PAGE D'ACCUEIL > Fantasmes > Récit : Exceptionnel 15

Exceptionnel 15

+10

Lue : 337 fois - Commentaire(s) : 0 - Histoire de Veilleur postée le 02/02/2017
Cams coquines
Pour le meilleur.

Angèle autant que moi a hâte de passer enfin à une activité sexuelle concrète. Je croyais devoir freiner son envie de faire l’amour avec moi. Or c’est elle qui freine:


- Si j’étais venue ici juste pour tirer un coup et dire « Merci et au revoir », je ne me serais pas déplacée. Tirer un coup est à la portée de chaque femme : si elle le souhaite, il se trouvera toujours un queutard prêt à la bourrer. Agir ou coucher en levant la jambe avant de réfléchir ne convient pas à mes intentions profondes, parce que toi je t’aime, tu n’es pas de la race de ceux qui tirent sur tout ce qui bouge. Je souhaite obtenir quelques précisions sur ton projet de vie en relation avec le mien. Mon vœu le plus cher est de passer le reste de mes jours avec toi. Dans ce but je prévois de me libérer de toutes mes attaches actuelles.


- Effectivement je ne saurais pas vivre en concurrence avec René ou Victor. Cela ne signifie pas que je t’épouserai nécessairement. Si ce n’est pas avec moi, avec qui t’engageras-tu ?


- Ni avec René que je congédierai dès ce soir, ni avec Victor auquel je demanderai le divorce dès son retour. Je laisse à René la possibilité d’explorer une dernière fois dans un contexte spécial toutes les facettes de ta femme, ce en quoi il vient de progresser beaucoup il y a quelques minutes en perforant son anus en profondeur. Il a tout eu d’elle à présent. Actuellement elle doit savourer les surprises d’une sodomie réussie par un foret aussi massif.


- Elle n’a que ce qu’elle cherchait. Je la croyais plus digne que ça.


- En réalité elle souffre la malheureuse enculée, entends ses gémissements pitoyables. Le machin de René est un écouvillon pour lance roquette, il racle parfaitement les parois des entrailles et les irrite. Je l’avais prêté à Émilie. Je lui en fais cadeau définitivement. René lui appartient entièrement maintenant que tu connais sa fonction exacte. Victor sera plus facile à persuader en vertu de nos accords.


- Tu quittes tes hommes pour moi avant même de savoir si j’ai de quoi répondre à tes envies. Ma femme t’a annoncé une déception. Émilie s’est lassée de moi, ne prends pas le risque de l’imiter d’ici peu parce que je n’aurai pas été à la hauteur de tes attentes sensuelles. Elle t’a avertie ! Qu’attends-tu de moi; on n’est pas cocu sans raison, rends-toi à l’évidence, car je le suis on ne peut plus.


- C’est injuste et tu vas le prouver avec moi.
- En es-tu certaine ? Comment passeras-tu de la matraque de ton amant à mes modestes attributs, devenus insignifiants pour ma femme ?


- La réponse est d’une simplicité si limpide : par amour, car je t’aime. J’ai eu plus que le temps de te connaître depuis la fin de mon adolescence. Je n’ai jamais cessé de t’observer. Ta femme a tenu presque 15 ans avec toi sur le plan sexuel, c’est une preuve de qualité… Elle te trahit ? Je ne sais pas par quelle aberration elle a cru qu’elle serait plus heureuse avec une queue aux allures de râpe monstrueuse. J’ai ri trop souvent de sa démarche de canard boiteux après certains de ses rendez-vous avec l’amant qu’elle s’enorgueillissait de me dérober, comme elle t’avait ravi jadis à mon amour juvénile.


- Elle en fait un challenge. Il est des natures envieuses qui ressentent le besoin de posséder tout ce que gagnent les autres. Ce doit être le cas de ma femme, hélas.


- C’est chez elle une manie de vouloir briser mes amours, quitte à commettre une erreur aux pires conséquences. Elle se conduit en nymphomane après tant d’années d’une vie d’épouse exemplaire. Si tu avais été aussi nul qu’elle le prétend maintenant, son tempérament aurait eu raison de sa fidélité il y a bien longtemps. Mais rassure-toi, tu es un homme « normal »


- Elle vient de me décevoir. Tu m’aimes aujourd’hui, qu’en sera-t-il demain ? Comment ferai-je confiance une nouvelle fois à une femme ?


- En rebondissant sans tarder. Je suis là, armée de la patience de longues années d’attente et pleine d’amour à te donner. Livre-toi sans arrière pensée à moi et tu constateras que tu es meilleur qu’elle n’a essayé de te le faire croire à tous niveaux. Tu as trop accepté ses humiliations inspirées par sa mauvaise conscience. Elle te rabaisse pour justifier sa faute.


- Émilie vient de me préférer René et son sexe avantageux. Tu as connu ce même membre, tu l’as chéri aux dépens de Victor. Tu le congédieras ce soir, demain ne le regretteras-tu pas ? Un tel instrument de plaisir doit marquer à vie les femmes qu’il sert ou écouvillonne dans la douleur avant la volupté. Son souvenir hantera tes rêves, ton vagin le réclamera. Tu t’en sépares, tu quittes Victor, tu souhaites vivre avec moi ?


- Oui, malgré la piètre opinion que tu as de toi. Cesse de te morfondre, de t’abaisser : sois l’homme décomplexé que tu dois être. Unissons nos forces.


-Ce ne sera possible que, si de mon côté, je divorce d’Émilie. J’ai évoqué avec elle cette éventualité si elle réclamait une longue suite de soins reçus de René.
Quand je croyais aux vertus thérapeutiques étranges du traitement’ je lui ai accordé un délai de deux mois, après lesquels je trouverais la mesure exagérée et divorcerais. Tu observes que le doute s’insinuait dans mes pensées avant tes révélations. Malgré sa préférence pour le gros et le long, elle m’affirmait refuser l’ hypothèse du divorce.


- Elle craint de perdre et sa réputation et la force, la protection et le confort que tu représentes pour elle malgré sa conduite adultère insensée. Au fond d’elle tu es plus important que René. Elle t’aime mais l’attrait du sexe massif est plus fort que les rappels de sa raison. Je la comprends un peu, car tu es tout cela pour moi aussi. Mon passé me permets de comparer les qualités de deux hommes mieux qu’elle.


- Je concluais aussi de son refus du divorce qu’elle m’aimait et qu’elle me choisirait dès la fin de l’expérience. La situation vient de changer fondamentalement grâce à la démonstration de son infidélité confirmée par les paroles de son amant. Je ne suis plus l’idiot heureux de faire son possible pour le bonheur de sa femme, je suis bel et bien cocu, oui, cocu. Le divorce est inévitable. Mais ce sera à mon rythme.


- Hésites-tu à te séparer de cette femme qui te trompe depuis des mois ? Trouveras-tu, après sa trahison un cœur plus amoureux de toi que le mien ? Sois optimiste, la vie te sourira .


- Est-ce par amour que tu as favorisé leurs retrouvailles dans ton pied-à-terre ? Tu as été complice de la tromperie, tu aurais pu la dénoncer.


- Avec quelle chance d’être entendue ? Qui m’aurait crue? Toi, amoureux fou de la traîtresse, toi qui de plus ne m’avais pas en odeur de sainteté ? Une dénonciation ne m’aurait valu que mépris et rejet. J’ai trop souffert de ton indifférence passée pour m’exposer à ta colère en supplément.


- Émilie m’a toujours aveuglé, je le reconnais; aveuglé jusqu’à me réjouir de ses rapports sexuels avec René destinés à faire redémarrer notre amour, disait-elle. Dire que j’ai encouragé leurs rencontres dans ma maison.


- Oublie cette trahison, regarde la vérité en face et ne te laisse pas abattre. Maintenant je t’ai trouvé et si tu veux de moi, je serai ta femme, fidèle jusqu’à la fin de mes jours. Partage mon enthousiasme, engage-toi à me prendre comme épouse et je me donne à toi sur le champ, et alors faisons l’amour pour la seule raison qui vaille, parce que nous nous aimons, parce que c’est nous sans les autres quoi qu’ils fassent ou pensent.


- J’y pense depuis trois jours, je pèse le pour et le contre. Ta déclaration d’amour m’est tombée dessus si brutalement à un moment pénible. Elle m’a bouleversé alors que je vivais mal les réactions sexuelles de ma femme et son besoin de thérapie bizarre. J’ai donc été doublement aveugle puisque je n’avais pas soupçonné l’intérêt que tu me portais depuis si longtemps. Émilie me suffisait, je ne regardais pas ailleurs, la femme des autres était sacrée pour moi. J’étais convaincu que les autres hommes ne l’attiraient pas davantage, que nous vivions à l’unisson.


- Qui ne se trompe jamais ? Tu es trop généreux, tu ne soupçonnes pas le mal. Accorde-moi un moment d’amour, unissons-nous physiquement, je te promets un retour à la confiance .


-Je crois assez fort que, si c’est en forgeant qu’on devient forgeron, c’est en faisant l’amour qu’on devient amoureux. Il me faut du temps pour assimiler tous les éléments épars de ma vie actuelle, d’un côté un désastre conjugal, de l’autre ton offre d’amour. Dans l’immédiat, je ne peux pas te promettre de t’épouser, mais je souhaite sincèrement te faire l’amour afin de provoquer l’étincelle d’un amour véritable capable de répondre au tien. Par bonheur tu es si belle.


- Merci. Voilà l’homme que j’aime. J’aime ta pondération, j’aime aussi ton esprit de décision. Tu as raison, aimons-nous maintenant ! Les sentiments rattraperont l’action. Viens dans mes bras, prends-moi dans la chaleur et la force des tiens. J’ai besoin d’un homme protecteur, présent et sécurisant, j’ai besoin de tendresse et d’amour.


Nous voilà debout, serrés, ventre à ventre, peau contre peau, au contact, nus; nous échangeons notre chaleur et nos bouches tout naturellement se soudent. Le plus étrange est une impression de timidité qui m‘affole . Je me sens comme un ado, confronté à sa première expérience sexuelle. Les questions se bousculent et me gèlent. Par où commencer, comment m’y prendre ? Et si je rate l’entrée en matière, si je mollis lors de l’introduction de ma verge dans le sexe encore inconnu, si je me perds dans ce vagin élargi encore récemment par des calibres plus importants? Faut-il passer par des préliminaires, Angèle le souhaite-t-elle?


L’immobilité contre ce corps accueillant, l’étreinte contre les seins si doux me rendent de la vaillance et Angèle prend les choses en main. Entre nos corps serrés se meuvent des doigts habiles qui s’emparent de mon érection retrouvée. Je n’ai qu’à me laisser conduire. Angèle se sent responsable de notre réussite ou de l’échec possible. Elle n’abandonne pas le résultat au hasard. La masturbation n’a pas de secret pour elle. Tandis que sa main monte et descend sur ma verge, ses yeux mouillés de tendresse me fixent, elle me sourit et revient embrasser ma bouche. J’ai quinze ans de moins, je suis tout ému par son audace et transporté de bonheur par la réponse de mes sens. Entre de si bonnes mains et sous son regard passionné je fonds.


- Viens, prends-moi maintenant, tu es raide et dur à souhait
- Oui, mais toi ?


- Place ton index là, tu trouves ? Ne suis-je pas assez lubrifiée. Je t’aime, aime-moi, j’attends depuis trop longtemps notre union. Viens sur moi.


Elle se laisse aller en arrière sur le matelas du lit conjugal, accomplit le quart de tour qui la dispose entre tête de lit et pied de lit, remonte ses cuisses et ramène ses pieds de chaque côté des fesses avant de renouveler l’invitation :


- Couche-toi sur moi, rapproche ton sexe du mien, n’aie pas peur de peser sur moi et surtout avance en moi, j’écarte mes lèvres, ma vulve est ouverte, viens là, en bas et pousse.


- J’arrondis mon dos, mon gland tâtonne un peu, cherche et trouve le passage entre les nymphes, entre dans la chaleur de ce vagin en attente. C’est doux, humide, chaud. Je glisse vers le fond, c’est tout neuf pour moi. Les parois m’étreignent. Je suis bien, au chaud et dans les yeux de mon amante aussi émue que moi, je vois que nous sommes deux à la recherche du paradis des amoureux. Je peux entreprendre les mouvements de la possession. J’espère l’entendre gémir de bonheur, le cœur ravi et les sens bouleversés. Après tant de déception avec Émilie je renaîtrai grâce à Angèle.


A SUIVRE

Le prochain chapitre terminera l'histoire.
10 vote(s)


Vous avez aimé ce récit érotique ?


Commentaires du récit : Exceptionnel 15

Aucun commentaire
Pour poster un commentaire ou faire un signalement, vous devez être connecté !



Histoire précédente <<<
>>> Histoire suivante