PAGE D'ACCUEIL > Hétéro > Récit : Beau-père

Beau-père

+77

Lecture : 6846 fois - Commentaire(s) : 0 - Histoire de LN78 postée le 06/10/2017
Cams coquines
Ma belle-mère nous a quitté brutalement il y a un peu plus de deux mois, laissant mon beau-père et mon mari anéantis. Mon mari a doucement remonté la pente mais Gérard son père, nous inquiétait, dépérissant complètement seul à son domicile. J'ai alors proposé à mon mari que nous le prenions quelques temps avec nous à la maison. Etant femme au foyer à m'occuper de nos deux enfants, il aurait de la compagnie et cela lui changerait les idées.

Malgré ses réticences et sa peur d'être un poids pour nous, il accepta finalement et je lui préparais la chambre d'amis au rez de chaussée de la maison.

Mon fils l'aida à s'installer et à déménager quelques affaires. C'était provisoire mais nous voulions qu'il se sente comme chez lui. Les enfants étaient contents de pouvoir profiter de leur grand-père et rapidement on en ressenti les effets bénéfiques chez lui.

Gérard, âgé de 73 ans, est un homme très courtois et plutôt joviale. Adepte de la marche, il part chaque matin faire une dizaine de kilomètres et s'est rapidement proposé de déposer les enfants à l'école. Cela me retirait une contrainte et j'en profitais pour faire ménage et repas du midi.

Un soir où nous étions invités chez des amis et où nous avions pris l'habitude de prendre une baby-sitter, tout naturellement mon beau-père nous proposa de s'occuper des enfants et d'aller profiter de notre soirée.

Ce soir là, après une excellente soirée entre amis, l'alcool aidant, mon mari et moi, à peine sortis du taxi, nous nous embrassâmes avec passion. J'avais terriblement envie de lui et c'était réciproque. Il faut dire que depuis le décès de sa mère, la libido de mon mari était au plus bas et que la présence de son père chez nous m'avait un peu refroidi également. Mon mari était bien éméché et on essaya de faire le moins de bruit possible jusqu'à notre chambre, par contre une fois dans celle-ci, nous fîmes l'amour sans retenue et je me surpris à jouir bruyamment sous ses coups de reins.
Au fond de moi, j'étais excitée que mon beau-père puisse nous entendre et je crois qu'inconsciemment j'en rajoutais pour le plus grand plaisir de mon mari.

Nous finîmes par nous endormir dans les bras l'un de l'autre.

Le matin, après le départ de mon mari au travail, je m'occupais d'habiller les enfants pour l'école. Je croisais le regard de Gérard et crus percevoir un petit sourire sur son visage en me voyant. Je ne relevais pas et continuais mes occupations matinales.

Il partit quelques minutes plus tard avec les filles mais contrairement à d'habitude, il rentra juste après.

- Tout va bien Gérard, m'inquiétais-je
- oui, oui... je suis un peu fatigué ce matin... j'ai eu le sommeil agité cette nuit...

Il avait dit cela d'une drôle de manière et j'en fus troublée. Je ne relevais pas et repartis vers la buanderie où j'étais entrain de charger la machine.

A mon retour vers la cuisine, il s'était installé à table et lisait tranquillement le journal du jour. Je lui proposais un café en même temps que je m'en faisais un.

- et votre soirée hier ?? ça s'est bien passé ?
- euh oui... c'était très sympa...
...
- vous n'êtes pas rentrés très tard ?!

Je n'arrivais pas à savoir si c'était une affirmation ou une question.

- non vers 1h00 je crois...
- oui c'est ça...

Il nous avait donc entendu rentrer.

- on vous a réveillé ?
- oui... faut dire que vous n'avez pas été très discrets tous les deux...

Je piquais un fard, gênée par cette révélation.

- Ne sois pas gênée Caroline... c'était très agréable à entendre et ça m'a rappelé de bons souvenirs !!
- Je suis un peu honteuse tout de même...
- Vraiment ne le sois pas... je vois que mon fils tient de son père et s'est donner du plaisir à sa femme, c'est le secret pour une union durable !!

La conversation était embarrassante et je cherchais à parler d'autre chose mais il remit ça sur le tapis.

- Tu sais avec ta belle-mère, on s'est toujours très bien entendu de ce côté là et même si ces derniers temps il ne se passait plus grand chose à cause de sa maladie, on a eu une sexualité très épanouie.

Je ne savais pas trop quoi répondre à ce genre de choses et je le laissais parler, je sentais qu'il en avait besoin...

- Tu aurais dû voir ta belle mère quand elle était plus jeune, elle avait un sacré succès auprès des hommes... Elle m'a choisi mais a toujours été indépendante et on a trouvé un équilibre dans notre vie de couple que je souhaite à tout le monde !
- ah bon... je ne comprends pas...
- Dans un couple, il ne faut pas se mettre trop de barrières, le sexe doit être une partie intégrante d'une vie de couple. Tu sais, nous avons testé beaucoup de choses et cela a consolidé notre couple...

J'étais de plus en plus gênée de l'entendre me parler de sa sexualité avec sa défunte épouse.

- Tout va bien de ce côté là avec mon fils...? il s'occupe bien de toi j'espère ?
- euh... oui, oui... tout va bien...
- tant mieux car tu es une très jolie femme et tu mérites beaucoup d'attention....
- c'est gentil...
- et toi ?
- quoi moi... ?
- toi, tu t'occupes bien de mon fils ?
- euh... oui... enfin je crois...
- parce que tu sais, je le connais, il est comme moi, il a de gros besoins... déjà ado, il allait de fille en fille et ça ne s'est pas arrangé après. Sa mère et moi avions été très surpris qu'il décidé de se marier. On l'avait imaginé célibataire indécrottable !!
- ah bon??? à croire que les gens changent et qu'il a tout ce qu'il faut à la maison !!
- ça je veux bien te croire !!!...

Il avait dit cela en me regardant de haut en bas et cela m'avait troublé.

- En tout cas, je suis content que tout ailles bien entre vous... vous m'avez fait deux beaux petits-enfants et je suis un papy comblé !!

La discussion devenait plus légère et je commençais à me sentir mieux.

Le soir, je n'osais en parler à mon mari, mais malgré tout, je lui posais quelques questions. Je voulais être sûr qu'il était heureux avec moi. La discussion avec son père m'avait perturbé. Finalement, ce fut une très mauvaise idée et mon mari commença à s'énerver, ne comprenant pas mes questions et où je voulais en venir. De fil en aiguille, il me dit sèchement que le sexe n'avait jamais été une priorité pour moi et que je n'étais pas assez demandeuse. D'après lui, j'étais un peu coincée de ce côté là et il aurait tellement aimé avoir une femme plus "cochonne" !!
Je tombais des nues. Je pensais que nous avions une sexualité épanouie mais en fait, mon mari semblait frustré.

Je me refermais sur moi même et cette nuit là, je peinais à dormir, tourmentée par ces révélations.

Le lendemain, au petit déjeuner, Gérard me vit pensive et fatiguée. Il s'en inquiéta et comme la veille, il revint juste après avoir déposé les enfants à l'école.

J'étais toujours dans la cuisine à son retour et il me servit un café tandis qu'il s'asseyait face à moi.

- tu es sûre que ça va ? me demanda-t-il inquiet
- oui... oui... j'ai très mal dormi cette nuit...
- Rien de grave j'espère... j'ai vaguement entendu que mon fils et toi vous étiez un peu pris le bec hier soir... tout va bien ?
- oui... euh... enfin je ne sais pas...

Mon beau-père me regardait l'air surpris et interrogateur.

- tu sais si tu as besoin de parler... je suis là... je ne jugerais pas mais si ça peut te faire du bien, n'hésites pas...

Je ne répondis pas tout de suite, les propos de mon mari résonnaient encore en moi.

- en fait... c'est suite notre discussion d'hier matin... je l'ai questionné pour savoir si tout allait bien entre nous... je veux dire... sexuellement...
- ah...
- et je suis tombée des nues... il semble frustré et peu satisfait au final...
- aïe... je comprends ton désarroi ce matin...

Je voyais son visage attristé par ce que je lui annonçais.

- tu veux qu'on en parle davantage ? Est ce que tu veux que je t'aide ?
- m'aider comment ça ?
- et bien, si tu veux m'en dire davantage, peut être que je peux te donner mon point de vue d'homme et t'aider à corriger le tir...
- je ne sais pas...
- écoutes, je te laisse y réfléchir... je vais aller bouquiner dans ma chambre. Si tu as besoin, tu sais où me trouver...

Je le regardais quitter la pièce. J'étais tiraillé entre accepter son aide et la peur de dévoiler mon intimité à cet homme.
Après quelques minutes de réflexion, je tapais à sa porte. Il m"invita à entrer. Il était allongé sur son lit et lisait tranquillement.

- Je veux bien de votre aide...
- Très bien dit il avec un air très satisfait.... pour commencer, assieds toi... je vais te poser plusieurs questions afin de comprendre si le problème vient de toi ou de mon fils... ok?
- ok... je vous écoutes.
- bien... si des questions te gênent, tu peux ne pas y répondre. Elles risquent d'être très personnelles et intimes mais c'est important que tu ne me caches rien... toujours ok ?
- oui...
- bon... combien de rapports avez vous en moyenne par semaine ?
- euh un parfois deux...
- ok... y'a t'il des choses que tu refuses de faire ou que tu n'aimes pas...?
- euh non...
- ah bon...?... fellation ?
- oui ça arrive...
- tu avales ?
- beurk non!!
- ok... je vois...

J'étais rouge de honte et gênée mais j'acceptais cet interrogatoire.

- tu te masturbes parfois ?
- non...
- jamais.... pas de sextoys ou autres ?
- non...
- sodomie ?
- euh non... jamais..
- pourquoi?
- on a essayé une fois mais j'ai eu mal... depuis on n'a jamais recommencé...
- ok... Il prenait des notes sur ce que je lui disais et c'était très troublant.
- ensuite... quand vous faites l'amour, c'est plutôt le matin ou le soir?
- le soir...
- lumière allumée ou éteinte...
- plutôt éteinte...
- as tu déjà eu envie d'un autre homme?
- non!! jamais !!
- est ce que tu as déjà fantasmé sur un autre homme ou sur le fait de le faire avec plusieurs hommes?
- euh... non...
- tu es sûre?
- oui.. enfin.. ça m'est arrivé d'être excitée devant un film X en voyant deux hommes sur une femme... mais de là à en avoir envie...
- ok... bien, très bien..

Il réfléchit un instant.

- Bon je crois que si tu veux surprendre ton mari et par la même le rendre fou de toi, il va falloir que tu te reprennes en main !!
- ah bon mais comment...?
- déjà, il va falloir que tu découvres ton corps et pour ça, il n'y a pas 36 solutions... il va falloir que tu te caresses, que tu te masturbes régulièrement avec ou sans jouet...
- ah bon mais...
- pas de mais... tu veux changer oui ou non ?
- oui...
- alors tu vas suivre mes instructions à la lettre et je te promets que tu vas changer !!
- ok...
- je te propose que tu ailles dans ta chambre ou dans un endroit discret et que tu attaques tout de suite.
- maintenant ??
- oui maintenant !!

Je m'exécutais et partie m'enfermer dans ma chambre. Je fis glisser timidement mon pantalon suivi de ma culotte et commençais à me caresser. De multiples pensées occupaient mon esprit mais rien d'excitant si bien que mon sexe resta désespérément sec... Je n'insistais pas, n'y trouvant aucun plaisir et je ressortis de ma chambre quelques minutes plus tard. Je passais devant la porte entrouverte de Gérard qui m'interpella.

- déjà ! me dit-il surpris
- euh oui... je n'arrive pas à être excitée.
- ah bon... viens par là...

Je rentrais de nouveau dans sa chambre. Il se redressa.

- bon... habituellement qu'est ce qui t'excite ?
- je ne sais pas...
- quand ton mari te touche, cela t'excite?
- oui un peu...
- y'a t-il des parties de ton corps plus sensibles que d'autres ?
- je ne sais pas...
- décidément tu es pas facile comme femme... mais c'est pas grave, on va essayer autre chose... avant hier quand je t'ai entendu jouir, tu étais excitée... à moins que tu aies simulé???
- non je n'ai pas simulé... je ne sais pas nous avions bu et j'avais envie de lui...

Il me regarda avec un petit sourire, voyant me air gêné.

- est ce que de savoir que je pouvais vous entendre a augmenter ton excitation ?
- euh... je...

Je n'osais répondre.

- bon je prends ton silence pour une validation... donc tu as pris ton pied car tu étais excitée que quelqu'un puisse t'entendre ou peut être même te voir... n'est ce pas ?
- euh oui je crois...
- ok... ce que je te propose alors c'est de retourner dans ta chambre et de recommencer à te caresser. Laisses la porte entrouverte... peut être que je viendrais voir comment cela se passe ou simplement t'écouter...

Je repartis et de nouveau quittais mes vêtements, ne gardant que mon pull. Je m'allongeais sur le lit et commençais à me caresser. D'abord terrorisée à l'idée que mon beau-père puisse me regarder, cette idée se mit doucement à m'exciter et je sentis immédiatement mon sexe se lubrifier. Je caressais frénétiquement mon clitoris qui gonflait sous mes doigts. Je me suis caressée pendant une dizaine de minutes et soudain j'ai senti l'orgasme monté au creux de mes reins. J'ai joui d'une façon délicieuse, me tendant comme un arc sur le lit et laissant échapper un profond soupir.
Je rouvris les yeux et me redressais. J'aperçu alors mon beau-père dans l’entrebâillement de la porte. Il me sourit et disparut.

J'étais honteuse mais heureuse.

Je remis de l'ordre dans ma tenue et sortis de ma chambre. Gérard n'était plus dans la sienne et je le retrouvais en bas.

Il me fit un large sourire et me félicita, m'avouant qu'il n'avait jamais vu rien de plus beau qu'une femme ayant un orgasme. Je répondis à son sourire.

Après le déjeuner avec les enfants et à son retour de l'école, Gérard m'appela dans le salon.

- Caroline... ce matin, c'était la première étape de ta transformation. Je te propose que l'on attaque la suivante. Es tu toujours partante pour suivre mes conseils?
- oui !

Ma réponse avait été catégorique et ne laissait aucun doute sur ma détermination.

- très bien !! je vais te demander de te déshabiller entièrement... ici devant moi!

Je le regardais surprise un court instant. Après tout il m'avait vu jambes écartées précédemment donc je pouvais lui dévoiler le reste de mon corps.

Je retirais alors mon pull, dévoilant ma jolie poitrine dans un soutien gorge noir. Je fis glisser mon pantalon puis ma culotte et enfin je dégrafais mon soutien-gorge.

- magnifique me dit Gérard en découvrant mes seins.

Je le vis attraper ma culotte et la détailler. Il la porta à son visage et la renifla. C'était très troublant de voir mon beau-père sentant ma culotte.

- hummm... j'adore cette odeur de mouille...

Je ne bougeais pas, debout face à lui, entièrement nue.

- tu m'as dit que la fellation n'était pas trop ton truc...
- euh... oui...
- alors on va voir comment tu te débrouilles.

Sur ce il déboutonna son pantalon et tira dessus dévoilant un sexe épais déjà bien gonflé. J'écarquillais les yeux de surprise.

- allez viens me montrer de quoi tu es capable.

J'hésitais un court instant mais excitée, je me mis à genoux devant lui. Je penchais ma tête et pris de suite son sexe en bouche. La verge épaisse coulissa entre mes lèvres et je mis toute mon expérience au service de cette fellation.

Rapidement Gérard me donna des conseils sur mon rythme, sur les parties sensibles de son sexe et sur la façon dont je devais faire tourner ma langue ou serrer les lèvres. Je compris à ses murmures de contentement que j'étais sur la bonne voie. Il m'encouragea à me caresser en même temps. Je l'écoutais aveuglément et suivais ses conseils.

- continues me dit-il... je sens que je vais jouir... je ne veux pas que tu t'arrêtes... je veux jouir dans ta bouche et que tu avales tout jusqu'à la dernière goutte.

Je relevais la tête brusquement.

- non... je ne veux pas, ça me dégoutte...
- ok... allez reprends... on verra ça plus tard...

Je me remis sur ce beau morceau qui luisait de ma salive. Je m'appliquais montant et descendant sur le sexe gonflé au maximum.
Il avait posé sa main sur ma tête et me caressait les cheveux mais soudain, sa main se crispa et je le sentis l'appuyer m'empêchant de la relever. Je sentis alors une première giclée de sperme s'écraser sur mon palais suivi de plusieurs autres. Ma bouche se remplit bientôt de son foutre.

- allez avales maintenant... tu vas voir tu vas y prendre goût !

Je me résignais à tout avaler. Il avait raison le goût et la texture n'étaient pas si horribles. Il me relâcha enfin et je me relevais, m'essuyant les lèvres. Il me regardait avec un air très satisfait malgré mon regard plein de reproches.

Le soir même, je voulais mettre mes nouvelles compétences au service de mon mari mais lorsque j'arrivais dans la chambre, il s'était déjà endormi. A que cela ne tienne, je dégageais les draps et embrassais tendrement son sexe endormi. Je le branlais un peu et me mis à le sucer en m'appliquant sur ce que j'avais appris. Le sexe se mit à grossir et mon mari se réveilla, tout surpris de trouver sa femme entre ses jambes. Je mis toute ma science de la fellation à son service et il ne tarda pas à m'annoncer qu'il allait jouir. Alors qu'habituellement, je l'aurais lâcher et branler jusqu'à ce qu'il jouisse sur son ventre, cette fois-ci je le gardais en bouche jusqu'à l'explosion finale.
Pour son plus grand plaisir j'accueillis son sperme avec délectation et j'avalais le tout sans broncher. Son goût était plus âpre que celui de son père mais je ne fis bien sûr aucun commentaires !!
77 vote(s)


Vous avez aimé ce récit érotique ?


Commentaires du récit : Beau-père

Aucun commentaire
Pour poster un commentaire ou faire un signalement, vous devez être connecté !



Histoire précédente <<<
>>> Histoire suivante