PAGE D'ACCUEIL > Hétéro > Récit : Justine 1 - Première rencontre avec Alexis

Justine 1 - Première rencontre avec Alexis

+29

Lecture : 4127 fois - Commentaire(s) : 0 - Histoire de PetiteAlice postée le 14/01/2018
Cams coquines
Il est 14h45 lorsque Laurie regarde son portable. Justine est assise en face d’elle à la table du bar de ce centre commercial situé au cœur de la ville. Nous ne sommes qu’au printemps mais il fait déjà chaud pour la période. Les flâneurs, pour la plupart habillés légèrement, sont nombreux à venir regarder les boutiques.

Alexis arrive aux abords du bistro, il reconnaît immédiatement Justine d’après la photo qu’elle lui avait envoyé, et tant il est impatient de la rencontrer. Il ralentis le pas et s’approche de la table en la fixant du regard.
« - Bonjour Justine ! Dit-il en affichant un large sourire.
- Salut, répondit-elle en le regardant avec timidité. Laurie, une amie. »
Il fît deux bises à chacune des jeunes filles.
« - Bon et bien... je vous laisse tout les deux ! »
Laurie se leva, tout en faisant de grands yeux écarquillés à Justine, puis lui fît une bise sur la joue.
« -A bientôt ma chérie, et… amusez vous bien !!
- Je t’appelle ce soir, répondit Justine un peu gênée. »


Alexis pris place en face d’elle. Il était grand et plus âgé qu’elle à 24 ans ; elle n’avait jamais « rencontré » un garçon avec une telle différence d’âge. C’était un jeune homme qui ne ménageait pas ses efforts dans la pratique sportive pour sculpter son corps, et cela se voyait. Et c’était ce qu’il voulait : qu’on le regarde, que l’on se retourne pour le zieuter lorsqu’on le croisait dans la rue. Il avait les cheveux courts et la peau mate.

Ils prirent un verre ensemble sur sa proposition. Alors qu’ils échangèrent quelques mots, un homme d’une quarantaine d’années qui passaient par là les sortit de leur discussion.
« -Alexis ! Interpella l’homme.
- Bonjour Pascal, comment vas-tu ?
- Ça va bien et toi ? Répond y t-il en interrogeant du regard la jeune fille assise à la table.
- Je te présente… Justine. Une… cousine !
- Enchanté ! Bon je n’ai pas trop le temps, on se voit jeudis soir ?
- Oui, sans faute.
- Passez un bon week-end ! Cria t-il tout en reprenant son chemin »

Sans porter plus d’attention à cet individu, Alexis et Justine reprirent leurs échanges tout en sirotant leurs verres. Ces dix minutes parurent longue à Justine. Elle était contente d’être enfin avec Alexis, mais son mal être à cette table relevé à la fois de son importante appréhension, et aussi de sa timidité dans ces lieux de foule. Lorsqu’ils eurent terminé, Alexis régla la note, puis ils prirent la direction de la sortie nord du centre commercial.


Une fois à l’extérieur, après avoir atteint une rue moins fréquentée, Alexis sortit de sa sacoche une cigarette « maison » roulée à la main, d’une taille supérieure à une simple clope industrielle.
« - La première chose que je t’avais promis ! Dit-il
- Ouais cool, ça me fera du bien parce que je suis un peu stressée là.
- Ça se voit. Mais t’inquiète, avec ça, d’ici que l’on arrive chez moi tu te sentiras mieux.
- C’est loin ?
- Non tout près. »

Il s’arrêta pour l’allumer, puis la tendit à Justine. Elle en consomma la plus grande partie bien qu’ils la partagèrent. Arrivés devant la porte de l’immeuble elle se sentait vraiment mieux en effet. Alexis tapa le code d’entrée, puis ils montèrent au dernière étage par les escaliers.

Il habitait dans un vieille immeuble au nord de la ville, entièrement rénové deux ans auparavant mais sans ascenseur. Il introduisit la clé dans la serrure, puis ils entrèrent. C’était un très bel appartement de 80m2 sans vis à vis avec balcon, offrant une jolie vue au sud sur le bord du fleuve et la ville en second plan.


[DANS L’APPARTEMENT]


Justine quitta ses Converses dans l’entrée. Tout en pénétrant dans l’appartement, Alexis se dirigea dans la cuisine qui était ouverte sur le séjour dans lequel elle alla directement. Elle posa son sac à main dans le canapé, puis s’approcha des baies vitrées donnant sur le balcon pour admirer la vue. Il la rejoint deux verres dans la main : des whisky-cocas. L’alcool pour se relâcher des derniers tracas, et le sucre du soda pour l’énergie qu’il fournit.
« - Tu aimes ?
- Ouais c’est pas mal, je connaissais pas les deux ensemble comme ça, mais c’est pas mauvais du tout ! »

Ils discutèrent aussi de l’appartement et de la vue, mais chacun prenait inconsciemment soin de vite finir son verre. Alexis enleva de ses mains celui de Justine qui était tout juste vide, et ne prît pas le temps d’aller les déposer dans l’évier de la cuisine. Il les mit sur sur une petite étagère à sa gauche derrière elle sans s’y attarder. Avant de faire un pas et de s’accoler à elle, il prit une poignée de secondes pour l’observer…

Elle était devant lui de dos au trois quart. Il était très excité de la voir dans son appartement. Il voyait Justine physiquement très jeune. Elle était blonde, mesurait 1m50 tout au plus, était mince sans être maigre, avec une poitrine petite et légère ; et son jean moulait de belles petites fesses bien proportionnées et fermes. Ses quelques années de natation lui avaient permises d’obtenir ce jolie corps aux formes justes, tout en conservant son innocence de jeune fille.


Alexis se rapprocha d’elle, l’enlaça, se colla à elle dans son dos, puis se pencha au-dessus de cette jeune demoiselle avant de débuter une série de bisous dans son cou… Petit à petit remonta sur sa joue jusqu’à que Justine tourne le visage pour laisser sa bouche offerte à la langue du maître de maison. Ils passèrent quelques minutes à s’embrasser langoureusement avec envie. Malgré le jeune âge de Justine, ils s’adonnèrent à de vrais jeux de langues fougueux, et Alexis tenta même un jeu d’échange de salive fournie, qui ne repoussa pas Justine. Elle s’était à présent retourner pour se trouver face à lui, serrée contre son corps imposant ; donnant, dans une concordance presque parfaite, des basculements de bassin l’un envers l’autre, pour se ressentir plus encore. Ils reculèrent lentement pour qu’Alexis s’asseye progressivement dans le fauteuil derrière lui. Justine fixa son regard dans ses yeux avant de se mettre à califourchon au-dessus de lui, pour mieux l’embrasser à nouveau.


De ses mains, Alexis parcourra alternativement le dos puis les fesses de Justine qui s’abandonna progressivement à lui. Ensuite il les passa sous son gilet pour le lui retirer, et sans attendre, les inséra sous son T-shirt dans le but de le lui enlever également. Il se rendit compte que dans le creux de son ventre, il arrivait pratiquement à faire le tour de sa taille de cette jeune demoiselle avec ses mains. Et, à sa surprise, il découvrit que Justine ne portait pas de soutien gorge, peut être à cause de la petitesse de sa poitrine, mais cela ne lui déplut pas...

Leurs visages se décollèrent pour laisser passer le T-shirt de Justine des les imposantes mains d’Alexis. Elle le fixa dans les yeux, mais lui n’en avait que pour ses petits tétons se dévoilant au niveau de son regard. Et ne put s’empêcher de les embrasser alors que Justine entoura son visage de ses mains, et tournant le buste tantôt de gauche, tantôt de droite ; peut être pour lui faire comprendre de continuer encore, et encore…

Poursuivant à jouer de leurs bassins, Justine demanda :
« - C’est ta queue que je sens ?
- Ouais… Tu veux qu’on aille dans ma chambre ?
- Oui. »

Il l’a pris par la main pour l’emmener dans le cœur de l’appartement. D’une main il ouvrit la porte de sa chambre, puis par un geste sur les fesses de Justine, il la fit entrer la première dans la chambre ; buste nu, se mordillant la lèvre d’excitation pour ce qui allait se passer…


[DANS LA CHAMBRE]


La pièce était composé d’un grand lit, d’un bureau au fond faisant face sur lequel était posé un ordinateur portable ouvert ; et d’une fenêtre occulté par un rideau, mais dont la lumière passait au-dessus et sur les côtés. La chambre n’était pas dans le noir, mais l’ambiance donnait une part sombre, la rendant plus intimiste.


Alexis ferma la porte, puis retira rapidement son T-shirt. Justine qui s’était assise sur le bord du lit, apprécia émerveillée ce corps si soigneusement sculpté. Tout en s’approchant d’elle, elle tendit timidement ses mains sur son abdomen, animée par le désir découvrir et connaître chaque centimètre carré de ses muscles dissimulés dans cette peau mate, lisse, et sans aspérité ni pilosité.


Il la souleva, une main sous chaque bras, pour la déposer au centre du lit. Là, il commença à enlever le bouton, puis ouvrir la petite braguette du jean de Justine. Passa ses mains sous son corps pour mieux le lui retirer. Il découvrit avec joie un petit slip blanc agrémenté de quelques fantaisies. Il lui écarta les jambes tout en remontant ses genoux. Puis tenant ses cuisses, il fît délicatement des bisous sur chacune tout en remontant vers son sexe encore caché. Il donna de bons coups de langue et embrassa celui-ci, avant de se saisir de ce simple tissus pour lui retirer.

Sentant cette pulsion sexuelle intime qui l’animait, il révéla cette jeune vulve rose, lisse et fermée, sans aucun poil, avec un immense plaisir. Écartant à nouveau très largement ses cuisses pour avoir un grand champ libre et une vue parfaite, il y engouffra se tête sans attendre. Débutant par de petites bises en surface, il se permit rapidement une langue plus curieuse. Navigante de haut en bas, il la faisait pénétrer aussi au maximum qui le pouvait. Après quelques minutes ainsi, il écarta les lèvres ; de sa bouche, il se concentra tendrement sur son clitoris en érection tandis que deux doigts débutaient un vas et vient qui se voudra de plus en plus rapide, dur, et profond.


Justine était aux anges, voir plus que ça, les effets de la cigarette « maison » et de l’alcool s’étaient fait bien sentir, et elle pouvait à présent totalement s’abandonner à son Homme de cette après-midi chaude de printemps. Son cœur bâtait fort, sa respiration était profonde ; elle saisissait exclusivement à cette instant précis le seul délice qu’elle ressentait.


Après plusieurs minutes entières d’extase, Alexis se redressa puis l’embrassa profondément. Justine, essoufflée, lui demanda respectueusement de pouvoir boire un peu d’eau avant de poursuivre. Alexis alla à la salle de bain attenante afin de lui remplir un verre. Tout en buvant, elle s’exclama « C’était bon... », il lui répondit d’un large sourire. Puis, il l’interrogea du regard tout en déboutonnant et jetant un coup d’œil sur son entrejambe à lui. Son visage s’illumina, puis elle répondit : « Ouais ! » ; tout en posant le verre sur la table de nuit la plus proche d’elle. Alexis en s’allongeant, le buste redressé sur la tête de lit, enleva son jean en même temps que son boxer.

Justine était allongée entre ses jambes, frappée par le membre qu’elle découvrait. Alexis ne lui avait pas menti. Deux imposantes testicules pendaient librement au pied d’une longue verge parfaitement droite de 21cm, elle se tenait debout, surmontée d’un gland totalement décalotté, de proportion très juste. Son entrejambe était épilé, contrairement à ses jambes d’une pilosité correcte permettant d’asseoir une virilité naturelle.

Elle débuta par tendre sa langue pour atteindre en premier la base de la glande la plus basse, puis joua également en ajoutant ses lèvres, alors qu’une main se saisissait de la base du pénis, fier devant elle. Délaissant les couilles, sa langue remonta, partant de la base de la queue, pour finir sur un petit vas et vient sur le frein. Enfin elle glissa la verge, le long de sa langue, pour la faire entrer dans sa bouche.

Bien sûr, il y eu quelques petits coups de dents mal placés, témoignant de son manque d’expérience. Mais Alexis exaltait, cela ne le dérangeait pas, au contraire il aimait d’autant plus cette sincérité dans sa novice pratique. Après avoir « joué » avec du mieux qu’elle le pouvait, elle essaya de rentrer son membre au plus profond qu’elle y arrivait. Elle le tapait au fond de sa bouche avec de francs mouvements de sa tête.
« - Je peux te prendre la tête entre mes mains pour te baiser la bouche ? Demanda Alexis.
- Ouais vas-y. Mais tu me coupe pas la respiration trop longtemps ! Dit-elle en riant.
- Ok. Enlève tes mains, touche mes couilles si tu veux. »

Il lui encercla son petit visage de ses grandes mains, en prenant soin de tenir sa blonde chevelure en arrière. Elle, lui faisait de tendre caresses sur ses deux couilles bien pendantes. Puis il débuta les vas et vient, en prenant soin de l’écarter de temps en temps pour la laisser reprendre sa respiration. Finalement, voyant qu’elle acceptait plutôt bien se commencement, il se mît à devenir plus dur. Les coups accélérèrent, et il n’hésita pas à tirer de plus en plus sa tête pour faire rentrer sa verge, et à la tenir de façon statique dans cette position le plus longtemps possible. Le désire était si fort, que malgré l’emprise qu’il avait physiquement sur elle, il contractait de temps en temps ses muscles fessiers afin d’avancer encore plus en avant son membre en elle. Justine toussa quelques fois, reprit de justesse sa respiration, mais ne boudait pas son plaisir de sucer enfin un Homme, un vrai. Être sous son contrôle ; il dirigeait avec une expérience rassurante.


Après un certain temps ainsi, dont les plaisirs mutuels n’étaient pas sans effet sur leurs esprits, Justine releva la tête puis lui dit sans détour : « J’la veux dans ma chatte ». Il lâcha sa tête, puis remontant, elle s’installa de face à califourchon sur lui. Enfin doucement, alors qu’il tenait son membre d’une main, elle descendit doucement pour la faire pénétrer dans son être. C’était chaud, c’était dur ; son vagin était étroit, les sensations d’Alexis étaient parfaites. Elle eu un peu de difficulté au début, ils s’y reprirent. Puis elle descendit enfin, et débuta de très lents mouvements de bassins au départ. Essaya quelques montées et descentes en poussant sur ses cuisses, avant qu’Alexis ne prennent l’initiative de la tenir et de bouger lui de haut en bas. Les débuts sont délicats, mais Alexis comprend vite qu’il va pouvoir accélérer, elle accepte bien. Justine respire fort, pousse de petits cris timides, mais se relâche totalement en fermant les yeux de temps en temps en sentant ce membre en elle.

Il lui saisit le cou, lui inclina le visage et le tira vers lui pour l’embrasser avec franchise. Ensuite, il la fait tourner sur sa droite, la plaque dos sur le lit, et prend les rennes de l’assaut. Il accéléra, tapa plus fort, bien que sa verge n’entre pas totalement ; Justine n’arrivait plus à retenir son plaisir. Il s’approche de son oreille gauche, et lui glisse à voix basse : « N’aie pas peur de crier, il y a personne à côté ». Puis se redressant, la regarda dans les yeux et lui asséna un violent coup bassin, faisant rentrer profondément son membre en elle, ce qui lui fît déchirer le silence d’un hurlement de plaisir. Il poursuivit ces mouvements, tantôt en observant avec délice sa partenaire d’en haut, tantôt en se penchant sur ses tout petits seins pour les embrasser ou mordiller les tétons pointés.


La scène était belle, Alexis l’étreignait de tout son être, la faisant disparaître sous son corps grand et imposant ; seul dépassaient ses fines jambes blanches écartées. Aussi les deux belles fesses, musclés, fermes et virils d’Alexis avec sa peau mate, se contractant à intervalles réguliers et rapides, auraient faire naître le désire chez n’importe quelle femme pouvant porter le regard sur cette vue.


Alexis transpirait à présent comme une bête sauvage, par ses efforts et l’excitation qui étaient au plus haut. Justine elle, semblait ne plus se soucier du monde ; elle était là, et son corps devenait son moyen pour obtenir des sensations extraordinaires et se découvrir.

Il sorti son membre, et dirigea sa bouche directement sur sa vulve pour de rapides baisers, et libérer sa langue aventurière et affamée. Ensuite, il demanda à Justine de se mettre à quatre pattes, et se recentrèrent sur le lit. Là, à genoux derrière elle, il la pénétra et repris ses vas et vient. De cette position, ces couilles effleuraient pratiquement son clitoris, rendant les sensations d’autant plus intense. Alors afin de continuer en ce sens, Alexis, de sa main droite humidifié de sa salive alla jouer avec le clitoris de Justine ; sensation qu’elle n’avait jamais ressenti auparavant. Puis, d’un seul coup après quelques minutes : « - Attends… Ahhhhh !!!! » Alexis se retira vite de peur de lui avoir fait du mal, avant de comprendre... Ils se regardèrent, Justine croulant de plaisir se laissa tomber sur le lit coucher sur le ventre. Elle venait en fait de découvrir l’éjaculation féminine. Limitée certes, mais aucun de ses deux jeunes précédents partenaires n’avait réussi à l’amener à ce point là de jouissance. Justine expliqua qu’elle avait eu en réalité peur, car elle ne savait pas ce qu’elle avait, craignant d’uriner en plein ébats. Mais Alexis la rassura, et n’était pas peu fier de lui, et de l’instant qui venait de vivre.


Il lui saisit ensuite les cuisses afin de relever ses magnifiques petites fesses. Se mit debout, puis courba les jambes afin de pouvoir la pénétrer avec de plus amples mouvements. Il recommença son balancement, et constatant les effets qu’il venait de faire sur elle, son côté dominateur refit surface en lui ; bien qu’il le refoula jusqu’à présent de peur de l’effrayer pour un premier rendez-vous et vu sa jeunesse. Mais à cet instant le désire profond était plus fort ; il lui saisit les cheveux, elle se cambra, et il la monta et dompta à ses plaisirs. Il ne se retint plus, prit réellement son pieds, et profita de ce petit corps de jeune fille qui lui était offert. Justine fût surprise, mais pas inquiétée. Confiante avec Alexis, elle fantasmait comme beaucoup sur la virilité et la domination de l’Homme… Pendant plusieurs minutes, Alexis était tel un animal ; acte sexuel à l’état brut et sans limite, il la pénétrait sans retenue et selon ses désirs.


Au bout d’un moment il lui demanda sourire aux lèvres :
« - Je vais pas tarder à éjaculer, tu veux toujours essayer ?!
- Ouais, ouais, répondit-elle encore essouffler par tant de nouveautés bienfaisantes.
- Ok, mets toi à genoux. »

Elle se tenait entre ses jambes, lui était debout. Il prit sa queue dans sa main, et commença à se masturber. « Lèches moi les couilles » dit-il gentiment alors qu’elle s’exécuta avant même qu’il eut terminé de le dire. Au bout de quelques secondes il prévint : « Vas-y, ouvre la bouche en grand ». Se tenant à ses cuisses, elle ouvrit grand la bouche et s’approcha au plus près de son gland qu’il masturbait toujours. Puis il ralentit, la regarda, leva les yeux au plafond, et les jets commencèrent à être expulser parfaitement à l’intérieur de la bouche de Justine à chaque contraction. Cinq magnifiques jets, composés d’un sperme en quantité, très dense et crémeux. Elle n’en perdit pas une goutte.
« - Ahhh… Alors ça te plaît ?
- Ouais !
- Suce moi un peu là s’te plaît… Ahhh, putain c’est bon… Ouhhh… Ah, t’es trop bonne... »


Alexis s’écroula de fatigue sur le lit, alors que Justine se posa délicatement sur son ventre.
« - Alors petite jeune fille – en référence à son pseudo sur le site de chat où ils se sont connu -, t’as trouvé comment ?
- C’était super bon ! »

Elle n’en dit pas plus de fatigue et le temps de retrouver ses esprits… Lui tendit le bras pour attraper son téléphone portable posé sur la table de nuit.
« -C’est quelle heure ? Demanda t-elle.
- 16h12 exactement.
- Va falloir que j’y aille.
- Tu veux prendre une douche ici ?
- A ouais ça serait cool.
- Viens, on va la prendre ensemble ! »

Ils se dirigèrent nus, dans la salle de bain attenante à la chambre à coucher.


[DANS LA SALLE DE BAINS]


Il commença à faire couler l’eau afin d’obtenir de la chaleur rapidement, puis l’attira à lui par la main. Là, il commença à la savonner, parcourant entièrement son corps de ses mains. Il l’embrassa à plusieurs reprises, tout en insistant de ses mains sur quelques zones de son anatomie…

L’eau coulait en continue. A son tour elle le savonna avec plaisir et soin. Sous ces contacts physiques et la chaleur de l’eau, Alexis devint rapidement à nouveau très en forme ! Justine, une main saisissant son membre, le regarda avec sourire ; « C’est déjà reparti ?! » lui dit-elle terminant sa phrase en se mordillant la lèvre inférieure d’un air innocent.


De son initiative cette fois-ci, elle se mit à genoux, l’eau projetée sur le dos d’Alexis qui était debout. Puis, sans hésiter, ouvra la bouche pour sucer, de la meilleure façon qu’elle le put, cette magnifique verge qui venait de la faire jouir comme jamais quelques instants plutôt. Alexis ne bougea pas, admirant sa jeune protégée à l’œuvre. Il ne dit rien et se laissa rapidement aller sans se retenir à l’éjaculation. Il ne la prévint pas, mais elle ne le voulait pas. Son gland se contracta au cœur de sa douce et chaude bouche, pour cracher de plaisir son foutre. La quantité fût moindre, mais pas la qualité ni la satisfaction des deux partenaires. Justine était fier d’avoir conduit Alexis à l’éjaculation en seulement quelques minutes, et par son seul talent.


Ils terminèrent cette chaude douche, se séchèrent ensemble. Puis chacun alla retrouver ses vêtements là où les événements les avaient conduit à les laisser.


Sur le pas de la porte, ils s’embrassèrent langoureusement une dernière fois (pour cette fois). Un dernier regard complice, puis Alexis observa ce petit bout de fille d’à peine 1m50 s’éloigner. Quant à elle, elle n’attendit pas d’être dehors pour téléphoner à Laurie, et lui raconter cette expérience sexuelle peu commune…
29 vote(s)


Vous avez aimé ce récit érotique ?


Commentaires du récit : Justine 1 - Première rencontre avec Alexis

Aucun commentaire
Pour poster un commentaire ou faire un signalement, vous devez être connecté !



Histoire précédente <<<
>>> Histoire suivante