ACCUEIL > Hétéro > Récit : Chantage - Chapitre 1

Chantage - Chapitre 1

+102

Lue : 10934 fois - Commentaire(s) : 0 - Histoire de LN78 postée le 29/12/2016
Cette histoire s'est passée l'an dernier et dure depuis. Je me présente Estelle, 48 ans, mariée avec deux grandes filles de 26 et 23 ans. Mon mari Marc et moi vivons dans un petit lotissement en région parisienne. Ma grande fille Cathy est marié depuis deux ans avec Laurent, bel homme qu'elle a rencontré sur les bancs de la fac.

Suite à des problèmes de couple avec mon mari, j'ai traversé des moments de doutes et un soir lors d'une soirée avec des collègues de travail, j'ai fait une terrible erreur et je l'ai trompé avec un collègue. Il faut dire que ce soir là, j'avais copieusement bu et qu'Eric, le collègue en question en avait bien profité. Dès le lendemain, j'avais été prise de remords et je vivais très mal la situation. De son côté, Eric continuait à me faire des avances et il semble que je lui avais laissé un très bon souvenir de cette soirée. Il faut dire que j'ai toujours eu du succès avec les hommes. Je suis une femme assez grande, à la chevelure rousse et aux formes généreuses. A l'entreprise où je travaille comme secrétaire, je dois régulièrement repousser les avances de mes collègues masculins.

Un jour, nous recevions Cathy et son mari à la maison. Nous étions en plein repas et je m'étais levée pour aller chercher quelque chose à la cuisine, lorsque le téléphone sonna. J'allais m'en saisir mais mon gendre venait de le faire à la demande de mon mari qui était occupé à déboucher une bouteille.
Il me fit signe que c'était un certain Eric au bout du fil. J'eus un instant de panique. Pourquoi ce c... téléphonait ici???

Je décrochais le deuxième combiné situé dans la cuisine et m'éclipsais dans le cagibi attenant pour copieusement insulter mon collègue et définitivement l'envoyer sur les roses. Ce que je ne savais pas c'est que mon gendre écoutait la conversation sur l'autre combiné. Après m'être calmé, je revins à table, troublée par ma conversation. Je ne vis pas tout de suite le regard de mon gendre sur moi. Lorsque je croisais enfin son regard, il eut un sourire bizarre. Je n'y prêtais guère attention et essayais de reprendre le fil des conversations.

Dès le lendemain au boulot, je pris Eric entre quatre yeux. Je lui mentais en lui disant que mon mari était au courant et que si il continuait d'insister, j'allais en parler avec sa femme. De ce jour là, il cessa toute allusion et me laissa tranquille. Pourtant je n'étais pas sorti d'affaire car quelques jours après ce fameux coup de téléphone, alors que j'étais seule à la maison un mercredi après-midi, quelqu'un toqua à la porte. J'ouvris et tombais nez à nez avec Laurent. Très surprise de sa visite et surtout sans ma fille, je le fis entrer.
Il devait me parler et je crains immédiatement qu'il n'y ait un problème entre lui et ma fille.
Je le fis donc rentrer.
- Que se passe-t-il Laurent? Tout va bien avec Cathy?
- Oui... enfin non...
- Expliques toi?
- Voilà, Cathy et moi traversons une petite crise...
- ça arrive, il n'y a rien d'irrémédiable... qu'est ce qui se passe exactement?
- en fait, tout se passe plutôt bien sauf que Cathy a peu de désir...
- ah...

J'étais un peu gênée que mon gendre vienne exposer ses problèmes de sexualité avec ma fille...

- oui au début c'était super et depuis quelques mois, il ne se passe plus grand chose sur le plan sexuel...
- ah bon mais vous en parlez? qu'est ce qu'elle te dit?
- bah elle dit que je suis un obsédé, que je ne pense qu'à ça!
- vous avez essayé de voir quelqu'un... un sexologue ou un thérapeute?
- non, je ne suis pas trop pour ces trucs là...
- ah... mais je ne vois pas trop comment je peux vous aider... Cathy a toujours été assez secrète de ce côté là... je peux essayer d'en discuter avec elle mais je ne te promets rien...
Je le voyais lorgner sur mon petit décolleté et je trouvais ça un peu déplacé alors que nous parlions de son couple.Du coup j'enchaînais sur un ton un peu agacé.
- bon, je vais continuer à faire mon ménage, sauf si tu as autre chose à me demander...
- bah c'est pas évident à dire... mais je me demandais si il ne fallait pas que je prenne une maîtresse...
- quoi??? mais ça ne va pas!!! ce serait la solution de facilité...

Je commençais à lui faire la morale, sur le fait que tous les couples traversent des crises et des doutes et que l'adultère n'a jamais rien arrangé!
Il me regardait avec un sourire moqueur pendant que je lui parlais et cela commençait à m'énerver. J'avais l'impression qu'il se moquait de moi et cela ne me plaisait pas du tout!

- tu peux arrêter de sourire bêtement lui dis-je... si tu aimes Cathy, tu dois être capable de prendre ton mal en patience!!
- dommage qu'elle n'ait pas le même tempérament que sa mère me dit-il en souriant...
- de quoi tu parles, ça ne veut rien dire ce que tu dis!!
- et vous vous êtes toujours aussi amoureuse de votre mari après toutes ces années??
- euh oui mais comme vous on a traversé des moments parfois compliqués... c'est la vie d'un couple!
- et jamais vous n'avez pensé aller voir ailleurs?
- jamais!!... et d'abord cela ne te regarde pas et je te trouve bien familier d'un coup..!!

Il souriait toujours et était de plus en plus agaçant.
- ah bon?... même pas avec Eric?

Sa dernière phrase me glaça le sang... Je restais bouche-bée devant lui.

- que...que... qui ça??
- Eric... vous savez ce type avec lequel vous avez couché...?
- de quoi parles tu?? ça ne va pas???!!! bon allez je vais te demander de rentrer chez toi, j'ai à faire!
- je suis bien là... j'aimerais qu'on continue cette conversation... à moins que vous préfériez que je revienne ce soir quand Marc sera là...?

Je me rassis, à quel genre de chantage mon gendre était il entrain de jouer. Je le regardais, le teint soudain blême. J'attendais la suite. Lui il s'était confortablement installé dans le canapé et me regardait l'air triomphant.

- Marc n'a pas à savoir, ça a été une erreur... comment peux tu être au courant??!!
- simple, lorsqu'il a appelé la dernière fois, j'ai écouté votre conversation sur le deuxième combiné. Je ne voulais pas vous espionner mais ça a été plus fort que moi...
- et bien ce n'est pas bien ce que tu as fait...
- oui mais je crois que Marc trouverait que c'est ce que vous avez fait qui n'est pas bien...

Il m'énervait et devait avoir une idée derrière la tête.

- bon qu'est ce que tu veux exactement!!??
- ne vous énervez pas Estelle... comme je vous l'ai dit, avec Cathy, ce n'est plus comme avant. J'ai deux solutions aujourd'hui. La quitter ou la tromper. La quitter je n'en serais pas capable, ma vie avec elle me convient, à part le sexe, et je ne veux pas la faire souffrir. J'ai des besoins sexuels importants et la tromper me semble inévitable... par contre je ne veux pas la tromper avec une femme qui risquerait de débarquer dans ma vie et de tout foutre en l'air...
- et alors pourquoi tu me dis tout cela... je n'ai pas à le savoir... trompes là si tu le veux mais ne me mêles pas à tes histoires...!!!
- justement Estelle, c'est là que vous intervenez... trouver une maîtresse jolie, sensuelle et qui ne m'oblige pas à me cacher, à inventer des stratagèmes pour la voir, c'est compliqué... donc le plus simple, ce serait que j'en trouve une proche de moi, qui n'éveille aucun soupçons chez Cathy...

J'avais peur de comprendre... mon gendre voulait que je lui serve de maîtresse, et il voulait se servir de ce qu'il avait appris pour me forcer à accepter.

- Je crois que vous êtes entrain de comprendre Estelle. Vous comme moi avez intérêt à ce que notre conversation reste entre nous. Vous êtes une femme très désirable et je suis sûr que nous pourrions prendre beaucoup de plaisir ensemble...
- t'es un grand malade!!! sors de chez moi immédiatement... j'en ai assez d'entendre tes stupidités!!

Je me levais et allais ouvrir la porte, lui intimant l'ordre de sortir.
Il se leva et s'approcha de moi. Face à moi, il me dit qu'il me laissait 24 heures pour réfléchir et qu'il repasserait demain soir...avant que son beau-père ne rentre...
Je claquais la porte derrière lui. S'en suivi pour moi 24 heures de souffrances, de torture mentale. Je ne voulais surtout pas que Marc apprenne quoi que ce soit. Il est de nature jalouse et très amoureux de moi et apprendre mon infidélité le tuerait. Je ne pouvais également pas faire cela à ma fille. Que penserait elle de sa mère...?
Cette nuit là, je ne pus fermé l'oeil et le lendemain, je me portais pâle au travail, prétextant une affreuse migraine. Ce n'était pas loin d'être vrai, étant donné les tourments qui m'habitaient. Avoir trompé mon mari avait été une terrible erreur et j'en payais aujourd'hui le prix.

Je pris mon courage à deux mains et téléphonais à Laurent, lui demandant de passer dès que possible. Il arriva une trentaine de minutes plus tard, large sourire sur son visage.
Je pris tout de suite le contrôle de la conversation.
- je ne serais pas longue... tout d'abord, je veux que tu saches que tu as beaucoup baissé dans mon estime depuis hier. Je trouve que ce que tu fais est dégueulasse pour ta femme mais également pour ton beau-père et moi. J'ai beaucoup réfléchi et malheureusement, je crois que je n'ai pas beaucoup le choix...
Il souriait de plus belle.
- je vais par contre mettre un certain nombre de conditions... à priori, tu veux coucher avec moi... je ne sais pas pourquoi mais peu importe... dans ce cas, on va couché ensemble mais une seule fois... tu auras eu ce que tu veux et basta, on enterre toute cette histoire.
- ola... je crois que vous n'avez pas bien compris ce que je vous ai dit hier...

Il reprenait une assurance déstabilisante et je ne pus que me taire et l'écouter.

- effectivement j'ai envie de coucher avec vous, et ce depuis le premier jour où je vous ai rencontré... pour quelle raison? simplement parce que je vous trouve superbe et que vous dégagez quelque chose de très sensuel... Maintenant, je ne veux pas d'une coucherie vite fait, je veux avoir des rapports réguliers avec vous...
- il en est hors de question!!!
- Je peux comprendre que cela vous déplaise... je veux bien être raisonnable... dans ce cas, voilà ce que je vous propose, à prendre ou à laisser...

Il réfléchit un court instant, un silence pesant s'était installé dans la pièce.

- En échange de mon silence, je veux pouvoir disposer de vous durant un mois... je crois que vous êtes disponibles le mercredi et le vendredi après-midi. Je me débrouillerais pour l'être également... Un mois ce sera vite passé, vous verrez...
- ...après ça, tu me jures que tu ne chercheras plus à me faire chanter?
- juré...
- et tu me promets de t'occuper de ma Cathy et de ne plus jamais la tromper?
- promis...
- tu la gâteras et tu lui feras de beaux enfants...
- ok...
- je te préviens qu'au moindre faux pas, je ne te louperais pas!!
- pas de problème... si j'ai ce que je veux, je serais un mari exemplaire!!
- je ne te pensais pas aussi fourbe et manipulateur... maintenant pars de chez moi...
- pourquoi partir... Marc ne revient pas avant un bon moment et je suis là...

Une boule me serra la gorge...

- non... pas maintenant...
- pourquoi attendre... je veux pouvoir profiter de tout cela dès maintenant!!

Je savais que je n'arriverai pas à me défaire de lui.

- ok... mais pas ici... dans la chambre d'ami...
J'avais dit cela machinalement.

Il se leva et me suivit. Dans la chambre d'amis, il s'assit sur le lit, face à moi.

- Je vous laisse vous déshabillez me dit il avec toujours son air triomphant.

Je pris une grande inspiration et dégrafais mon haut. Je le posais sur le fauteuil et le laissais me dévorer des yeux. Ma jupe et mes collants rejoignirent mon chemisier. J'étais désormais en sous-vêtements devant les yeux de mon gendre. J'hésitais pour le reste.

- Allez Estelle encore un effort... depuis le temps que je rêve de découvrir votre corps... vous êtes tellement belle...

Sa voix était douce et je me demandais comment un homme jeune comme lui pouvait désirer une femme comme moi. Je n'ai plus mon corps de vingt ans mais je m'entretiens régulièrement pour garder une peau ferme et tonique.
Je passais mes mains dans mon dos et dégrafais mon soutien-gorge. Mes seins lourds jaillirent devant son regard médusé.

- wahou... encore plus beaux que dans mes rêves...!!! Venez par ici me demanda-t-il

Je fis un pas en avant et me retrouvais à quelques centimètres de lui.
Il posa ses mains sur mes hanches. Ce fut comme un choc électrique qui me traversa. Je fixais un point sur le mur derrière lui. Je ne voulais pas croiser son regard. Il me dégoûtait.
Il se saisit de ma culotte et la fit glisser jusqu'au sol, dévoilant ma toison rousse sur laquelle je sentis bientôt son souffle. Il y déposa alors un baiser, très doux. J'étais tétanisée.

Je sentis sa main remonter par l'intérieur de mes cuisses. Ses doigts entrèrent en contact avec mes petites lèvres. Dans ma tête je tentais de chasser la moindre excitation. Je ne voulais surtout pas lui montrer que je puisse prendre du plaisir. Pourtant mon corps réagissait à l'inverse sous les caresses de ses doigts. Il était très habiles et il titillait mon clitoris avec précision ce qui eut pour effet de lubrifier considérablement mon entrejambe. Je tentais de rester impassible et de ne montrer aucun signe sur mon visage.
Laurent me regardait, satisfait de constater l'humidité de mon sexe.

- détendez vous Estelle... mon but est de vous donner du plaisir...

Je ne bronchais pas, bien décidé à ne pas lui faire ce plaisir de me voir prendre le mien. Malgré tout, une chaleur douce se diffusait dans mon bas-ventre, remontant dans le creux de mes reins.
Il enfonça avec douceur un doigt dans mon intimité. J'étais trempé. Il le ressortit et je vis du coin de l'oeil qui venait de le sucer. Je frissonnais et étais à deux doigts de perdre le contrôle.

Il me pénétra de nouveau et plaqua sa bouche sur moi. Je sentis sa langue experte tournoyer autour de mon bourgeon. Instinctivement, j'écartais les jambes, sa langue fouilla alors plus loin. Tout son visage était désormais collé contre moi. Il avait glissé à genoux devant moi. Sa langue agile commença à me procurer des sensations incroyables. Je me mordais les lèvres pour ne pas me laisser exprimer mon plaisir. Ses doigts continuaient de fouiller en moi, il s'autorisait même des caresses sur mon petit trou. J'avais de plus en plus de mal à tenir debout. Je sentis alors un plaisir intense me saisir et je me mis à jouir sous ses caresses. Mon corps n'avait pu se retenir. Je me jetais en arrière et me saisis de mes affaires, cachant mon corps avec.
Il se releva, essuyant sa bouche pleine de ma cyprine.

- je vais vous laisser, je repasserai demain... me dit il en quittant la pièce.

Je ne l'avais pas regardé partir, honteuse de plaisir que je venais de prendre. Je partis prendre une douche avant le retour de mon mari. Mon sexe était encore tout gonflé et très sensible. Pour la première fois de ma vie, je venais d'avoir un orgasme grâce à un cunnilingus. Jamais mon mari n'avait réussi pareil exploit. Cela me troubla énormément et ce soir là encore, j'eus beaucoup de mal à fermer l'oeil...
102 vote(s)


Vous avez aimé ce récit érotique ?


Commentaires du récit : Chantage - Chapitre 1

Aucun commentaire
Pour poster un commentaire ou faire un signalement, vous devez être connecté !



Histoire précédente <<<
>>> Histoire suivante