ACCUEIL > Hétéro > Récit : Du sexe pour tous 12

Du sexe pour tous 12

+15

Lue : 1097 fois - Commentaire(s) : 0 - Histoire de Veilleur postée le 12/05/2013
Tentations, soupçons

Pour assurer sa sécurité, à la demande de Lili, pendant l’automne et l’hiver, quand la nuit est plus longue que le jour, je la rejoins à l’heure de la fermeture. Le service de sécurité se double d’un service non déclaré de surveillance : chat échaudé craint l’eau froide, dit-on; je crains tout individu masculin qui mouillerait dans les parages et jetterait son ancre trop près de ma belle. J’ai eu hier une surprise: trois hommes quittaient le local à mon arrivée. Or Lili vend exclusivement de la lingerie féminine et des vêtements et accessoires variés pour femmes. A quel miracle devais-je m’attendre ? Exerce-telle une activité non déclarée qui attire les hommes ? En clair, fait-elle des passes sous couvert d’activité commerciale ? Son passé mouvementé me fait redouter le pire. Elle a aimé les parties à trois avec Henri et Robert, elle est montée à quatre, avec Henri, Benjamin et Félicien fichés dans ses orifices, l‘aspergeant de leur goupillon, qui l‘avaient prise au pied de mon lit. Le démon des parties avec de multiples partenaires est-il de retour ? Lili est nymphomane, il n’y a plus rien à attendre d’elle. Je me suis montré crédule : après chaque « aventure extraconjugale » elle jure n’aimer que moi, me supplie de pardonner et promet d’être fidèle à l’avenir. Trois hommes d’un coup ! Elle ne m’a plus parlé de Robert et de sa sœur, je pensais pouvoir lui « faire confiance » or trois hommes la quittent devant mes yeux. <
br /> - André, j’ai une grande nouvelle.
Je reçois son bisou et je fonce visiter les deux cabines d’essayage. Le sol est sec, je ne remarque aucune trace de sperme sur la chaise ou dans le bas du rideau.
- Tu cherches quelque chose ?
- Non, mais te souviens-tu du soir qui a précédé l’inauguration ?
- Grand fou, oui je n’oublierai jamais. Tu as inauguré les cabines en m’y faisant l’amour, debout dans la première et assis dans la seconde.
- J’ai une envie folle de récidiver. Tu veux ?
- Je ferme la porte à clé et je suis à toi.

Elle tire le rideau. Nous sommes à l’étroit, tout naturellement nous nous étreignons.
- Excuse -moi, mon chéri, j’ai un bonbon menthe dans la bouche, je le retire.

Elle va déposer son bonbon. C’est nouveau, la menthe rafraîchit l’haleine, fait disparaître les odeurs de la bouche. Si elle vient de tailler trois pipes elle a pris des précautions pour le dissimuler. Lancée dans des fellations en série Lili n’a pas lésiné sur les moyens. L’absence de traces de sperme s’explique : elle a fait le ménage avec sa bouche, elle a avalé le sirop de corps d’hommes dans sa totalité. A moins que… Ils lui ont rempli le vagin ou les fesses. S’ils sont partis immédiatement après les accouplements je peux retrouver l’éjaculat dans la place car je ne lui ai pas laissé le temps de s’essuyer et je saurai en même temps si Lili pratique la sodomie. Je suis à genoux dans la cabine lorsque Lili revient.
- André, que fais-tu ?

J’encercle ses cuisses, je baise son bijou à travers la robe, je ne détecte aucune odeur suspecte.
- J’ai moi aussi une folle envie de sucer un bonbon. Je suis à la bonne hauteur pour m’occuper de ton berlingot.
- Je te laisse agir, grand fou. Baisse ma culotte ça ira mieux. Je lève un pied…, le deuxième.
- Tu appelles ça une culotte ? Ca ne pèse pas lourd, vingt grammes, le poids d’une lettre. Tu parfumes ton linge ou ton frifri ?

Le tissu est sec, à peine humide de transpiration, si peu, et il sent bon. C’est bizarre. Peut-être a-t-elle forniqué plus tôt et est-elle passée au lavabo de l’arrière-boutique pour récurer ses conduits avant d’enfiler un string propre, ce n’est pas ce qui manque ici, et de s’asperger les parties intimes d’un de ses parfums capiteux. Je continue mon enquête, mes pouces séparent les lèvres, ma langue lèche la vulve et les petites lèvres, débusque le clitoris. Rien à signaler en dehors de l’érection qui gonfle mon slip. Pour frapper en plein cœur du sexe, j’empoigne à pleines mains les superbes fesses, je fixe solidement la fente contre ma bouche et je suis bientôt déçu de retirer de son anus un index qui s’était égaré. Aucun débordement de liquide glaireux de ce côté-là non plus. J’oublie mon enquête. Lili apprécie mes caresses, je suis heureux d’être bredouille. Sur la lancée j’appuie mon cunnilingus, je suce jusqu’aux frissons et à leur accompagnement musical.

Debout, au corps à corps, nous mettons toute notre ardeur à nous aimer. Lili se montre souple, monte un pied sur la chaise pour mieux ouvrir le guichet d’accueil, mon gland jaillit et fait son entrée dans les premiers centimètres de vagin. Lili se donne, je la prends. C’est si bon de la sentir abandonnée au plaisir. Dans la deuxième cabine nous rééditons la posture de l’inauguration. Je suis assis, Lili enfourche mes jambes et s’embroche sur mon membre, s’installe confortablement, m’embrasse avec la passion habituelle augmentée d’un plus. Elle se soulève, retombe, dessine des cercles avec son bassin, mouille mes cuisses du mélange de ma première éjaculation et de ses sucs, entame une chevauchée furieuse et s’envole quand une nouvelle fois mon sperme frappe ses parois. Nous rions du bonheur d’être synchrones. Toujours assise sur moi, elle me remercie d’un baiser savoureux. Ma verge rétrécit, se rétracte, quitte le nid chaud peu à peu. Lili demeure sur mes jambes, recule son buste et sa tête.

- Il faut que je te dise : je viens d’enregistrer une commande formidable. Trois hommes sont venus ici, ont demandé à voir ma lingerie féminine. Je n’ai pas su cacher mon étonnement. Ils m’ont alors dévoilé la raison de leur visite. Ce sont des travestis, ils sont à la recherche d’un fournisseur proche de leur lieu de travail, capable de prendre des mesures et de faire des retouches pour adapter les tenues à leur morphologie. Or je connais un fournisseur asiatique qui produit les vêtements de qualité adaptés à cette situation. Si tu étais venu une heure plus tôt, tu m’aurais trouvée dans une cabine avec un homme nu dont je prenais les mesures, taille, tour de cou, de poitrine, de taille, de hanches, de fesses, de cuisses et de mollets ainsi que la pointure des pieds.
- Tu t’es régalée, je suppose, à toucher ces hommes en tenue d’Adam.
- Le plus jeune m’a effrayée. J’étais accroupie pour prendre ses dimensions du bas du corps et subitement j’ai vu se dresser sous mon nez une verge tendue. Je me suis retenue pour ne pas la prendre en bouche. Cette façon de bander montrait que je ne lui étais pas indifférente. J’aurais volontiers fait décongestionner la trique. Il a mis un doigt sur la bouche puis s’est excusé à voix basse en montrant du doigt ses deux collègues.
- Je suis novice, mais ne vous inquiétez pas, j’apprends à dominer mes pulsions.
- Je n’ai pas à craindre d’eux des violences sexuelles. Les deux autres, sans doute mieux aguerris se sont montrés absolument corrects pendant la prise des mesures. Ils m’ont annoncé une visite prochaine, passé la commande que voici. Si mon service leur convient, ils m’enverront des collègues. Si tu savais comme je suis contente de décrocher des contrats de ce genre. Ils achètent des articles de luxe sans mégoter sur les coûts. Mon affaire va se développer. Les as-tu vus sortir ?
- Oui, comme toi je me suis interrogé sur la raison de leur présence
- Et tu as douté de moi ! C’est à eux que je dois l’examen détaillé de mon corps qui a précédé les instants merveilleux que tu m’as fait vivre ? Quand me feras-tu définitivement confiance ?
- Quand ta beauté cessera d’attirer les regards. Excuse-moi d’avoir si peur de te perdre.
- Parce que tu m’as si bien fait l’amour, je te pardonne. Admets que je me sois donnée à ces trois hommes et qu’ils aient porté des préservatifs, tes doigts dans ma chatte ou dans mon derrière n’auraient trouvé aucune trace, sinon une mouille naturelle. Je te dispense de m’espionner de façon si peu efficace.

Mais continue à m’aimer aussi bien et tu ne pourras pas me perdre.

Robert m’accroche dans la rue. Lili ne veut plus écouter ses doléances, c’est préjudiciable à l’activité de son resto du sexe. Par ma faute Lili refuse de se livrer à des activités de formatrice. A raison d’une seule séance par semaine elle améliorerait le rendement de sa remplaçante. Il décide de me convaincre de l’amener à collaborer dans son établissement. Sa chanson commence à me lasser. Pour me débarrasser de lui, je l’interroge avec ironie et sans mesurer toutes les conséquences de mes propos :
- Fais-tu travailler ta femme dans ta boîte ?
- Non, elle ne veut pas.
- Quand tu auras persuadé ta femme, je tenterai d’en parler à Lili.

Paroles malheureuses ! Le surlendemain Lili et moi revenons de la boutique. Un couple attend devant notre porte.
- Oh ! Non. Pas lui. fait Lili.

Comme moi elle a reconnu Robert. Je l’interroge :
- Qui est la femme ?
- Probablement une autre cousine à reculotter, comme la dernière fois.

Robert pousse la jeune femme à notre rencontre, nous présente :
- Mon épouse Pauline
Enchantés, bises, entrez etc…

Au salon Robert, tout sourire m’annonce sa victoire. Pauline sera présente si Lili revient à l’association. Lili survient avec l’apéritif et des olives. Elle a entendu la dernière phrase et me regarde :
- Mais André, explique-lui que mes activités professionnelles prennent tout mon temps. Je vais chercher les amuse-gueule.

Robert lui emboîte le pas en direction de la cuisine. Je reste seul avec une délicieuse personne. Pauline est jolie, même belle. De taille moyenne, svelte, elle paraît solide si on s’attarde aux hanches larges. Elle a nourri deux enfants au sein, sa poitrine n’en a pas souffert, dit-elle fièrement. Mais son visage inspire une sympathie immédiate. Deux yeux bleu clair éclairent un sourire naturel. Lili m’avait parlé d’une mégère, de ratées dans le couple selon Robert. Moi je trouve Pauline douce et charmante. Qui veut noyer son chien dit qu’il a des puces, Robert se plaignait de sa femme pour gagner la sympathie de Lili, et plus comme la suite l’a démontré !
- Vous allez vraiment seconder votre mari à l’association ?
- Il a tellement insisté cette fois ! J’avais toujours repoussé mes débuts à plus tard. J’ai eu peur de le perdre tant il attachait d’importance à mon consentement. J’ai cédé.
- Qu’attend-il de vous ? Vous a-t-il défini votre rôle. Devrez-vous participer devant les trous de la paroi.
- Ma présence à ses côtés lui suffira, m’a-t-il expliqué.
- C’est tout ? Savez-vous pourquoi je m’oppose au retour de ma femme vers cette forme spéciale de bénévolat? Elle surveillait les activités, puis elle a dû ou voulu participer, ce n’est pas clair, elle a commencé à prendre les verges en main. A l’étape suivante elle a prêté le concours de ses lèvres et, de la fellation, elle est passée à des relations sexuelles effectives et complètes avec les déshérités sous prétexte que le côté des femmes dans la salle des plaisirs manquait de personnel. Son sexe est devenu public.
- Robert ne l’a pas forcée, votre femme doit aimer ces activités. Il n’est pas question … Non, j’aime mon mari, il m’aime et il ne m’imposera pas ces choses. Il ne me l’a pas demandé, car j’aurais refusé sa proposition.

Robert porte le plat, Lili le suit, faussement ennuyée. Je connais trop bien la petite flamme dans son regard lorsqu’elle est satisfaite. La discussion n’a pas été bien longue à la cuisine. Lili cache sa joie et m’attaque :
- Alors comme ça, mon cher mari, tu as pris un engagement à ma place. Tu disposes de moi comme d’un objet. En échange de la présence de Pauline, par décision unilatérale de mon seigneur et maître, malgré ma charge de travail bien lourde, je suis condamnée à retourner à l’ADDC ! Hier tu me l’interdisais, aujourd’hui tu m’y obliges.

Robert exulte. Pauline tend l’oreille sans comprendre. Je porte le chapeau, j’ai été roulé. Lili a trop bien su mettre ma responsabilité en avant, tourner l’histoire de manière à passer pour ma victime. Le téléphone a dû chauffer entre elle et Robert, ils m’ont piégé. Mais je ne suis pas le falot espéré par Robert. Lili devra dévoiler son plan si elle est de mèche avec le séducteur. Je contre-attaque :
- Voyons, Lili, jamais je ne t’ai obligée à faire des choses qui te déplaisaient. Combien de fois t’ai-je invitée à agir en personne libre, à choisir par toi-même. Je ne t’ai pas vendue à Robert, contrairement à ce qu’il a pu te dire. Je me souviens très bien de ma réponse, je me cite :
« Quand tu auras persuadé ta femme, je tenterai d’en parler à Lili. »

-Tu entends j’ai dit « Je tenterai d’en parler à Lili ». En quoi cela t’engage-t-il ? Robert ne m’a pas laissé le temps d’aborder le sujet avec toi. D’ailleurs pour les raisons de surcharge de travail que tu as invoquées, en raison aussi de la relation sexuelle entre Robert et toi, mon avis reste défavorable. Toi seule peux décider. Ton choix aura les suites que tu connais, je te mets en garde.
Robert baisse les yeux, Pauline se lève, me salue et marche vers la porte. Lili fait barrage
- André tu es malhonnête. Tu avais promis d’effacer le passé et tu l’utilises contre Robert. Pauline, je confesse avoir fait l’amour avec ton mari une fois, il y a longtemps. C’est du passé, cela ne se reproduira plus.

La voix de Pauline tremble:
- Robert, ne compte plus sur moi pour tes bonnes œuvres. André m’a raconté en quoi consistait la tâche de ta maîtresse. C’est indigne. Vraiment tu me crois capable de masturber, de sucer les queues ? Tu laisserais des inconnus me posséder, pour la bonne marche de ton commerce de la chair. Jamais. Puisque Lili aime ça, je lui cède ma place. Tu es un salaud. Je comprends pourquoi tu la voulais à ta disposition. J’en ai marre de tes histoires de cul. Avant ta cousine, c’était cette pute ton idéal. Ta cousine fichue à la porte, Lili redevient indispensable !
Pauline bouscule Lili et s’en va. Robert galope derrière elle. Quel mensonge pourra calmer Pauline la douce transformée en furie ?

Lili regarde les verres d’apéritif pleins, oubliés.
- Tu peux être fier d’avoir réussi ton coup. Robert est furieux, tu as brisé son ménage.
- Dans ce cas il est sur le marché des hommes à épouser. Te voici devant un choix possible : lui ou moi. Je suis d’accord pour entamer une procédure de divorce à l’amiable et te permettre de remplacer Pauline. Unis par le mariage, vous serez complices sans limites dans votre chasse au sexe : il pourra t’offrir tous les plaisirs de copulations à travers des trous. La vie est mal faite. Pourquoi est-il marié à cette exceptionnelle Pauline et pourquoi t’ai-je épousée ?
- Tu as des regrets ? L’autre cocue t’a tapé dans l’œil ! Cette Pauline peut toujours courir, elle ne t’aura pas. Je ne veux pas divorcer. Que Robert aille au diable. Et Pauline aussi. Tu aurais pu lui clouer le bec, quel culot de venir chez moi me traiter de pute.
Lili pleure. Je la console. Nous faisons souffrir notre matelas. Mon cœur est fêlé.

Pauline sonne à ma porte. Il est dix-neuf heures. Lili tient boutique. Je suis seul avec ma visiteuse. Elle vient demander pardon à Lili pour ses excès de langage dans un moment de grande colère. Robert lui a juré de ne plus la tromper avec ma femme. Son œuvre passe avant ses pulsions. Il tient à sa femme, jamais plus il ne recommencera. Ce type me sort par les trous de nez, il fabrique des cocus et prétend aider ceux qui n’ont pas de vie sexuelle avec la femme des premiers. C’est un vicieux. Je plains la femme crédule qui prête foi à ses mensonges :
- Vous avez encore confiance en lui ?
- Il est si sincère, plein de repentir. Je lui accorde une dernière chance. J’ai eu tort de ne pas l’aider dans son bénévolat. Moi présente, il n’aurait pas eu l’occasion de se laisser prendre aux pièges d’autres femmes. Donc à l’avenir il m’aura comme adjointe et je surveillerai ses relations. Si Lili trouve un peu de temps à consacrer à cette noble tâche, elle sera la bienvenue. Elle me servira d’exemple. Faites-moi confiance, je veillerai sur elle.
Naïve épouse. Son menteur ne se compromettra pas devant elle. Il saura se créer des occasions à son insu.

- J’ai vu Robert à l’œuvre, je refuse d’exposer Lili.
- Robert a-t-il vraiment couché avec Lili ? Il parle d’un exercice de formation.
- J’ai détruit les preuves. On ne devait plus évoquer ces moments douloureux pour moi. Vous pouvez ne pas me croire, mais je n’ai aucune confiance en votre mari et je sais pourquoi.
- Il me fait des cornes et me ment ? Oh ! J’ai envie de me venger.
- C’est facile, oubliez Lili définitivement, ne la mettez pas au contact de Robert : il sera puni parce que son jouet convoité restera inaccessible.
- Oui, mais la punition sera insuffisante. Robert continuera à espérer un retour de Lili. Je pensais à quelque chose de plus dur. Par exemple je pourrais lui renvoyer la balle, le tromper avec quelqu’un.
- C’est une solution. Et qui serait votre amant ?
- Un homme qui aurait une bonne raison, lui aussi de se venger de ses agissements : Vous ! Attendez-moi un instant. Où est la salle de bain ? je voudrais me rafraîchir.

J’ai déjà dit combien cette jeune maman est belle. Je la trouve désirable. Voilà qu’elle s’offre à moi.


À suivre
29 vote(s)


Vous avez aimé ce récit érotique ?


Commentaires du récit : Du sexe pour tous 12

Aucun commentaire
Pour poster un commentaire ou faire un signalement, vous devez être connecté !



Histoire précédente <<<
>>> Histoire suivante