PAGE D'ACCUEIL > En groupe > Récit : Au sommet du candaulisme 2

Au sommet du candaulisme 2

+3

Lue : 13337 fois - Commentaire(s) : 1 - Histoire de Noux74 postée le 23/10/2009
Cams coquines
Pour ceux qui nous connaissent, Cécile et moi sommes un couple "échangiste". Echangiste entre guillemet car je me suis rendu compte que mon grand phantasme était en fait, le candaulisme. Cécile et moi avons connu les boites échangistes, les saunas et les trios en invitant des hommes seuls via internet. Nous avons même invité un jour deux blacks imposant qui faisaient du rentre dedans à ma Cécile. Nous avions rencontré ces deux inconnus simplement dans un supermarché. Ils s'appelaient Jawaad et Oko. Cette rencontre fut brève mais très intense et nous a donnée l'envie de recommencer, d'aller plus loin.

Cécile est toujours cette belle et grande femme blonde aux yeux bleus. Elle est très timide, rougit facilement, même aux plus basiques des compliments. Je la connais de mieux en mieux, elle et ses phantasmes, au fur et à mesure qu'elle se dévoile durant nos chaudes rencontres. A travers le jeu, elle se libère de plus en plus, tout en retrouvant sa fragilité après nos aventures torrides. Elle reste malgré tout, à mes yeux et aux yeux des inconnus, une femme aussi timide qu'excitante. Jawaad et Oko avaient été parfaits lors de notre 1ère rencontre car ils ont su saisir l'occasion que nous leur avions offert et sont restés très à notre écoute tout en profitant pleinement de Cécile. Ce soir là, j'ai vraiment beaucoup apprécié de voir ces deux colosses blacks s'occuper de ma compagne.

Aussi, nous avons décidé de recommencer, mais cette fois-ci en prenant un peu plus de temps et en profitant d'avantage. Nous avons donc beaucoup discuté entre nous de nos phantasmes respectifs et avons rappelé Jawaad et Oko. Nous avons appris à mieux les connaître par mails interposés et ainsi nous avons appris qu'ils leur arrivaient de passer des soirées à plusieurs. Ils connaissaient notamment un patron de boite échangiste qui les mettaient en relation avec des couples amateurs de libertinage et de candaulisme. Je compris mieux alors leur si grande aisance lors de notre 1ère rencontre.

Nous avions donc proposé à nos deux nouvelles connaissances de se retrouver à nouveau afin de profiter une fois encore de Cécile lors d'une soirée un peu mieux organisée que la 1ère, mais toujours sous mes yeux et toujours avec une caméra. Ils acceptèrent bien sûr, ou plutôt Jawaad car Oko lui n'était plus disponible pendant plusieurs mois, retourné en Afrique. Jawaad seul était toujours une très bonne opportunité de combler Cécile et de satisfaire mes phantasmes, mais le scénario était un peu trop entendu pour nous désormais. C'est là que Gorgio, le patron du club échangiste s'est fait connaître, toujours par mails interposés. Il nous proposa un scénario auquel je ne m'attendais pas. Gorgio était espagnol d'origine et connaissait semblait-il un paquet de choses sur les phantasmes des couples, ce qui semblait normal. Mais ce qu'il me proposa me surpris néanmoins. En tant que candauliste, il me demanda si j'acceptais de lui offrir ma Cécile un soir avec Jawaad, mais en mon absence ! Tout ceci serait filmé bien sûr pour qu'il me reste un intérêt et un souvenir dans tout ça. Il m'affirma que les sensations pour un candauliste comme moi seraient grandioses. Cécile n'était pas très rassurée et très hésitante et moi j'étais très nerveux, mais après de longues conversations, et une photo séduisante et alléchante de Giorgio, nous finîmes par accepter, le nœud au ventre. Nous avions essayé d'en savoir plus sur la façon dont cela allait se passer, mais Giorgio tenait à conserver l'effet de surprise tout en étant très rassurant. Il me fallait juste emmener Cécile à une adresse (Chez Giorgio).

Le jour "J" arriva. Très vite. Cécile était très très sexy, mais très jolie aussi, tout le contraire de vulgaire. Elle portait une petite robe printanière, ce qui ajouta du charme à son élégance naturelle. Elle était subtilement maquillée et d'apparence toujours aussi innocente. Nous arrivâmes à l'adresse indiquée. Une grande propriété entourée de cyprès mais d'aucun voisin ce qui finissait d'inquiéter Cécile. Une belle et grande piscine où j'imaginais avoir déjà eu lieu de nombreuses fêtes libertines. Mais ce soir, c'est Cécile et uniquement Cécile qui était attendue. Un portail resté ouvert m'invita à entrer en voiture dans la petite cours. Giorgio nous accueilla chaleureusement mais sans trop en faire. Il devait avoir entre 40 et 50 ans, il faisait un très bel homme d'âge mûr. Nous n'en avions qu'une vingtaine et Cécile était d'une telle fraîcheur, presque juvénile. Giorgio avait les tempes grisonnantes et beaucoup d'allure. Il était très calme et inspirait le calme, sans même prononcer le moindre mot. Il embrassa Cécile sur les joues et me donna une sincère poignée de main. Il nous souhaita la bienvenue puis me demanda la permission de prendre Cécile en charge. Je regardais Cécile une dernière fois. Pas de contestation malgré ses joues rouges et son regard fusillant scrutant plus le sol plutôt que son hôte. Elle était très excitée, je le savais, mais très intimidée aussi. Je supposais que Giorgio devait lui plaire et qu'elle devait ressentir une certaine impatience (Sentiment qu'elle me confia plus tard) Nos cœurs battaient à tout rompre dans notre poitrine depuis des heures déjà. Je priai donc Giorgio de bien prendre soin d'elle puis Cécile partie avec Giorgio bras dessus, bras dessous en me disant qu'elle m'appellerait. Giorgio me promis de bien prendre soin d'elle et ils entrèrent tous deux dans cette grande demeure d'où j'aperçu Jawaad par la fenêtre.

Je repartis en voiture quand soudain, des milliers d'images s'accumulèrent dans ma tête. Des images aussi insoutenables qu'excitantes. Je n'avais pas fais 500m en voiture. A peine de quoi rejoindre le voisin le plus proche. Je me posais mille questions. Que dois-je faire, j'aurai tellement aimé voir ça ! Je ne peux pas attendre son coup de fil. Je suis comme un dingue. Mon ventre se noue, j'ai froid, il fait 35° dehors et je tremble. Je ne mets pas longtemps à me décider. Je gare ma voiture très discrètement, je fais demi-tour à pied, retourne chez Giorgio, mais cette fois-ci en entrant dans sa propriété comme "un voleur", Comme un voyeur. Il est 21h30 et le ciel s'obscurcit rapidement. Je passe à travers les grands cyprès non sans mal. Toutes les fenêtres sont fermées, mais les volets sont ouverts. Ils ne profitent même pas un peu de la piscine. J'ai très peur de me faire repérer, mais aussi de ce que je peux voir. Je tremble comme une feuille, j'ai du mal à faire le moindre geste sans trembler. Je parvins difficilement à atteindre la 1ère porte fenêtre. Et là, j'hésite à jeter un œil. J'ai trop peur de me faire repérer. Et s'ils étaient juste derrière ? Je me penchais tout doucement et ne vis personne. Il s'agissait de la cuisine. Je passai à la deuxième porte-fenêtre d'où je savais que je verrai la salle à manger, mais tout aussi vide.

Mais au fond, dans le salon qui formait une grande pièce avec la salle à manger, je vis parfaitement Cécile, de côté, assise sur le canapé. Giorgio debout et Jawaad confortablement assis dans un fauteuil. Il y avait une fenêtre, donnant directement sur le salon, mais je décidai d'en rester là. Je m'étais absenté bien quinze minutes avant de retrouver ma Cécile en compagnie de ces deux hommes. Giorgio posa une grande boite sur la table du salon. Cécile tenait un verre à deux mains, les jambes croisées. Giorgio ouvrit la boite, mais je ne vis pas ce qu'il y avait ni ce qu'il lui disait. Il en sortie un vibromasseur d'une très bonne taille, rose et plein de veines. Il le posa debout sur la table. Cécile semblait gênée. Elle n'utilise pas se genre d'objet, mais j'avoue ne jamais avoir insisté pour lui en acheter. Giorgio sortie un autre instrument, plus petit et plus souple. Un godemiché noir et le posa aussi sur la table. Cécile et Giorgio discutèrent un petit moment.

Puis Giorgio s'approcha de Cécile à pas lent, une main dans la poche. Il resta debout, descendit sa braguette et sortie son pénis. Cécile s'approcha en le regardant dans les yeux et sourit, toujours aussi gênée. Elle pris son engin en main, le caressa doucement une fois ou deux avant de l'enfourner dans sa bouche. J'étais comme un dingue de voir ça et qui plus est, à leur insu. Jawaad observa aussi la scène, le sourire aux lèvres, tranquillement dans son fauteuil. Giorgio était en train de se faire sucer quand il sortie son portable de la poche et décrocha. Il parla au téléphone, tout en se faisant sucer. J'avais l'impression qu'il n'en avait presque rien à faire. Il semblait avoir l'habitude alors que Cécile devait bouillir d'excitation. Il fit signe à Jawaad de prendre sa place. Giorgio, toujours élégant remis son dard dans son pantalon et s'éloigna. Cécile commença sans attendre à sucer Jawaad qui avait posé une main sur sa tête. Quand Giorgio revint, il reprit sa place aux côtés de Jawaad. Cécile suça frénétiquement ces deux hommes. Ceci dura un bon moment. Elle leur lécha la base du pénis, donna des coups de langues de haut en bas, leur tripota les bourses tout en suçant leur queue ou parfois s'activa à leur faire de rapide va-et-vient avec la main en gardant leur verge dans la bouche.

Je trouvais Cécile très inspirée ! Je n'étais pas là pour elle bien sûr mais la caméra sur pied me rapporterait tout et elle le savait. Elle se donnait beaucoup, ça se voyait. Giorgio se retira et vint s’asseoir à côté d'elle sur le canapé, l'a pris par la nuque et la dirigea gentiment vers sa queue. Elle reprit donc sa fellation rapidement, laissant découvrir ses cuisses. Jawaad vint s’asseoir du côté des jambes de Cécile. Il leva sa robe, enleva sa culotte et entrepris de longues caresses autour du minou de Cécile et de temps en temps à l'entrée de sa croupe. Soudain, j'entendis sonner à la porte. Je fus très surpris et sursauta de peur ce qui me sortie de mon délire. Giorgio se leva, Jawaad se rhabilla et Cécile se rassit. Giorgio revint 30 secondes plus tard, avec un invité surprise ! Un homme, la trentaine ou plus, séduisant, aux allures de bel espagnol également. Il semblait lui présenter Cécile. Ensuite il parla à Cécile et à la voir acquiescer timidement de la sorte, je ne peinai pas à comprendre ce qui avait pu se dire. Giorgio s'éclipsa un instant et le nouvel invité pris place sur le canapé. Cécile était à nouveau assise, entourée par ces deux hommes, chacun une main sur ses cuisses dénudées. Giorgio revint avec un verre pour son nouvel invité. Cécile entrepris de caresser la bosse du pantalon de ces deux hommes. Elle devenait entreprenante. Giorgio regardait la scène debout en buvant son verre. Il sembla ensuite s'adresser à Cécile qui ouvrit les yeux et avait maintenant une main du jeune hispanique sur l'un de ses seins et l'autre entre ses cuisses. Cécile n'avait pas remis sa culotte et se laissa caresser par ce dernier tout en acquiesçant timidement de la tête à ce que lui demandait Giorgio. Elle attrapa le gros vibromasseur rose. L'inconnu retira sa main de l'entrecuisse de Cécile. Elle n'écarta pas d'avantage les jambes, juste de quoi laisser passer sa main avec le vibromasseur.

Les deux acolytes s'éloignèrent légèrement et Cécile qui posa l'instrument sur son clitoris et ne bougeait presque plus. Les vibrations devaient fonctionner je pense car de là où j'étais, je ne pouvais le dire, mais Cécile fermait les yeux et semblait ce concentrer afin de prendre du plaisir. A moins que ce ne soit pour éviter le regard de ces trois hommes qui la mâtait ? Peut-être était-ce encore cette caméra qui la gênait ? Quoi qu'il en soit, je ne l'avais jamais vu faire ça et je pense qu'elle devait fermer les yeux pour ce concentrer d'avantage dans son rôle. J'étais pour ma part, complètement effaré. Giorgio avait raison, c'était incroyable ! Je tremblais toujours autant, depuis 20min maintenant et j'étais épuisé, j'en avais mal au ventre.

Ils étaient tous les trois, là, à observer ma femme entrain d'essayer de prendre du plaisir sous les consignes avisées de Giorgio. Il donna d'autres consignes semblait-il. Cécile se leva, l'inconnu et Jawaad se rapprochèrent l'un de l'autre, toujours assis dans le canapé. Cécile posa le vibro sur la table basse et se mis tout doucement à genoux, imprégnée d'une certaine obéissance dans ses gestes, le regard presque fuyant vers le sol. Elle défit les braguettes des deux hommes, en sortis leur engin et les regarda tous les deux dans les yeux en commençant à les masturber. Cécile semblait très volontaire, même en mon absence. Surtout en mon absence commençais-je à penser ! Les deux membres furent rapidement tout droit dressés en érection. Cécile entama deux fellations dignes d'elle. Elle passa d'une queue à l'autre avec gourmandise. Parfois, l'inconnu prenait lui même son chibre en main, posa son autre main sur la tête de Cécile et se masturbait dans sa bouche. Cécile passa une main entre ses cuisses et se caressa. Peut-être encore une consigne de Giorgio, ou peut-être pas. Je n'en savais plus rien. Elle écarta ses petites lèvres, caressa son clitoris tout en faisant une belle pipe à Jawaad et ce bel espagnol.

Ils étaient tous focaliser sur ma femme. Il faisait presque nuit noir maintenant. Je décidai de passer à la fenêtre du salon. Je n'étais plus qu'à un ou deux mètres d'eux mais de beaux géraniums me cachaient bien. J'admirai d'avantage le savoir faire de ma Cécile s'activant sur la belle queue de Jawaad et celle de Roberto. Roberto, c'était son nom puisque de là où j'étais, je pouvais entendre quelques mots maintenant. Giorgio lui avait demandé de venir le rejoindre ainsi qu'à Jawaad. Il avait la caméra à la main. Ils se retrouvèrent tous les trois debout, leur membre en dehors du pantalon et Cécile se mit entre eux pour leur faire une pipe à tous, Giorgio filmant la scène. Il semblait lui parler, mais je ne comprenais pas grand chose. Ils avaient l'air de lui parler crument. Giorgio lui prit le bras, l'aida à se relever gentiment, donna la caméra à Roberto et emmena Cécile derrière le fauteuil. Cécile posa ses mains sur le dossier et se cambra sous la demande de Giorgio offrant ainsi une vue imprenable sur son intimité. Roberto, de loin, fixa la caméra sur sa croupe qu'elle présenta comme une invitation à la débauche. Elle y passa une main, se caressa avec un doigt puis Giorgio s'agenouilla pour lui donner de beau et doux coup de langue en prenant soin de ne pas gêner le cameraman. Cécile se mit à regarder droit devant elle et ferma les yeux.

Petit à petit, elle commença à se pincer les lèvres, puis à gémir. Elle respirait fort et ses seins balançaient tout doucement au rythme de sa respiration. Roberto en profita pour faire un plan sur son visage angélique qui exprimait le plaisir. Giorgio se releva, brandit son pénis et demanda à Roberto de venir filmer. Il posa sa bite sur la croupe charnue et toute humide de Cécile et la pénétra doucement. Elle gémit instantanément, en essayant tout de même de se retenir. Giorgio fit quelques aller-retour au ralenti, Roberto filmant avec précision la scène. Giorgio appela Jawaad et lui laissa sa place après seulement quelques secondes. Jawaad fit de même. Il pénétra Cécile tout doucement et la fit gémir avec quelques aller-retour au ralenti. Et ainsi, Giorgio et Jawaad passèrent l'un après l'autre en a peine quelques coup de bassin chacun devant l'œil de la caméra. Roberto repassa devant Cécile et filma tout ce qu'elle pouvait exprimer. Giorgio s'installa de manière plus franche derrière Cécile et commença à la pénétrer plus profondément, mais toujours aussi lentement. Cécile baissa la tête et gémit de plus en plus fort. Je l'entendais clairement maintenant. Giorgio lui demanda de garder la tête levée. Elle lutait semblait-il pour ne pas crier de plaisir, toujours les yeux fermés. Mais Giorgio, très inspiré, lui demanda de fixer la caméra. Cécile ouvrit les yeux et se fut le déclencheur de son plaisir insoutenable. Elle cria littéralement en faisant tout son possible pour ne pas les refermer. Elle se mit à jouir sans discontinuer et en fixant la caméra. Elle baissa la tête de temps à autre ou fermait les yeux mais de très cours instant. Elle alternait les cris et les gémissements et ses seins balançaient d'avant en arrière ainsi pendant quelques minutes puis Giorgio se retira et céda sa place à Jawaad. Jawaad pénétra Cécile sans mal et posa ses deux mains sur ses seins. Il continua à donner du plaisir à Cécile au même rythme que Giorgio et ce pendant quelques minutes encore. Pendant ce temps, Giorgio parlait à Cécile pour la motiver d'avantage. Il lui demandait si elle en voulait encore, si elle prenait son pied, ou encore si elle aimait se faire prendre comme ça...

Cécile répondait tant bien que mal par l'affirmative à toutes ses "invectives". Jawaad aussi y alla de son commentaire ; Il lui écarta légèrement les fesses pour observer ce qu'il lui faisait tout en expliquant à ses deux compères combien elle était "bonne". Je ne savais pas si elle était excitée par tous ces commentaires, mais en tout cas elle exprimait fortement son plaisir par des cris intenses et des grimaces de jouissance profonde. En ce qui me concerne, j'étais transit d'excitation à entendre ces inconnus profiter de ma femme ainsi et la traiter comme il le faisait. Aussi prévenant qu'ils étaient, il n'en profitait pas moins d'elle et de la situation. Pour finir, Giorgio lui dit qu'il désirait la prendre par devant et donc qu'elle s'allonge sur le dos. Jawaad se retira et Cécile qui n'avait apparemment pas finit de prendre son pied ainsi ne se fit pas prier pour s'allonger sur le divan, toujours sans dire un mot. Cette fois-ci, beaucoup moins timide qu'au début avec le vibromasseur, elle écarta les jambes avec moins de retenu. Giorgio lui redonna quelques coups de langues puis pris le godemiché. Il joua un peu avec ce godemiché et avec Cécile en caressant ses lèvres puis en l'introduisant doucement et en léchant son clitoris, toujours en prenant soin d'offrir ce spectacle à la caméra, à ses amis et à moi par la même occasion. Il ne tarda pas trop longtemps à ce lasser et à poser son jouet sur la table du salon. Il prit son membre et caressa le minou de Cécile puis demanda à Roberto de bien filmer leur chibre et la pénétra tout doucement. Il se retira et y retourna plusieurs fois comme s'il voulait bien montrer à la caméra comment il la pénétrait. Cécile ne bronchait presque pas et attendais probablement qu'il s'active d'avantage. Giorgio lui saisit les jambes, les releva et posa le creux de ses coudes dans le creux de ses jambes.

Ainsi bien installé, il commença une série de pénétrations intenses tout en observant le visage de ma belle. Elle commença à se crisper légèrement et fuyait le regard de son assaillant. Comme tout à leur, Giorgio lui demanda de garder les yeux ouverts, ce qu'elle fit. Son plaisir augmenta rapidement et de petits cris commencèrent à sortir de sa bouche. Giorgio se redressa en saisissant ses chevilles et en lui écartant bien les jambes. Il avait une pleine vu sur son pénis qui entrait et sortait entre les petites lèvres de Cécile et moi, j’étais toujours là, à moins de deux mètres d'eux. Giorgio semblait se régaler du spectacle et ramona activement Cécile sans aller trop vite non plus. Mais Cécile prenait énormément de plaisir, pour mon plus grand plaisir. Comme précédemment, au summum de son excitation à elle, Giorgio se retira et laissa Jawaad continuer. Cécile appréciait autant Jawaad que Giorgio et ils se relayèrent ainsi pendant un bon moment faisant monter Cécile de plus en plus haut dans sa jouissance. Giorgio pris la caméra et Roberto pu aussi participer au plaisir de Cécile qui en était déjà à perdre haleine.

Voilà dix bonnes minutes qu'ils devaient se relayer ainsi à faire jouir ma douce quand elle finit par lâcher ses cris. Elle hurlait presque. Elle secouait la tête fortement et ne parvenait plus à garder les yeux ouverts. Elle posa les mains sur le torse de Jawaad qui était sur elle, même si je doutais qu'elle le sache vraiment à cet instant. Elle avait un véritable orgasme. Le véritable orgasme ! Elle cria tellement fort que avais l'impression que tout les voisins pouvaient l'entendre, aussi loin se trouvaient-ils. Jawaad se sentit motiver par ses cris et augmenta ses efforts. Cécile finissait de jouir et Jawaad pris son pied juste après elle en calant bien profondément son membre dans le corps de ma femme. Il se retira et Giorgio invita Cécile à se mettre à quatre pâtes sur le divan. Elle bougea au ralenti, encore toute secouée par l'orgasme qu'elle venait de ressentir. Giorgio se mit devant elle et lui présenta son membre. Elle finit par esquisser un sourire et le pris dans sa bouche en gardant les mains sur l'accoudoir du canapé. Giorgio pris son chibre dans sa main et se masturba doucement au même rythme que Cécile. Roberto en profita pour donner la caméra à Jawaad qui venait de se rhabiller et se plaça derrière Cécile. Il lui écarta les fesses et fit glisser son gland entre ses petites lèvres. Cécile devait être littéralement trempée car il s'enfila sans mal. Il agrippa ses fesses et commença une longue série de va-et-vient. Cécile se laissa faire mais semblait moins sensible que deux minutes auparavant. Elle lécha néanmoins avidement la bite de Giorgio qui continuait de se masturber dans sa bouche tout en lui caressant ses longs cheveux blonds. Cécile était secouée d'avant en arrière par les aller-retour incessant de Roberto ce qui l'a mettait un peu en difficulté pour sucer Giorgio. Mais ceci dura tout de même un bon moment et Cécile se donnait beaucoup de mal. Elle avait retrouvé tous ses esprits et en profita pour demander à Giorgio de s'asseoir sur le canapé. Roberto se retira de Cécile, un peu frustré j'imagine et Giorgio s'installa dans le canapé. Cécile plaça un genou de chaque côté des jambes de Giorgio. Elle se plaça au dessus de son membre bien dressé, le caressa une fois ou deux et le plaça pile entre ses lèvres. Elle s'empala dessus et commença à basculer du bassin. Giorgio marquait des instants de plaisirs intenses et Cécile ne s'en réjouit que d'avantage et ondula de plus belle sur ce membre viril. Giorgio posa ses mains sur ses fesses et lui mit une bonne fessée ! Cécile émis un petit cris de surprise mais continua sans cesse à donner du plaisir à Giorgio qui lui adressa quelques obscénités. Il la regarda dans les yeux et lui affirma qu'elle était une belle vicieuse et qu'elle était vraiment une grande cochonne.

Et oh surprise, ma cécile lui répondit comme un défi, droit dans les yeux qu'elle adorait le sexe et qu'elle adorait surtout sa queue ! Jeux ou vérité ? J'étais troublé. Fasciné ! A ces mots, Giorgio prenait énormément de plaisir, il souffla, grimaça et ses mains se crispèrent sur les fesses de Cécile. Elle posa les pieds là où était ses genoux, se pencha un peu en avant et ainsi accroupie se laissa glisser de haut en bas sur le membre de Giogio. Elle semblait prendre toute la mesure du membre de Giorgio en faisant des aller-retour vertigineux pendant de longues minutes. Giorgio poussa de grands cris de plaisir et somma d'urgence à Cécile de s'arrêter et de se mettre à genoux! Elle s'exécuta sur le champ et s'agenouilla par terre. Giorgio se leva en brandissant son dard devant le visage de Cécile. Roberto se plaça pour filmer ça. Giorgio se masturba quelques seconde et éjacula plusieurs fois sur la poitrine de Cécile. Roberto s'avança et proposa sa queue à Cécile qui lui suça immédiatement, Roberto lu intima de retourner se mettre à quatre pattes pour finir ce qu'il avait commencé. Cécile s'exécuta, Jawaad toujours à la caméra. Roberto qui était le dernier à ne pas avoir jouit s'empressa de prendre les fesses de Cécile à pleine main et les écarta. Il mâtait son cul et posa sa verge à l'entrée de sa croupe. Il s'enfonça copieusement tout en regardant sa queue faire de grands aller-retour. Il prit ainsi Cécile en levrette et s'activa rapidement. Jawaad, passa devant Cécile et lui remit sa queue dans la bouche. La caméra toujours à la main, il fit un gros plan sur son visage et je m'aperçu qu'elle prenait visiblement encore son pied ! Elle ne pouvait plus sucer Jawaad. Roberto y allait franchement et Cécile se remit à crier mais cette fois-ci en forment des mots très clairs. Elle l'encourageait, le supplia de la baiser, d'y aller franchement ! Roberto ne se fit pas prier, il faisait des vas et viens d'une grande rapidité et je voyais son chibre à chaque fois qui était à deux doigts de sortir mais qui retrouvait toujours le chemin en s'enfonçant droit dans ma Cécile, jusqu'au moment où il sortit délibérément et secoua son pénis au dessus des fesses de Cécile et y déversa une grande quantité de sperme qui coula le long de ses fesses et sur sa croupe.

Cécile resta un moment à quatre patte et continua de sucer Jawaad. Elle finit par s'arrêter, regarda ses trois hommes se rhabiller, avant de partir probablement vers la salle de bain. C'est à ce moment là que je décidai de regagner ma voiture. J'ai attendu son coup de fil, mais il n'arriva que quarante cinq minute plus tard ! En arrivant devant la maison, Cécile m'attendait devant le portail, seule. Elle monta dans la voiture. Je lui ai demandé comment c'était et elle me répondit simplement "pas mal" et que je verrai bien, en brandissant un DVD dans sa main. Je ne fût pas déçu, ces hommes ont vraiment fait ce qu'il fallait et Cécile en avait été comblée, prête à remettre ça, si j'étais d'accord. Elle m'a même dit qu'il lui semblait pouvoir faire mieux, être encore plus chaude si je le voulais.
5 vote(s)


Vous avez aimé ce récit érotique ?


Commentaires du récit : Au sommet du candaulisme 2

Le 2012-03-17 14:50:41 par Julie592
Aucune sodomie,très déçue.
Pour poster un commentaire ou faire un signalement, vous devez être connecté !



Histoire précédente <<<
>>> Histoire suivante