ACCUEIL > En groupe > Récit : Découverte à la piscine

Découverte à la piscine

+24

Lue : 2902 fois - Commentaire(s) : 0 - Histoire de Thgirl postée le 27/03/2017
Je me nomme Lia. Je suis assez grande (1 m 76), châtain avec une peau mate brunissant dès que je m’expose au soleil. Je suis longue en jambes avec un postérieur charnu mais pas épais et une poitrine non opulente mais que les hommes aiment caresser. J’aime faire l’amour mais ne suis ni exhibitionniste ni échangiste et purement hétéro ; je devrais dire j’étais…
J’habite dans une résidence varoise équipée d’une piscine sise au milieu d’un bosquet qui empêche qu’on la voie depuis les appartements. Si elle est très utilisée les week-ends et en été, en semaine en septembre c’est plutôt le désert. Rentrant assez tôt du travail, vers 16 h, je fréquente souvent cette petite piscine, entourée de bois et avec de nombreux tapis de bronzage, non pas pour nager mais pour me détendre et trainasser au bord de l’eau avec un livre.
Ce soir-là, j’arrive et il y a un jeune couple allongé. Jeune couple dis-je du haut de ma trentaine juste passée car je leur donne moins de 25 ans… Lui, très beau, musclé et un tantinet ‘’bad boy’’, cheveux noirs de jais, est allongé sur le ventre, torse nu et porte un short de bain long. Elle, brune, est allongée sur le dos portant un bas de maillot et un sweet coton ajouré où on la devine seins nus. Visiblement, elle n’est pas là pour nager. J’entendais vaguement leurs voix avant d’arriver mais ils se taisent avant que je n’arrive à leur hauteur. Je passe à leurs pieds et elle me dit bonjour avec un sourire tellement sympa que je lui réponds aussitôt. Je pose mes affaires deux tapis plus loin et enlève jean et tee-shirt pour me retrouver en bikini. Je m’allonge sur le dos pour profiter un peu du faible soleil de l’après-midi et ferme les yeux. Je les entends parler à voix faible entre eux et ça ne me gêne nullement vu leur discrétion. Elle rit, se lève et vient vers moi. Elle s’allonge sur le matelas jouxtant le mien en me demandant si elle peut me déranger. Sa voix est douce et chaude, son sourire est superbe et elle a l’air vraiment cool. Une rencontre sympa ne faisant jamais de mal, c’est volontiers que j’ouvre les yeux pour lui faire signe qu’elle est bienvenue. Je me présente pour entamer une conversation. Elle en fait autant. Elle s’appelle Jeanne, est étudiante dans le nord et, avant sa rentrée, passe une petite semaine chez un oncle dans la résidence. Lui s’appelle Loris ; c’est son copain. Tout en me parlant, avec un doigt, elle me caresse le bras ; d’abord le haut puis de l’intérieur du coude à l’épaule. Je sens comme des ondes électriques qui me parcourent ; son doigt n’appuie pas, sa peau est douce et chaude et cette caresse me fait plaisir. Elle me parle de son couple en m’expliquant qu’ils ont beaucoup de plaisir à être ensemble mais que celui-ci est décuplé quand l’un ou l’autre va voir ailleurs puis elle me demande si ses caresses ne me dérangent pas. Je lui réponds que je trouve ses caresses très agréables et lui dit qu’en ce moment je suis seule mais que lorsque j’ai un copain je ne regarde jamais ailleurs et que je n’admettrai pas de le savoir dans les bras d’une autre. Elle rit. Pendant que je parlais, son doigt a quitté mon bras pour mon ventre où elle dessine des huit tournant autour de nombril et remontant juste sous les seins qui m’électrisent. Je ne sais pas pourquoi je la laisse faire mais sa voix, le soleil et ses caresses forment un mélange qui incite à l’abandon. Elle ne me parle plus que de mon corps continuant à me caresses de tous ses doigts qui sont légers et qui font monter en moi une certaine tension. Sa main passe sur le bas du maillot jusque sur le dessus de mes cuisses puis remonte sur mon ventre, passe entre mes seins et vient me caresser les omoplates. Elle me sourit ; je lui souris. Elle me dit que mes lèvres sont pulpeuses et qu’elle a envie d’y goûter. Je ne sais pas ce qui me prend mais, sans réfléchir, je lui réponds qu’elle peut le faire, moi qui ai toujours été gênée quand je voyais deux filles s’embrasser… Elle se penche vers moi, pose ses lèvres sur les miennes pendant que sa main s’immobilise sur mon ventre. Poursuivant d’instinct, j’ouvre la bouche et accepte que nous mélangions nos goûts. C’est très différent d’un baiser masculin, plus fin, plus doux mais aussi moins pénétrant. Nos têtes se séparent, nous nous regardons et nous sourions mutuellement. Mais nos bouches sont avides de recommencer. Simultanément, je sens sa main dans mon maillot qui masse ma vulve ; c’est diablement agréable d’autant que ce baiser se prolonge ! Nous finissons par nous séparer. Elle me dit qu’elle a envie de faire l’amour à trois… Je suis un peu interloquée mais ses caresses qui m’enflamment ne me permettent pas de refuser.
Elle se lève et je la suis. Je suis au pied du tapis où est allongé son copain qui, à notre arrivée, s’est tourné pour nous faire face ; elle est derrière moi et a passé les bras sous les miens pour me serrer contre elle en me massant les seins. Le haut de mon maillot tombe à mes pieds, nous nous embrassons. Elle retire son haut et je sens ses seins se presser contre mon dos. Je vois aussi une bosse se former dans le short de son copain. Une main dans mon maillot me massant la vulve, l’autre excitant mes seins et sa bouche embrassant mon cou sont des déclencheurs d’inondation. Son copain se désape et, nu, s’approche de moi. Il descend le bas de mon bikini et remonte ses mains à l’intérieur de mes cuisses qui s’ouvrent avides de caresses. Elle appuie sur mes épaules, je m’agenouille et je m’empare de son membre tendu que je caresse, lèche et suce ; tout à ma gourmandise, je les entends s’embrasser, il doit lui caresser la poitrine ; son maillot touche mon dos en tombant, nous voici tous les trois nus. Il retire sa bite de ma bouche. Je m’allonge sur le dos. Elle se met à califourchon sur ma tête, me tendant sa chatte tout en me caressant les seins pendant que lui s’empare de mes jambes qu’il écarte et plonge sa bouche gourmande vers mon minou en chaleur. Je n’ai jamais léché une fille mais son odeur m’attire et je ne résiste pas longtemps à mes préconçus ; son nectar est un miel enivrant. Les positions changent car il est impatient et veut pénétrer sa copine pendant qu’elle me lèche et que je l’embrasse. Je suis la première à partir tant je me suis abandonnée mais mes compagnons ne tardent pas à me rejoindre dans l’extase.
Nos corps se séparent mais il me semble impossible de repartir en les ignorant. Je les invite à manger chez moi. Nous nous rhabillons rapidement et partons vers mon domicile. A l’arrivée, ils me demandent s’ils peuvent prendre une douche. J’accepte d’autant plus volontiers que j’en ai aussi envie. Nous sommes à 3 dans ma petite salle de bain et pendant qu’un se douche, les deux autres s’embrassent et se caressent mais sans en faire trop, nous avons besoin de reprendre nos forces. Un repas salade composée s’organise vite et passe bien avec un petit rosé de Loire. J’ai trop aimé notre séance précédente pour ne pas leur proposer de finir la soirée dans ma chambre… Voici comment j’ai appris à être nue dans un lieu public, à faire l’amour à 3 et à goûter une femme, ce qui en une seule soirée n’est pas mal !
24 vote(s)


Vous avez aimé ce récit érotique ?


Commentaires du récit : Découverte à la piscine

Aucun commentaire
Pour poster un commentaire ou faire un signalement, vous devez être connecté !



Histoire précédente <<<
>>> Histoire suivante