ACCUEIL > Hétéro > Récit : Fatima (5ème et dernière partie)

Fatima (5ème et dernière partie)

+23

Lue : 0 fois - Commentaire(s) : 2 - Histoire postée le 18/09/2023

Découvrez les filles coquines près de chez vous :

-Luke, tu es où ?
-Dans ta chambre !
Fatima est nue quand elle arrive et elle semble agréablement surprise de me découvrir dans la même tenue.
-Viens là, belle-maman !
Elle s’approche et s’assoit à côté de moi.
-Je vais m’occuper de ton petit trou, maintenant. Tu veux ?
-Je ne sais pas ! J’ai un peu peur d’avoir mal !
-Tu me fais confiance ?
-Oui.
-Alors obéis-moi !
Fatima monte alors sur le lit et reste en suspend en me regardant.
-Allonge-toi sur le ventre.
Je prends le flacon d’huile que j’avais posé sur la table de nuit et commence à en verser sur son dos et ses fesses. Je masse quelques instants son dos et je viens aussitôt m’attarder sur son cul. Je prends énormément de plaisir à masser ses grosses fesses bien lisses. Petit à petit, je m’approche puis viens carrément passer mes doigts dans sa raie en m’attardant de plus en plus sur son anus. Une fois son cul bien huilé, je lui dis de se mettre à quatre pattes, ce qu’elle fait immédiatement..
Je continue alors le massage de son anus et à chaque passage, j’appuie un peu plus un doigt. Au bout de quelques mouvements, je pousse un peu plus et je vois alors la première phalange de mon index s’insérer parfaitement dans son conduit anal. Fatima gémit un peu, mais ne semble pas avoir mal. Je ressors alors, enduit bien mon doigt de lubrifiant et je pénètre de nouveau ce petit trou encore bien fermé. J’insiste et finis par faire entrer la deuxième phalange. Je pousse alors mon index jusqu’à la garde puis je reste immobile quelques instants, avant de faire quelques mouvements à l’intérieur. Fatima a l’air d’apprécier.
-Tu aimes ?
-Oui, c’est bon ! La sensation est incroyable, j’ai des fourmillements dans tout le bassin ! Continue, j’t’en supplie !
Je continue encore à bouger mon doigt dans son cul, en venant frotter la pulpe de mon index contre la paroi du côté de son vagin, puis je ressors mon doigt avant de le rentrer de nouveau et revenir contre son vagin. Je décide ensuite d’accompagner mon index de mon majeur. Après trois tentatives, ils finissent par entrer en même temps dans son anus qui s’ouvre en grand, sans trop de résistance. Là encore, je caresse la paroi qui sépare son anus de son vagin pendant plusieurs minutes en faisant des aller-retours dans son conduit. Quand je ne sens plus de résistance au niveau de son sphincter, j’introduis un troisième doigt qui ne peine absolument pas à entrer.
Son cul étant prêt, je libère mes doigts et présente ma queue devant son anus et je pousse doucement. Sans trop d’effort et surtout sans faire mal à ma partenaire, j’introduis ma bite dans son cul jusqu’à la garde.
-Hum, c’est trop bon ! J’ai même pas mal ! Mais j’adore te sentir ici ! C’est presque meilleur que dans la chatte !
Je commence alors à bouger en elle. Son canal est étroit malgré la préparation et c’est vraiment délicieux de lui baiser le cul. Les sensations sont énormes et je sens que je vais devoir redoubler d’effort pour ne pas éjaculer trop rapidement. Je commence par bouger lentement, pour que son cul s’adapte bien à ma queue, puis j’accélère un peu. Fatima commence a gémir fortement. Je pose alors ma main sur sa tête et l’attrape par se cheveux attachés. Je les tire en arrière, pour lui faire relever la tête. Aussitôt, elle pousse un petit cri, surprise elle-même par l’orgasme qui la submerge. Je sens alors son jus intime sortir de sa chatte et couler sur nos jambes. Je continue quand même de lui baiser son anus et je continue même plus fort. Ma belle-mère se déchaîne alors criant qu’elle aime se faire enculer, que c’est meilleur que par la chatte, qu’elle n’a jamais jouit comme ça. Je sens alors sa main venir attraper mes testicules et les masser assez fort. Je ne tarde pas à jouir à mon tour, tant la tension est forte et sa main sur mes couilles douce et ferme à la fois.
Ma partenaire s’écroule alors sur le côté, éjectant par la même occasion ma queue bien vidée dans ses intestins.
Après avoir repris nos esprits, je me dirige vers la douche.
-Suis-moi !
-Oui, tout de suite !
Fatima se lève et me rejoint dans la salle de bain.
-Suce-moi encore !
Elle se baisse aussitôt et sans rien dire, prend ma queue dans sa bouche.
-Tu aimes le goût de ton cul avec mon sperme ?
-J’aime tout ce que tu me fais, répond-elle en lâchant ma queue quelques instants.
Je sais qu’elle a un gode dans le deuxième tiroir de son meuble de salle de bain. Pendant qu’elle nettoie ma queue qui commence de nouveau à bander, j’ouvre le tiroir et en sors le sex-toy. Il s’agit d’une magnifique copie de queue, noire, de bonnes dimensions. Elle doit mesurer un peu plus de 15 cm avec un diamètre d’au moins 5cm.
Une fois que ma queue a repris de sa vigueur, je pousse Fatima contre la machine à laver, et je la fais se pencher en avant. Je lui mets alors le gode dans la chatte et je commence à bien la limer.
-Tu l’aimes ton gode ?
-Pas autant que ta queue !
-Oui, mais il te remplit bien, non ?
-Oui, c’est vrai, j’adore !
-Tu te le mets dans le cul des fois ?
-Non, je ne l’ai jamais fait !
-Tu veux essayer ?
-Non, je préfère ta queue !
Je présente alors ma queue bien tendue à l’entrée de son cul et sans ménagement, je la pénètre d’un coup jusqu’à la garde. Je sens alors que son anus est plus serré que tout à l’heure, le gode faisant son effet.
-Oh ouiiiiii ! C’est bon !
-Je vais bien te défoncer le cul, belle-maman !
-Oui, vas-y ! Défonce-moi !
Tout en continuant de limer son vagin avec le gode, je fais de même avec ma bite dans son cul. Mais, la position n’est pas très aisée. Je libère ma queue et le gode et je tire Fatima jusqu’à son lit. Je la pousse alors et la fais s’allonger sur le dos.
-Relève bien tes jambes !
Ma partenaire s’exécute illico et me tend son cul où je plante aussitôt ma queue encore bien dure. J’introduis ensuite son gode dans son vagin et je reprends mes mouvements en accélérant la cadence. Très vite, Fatima se met à gémir, puis à couiner comme une petite truie à chaque coup de boutoir de ma queue contre son col de l’utérus.
-Oh mon dieu ! Que c’est bon ! Ta queue est bonne dans mon cul, j’adore ! Je vais jouir !
Aussitôt qu’elle a dit ça, je vois sortir de son vagin des filets de cyprine. J’accélère encore les mouvements du gode et à chaque fois qu’il ressort, un gros jet s’échappe de sa chatte.
-Ouiiiiiiii ! Encule-moi, mon salop ! C’est bon !!
Elle jouit comme ça au moins pendant deux minutes, sa cyprine ne s’arrêtant pas de couler et je finis par moi aussi jouir et me vider dans le cul de ma belle-mère. Et avant qu’elle ne s’écroule, je ressors le gode de sa chatte et le plante d’un coup dans son cul. Le gode pénètre sans aucune difficulté dans son cul et je l’y pousse jusqu’à la garde. Fatima pousse un râle de lionne en chaleur et alors que je lime son cul avec l’engin, elle se remet aussitôt à jouir et sa cyprine reprend son écoulement.
-Tu jouis du cul, espèce de salope ! Tu aimes ça, alors !
-Oh ouiiiii ! c’est tellement bon ! Encore, continue !
Je continue de la besogner ainsi au moins cinq minutes et après une grosse décharge orgasmique, Fatima s’écroule sur le côté, le gode encore dans son cul.
Alors que je ressors le gode tout doucement pour ne pas lui faire mal, elle ouvre les yeux et me sourit.
-Je n’ai jamais ressenti ça !
-Et ça t’a plu ?
-Oui, très !
-Très bien, je veux maintenant que tu fasses quelque chose pour moi.
-Tout ce que tu veux !
-Demain, j’ai invité un ami à venir manger à la maison. On va faire un barbecue. Je veux que tu viennes aussi.
-Oh, ça peut être sympa !
-Carrément ! Surtout que je veux que tu viennes en robe, mais à poil dessous !
-Mais non ! Ça se fait pas !
-Fatima ?!?!
-Oui, d’accord, mon maître ! Je serai nue sous ma robe demain. A quelle heure dois-je venir ?
-Je veux que tu viennes vers midi ! Et tu mets ta robe rouge vif, celle qui arrive à mi-cuisses.
-Oui Luke.
Après une bonne douche, je repars chez moi. Fatima n’a pas bougé du lit et je pense qu’elle n’a pas bougé de la soirée. Elle a dû s’endormir sans même prendre une douche.
Fabrice arrive un peu avant midi, comme je lui avais dit. Il ne sait pas encore que sa secrétaire comptable sera là et encore moi qu’elle va lui être offerte. Ma belle-mère, elle, arrive vers midi et quart. Elle est superbe dans sa robe rouge vif, très sexy. Bien sûr, il n’y a aucune trace d’un quelconque sous-vêtement, puisqu’elle m’a obéis et qu’elle n’en a pas mis.
-Fabrice, vous êtes là ? dis Fatima en voyant son patron, un air de panique dans les yeux.
-Fatima, oui, et je suis très heureux que vous soyez là aussi !
-Luke, je peux te dire un mot ?
-Oui, bien sûr, belle-maman !
Nous nous écartons un peu et laissons Charline discuter avec Fabrice.
-Ne me dis pas que tu m’as fait mettre cette tenue pour séduire Fabrice ?
-Non, je ne veux pas que tu le séduises !
-Aaaaah !
-Je veux juste que tu t’offres à lui comme une bonne salope que tu es !
-Ah non, je peux pas faire ça !
-Très bien, alors tu ne me reverras plus !
-Mais enfin, c’est mon patron !
-Il te kiffe et il ne sait pas comment te le dire ! Si tu lui sautes dessus en prenant son chibre en bouche quand je te le dirai, alors tout ira bien !
-Mais je suis pas comme ça !
-Si, tu es une grosse chienne qui aime la queue ! Une vraie salope qui cachait son jeu, mais qui n’attendait que ça, que je la délivre de son carcan de principes ! Allez, viens maintenant, qu’on aille prendre l’apéro ensembles.
Résignée, ma belle-mère m’a suivi et nous avons parlé tous les quatre un bon moment. Nous sommes ensuite passés à table et avons partagé un super moment de convivialité.
Au moment du dessert, je dis à Charline d’aller chercher le dessert. Je fais aussi un clin d’œil à sa mère en lui faisant comprendre que c’est maintenant qu’elle doit passer à l’action. Je me lève alors et rejoins ma femme dans la cuisine.
En arrivant près de ma chérie, je regarde par la fenêtre et je ne vois plus que Fabrice, toujours assis à sa chaise, la tête vers le ciel. Sous la table, je vois les jambes de ma belle-mère.
-Tu as vu ta mère ?
-Non, qu’est-ce qu’elle a fait ?
-Qu’est-ce qu’elle fait, tu veux dire !
Charline s’arrête et regarde aussi par la fenêtre.
-Elle le suce ?
-Oui, je lui en ai donné l’ordre. Attendons un peu qu’elle le finisse ! Profitons du spectacle !
-Hum, c’est excitant de savoir que c’est ma mère qui le suce ! Tu crois qu’il apprécie ?
-J’en suis certain ! Regarde sa tête !
Charline est face à la fenêtre, contre le lavabo. Je me place derrière elle et me mets à genoux. Je soulève sa jupe, lui retire sa culotte et me mets à lui lécher son anus.
-Oh, oui !
Charline semble très excitée par le spectacle qui lui est offert. Je lui lèche le trou du cul qui s’ouvre comme une huître. Mes sodomies régulières ont habitué son petit trou et sa corolle en veut encore aujourd’hui, tout de suite, maintenant. J’avoue que moi aussi, le spectacle me plaît et me fait bander. Je me relève alors et plante mon dard dans le fion de Charline. Tout en continuant de regarder Fatima sucer Fabrice, je baise ma femme par le cul et elle prend son pied, tout comme moi.
Pendant ce temps, Fatima a continué son œuvre et finit par faire jouir son patron. Nous le voyons à sa tête et aux mouvements qu’il fait. Je devine que Fatima a gardé la queue de son amant dans sa bouche tout le temps de son orgasme, car elle ne bouge pas de dessous la table. A cette vue, Charline jouit à son tour et je la rejoins illico dans l’orgasme. Alors que je sors ma queue de l’anus de ma femme, je vois Fatima qui relève la nappe de notre côté et qui me montre qu’elle a la bouche plein du sperme de Fabrice. Elle referme alors la bouche et déglutit pour me montrer qu’elle avale tout.
-Ma mère est une grosse cochonne en fait !
-Tu as vu ça ! Elle cachait bien son jeu ! Allez, viens, on les rejoint !
Nous regagnons la terrasse.
-Tout va bien ? demande Charline, comme si nous n’avions rien vu.
-Oui, très bien ! répond Fabrice, un peu gêné.
-Oui, je m’éclate ! dit Fatima. Je viens de sucer mon patron et j’adore ça !
J’éclate de rire, car ma belle-mère vient carrément de me surprendre et je trouve sa réponse géniale. Par contre, Fabrice est un peu gêné.
-Allez, fais pas la gueule, Fabrice ! On est libéré avec Charline ! Et si vous voulez baiser tous les deux, on vous prête la chambre d’amis !
-Je prends ! clame Fatima. Viens, beau brun ! dit-elle en prenant la main de Fabrice et en l’attirant vers la maison.
Nous les regardons entrer dans la maison en souriant tous les deux. Tout en bavardant, nous prenons notre café et nous mangeons ensuite notre glace.
-Je pense que ta mère prend son pied ! Tu entends ?
-Ouais ! Il doit pas être mauvais, apparemment ! Tu crois que je pourrais y goûter ?
-Bien sûr, ma chérie ! Viens, on va aller le voir d’un peu plus près !
Nous allons vers la chambre d’ami et elle n’est pas fermée. La porte entrebâillée nous permet de bien voir ce qu’il s’y passe. Fabrice prend Fatima en levrette et tout se passe merveilleusement bien apparemment. La queue de Fabrice semble bien épaisse, un peu des mêmes dimensions que la mienne. Il va et vient dans le ventre de sa partenaire tranquillement. Fatima a les fesses en l’air et la tête sur le matelas, tournée vers nous. Elle ne tarde pas à nous voir, mais nous fait signe de ne pas venir, ce qui me surprend, mais cela veut aussi certainement dire que Fabrice n’est pas prêt à se mélanger avec nous. Je referme alors la porte et nous retournons sur la terrasse les attendre.
Quand ils reviennent, Fatima a les yeux explosés et Fabrice semble sur un petit nuage.
-Alors, les lâcheurs ? Vous nous avez abandonnés !
-Écoute, c’était pas voulu, mais Fatima m’a proposé, alors j’ai pas pu refuser ! Et franchement, je ne regrette pas !
-Moi non plus ! renchérit ma belle-mère.
On a passé le reste de la journée ensembles, à papoter de tout et de rien. En tout cas, ces deux-là se sont trouvés et je ne regrette pas de les avoir mis sur la route l’un de l’autre. Ils sont ensemble depuis quelques mois maintenant et tout semble fonctionner à merveille. J’ai discuté un jour avec ma belle-mère et elle m’a dit d’y aller doucement avec Fabrice. C’est un gars performant mais très timide, comme elle dit. On ne s’est donc mélangé à eux et on les laisse vivre leur vie de couple. Fatima est venue une fois me voir, pour se faire pardonner m’a-t-elle dit. Alors qu’elle n’avait rien à se faire pardonner, parce que c’était mon but de la mettre avec Fabrice. Je lui ai expliqué et on a fini par baiser quand même une dernière fois. On a commencé en 69 puis je l’ai prise d’abord en missionnaire et pour finir, en levrette. On a joui ensemble. C’était la dernière fois … avant la prochaine !
23 vote(s)


Histoire de Sky

Vous avez aimé ce récit érotique ? Tweeter

Nous luttons contre le plagiat afin de protéger les oeuvres littéraires de nos auteurs.

Cette histoire est destinée à être consultée en ligne et ne peut pas être copiée ou imprimée.

© Copyright : Nos histoires sont protégées par la loi. Un grand nombre d'écrivains nous ont donné l'exclusivité totale.


Commentaires du récit : Fatima (5ème et dernière partie)

Le 18/10/2023 - 20:14 par Sky
Pas pour le moment, mais ma belle-mère me fait vivre de bien belles choses que je me ferai un plaisir de vous raconter prochainement ! Même avec un homme, elle trouve le moyen de me relancer 😂
Le 23/09/2023 - 10:21 par valeriane
Une suite ?

Pour poster un commentaire ou faire un signalement, merci de vous inscrire ! Inscription rapide


Histoire précèdente <<<
>>> Histoire suivante



Retour en haut de la page

Libertinage et masturbation de jolies libertines en webcams totalement gratuites :