PAGE D'ACCUEIL > Exhibition > Récit : Exhibition

Exhibition

+5

Lue : 1211 fois - Commentaire(s) : 0 - Histoire de cortx postée le 11/08/2013
Cams coquines
Je n'ai jamais été ce que l'on appelle un dragueur. Pas par timidité mais je trouvais un peu lourdingue d'aborder les filles et de leur faire du rentre dedans, ça ne m'a jamais paru une bonne manière de les séduire et j'ai toujours préféré y aller doucement avec plus de subtilité. Avec Natacha je ne sais pas ce qui m'a pris, sans doute son regard et son attitude provocants. Je l'ai rencontré dans un salon professionnel, on se connaissait déjà par téléphone depuis plusieurs années et on avait eu l'occasion de discuter et plaisanter à maintes reprises. La voir pour la première fois a été un choc, grande mince, les cheveux longs et blonds, un regard bleu magnifique. Une femme superbe, qui ne laissait manifestement pas indifférents les hommes qu'elle croisait.

Nous avions rendez-vous pour discuter de sa nouvelle gamme de produit à 17h00, je suis arrivé en retard après une journée exténuante ou j'avais rencontré la plupart de mes fournisseurs dans un marathon de meeting de 30 à 45 minutes chacun. Le rendez-vous avec Natacha était le dernier et j'y arrivai un peu plus décontracté, voyant la fin de la journée approcher.

D'emblée elle a commencé à me chambrer sur mon retard, me disant que si elle me livrait mes commandes avec la même ponctualité je n'apprécierais pas... etc C'est là que je lui ai répondu que je devais me faire pardonner et que pour cela je l'invitais à prendre un verre ; à ma grande surprise elle a accepté avec enthousiasme, me demandant même à quel hôtel j'étais descendu. Sans doute le hasard a-t-il forcé le destin car nous étions dans le même, allons y me dit-elle alors, mon assistant rangera le stand avant la fermeture du salon.

Et nous voilà partis vers notre hôtel, dans le taxi je pu admirer ses jambes magnifiques que découvraient sa robe remontée bien au-dessus de ses genoux, tout en continuant à discuter comme deux vieux amis. Et je ne sais pas par quel miracle nous nous sommes retrouvés tous les deux dans ma chambre, les idées les plus folles se bousculaient dans ma tête, et ma queue n'en menait pas large à l'étroit qu'elle était dans mon pantalon.
- Ne vous emballez pas Paul, je ne suis pas une fille facile. Me dit-elle en souriant. A ce moment j'ai quand même eu l'impression que tout dans son attitude démentait ce qu'elle me disait. Son regard était d'une intensité envoutante et elle me regarda comme si elle allait me déshabiller. Elle s'assit sur le canapé du coin salon et je lui servis une coupe de champagne, le mini bar était bien garni heureusement et nous trinquèrent.
- Asseyez-vous donc sur le lit, et regardez-moi. Me dit-elle. Comment me trouvez-vous ? Je suis telle que vous l'imaginiez depuis le temps qu'on se connait par téléphone ?
- Vous êtes une très belle femme. Je n'aurais jamais imaginé vous inviter dans ma chambre. Bredouillais-je, embarrassé par la situation. J'avais très envie d'elle à cet instant mais ne savais pas où elle voulait en venir et je craignais de commettre un faux pas qui aurait rompu le charme. Tout ça allait un peu vite pour moi et je ne m'y étais pas préparé.
- Je vais vous surprendre encore, mais il y a une condition, c'est juste pour vos yeux...

Je n'ai pas compris ce qu'elle voulait dire sur l'instant, puis je l'ai vu commencer à dégrafer son chemisier et l'enlever pour apparaitre devant moi en soutien-gorge, un soutien-gorge rose pâle qui faisait pigeonner ses deux seins lourds ; ils tenaient à peine à l'intérieur et les aréoles étaient à peine cachées par les triangles de tissu. Et le strip-tease continua, le soutien-gorge atterri sur la moquette, bientôt rejoint par la jupe et les bas, Natacha était debout devant moi dans une petite culotte rose fushia qui avait la particularité d'être ouverte sur les fesses et dévoiler la naissance de la raie de son joli cul. Elle prenait manifestement plaisir à me dévoiler son corps sous toutes les coutures, et s'exhibait devant moi pour que je puisse l'admirer à loisir. J'en avais bien sur l'eau à la bouche et je sentais l'afflux de sang dans ma queue qui faisait durcir celle-ci comme jamais, menaçant de faire exploser ma braguette. Le spectacle n'était pas terminé et Natacha, confortablement allongée sur le canapé commença à se caresser tout le corps, de temps en temps elle humidifiait un doigt de salive pour aller ensuite titiller un téton ou son nombril.

C'était terriblement excitant, et les coups d'œil qu'elle me jetait par moment ne faisaient qu'ajouter à son plaisir d'être ainsi observée et au mien de profiter du spectacle. La petite culotte rose ne fut bientôt plus qu'un souvenir et les caresses se firent plus précis et localisées autour de son sexe. Presque totalement épilé, il ne restait que quelques poils blonds sur le pubis au-dessus des lèvres qui étaient, elles, parfaitement lisses. Ses doigts continuaient de trouver le chemin de sa bouche, plus pour s'humidifier cette fois mais pour gouter le nectar prélevé sur sa chatte trempée ; la caresse continuait un doigt puis deux s'enfoncèrent délicatement dans l'orifice et les frémissements de plaisir incontrôlés commencèrent à parcourir le corps de Natacha qui gémissait doucement. La caresse se prolongea plusieurs minutes, une main se baladait des seins au ventre, l'autre excitait son clitoris et pénétrait sa chatte trempée.

Elle me regarda droit dans les yeux, passa sa langue sur ses lèvres, le regard un peu flou avait perdu de son éclat et semblait perdu dans on fantasme, elle me regardait mais je ne sais pas si elle me voyait à ce moment-là. Sa tête bascula soudain en arrière alors qu'un cri plus fort s'échappait de sa bouche ; emportée par le plaisir Natacha venait de jouir sous mes yeux et son corps tout entier tendu par l'orgasme était perlé de petite gouttes de sueur.
- Ça t'a plus ? me demanda-t-elle en se redressant sur le canapé. Ses yeux étaient redevenus étincelants et le flou du regard s'était dissipé. Maintenant j'ai envie de faire l'amour. Joignant le geste à la parole elle s'approcha de moi et libéra ma queue qui n'en pouvait plus de ce spectacle, je ne me fis pas prier pour exhausser les vœux de Natacha qui pris à nouveau son pied cette fois sous mes caresses.
5 vote(s)


Vous avez aimé ce récit érotique ?


Commentaires du récit : Exhibition

Aucun commentaire
Pour poster un commentaire ou faire un signalement, vous devez être connecté !



Histoire précédente <<<
>>> Histoire suivante