ACCUEIL > Candaulisme > Récit : J’offre ma femme à un pote 1

J’offre ma femme à un pote 1

+21

Lue : 3291 fois - Commentaire(s) : 1 - Histoire de Bill postée le 01/01/2015
Bonjour,
Je vous raconte cette histoire vraie afin de soulager ma conscience.
Tout a commencé il y a deux ans.

Nous accueillons pour la première fois pour ma femme et pour moi depuis longtemps un vieux pote à diner.
Je l’avais croisé fortuitement dans le cadre du boulot et de suite reconnu, lui non.
« Loïc, ça va ? »
« Euh, excusez-moi, je ne vous remets pas »
« Jean, on était ensemble au collège X, tu te rappelles ? »
« Ah oui, Jean, je te remets maintenant, t’as pas mal changé en vérité… »

Bon il est vrai qu’avec l’âge je me suis un peu empâté…
Quelques banalités, et j’invite cet incorrigible coureur de jupons à diner le week end qui suit, voilà mon « erreur… ».

Elodie était contente de recevoir quelqu’un qui m’avait connu assez jeune, il faut dire que nous nous sommes nous-mêmes connus assez jeunes (19 ans) et vite mariés.
Nous n’avons peut-être pas eu assez d’expériences individuelles avant de nous unir, mais c’est un autre sujet…quoique.

Elo est ravissante ce soir, comme à son habitude, mais plus en mode « soirée » : LA petite robe noire qui le fait et met bien en valeur ses formes, notamment ses petits seins qui pointent à travers le tissu : en effet, elle a une plutôt petite poitrine avec des tétons très réactifs, et pour ces deux raisons elle a pris l’habitude de ne pas mettre de soutien-gorge, surtout bien habillée.
Mais le cœur, hors son ravissant minois, ses yeux noisette très discrètement coquins, c’est son cul !
J’en ai maté des nanas, en vrai ou sur le net, y’a pas, jamais vu mieux, dans le pire des cas je dirais égalité : rond, pommé, haut et tonique, que pourrait-on faire de mieux ?

Généralement nous sommes plutôt sages, et il n’y a guère que moi qui connais ce jardin d’Eden arrondi, Elo étant plutôt « sportswear » habituellement.
Mais ce soir c’est festival, entre ce magnifique boul qui attire irrémédiablement nos regards quand elle repart vers la cuisine et ses tétons pointant avec arrogance.

Loïc n’en perd pas une miette même s’il essaie de faire le discret, je suis ses regards à chaque mouvement de ma femme, qui elle est ce soir bien en joie.
Il faut dire qu’on arrose un peu, Loïc a amené du champ, quelques verres de bourgogne et digestifs par la suite, Elo est grisée et on se marre bien, dansons même quelques morceaux ensembles.

Sur quelques danses « orientales », Elo allume « involontairement » Loïc, qui se laisse aller également, un grand sourire carnassier se déployant sur son visage de baroudeur.
Il faut dire que si j’ai changé, lui aussi, mais en bien : il s’est sculpté une carrure de sportif, est habillé très bobo-chic, la barbe de 3 jours, etc…
Quand, lors de la soirée nous avons abordé le sujet de la vie de couple, il nous a confessé n’avoir jamais posé ses valises, mais continuer à « s’entrainer » le plus régulièrement possible.
« Je te garantis que la chanceuse qui m’aura va avoir de quoi s’amuser, avec tout ce que toutes ces femmes m’ont appris ! »

Est-ce moi ou j’ai vu le regard d’Elo briller un peu plus lors de cette révélation ?
Il faut dire que si nous nous amusons bien au lit, notre vie sexuelle a forcément pris un tour plus « académique » avec le temps, Elo en semble satisfaite, et moi aussi.
Bien sûr, comme tout le monde, on se livre parfois à certains jeux érotiques (les dés coquins, les mises en scène), mais surtout je la photographie beaucoup, fou de son corps que je suis.

Il est tard, ça y est Elo capote, l’alcool aidant je sais bien qu’elle ne lira pas son troisième opus des 50 nuances de Grey ce soir !
Je ressers un verre à Loïc et vais la coucher.
« Je peux checker mes mails le temps que tu couches madame ? » me demande Loïc ?
« Pas de problème, réduis Itunes et fais comme chez toi ! »

Je prends le temps de coucher ma chérie, qui se fait un peu chatte et tente de me retenir auprès d’elle, mais bon, je suis un bon hôte, je vais donc retrouver Loïc.
Sortant du couloir qui mène à notre chambre, j’ai une vue sur notre Imac, sur l’écran duquel, stupeur, je vois le cul d’Elo en gros plan !
Et dans la seconde suivante, son visage est en gros plan, langue vicieusement tirée sous ma bite et regard coquin en plein phares !
Loïc ne s’est pas gêné et a fouillé dans ma bécane !

Amusé, et quelque peu excité pour ne rien cacher (c’est vrai : on prend tous des photos de nos meufs, mais à qui peut-on les montrer ?), je le laisse filer un peu.
Il tourne encore une dizaine de photos, des plus artistiques aux plus cochonnes, avant que je me décide à intervenir.

Volontairement, je fais donc un peu de bruit avant de regagner le salon et y trouve Loïc en train de nous servir un nouveau Jack Daniels.
« Bonne soirée, non, Loïc ? »
« Impeccable oui, t’as une petite femme délicieuse et très jolie tu sais ?
« Oui, moi je le sais, mais elle moins, elle doute souvent de son physique et de sa capacité de séduction… »
« C’est vrai ? Pourtant, si je peux me permettre, elle a certains attraits, voire même des attraits certains… »
« Je suis d’accord, mais par rapport à toutes les bombasses que tu te tapes, ça n’a rien à voir, non ? », lui dis-je en resservant un coup.
« J’avoue que j’en ai eu des belles, mais la comparaison avec la tienne m’est impossible, je ne l’ai pas vu nue ! » dit-il en éclatant de rire.

Et là , l’alcool, le fantasme de montrer sa moitié, d’en quelque sorte la partager sans danger…
« Et tu voudrais, la voir nue ? »
….
Un bref silence, Loïc reprend une gorgée : « si ça ne te gêne pas, je suis preneur, après tout on est entre amis… »
Je contrôle quand même, je le crois en tous cas, la situation : ça va être amusant de lui montrer seulement les photos qu’il a déjà vues !
Je tourne l’Imac vers lui, l’œil brillant : « mate ! »

Je fais le tour des photos qu’il a déjà vues, en lui demandant son avis à chaque fois, assez échauffé par la situation : je vois distinctement une bosse se former dans son pantalon…
« Elle est magnifique, et elle a l’air vraiment coquine dis-moi, j’aime cette manière de te regarder pendant qu’elle te….euh…dis, ça te dérange si je me touche un peu ? »

Victoire ! Le grand séducteur craque devant la femme du petit gros comptable, je suis trop fier d’elle !
« Non, vas-y, on est entre amis » dis-je en nous resservant.
Il sort donc un bel engin semi-bandé, une de ces matraques qui doivent faire du bien aux dames, et commence à se caresser doucement.
« Excuse-moi, mais elle me fait de l’effet ta gonzesse ! »

L’alcool, le fait de voir sa queue, attirante même pour un homme, je me sens perdre le contrôle de la situation : ma résolution de ne lui montrer que les photos déjà vues s’efface devant l’excitation, et c’est la queue à la main que je fais tourner les photos, perdant toute pudeur.
Ici on voit Elo en levrette, écartant ses deux globes majestueux (« Oh putain quel cul de folie ! »), là elle m’avale entièrement (accélération de sa main sur sa bite), ici encore elle se met un gode dans le cul alors qu’elle est empalée sur moi (« pfiouuuu qué bonita »).

Les photos s’enchainent, les verres aussi, nous voilà comme deux glands à s’astiquer chacun le sien en matant Elo.
« J’y crois pas, t’as une chance mec, et quel cul ! »

Et là, un pas de plus vers le précipice (devrait-on boire autant, ou alors simplement ça libère ce qui est enfoui ): « et encore, tu l’as pas vu en vrai ! »
Je me rends compte malgré tout instantanément de ce que je viens de dire et de ce que cela ouvre comme possibles….
« Ben je demande pas mieux ! »
« Sérieux ? », dis-je la vois un peu pâteuse.
« Carrément ! »
« Bon ok mais vite fait, et range ton machin le temps que j’aille voir si elle dort bien ! »

Et oui, elle dort bien, un simple drap posé sur l’objet de tous nos désirs à l’heure qu’il est.
Et à peine je suis arrivé et ai pu le temps de le vérifier que Loïc est déjà derrière moi.
Je m’assure qu’il a bien rentré sa grosse pine et lui donne les consignes « pas de bruit, si elle se réveille elle va flipper grave, et….pas touche ! »
« Ça marche, allez ! »

Et nous voilà comme deux cambrioleurs en train de nous approcher délicatement du lit sur lequel Elo dort de sa bonne cuite.
« Alors ? » lui fais-je, fier comme Artaban.
« Ben je vois pas grand-chose avec le drap » dit-il
« T’as raison… », et de faire glisser délicatement celui-ci sur l’épaule d’Elo qui est sur le dos, laissant doucement apparaitre son sein gauche…
« Whaou… »chuchote-t-il en s’approchant et en mettant involontairement un coup dans le pied du lit alors que j’en étais arrivé au ventre.

Coup de pression, ma femme va me voir en train de la découvrir devant un type qu’elle ne connaissait pas quelques heures en arrière…
Mais non, elle est bien cuite et se retourne simplement, nous offrant son cul mais l’ayant auparavant recouvert du drap.
« Allez on lâche l’affaire ! », dis-je, un fond de panique restant.
« Non, sois pas salaud, pas avant d’avoir vu le meilleur, tu m’as dit que c’était son cul… »

Je commence à avoir comme une bouffée de chaleur, entre l’alcool, l’excitation et le coup de panique.
« Attends… », dis-je en m’asseyant sur la chaise devant le lit
« Pas de souci, récupère un peu, je vais juste jeter un œil et après on y va ».

C’est donc bien allumé que je le vois doucement tirer sur le drap, dévoilant petit à petit le dos, les reins, le début des fesses d’Elo, et enfin cette si belle lune, unique et objet de tous mes fantasmes.
« Putain tu m’avais pas menti » dit-il en jetant un œil dans ma direction.

Me voyant dans le gaz il s’enhardit et passe délicatement sa main sur un globe, puis l’autre, et ressort son engin de chantier de sa braguette.
« gnon navéni patouch », c’est la seule chose que je parviens à articuler afin de tenter de rappeler le contrat initial.
« T’inquiète pas », me dit-il manifestement moins allumé que moi.

Pourtant, défoncé comme un rat sur ma chaise de spectateur, je ne m’endors pas et recommence à bander comme un âne.
Après s’être assuré de son solide sommeil par des caresses légères, je le vois commencer à écarter les fesses de ma chérie en faisant des commentaires salaces : « putain quel cul, ça c’est du boul, ferme et tendre à la fois, sur j’en ai déjà vu des comme ça, mais des nanas qui mouillent aussi vite jamais ! »
Quoi ? Elo mouille ?
A n’en pas douter au bruit que font maintenant ses doigts qui s’agitent sur son clitoris par en dessous…
Je vois le mouvement de chaloupe bien connu du cul d’Elo qui commence à s’engager, pas de doute elle prend son pied.
« et gné sur que… » oui évidemment, difficile pour lui de répondre à une question incompréhensible, aussi se contente-t-il de me dire « regarde comme elle aime ça cette chienne ! », et toi aussi on dirait !

C’est sûr, j’ai sorti ma bite et je jouis sous son regard sans même me toucher pendant qu’il continue à caresser Elo « bon garçon ça ! » me dit-il
Aussi incroyable que ça puisse paraitre, Elo semble toujours dormir, même si elle ondule sous les doigts habiles de Loïc…
Et d’ailleurs, changement de régime pour celui-ci : revenant vers moi il me dit « tu sais que c’est une bonne petite pouliche ça, les doigts ça lui suffit pas, et je crains que ton petit machin non plus », regardant ma bite débandée en m’exhibant la sienne devant les yeux.

J’avoue qu’il a vraiment une bite de conquérant, de la voir si dure et si près de mon visage, j’ai comme la tentation de m’en rapprocher et…
Ce salaud m’a capté et me fais « non, pas maintenant, j’ai des trucs à faire d’abord… »
Nu en deux secondes, je le vois s’approcher d’Elo par derrière, le cul de celle-ci tendu en l’attente de la saillie…
« Mrfrgh » dis-je.
« T’inquiète, je suis clean » répond-il, s’approchant du cul offert.

Voir cette belle bite s’approcher de la chatte d’Elo me réveille quelque peu, mais au lieu de reprendre le contrôle de la situation, je ressens une sourde excitation : il va la prendre devant moi, fantasme ultime, et en plus j’ai l’excuse de l’alcool pour ne pas m’en vouloir…
Il a repris doucement ses caresses, sa main passant maintenant sous le ventre d’Elo tandis que son chibre s’approche inexorablement de son objectif.
Le cul rêvé bouge de plus en plus alors que le gland de Loïc s’appuie sur les lèvres d’Elo.
Cette dernière est en transe, et moi aussi d’ailleurs !
Il n’y a que Loïc qui semble maître de lui.

Quelques secondes plus tard, je vois son mandrin impressionnant s’introduire centimètre après centimètre dans cette chatte qui ne connait depuis 10 ans maintenant plus que ma petite bite.
En voyant ça je jouis à nouveau : Elo respire de plus en plus fort et commence même à gémir en alternance.
Parvenu au fond de ma femme, Loïc s’arrête et ne bouge plus, là où dans une telle circonstance je me serais excité à fond et aurais envoyé la purée en quelques minutes.
Et enfin commence le mouvement : pas celui de Loïc, celui d’Elo ! Elle vient le chercher la garce, il est en train de la rendre dingue.
« Mmmmm, oui, vas-y putain ! »dit-elle toujours en dormant (enfin je pense…)
Stoïque le Loïc : il ne bouge toujours pas et laisse ma femme s’embrocher de plus en plus vite et fort sur sa belle bite.
« Mmmmmm, oui, oui, oui ! » fait-elle en gigotant de plus belle.

Et tout d’un coup, l’explosion : les mains de Loïc qui caressaient distraitement le corps d’Elo s’accrochent fermement à ses hanches, et à grand coup de reins, le voilà qui empale Elo de plus en plus vite et de plus en plus fort.

Ma femme devient hystérique, s’accroche aux montants du lit, visage dans l’oreiller elle crie à réveiller l’immeuble entier malgré tout. Je ferai certainement le malin demain en faisant croire que c’est moi qui lui ait fait ça, mais pour l’heure je bande à nouveau comme un dingue, queue à la main comme un ado…
Je crois qu’elle jouira 5 fois de cette manière (« ouiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii »), avant de retomber inanimée sur les draps.

Fier de lui mais conscient que c’en est assez pour elle, Loïc se retire (ça ne fait pas « pop » moi quand je me retire !) et se retourne vers moi : « elle en a assez pour ce soir, à toi maintenant : y’a longtemps que tu lui as pas fait minette ? »
Et d’autorité, sans que j’aie fait le moindre geste pour l’en dissuader d’ailleurs, il me fourre sa bite dans la bouche : « suce, c’est son jus qui est sur ma bite ! »
Je n’ai jamais fait ça auparavant, quelle sensation !
« On m’appelle le révélateur de talents ! »ironise-t-il, « je crois que vous avez bien besoin de moi tous les deux ! « , mais y’a des compéteeeeeences ! » et de se vider en longs traits épais dans ma bouche…

Et moi, ben j’ai encore joui sans me toucher !

A suivre, si vous le voulez….
21 vote(s)


Vous avez aimé ce récit érotique ?


Commentaires du récit : J’offre ma femme à un pote 1

Le 2017-08-09 16:36:32 par Pellissier Marie
Dit comme ça je n'aurai pas aimé que mon mec me fasse prendre par un copain... Mais comme vous l'écrivez... j'aimerais beaucoup... je crois
Pour poster un commentaire ou faire un signalement, vous devez être connecté !



Histoire précédente <<<
>>> Histoire suivante