ACCUEIL > Lesbiennes > Récit : L'orage

L'orage

+29

Lue : 0 fois - Commentaire(s) : 0 - Histoire postée le 14/06/2023

Découvrez les filles coquines près de chez vous :

Karine, veuve depuis plusieurs années, vit avec sa fille. Pour satisfaire ses envies sexuelles, elle a acheté sur le net un gode et un vibro qu'elle utilise régulièrement. Chaque soir, la veuve se fait jouir plusieurs fois avant de s'endormir. Il est vingt-trois heures, Karine sort de son tiroir ses outils de jouissances, elle s'allonge dans son lit et retrousse sa nuisette. Elle fait glisser le vibro sur son clitoris, de nombreuses fois, pour réveiller sa libido. Rapidement, son bouton magique prend du volume. Elle continue de l'agacer avec l'engin vibrant, pendant que de son autre main, elle enfonce doucement le gode dans son ventre. Bien dilatée par la bite factice, Karine comment un doux va-et- vient. Elle gemit faiblement à chaque enfoncement de l'engin dans son vagin. Soudainement un orage approche, le tonnerre se fait entendre, l'orage et juste au-dessus.


La porte de sa chambre s'ouvre brusquement, c'est sa fille Manon qui apparait, Manon venait de terminer sa douche, lorsque l'orage a éclaté, prise de peur, elle a enfilée une nuisette et c'est rué vers la chambre de sa maman.
Karine a juste le temps de retirer le gode de sa chatte et de placer avec le vibro dont elle a eu du mal à arrêter la vibration, à côté d'elle, le long de sa cuisse.
Manon, sans prévenir, s'engouffre sous les couvertures, et se blottit contre sa maman. Depuis sa plus tendre enfance, elle est terrorisée par les orages. Elle paniquait tellement qu'elle se refugiait dans le lit de ses parents. Aujourd'hui c'est dans le lit de sa maman qu'elle cherche du réconfort. À chaque coup de tonnerre, elle sursaute en se cramponnant à sa maman. Elle tremble, comme une feuille sous le vent. Petit à petit l'orage se calme et finit par disparaitre. Manon reste blottit contre le corps chaud de sa maman en ronronnant. Elle n'est pas disposée à rejoindre sa chambre.

Sa main est posée sur le ventre de sa maman, machinalement, elle le caresse en faisant de petits cercles. Sa tête est au creux de son épaule, sa maman sent sur son cou le souffle chaud et enivrant de sa fille. Tout en caressant le ventre de sa maman, sa main, sans le vouloir vraiment, passe sous la nuisette qui Karine avait retroussé antérieurement. Les bouts de ses doigts frôlent la fente qui est encore entrouverte. Manon y risque un doigt, sa maman se contracte légèrement. L'intrus glisse sur la fente en humidifiant le visiteur. Manon devine que sa maman se faisait un petit plaisir avant sa venue. La main de Manon fait quelques montées et descentes, sur la fente dégoulinante de nectar. Karine ose prendre le gode et le place doucement sur son ventre, la main de Manon vient buter dessus, elle le palpe, puis s'en empare, elle le dirige lentement vers l'endroit où il doit être. Elle l'appuie sur les grandes lèvres, qui s'ouvrent. Avec douceur, la coquine enfonce l'engin dans le ventre de sa maman. C'est inné pour Manon de manier l'engin, elle le fait avec une maîtrise totale.


Progressivement, elle pratique un va-et-vient bien doser, plus elle enfonce le gode, plus sa maman gémit. La vitesse augmente au fur et à mesure de son bon vouloir. Karine gémit de plus en plus fort, elle saisit le vibro, le met en action et l'appuie sur son clito. Le cumul des deux engins la fait geindre comme une bête blessée. Manon augmente le rythme, sa maman se cabre, pousse un couinement terrible, et jouit. Karine ôte le vibro sûr son clito, elle halate comme une bête malade. Manon pousse à fond le gode, sa maman pousse un petit cri, l'engin vient de buter contre le col de son utérus. La fille, consciencieuse, laisse l'engin planter dans le ventre de sa maman. Puis avec douceur fait monter sous la nuisette sa main sur le corps fébrile de sa maman. Lentement la main monte en entrainant le tissu, Karine gigote lestement pour faciliter la monter de la nuisette. Avec une habileté remarquable, elle découvre la poitrine de sa maman, palpe les seins, enfonce ses doigts dans la chair souple. Karine est en décomposition, elle soupire de nombreuses fois, sous le doigté de sa fille.


Manon pose sa bouche sur un mamelon et le suce comme lorsqu'elle eatait bébé, la bougresse alterne les mamelons, sa maman se cabre, saisit le gode et commence un violent va-et-vient, elle se defonce redoutablement la chatte, à chaque enfoncement de la bite factice, elle pousse un gémissement. Ses mamelons sont devenus très larges et épais, Manon les dévore avec gourmandise. Pendant le godage, Manon d'une main s'accroche au clito et le frotte de plus en plus violemment. C'est le summum de la jouissance pour sa maman, elle s'arque-boute fortement, grogne et elle lâche une puissante giclée de cyprine. Elle retombe sur le lit, sa respiration est rapide. Manon délaisse les seins, embrasse le corps fébrile de sa maman en s'approchant de plus en plus de sa vulve. Elle retire le gode, hume avec force, l'odeur des effluves que la chatte laisse échapper. Elle aspire le clito avec douceur, le tète, le suce de plus en plus voracement. La boule de chair semble fondre dans sa bouche. Manon augmente les succions, tète le clito, pendant un long moment. Elle relâche la boule qui est devenue méconnaissable, et la taquine avec langue. Karine est au bord de la syncope, elle respire mal, elle transpire. Une aspiration plus violente sur son clito la fait gémir et jouir fortement. Manon caresse doucement la chatte de sa maman, sans omettre de lui presser de temps en temps le clito. Le lit est trempé, Manon relève la tête vers sa maman et lui dit en souriant :

-Maman, tu es une jouisseuse hors pair !

Karine la regarde, et lui dit :


-Ma chérie, c'est grâce à toi, maintenant, c'est à moi de te faire jouir !

Manon se redresse et retire sa nuisette, sa maman regarde le corps de sa fille qui ne demande qu'à jouir.

29 vote(s)


Histoire de valeriane

Vous avez aimé ce récit érotique ? Tweeter

Nous luttons contre le plagiat afin de protéger les oeuvres littéraires de nos auteurs.

Cette histoire est destinée à être consultée en ligne et ne peut pas être copiée ou imprimée.

© Copyright : Nos histoires sont protégées par la loi. Un grand nombre d'écrivains nous ont donné l'exclusivité totale.


Commentaires du récit : L'orage


Aucun commentaire pour le moment

Pour poster un commentaire ou faire un signalement, merci de vous inscrire ! Inscription rapide


Histoire précèdente <<<
>>> Histoire suivante



Retour en haut de la page

Libertinage et masturbation de jolies libertines en webcams totalement gratuites :