PAGE D'ACCUEIL > Exhibition > Récit : De femme coincée à vraie salope

De femme coincée à vraie salope

+24

Lecture : 2466 fois - Commentaire(s) : 0 - Histoire de flopro postée le 05/05/2018
Cams coquines
Ma femme et moi sommes mariés depuis 18 ans. Elle vient de fêter ses 40 ans et est plus belle que jamais. Avec les années, ses formes se sont légèrement arrondies. Elle a conservé quelques kilos de ses deux grossesses mais cela la rend plus pulpeuse et plus désirable.

Malgré mon envie permanente de lui faire l'amour, je reste souvent frustrée, ma femme n'ayant pas ou peu de désirs. Après avoir consulté son gynéco, il a décidé à ma demande de remplacer le stérilet qu'elle avait pas une pilule beaucoup moins dosée.

Du coup petit à petit, elle a retrouvé un semblant de libido. Mais curieusement plus elle m'en donnait, plus j'en voulais. Ainsi, je l'incitais à s'habiller plus sexy, d'abord pour moi à la maison ou quand nous sortions tous les deux mais rapidement je souhaitais qu'elle oublie ses anciens vêtements. Elle portait désormais quotidiennement des vêtements plus moulants mais également des hauts plus décolletés mettant sa superbe poitrine généreuse en valeur;

Au lit lors de nos rapports, j'insistais pour découvrir de nouvelles pratiques. Fini les câlins en missionnaire, désormais, j'avais droit à une bonne fellation avant des rapports souvent torrides où nous finissions en sueur.
Le fait que nos enfants soient absents la semaine pour leurs études, nous laissait le champ libre à des jeux coquins dans la maison. Le lit n'était plus le seul terrain de jeu et que ce soit sur la table de la cuisine, le canapé du salon ou sous la douche, nos parties de jambes en l'air nous comblaient tous les deux.

Pourtant, j'avais toujours envie de plus. On acheta alors des jouets intimes et je pris plaisir à regarder Florence s'enfiler des godes de plus en plus gros dans son vagin trempé. Je la baisais ensuite, complètement déchaîné.

Et puis un soir alors que nous regardions ensemble un film X sur une chaîne cryptée, ma femme commença à me sucer tandis qu'à l'écran une actrice faisait de même sur son partenaire. Un autre homme apparut à l'écran et commença à la prendre en levrette. Florence gloussait en regardant la scène et en continuant à me sucer. Je lui demandais alors si ça l'excitait de voir deux hommes s'occuper d'une femme. Elle se redressa, s'essuyant la bouche et me dit que cela l'excitait beaucoup.
Cela me provoqua une érection encore plus forte et nous fîmes alors l'amour comme des bêtes. J'étais surexcité d'imaginer ma femme entrain de me sucer tandis qu'un autre homme la baiserait.

Petit à petit, je me rendis compte que ce qui m'excitait le plus, c'était que ma femme puisse exciter d'autres hommes.

Du coup désormais, lorsque nous sortons tous les deux, je n'hésite plus à lui demander de s'habiller sexy. Elle s'est prise au jeu et me fait plaisir. Ainsi la semaine dernière, alors que nous étions chez une grande marque de canapés pour choisir le futur notre, j'ai remarqué tout de suite que le jeune vendeur zieutait sur le décolleté de ma femme. Elle portait ce jour là une jupe arrivant juste au dessus des genoux, plutôt serrée, des talons et un chemisier blanc. La douceur de ce mois d'avril ne l'avait pas encouragé à mettre de veste et on voyait au travers du fin tissu son soutien-gorge blanc. Elle était très élégante et un brin sexy.
Tandis qu'elle se penchait pour tâter le moelleux des assises, je voyais le regard du jeune homme plongée dans l'échancrure du vêtement. A un autre moment, je vis ses yeux rivés sur les fesses de ma femme qui déambulait dans les allées du magasin. Il n'y avait que nous comme client et le vendeur tournait avec nous. Un de ses collègues était entrain de faire de l'administratif un peu plus loin à un bureau.
Un appel téléphonique pour le vendeur nous laissa seuls un instant ma femme et moi.

- tu lui fais de l'effet au petit jeune glissais je à ma femme.
- pffff, n'importe quoi...
- en tout cas il passe son temps à te mâter sous tous les angles !!
- j'ai pas fais attention me dit elle.

J'étais sûr qu'elle avait remarqué le regard insistant du vendeur. Je la pris par la taille et l'embrassais tendrement mais avant de la relâcher, je dégrafais un bouton de plus de son chemisier. En plus de voir encore mieux le galbe de sa poitrine, on devinait désormais la dentelle de son soutien-gorge.

- tu exagères me dit-elle... que va penser le jeune homme après...
- il va penser qu'il a devant lui une femme super bandante !!!

Le vendeur revint et immédiatement se rendit compte du changement vestimentaire de ma femme. Il avait du mal à se concentrer sur son argumentaire de vente.

- excusez moi, auriez vous des toilettes dans le magasin lui demanda ma femme.
- euh... oui bien sûr... c'est la porte qui est là-bas lui répondit-il en bafouillant un peu.

Ma femme s'y rendit. Je me retrouvais seul avec le garçon qui semblait très gêné. Il n'osait pas trop me regarder...

- ce canapé vous plait Monsieur, me demanda-t-il
- oui mais vous savez, c'est Madame qui décide... c'est elle qui va falloir convaincre... mais vous vous en sortez très bien pour l'instant !!

Il sourit, fier et un peu gêné.

Ma femme revint tout sourire vers nous. Elle passa devant moi et me glissa dans la main un morceau de tissu. Je regardais discrètement et découvris qu'elle m'avait donné son string. Il était légèrement humide. J'eus immédiatement des petits fourmillements dans mon caleçon. Cette coquine était désormais nue sous sa jupe.

- bon et quelle modèle pourriez vous me montrer qui soit plus profond au niveau de l'assise demanda-t-elle en s'éloignant avec le vendeur.

Je restais en retrait et les voyais marcher vers le fond du magasin.

Florence se laissa tomber sur le coussin moelleux d'un canapé. Le vendeur lui faisait face et je me doutais que ma femme allait jouer un peu avec ses nerfs. Enfoncée dans le canapé, Sa jupe s'était remontée sur ses cuisses et au moindre mouvement de ses jambes, elle risquait de dévoiler son intimité au pauvre vendeur qui ne savait plus où regarder.

Je faisais mine de regarder un autre meuble à quelques mètres de là, gardant un oeil sur ma femme. Je vis cette dernière écarter très lentement les jambes. Le garçon face à elle se frottait les mains qu'il devait avoir moites sur son pantalon. Je le voyais trépigner sur place. Ma femme lui tendit la main pour qu'il l'aide à se relever. Il la tira du canapé. Elle se pressa contre lui un court instant mais qui dû paraître une éternité pour le jeune homme. Sa main avait glissé sur la hanche de ma femme et je voyais sa poitrine contre le torse du vendeur.
Je bandais dans mon caleçon en voyant ma femme si proche de l'homme.

Ils revinrent vers moi. Le garçon avait les joues rouges et semblait avoir chaud. Ma femme au passage m'embrassa à pleine bouche devant le regard médusé du vendeur. Elle était chaude comme la braise et je sentis contre moi ses seins durs que seule l'excitation rend comme ça.
Elle approcha sa bouche de mon oreille et me dit qu'elle avait très envie d'aller plus loin.

- avec plaisir ma chérie... je te laisse voir ça avec le jeune homme... lui dis-je tout sourire.

La garçon pensant qu'on parlait du canapé semblait content.

Ma femme s'approcha de lui et lui chuchota quelque chose à l'oreille. Il ouvrit la bouche, un peu ahuri et me regarda avec des grands yeux inquiets. Je lui fis un sourire et un clin d'oeil. Florence le prit par la main et le tira vers les toilettes. Je ne les suivais pas, la laissant décider de la suite.

Ils s'engouffrèrent dans les toilettes. J'attendis quelques minutes, m'assurant que personne dans le magasin n'avait remarqué notre petit manège puis je me dirigeais à mon tour dans les toilettes. Je poussais la porte et le spectacle que je découvris alors me fascina.

Le vendeur était debout, appuyé contre la vasque du lavabo, les mains prenant appuis dessus et ma femme était accroupie devant lui, posée sur ses talons. Elle était entrain de le sucer goulûment. Je rentrais dans la pièce et m'adossais au mur observant la scène. L'un et l'autre m'avaient vu entrer mais je ne semblais pas exister, leur excitation étant à ce moment là plus forte que tout !

Florence dégrafa son chemisier et fit tomber son soutien-gorge. Elle fit jaillir ses seins et les comprima autour de la verge du jeune homme. Celui-ci n'en revenait pas et gémissait à chaque vas-et-viens de son sexe entre les deux mamelles. Elle se redressa et attrapa son partenaire par la nuque. Leur baiser fut très sensuel et je voyais les deux langues jouer l'une avec l'autre. Les mains du garçon attrapèrent les fesses de ma femme et les malaxèrent.
Florence poussa le vendeur et prit appuis sur le rebord du lavabo, elle tendit sa croupe vers l'arrière et commença à onduler.
C'en était trop pour le garçon qui vint se positionner derrière elle. Il releva la jupe jusqu'à la taille, dévoilant les superbes fesses de mon épouse. Je vis alors son sexe s'approcher et s'enfoncer lentement dans celui de Florence.
Il la saisit alors par les hanches et se mit à la baiser à grands coups de reins.
Florence gémissait puis se mit à l'encourager à la baiser plus fort. Le pauvre vendeur ne put malheureusement pas tenir ce rythme longtemps. Son excitation était trop forte et après seulement quelques minutes, il couina en se vidant au fond du vagin de ma femme.
Il se retira rapidement et presque pris de panique, il se rhabilla, me passant devant comme un voleur et quittant les toilettes.
Florence était toujours dans la même position et excité comme j'étais, je ne résistais pas longtemps. Je me plaçais derrière elle et à mon tour je m'enfonçais en elle. Je me mis à la baiser à grands coups de reins, son sexe lubrifié par la semence de son amant me rendait la tâche plus simple.
Elle a joui rapidement et je me suis vidé à mon tour en elle.

Je l'ai laissé reprendre ses esprits et elle m'a rejoins après plusieurs minutes dans le magasin.

On a salué les vendeurs en leur précisant que notre choix n'était pas encore fait mais que nous reviendrions bientôt pour valider notre commande. Le pauvre vendeur regardait ses chaussures.

A partir de ce jour là; ma femme et moi avons renouvelé plusieurs fois cette expérience dans des endroits différents. Le fait de le faire dans un lieu public avec un inconnu avait ce jour là décupler notre excitation.
24 vote(s)


Vous avez aimé ce récit érotique ?


Commentaires du récit : De femme coincée à vraie salope

Aucun commentaire
Pour poster un commentaire ou faire un signalement, vous devez être connecté !



Histoire précédente <<<