sont mélangés, et croisés sur nos peaux.
Et ça n'était que le début.
9 vote(s)


Histoire de JamesB

Vous avez aimé ce récit érotique ? Tweeter

Nous luttons contre le plagiat afin de protéger les oeuvres littéraires de nos auteurs.

Cette histoire est destinée à être consultée en ligne et ne peut pas être copiée ou imprimée.

© Copyright : Nos histoires sont protégées par la loi. Un grand nombre d'écrivains nous ont donné l'exclusivité totale.


Commentaires du récit : Sexe et carwash 4


Aucun commentaire pour le moment

Pour poster un commentaire ou faire un signalement, merci de vous inscrire ! Inscription rapide


Histoire précèdente <<<
>>> Histoire suivante



Retour en haut de la page

Libertinage et masturbation de jolies libertines en webcams totalement gratuites :