ACCUEIL > En groupe > Récit : Vengeance

Vengeance

+45

Lue : 0 fois - Commentaire(s) : 2 - Histoire postée le 20/11/2023

Découvrez les filles coquines près de chez vous :

Serge trompe sa femme depuis de nombreux mois, il en arrive à un point qu'il ne se cache même plus. Il rentre à des heures pas possibles, découche souvent. Juliette, sa femme est effondrée, chaque fois qu'ils sont ensembles, ca se tremine en scéne de ménage. Juliette elle dépérit, déprime ne s'alimente presque plus. Elle ne veut pas divorcer, parce que elle aime son mari.

Souvent son amie Lisette lui rend visite cour lui remonter le moral, mais jusque là en vain. Un jour voyant son amie au bord du suicide, lui dit :

-Ecoute Juliette, Serge ne te mérite pas, c'est un égoïste sans scrupules, il se moque des autres et en particulier de toi. Je te propose une chose invraisemblable, trompe-le à ton tour mais en pire !


Juliette sursaute et demande :

-Comment, pire de ce qu'il me fait,c'est pas possible ?


Lisette sourit et réplique :

-Oui tu peux faire pire, je te suggére de te rendre avec moi dans un club d'échangismes, et de te faire baiser comme une grosse salope, pour lui rendre le change à ton Connard de mari, saute le pas vas-y!


Juliette regarde son amie en fronçant les sourcils et répond :

- Lisette tu es serieuse dans tes propos, tu penses vraiment ce que tu me proposes !


Lisette répond :

-Oui, on ne peut pas plus, tu souffres de trop, fais la même chose que lui, baise avec d'autres types !



Juliette attrape une boule à l'estomac et dit :

-Mais, jamais je n'y arriverais à le tromper, d'ailleurs, je ne connais pas de club !


Lisette regarde son amie et lui répond enn pinçant les lèvres :

-Oh toi quand tu ne veux pas, tu ne veux pas hein, moi j'en connais un club et il est pas loin en plus, c'est là que mon mari Paul, a fait la connaissance du tiens !



Juliette étonnée, demande :

-Tu vas dans ces lieux là toi ?


Un peux embarassée, Lisette répond

-Hum, oui au début avec Paul mais cela fait un baîl, que je n'y mets plus le pieds !


Juilette demande a son amie de lui en dire plus sur cet antre de l'enfer. Lisette un peu visieuce raconte quelques aventures avec des inconnus en donnant beaucoup de de détails. Juliette est surprise, voir émoustillée, elle repose des questions très indiscrètes à son amie, qui lui dit sans détour, ce que la curieuse veut savoir. Juliette pousse un gros soupir, elle ne connaissait pas son amie sous cet angle. Lisette se dit qu'il faut battre le fer lorsqu'il est chaud. Elle lui dit :

-D'ailleurs, tu peux être anonyme, à l'entrée, il t'offre un masque pour mettre sur tes yeux, mais en général, les hommes regardent plutôt tes formes que ta tête, il ont une bite à la place du cerveau !



Juliette, éclate de rire cela faisait longtemps que cela ne lui était arrivé. Lisette la bassine tellement que Juliette accepte mais incognito. Les deux femmes décident de se rentre au club, le samedi suivant. Lisette dit en embrassant son amie :

-Motus aux hommes, je trouverais bien quelque chose à raconter à Paul, Je passerais chez toi avant, car il faut pas te fringuer n'importe-comment, je te guiderai dans tes choix !


Enfin l'heure choisit arrive, Juliette est nerveuse, elle se demande si elle ne fait pas une connerie. Elle ouvre la porte à son amie, et la fait entrer. Juliette est encore en peignoir de bain, elle pince les lèvres en regardant Lisette qui à une petite valise avec elle. Lisette la rassure en lui disant :


-Ce sont mes fringues, je n'allais pas m'habiller devant Paul, d'ailleurs, je te conseille de t'habiller comme une pute, cela excite les hommes !



Juliette fait monter Lisette dans sa chambre pour choisir la tenue adéquate. Dans l'armoire, elle lui trouve une jupe ultra courte, et un croc-top, elle lui dit enfile-ça mets aussi un string. Le soutien-gorge pas la peine, le croc, suffit pour maintenir tes lolo. Juliette fait tomber le peingoir, elle est nue devant Lisette qui siffle d'amiration, en disant :

-Oh la vache quel cul, tu vas faire un malheur là-bas !


Juliette hausse les épaules, elle stresse déjà, Lisette s'habille aussi et dit en regardant son amie, en ironisant :

-la pute prends combien !


Juliette en hochant négativement la tête; répond :

-Mais qu'est-ce que tu peux être conne quand tu veux !


Puis elle éclate de rire, avant de partir, les deux femmes avale un verre d'alcool fort. Elles se garent dans un coin du parking, et juste à l'entrée, une personne leur donne un masque. Lisette connait les lieux, les deux ce dirigent vers le bar. Sur un haut tabouret, une femme maquillée comme une voiture volée, les cuisses largement, découvertes, porte un corsage transparent qui ne cache rien de ses seins, elle sirote un verre de champagne. Elle regarde les deux femmes et leur demande :

-Vous êtes nouvelles ?


C'est Lisette qui répond en mentant qu'à moitié :

-Eh oui, c'est notre baptême du feu !


L'inconnue réplique :

-Ah, vous êtes jolies, vous allez être comblées mes salopes, il y a du beau monde ce soir !


Juliette suit Lisette qui trouve une table en bord de piste, la piste est plus éclairée, que les tables. Juliette stresse terriblement, ses yeux font le tour de la salle, elle voit plusieurs alcôves avec d'épais matelas. Certaine sont dèja occupées, où des couples s'adonnent à leur sport favori, le sexe. Sur la piste quelques couples audacieux, se frottent en ondulants du bassin. Lisette commande une bouteille de champagne, quant à Juliette, elle se croise les doigts en les serrant très fort. Son regard se fige sur un couple, qui au centre de la piste ne danse même plus, la femme à les seins dénudés, son cavalier, lui suce les mamelons fortement. Un troisieme larron s'approche du couple, sans aucune gêne, il retrouse la jupe de la femme et commence à lui peloter les fesses, la femme ne porte pas de culotte. Le bougre à la queue hors de son pantalon, il bande fortement, la femme se penche légérement en avant. Sans fioriture, il lui plante sa bite dans la chatte et la besogne au milieu de la piste sans que personne ne fasse attention à eux. Lisette souffle à l'oreille à son amie :

-Ca y est c'est parti !


Juliette est éberluée, elle ne quitte pas des yeux le trio. Lisette lui dit en souriant :

-Tu mouilles hein, mais ne t'inquiete pas tu vas être rapidement sollicitée, les masquées, intrignent les hommes, ils pensent que c'est des salopes qui viennent se faire sauter à l'insu de leur mari !



Juliette on dodelinant de la tête dit :

-Avoue que c'est un peu ça quand même !


Soudain deux hommes, s'approchent et invitent Juliette, et Lisette à danser. Les deux hommes se présentent :

-Moi c'est karl et lui mon ami c'est Marc !


En riant Lisette pas stressée du tout dit répond :

-Moi c'est Lisette, mon amie Juliette


Les hommes évoluent sur la piste en se frottant grosierement contre le bassin des des femmes. les mains sont baladeuses, Lisette accepte les attouchements, Juliette à plus de mal, mais elle sait pour quelle raison elle est là, et se laisse peloter. Les sens s'éveillent, les attouchements se font plus précis Juliette malgré son stresse mouille comme une fontaine. Lisette est collée à son partenaire, le bougre a ses mains sous sa jupe, et lui passe ses doigts dans la raie en tirant de temps en temps sur la ficelle du string. La tension monte, les hommes proposent l'alcôve. Juliette regarde son amie qui lui sourit et prend la main de son cavalier. Juliette ne peut que suivre le mouvement. Lisette excige que les quatre occupent la même loge. Rapidement Lisette est son futur amant sont nus. Juliette est un peu récalcitrante, mais les mains douces de l'homme sur son corps la persuadent, lentement son croc-top est retiré, la jupe ne tarde pas à suivre. L'homme regard le corps de Juliette il ne peut s'empêcher de dire :

-On peut dire que tu es bien roulée toi, hein ma salope !


l'homme lui embrasse les seins, puis bascule Juliette sur le matelas, il lui caresse les seins, les pétrit comme du bon pain, avant de lui happer les mamelons. Juliette pousse de nombreux soupirs, elle se dit qu'elle fait une folie, mais elle veut se venger. La bouche de l'homme parcourt son corps, il lui fouille le nombril avec sa langue. Juliette souffle comme un boeuf. La bouche s'approche de son trésor que seul le string protége. l'homme vorace plaque sa bouche au niveau de la vulve, sur le tissu, qui rapidement s'humidifie. Karl redresse la tête et en souriant dit :

-Tu dois être vachement bonne toi, tu dois être comme ces habituées, mal baisées par leur mari, c'est pour cela que tu viens ici, avoue salope !


Juliette, sait que Karl a raison, et que c'est vraiment une salope consentante, qui se livre à qui le veut. Elle ravale sa salive, ne sait plus quoi faire, l'homme lui arrache le string et sans lui laisser le temps de réagir, lui dévore la chatte. Juliette se cabre, l'homme tire sur ses hanches pour bien la maintenir contre sa bouche vorace. Il lui bouffe l'abricot avec une telle avidité, que Juliette geint de plaisir. À coté d'elle, Lisette se fait démonter comme jamais. Elle pousse un grognement à chaque enfoncement du pieu dans son ventre. La coquine infidéle, pâme de bonheur en s'accrochant à son amant. Juliette est au bord de l'orgasme, elle serre les dents, ses gémissements sont étouffés par sa main qu'elle mord, c'est trop intense.
Elle se cabre et jouit en gémissant comme une bête blessée. L'homme retire rapidement ses vêtements, il bande comme un poney, il se place entre les cuisses tremblantes de Juliette, qui prise d'un remord soudain, tente de repousser Karl. En se cambrant fortement, elle appuie sur son torse en marmonant des mots inaudibles. l'homme ne comprend pas ce que cherche Juliette, il lui, plante sa queue au plus profond des entrailles, en donnant un grand coup de reins. Juliette, se laisse tomber sur la paillasse vaincue. Elle s'accroche à son amant et commence à s'agiter. Karl est ravi, il dit en souriant :

-J'en étais sur que tu étais une sacrée chaudasse qui manque de bite, tu vas être comblée ma salope, je n'en ai pas fini avec toi !


Karl commence un labourage de chatte comme jamais il ne l'a fait, Juliette défaille, elle geint de plus en plus fort, Karl regarde Lisette et dit :


-Putain, elle est vachement bonne ta copine, et elle en veut la salope !


Juliette s'agrippe à son amant comme un animal sur sa proie, les coups de reins de Karl sont dévastateurs, à chaque enfoncement de sa queue dans l'abricot trop mûr, Juliette pousse un couinement terrible, elle jouit comme une damnée.
Lisette, jouit plusieurs fois, elle se fait remplir de sperme par Marc, le bougre est très résistant, c'est lisette qui ne tient pas la distance, elle s'écroule les bras en croix. Marc regarde son complice et dit :

- je crois que tu as besoin d'aide karl !


Karl avec quelque roulés réussi, tout en restant planté dans la chatte de Juliette à la placer sur lui. Juliette n'a pas encore réalisée du changement de position tellement elle est excitée. Elle monte et descend sur le pal qui l'embroche jusqu'aux couilles à chaque descente de son corps. Soudain Karl la plaque sur son torse, la maintient fermement. Marc en profite pour se placer derriere elle et de frotter son gland contre son anus. Juiliette ne réagit pas immédiatement du sort qui l'attend. Lisette se redresse, elle veut voir ça, elle dit :


-Oh ma chérie tu vas connaitre le vrai bonheur, deux hommes en toi en même temps !

Marc pousse, Juliette se cabre, toute resitance est inutile, lentement la bite s'enfonce dans son rectum, elle grimace, mais ne refuse pas cet assaut. Souvent, son mari la prenait par la petite porte, et elle ne detestait pas ça. Elle croit que les deux queues sont dans le même orifice tellement la paroi qui les sépare et fine. Juliette serre les dents en s'accrochant à Karl, enfin Marc à ses couilles contre les fesses de Juliette, il ne peut pas aller plus ptofond. les deux hommes commencent un défonçage de chatte et de cul comme deux pistons bien synchronisés qui coulissent dans leur cylindre. Les râles de Juliette sont monstueux, elle délire :


-Oui, oui, encore, encore, non, non assez, oui, oui plus profond oh mon Dieu c'est trop bon, je vais jouir !


Juliette explose de jouissance, elle halète fortement, à tour de rôle les deux baiseurs, lui remplissent la chatte et le cul de leur semence épaisse. Après avoir fait un fellation bien méritée aux deux amants d'un jour, les deux femmes s'éclipsent, en promettant de revenir prochainement. Les deux infidéles reviennent de nombreuses fois se faire déglinguer dans le club. Toujours masquées, elle accomplissent leurs forfaits. Plus elles se font baiser, plus elles adorent
























45 vote(s)


Histoire de valeriane

Vous avez aimé ce récit érotique ? Tweeter

Nous luttons contre le plagiat afin de protéger les oeuvres littéraires de nos auteurs.

Cette histoire est destinée à être consultée en ligne et ne peut pas être copiée ou imprimée.

© Copyright : Nos histoires sont protégées par la loi. Un grand nombre d'écrivains nous ont donné l'exclusivité totale.


Commentaires du récit : Vengeance

Le 31/01/2024 - 09:58 par Bigben0308
Très beau récit
Le 21/11/2023 - 17:11 par OlgaT
Voilà en effet une belle vengeance!

Pour poster un commentaire ou faire un signalement, merci de vous inscrire ! Inscription rapide


Histoire précèdente <<<
>>> Histoire suivante



Retour en haut de la page

Libertinage et masturbation de jolies libertines en webcams totalement gratuites :