PAGE D'ACCUEIL > Voyeurisme > Récit : Un voyeur mate ma femme

Un voyeur mate ma femme

+5

Lue : 41308 fois - Commentaire(s) : 2 - Histoire de lanzou54 postée le 29/09/2008
Cams coquines
Pour les vacances, Irène et moi avions cette année-là installé notre caravane à Fabregas (83). Et, pour la première fois, nous fréquentions l'après-midi une plage naturiste.

Il fallait la mériter : pour y parvenir, il était nécessaire d'emprunter un long sentier caillouteux. Mais le résultat était à la hauteur des efforts fournis. La plage était belle, tranquille, loin de toute voie de circulation et exempte de tout commerce.

Nous passions là de longues heures de paix, baignade, lecture et sommeil.
Ce jour-là, nous lisions, Irène et moi. Moi, allongé sur le dos, un oreiller de fortune sous la tête ; Irène, appuyée sur un coude, allongée sur le ventre, les jambes légèrement écartées.

A un moment, levant les yeux de ma lecture pour jeter un regard vers la mer, je m'aperçus qu'un homme avait étendu sa serviette à nos pieds, environ deux mètres plus bas, et fixait l'entre-jambes de ma femme. Je croisai son regard et regardai à mon tour les fesses d'Irène. Je lui fis un clin d'œil et posai ma main sur la cuisse gauche d'Irène où du sable était resté collé.

Puis, avec de lents mouvements, j'entrepris de la débarrasser de ce sable, en frottant doucement, écartant ainsi un peu la chair de ses cuisses pour élargir l'angle de vision de cet inconnu. Il eut un petit sourire sans abandonner son observation. Irène ne bougeait toujours pas, absorbée par les tribulations de la famille Thibault (R. Martin du Gard). Encouragé par son immobilité, je poursuivais mon opération, m'enhardissant à frotter le sable résiduel adhérant à sa peau au plus près de ses orifices, de telle manière que le voyeur ait la meilleure vue sur le vagin et l'anus d'Irène.

En même temps, l'homme se caressait discrètement le sexe. De mon côté, ma queue grossissait doucement, pas une vraie bandaison, mais un tendre gonflement qui la laissait souple mais ferme.

Ce manège dura une bonne dizaine de minutes, bien que le sable ait complètement disparu.
Puis l'homme en ayant assez vu, se leva, prit sa serviette et après m'avoir adressé un sourire de gratitude, partit vers de nouvelles aventures de voyeur.

Le soir, couchés dans notre caravane, la lumière éteinte, je posai ma main sur la cuisse d'Irène, allongée à mes côtés dans la même position que l'après-midi, et commençai à la caresser de bas en haut comme je l'avais fait plus tôt.

Tu te souviens, lui murmurai-je, cet après-midi, un homme s'était couché près de nous et s'était posté de telle manière à ce que ton minou soit dans son angle de vision. Je t'ai frotté ainsi la cuisse pour en décoller le sable. En réalité, c'était un prétexte pour écarter ta chatte et lui offrir la meilleure vue sur ton vagin et ton petit trou. Et, à voix basse, je lui racontai en détail cet épisode, en joignant le geste à la parole, et en faisant remonter mes caresses de plus en plus haut. Irène, silencieuse, écoutait mes révélations sans manifester de réaction, mais j'entendais sa respiration s'accélérer. Lorsque mes doigts arrivèrent à son vagin, ils rencontrèrent une véritable inondation de cyprine.

Nous eûmes une étreinte fougueuse et brève, mais intense et exacerbée par tout ce qu’elle n'avait pas dit et qui pouvait tout me laisser imaginer.
5 vote(s)


Vous avez aimé ce récit érotique ?


Commentaires du récit : Un voyeur mate ma femme

Le 2009-11-04 23:22:16 par brunoanja
cool cette histoire, si seulement ma femme...
Le 2009-09-29 08:09:36 par jakou
Nous avons eu une histoire identique dans un camping au bord de saone Septembre chaude journée camping quasi désert nous nous baladons en min i bikini sur la berge déserte tout en nous pelotant Bien riade grace aux mains divines de ma femme impossible de remettre ma queu e dans le min uscule morceau de tissu. Une seule solution baiser ma femme dont la chatte a déjà detrempée le bikini Bien vite a poil étendu sur la beerge je suis occupé a lui brouter le minou lorsuqe je remarque une barque siimobilisée juste en face de nous Auusitot informée ma femme me chevauche de dos donc face au pecheur et se met à se défoncer en see tordant les nichons Alors qu'elle m'inonde les coouilles de ss mouilles je les lui vide au fond de la moule sous les yeux du pecheur qui avait ramené sa barque tout au bord pour ne rien perdre U hyper-super pied
Pour poster un commentaire ou faire un signalement, vous devez être connecté !



Histoire précédente <<<
>>> Histoire suivante