ACCUEIL > SM > Récit : JOURNAL INTIME D'UNE SOUMISE

JOURNAL INTIME D'UNE SOUMISE

+9

Lue : 0 fois - Commentaire(s) : 0 - Histoire postée le 08/07/2024

Découvrez les filles coquines près de chez vous :



03/09/20.. : Aujourd’hui Antoine enfin mon « maitre » c’est ainsi qu’il veut que je l’appelle maintenant, m’a fait un cadeau : une nuisette blanche très transparente et très courte, avec des Dim-up à résille blancs aussi, il veut que je porte cette tenue en sa présence dès qu’il rentre du bureau, sans culotte. J’aime bien avoir les fesses à l’air, sentir l’air dessus, montrer mon « p’tit cul » comme dit mon « maitre », mais si le facteur sonne à la porte, il risque d’avoir une surprise……
04/09/20.. : Mon maitre est content, dès qu’il est rentré j’avais ma tenue, il m’a claqué les fesses et dit
-Files dans la salle de bain !
La-il a rasé entièrement ma toison, déjà qu’il y avait peu de poils, maintenant j’ai l’impression d’avoir de nouveau douze ans avec mon berlingot tout lisse, puis j’ai passé la soirée assise par terre à ses pieds la tête contre ses jambes pendant qu’il regardait la télévision dans son fauteuil, on était bien….
05/09/20.. : J’adore ma tenue, mon maitre aussi…je dois lui faire beaucoup d’effet car il a claqué des doigts pour que je passe sous la table pendant qu’il mangeait, et m’a dit :
-Suces moi P’tite cochonne !!!, mais ne me fais pas jouir de suite sinon tu seras punie…
Ensuite nous avons passé la soirée sur le canapé, lui sur son PC portable à finir son travail, moi allongée la tête sur ses cuisses, bouche grande ouverte à suçoter son sexe, mon petit régal. Après avoir fini, il m’a généreusement donné ma récompense en m’offrant sa semence …j’ai tout avalé, et aucune punition !!!
06/09/20.. : Encore un cadeau ! Mon maitre me gâte !!! Un étrange petit objet en cristal en forme d’ogive …un plug anal ! Tu vas adorer m’a-t-il dit, en plus tout comme ma tenue il faut que je le mette dès qu’il rentre. Il me l’a mis ce soir, étrange sensation malgré le lubrifiant, mais pas désagréable, mes petites fesses sont toutes neuves, quelle idée peut-il avoir ?
09/09/20.. : Deux jours sans nouveauté, mon plug est encore un peu gênant, surtout debout lorsque je marche, à quatre pattes ça va, mon maitre adore c’est le principal, je m’en rends compte lorsqu’il jouit sur ma langue, les grosses salves qu’il m’envoi au fond de la gorge débordent et me coulent parfois sur le menton, mais mon maitre prend bien soin de tout me remettre en bouche avec son doigt. J’adore ça et je l’aime !
10/09/20.. : Je pleure doucement parce que j’ai peur en t’écrivant cher journal. Ce soir je suis punie ! J’ai oublié de mettre mon plug anal, mon maitre n’est pas content après moi, il est très en colère…après m’avoir mis une fessée sur ses genoux il m’a crié dessus en disant :
- Demain c’est sodomie ! Tu vas avoir toute la nuit et toute la journée pour y penser, je déteste qu’on me désobéisse !!
Je sais qu’il va me faire mal, quand il est en colère il est un peu brutal, mes fesses s’en souviennent encore, et mon petit derrière est encore tout neuf malgré le plug. Alors ce soir je tremble et mes larmes coulent…
11/09/20.. : Mes larmes ne sont pas encore séchées…Mon maitre est rentré, il m’a à peine regardé, pourtant je me suis faite belle pour lui, avec sa tenue, le plug bien en place et beaucoup de lubrifiant sur et dans mon petit trou par précaution. J’ai rangé son blouson, ses chaussures, il s’est assis sur son fauteuil et m’a demandé de venir à quatre pattes devant lui puis il m’a montré son sexe. J’ai compris ce qu’il voulait…
HORS JOURNAL …..J’ai sorti sa queue, ouvert ma bouche et me suis penchée en avant, engloutissant ce membre déjà bien dressé. J’adore sucer, la fellation est mon pêché mignon, alors j’y ai mis tout mon cœur. Je gloussais en faisant aller et venir sa bite entre mes lèvres, la sensation de son gland sur ma langue était délicieuse. Je l’avalais, m’enfonçais son sexe jusqu’au fond de la gorge tout en essayant de lécher ses couilles, puis je remontais doucement le long de la hampe, caressais du bout de ma langue l’ourlet du prépuce et replongeais avidement. Délicieux !!! Je me régale avec sa queue, je le suce avec gourmandise, comme une petite fille avec une sucette. Le souffle court de mon maitre m’indique qu’il apprécie. Je le suce longtemps et amoureusement, je me délecte de ce membre dans la bouche, j’en ferme les yeux tellement je suis bien. Il me soulève sous les bras m’allonge à plat ventre en travers sur ses cuisses, je me prépare à une nouvelle fessée en mordant mes lèvres. Mais il joue avec mon plug, me l’ôtant et me le remettant dans l’anus…
- Qui est-ce qui va se faire enculer ce soir ? ironisa-t-il !!!
- C’est moi ! répondis-je, la voix sanglotante en frissonnant. Les larmes me montent aux yeux. Pardon mon maitre !! je suis une vilaine fille mais je ne recommencerai plus, je vous le promets…je vous en supplie…
- Il fallait y penser avant petite cochonne ! tu sais que je n’aime pas qu’on me désobéisse et me supplier ne sert à rien, ce qui est dit est dit !
J’ai la tête vide et les yeux remplis de larmes qui commencent à couler sur mes joues, j’ai peur, il se lève, me place à quatre pattes devant lui les mains sur le canapé, la croupe tendue, fait glisser son jeans et s’agenouille derrière moi. Mes tempes bourdonnent, ce petit jeu de maitre et soumise entre nous ne va-t-il pas trop loin ? J’ai peur mais inconsciemment mon cerveau ne fait rien, alors qu’un simple geste ou un : STOP suffirait pour tout arrêter, c’est notre code, si cela va trop loin !
Il frotte son sexe sur ma vulve, j’adore cette sensation avant la pénétration et il le sait, son dard glisse entre mes grandes lèvres déjà humides et prêtes à l’accueillir, mais choisira-t-il cette voie ? Son gland se pose sur mon anus, un frisson de terreur parcours mon dos remontant jusqu’à ma nuque, il me tire les cheveux bascule ma tête en arrière :
- Alors, prête ?
Je tourne vers lui un regard suppliant, une lueur dans ses yeux me remplis d’effroi et pourtant je ne dis rien …
Il ouvre mon sexe de sa colonne de chair d’une seule poussée, je sens toute la longueur de sa bite me remplir d’un coup, une douce chaleur envahie mon ventre, de courte durée car il me pilonne comme un fou…le claquement de ses testicules et ses ahanements emplissent la pièce…il me claque les fesses à toute volée à chaque coup de boutoir, je crie à la fois de plaisir et de douleur. Il y va fort ce soir me dis-je ! Il me pince les seins à travers ma nuisette, mes têtons sont durs comme de la pierre. Puis lâchant ma poitrine, il m’enfonce la tête dans le canapé, tout en me donnant des coups de reins comme s’il domptait un mustang.
- T’aime ça cochonne te faire culbuter comme une truie hein ?
- Oui, j’aime ça mon maitre !
Et c’est vrai ! J’aime les rapports un peu brutaux et la soumission !
- Tu vas me supplier de te la mettre dans le cul !
Ça ! C’est moins sûr !! Pourtant je le laisse faire…je me laisse aller dans ce rapport violent et pourtant si bon, ou la douleur et l’humiliation décuple mon plaisir. J’ai longtemps retenu ce désir, voir le refouler, jusqu’au jour où j’ai découvert avec mon compagnon le bonheur de me laisser aller et depuis quelques jours nous plongeons tous les deux avec délice dans cette sexualité que beaucoup jugerait perverse, mais qui s’arrête net si l’un de nous deux ne s’amuse plus….
- Allez supplie moi cochonne...vas-y, demandes moi de t’enculer !! Continu-t-il de me dire tout en me bourrant comme un âne !
J’avale ma salive, je sais qu’au moment précis où je terminerai ma phrase, une intense douleur d’anus éclaté déchirera mon cerveau, je l’ai lu dans ses yeux…partagée entre la douleur mêlée de plaisirs que je reçois de ses assauts et ma soumission totale envers l’homme que j’aime ! Je n’offre aucune résistance, en léthargie complète, soumise complètement à mon homme, mon « maitre » à qui je vais offrir ce soir ma virginité anale sans retenu, malgré la peur qui me scie le ventre à me plier en deux…. Je m’entends à peine prononcer ces mots :
- Maitre ! sodomisez-moi je vous en supplie… !!!!!!!
Je n’oublierai jamais cet instant, la vitesse d’exécution, la douleur telle un tison brulant fouillant mes entrailles, mes larmes, mes cris. Pourtant je n’ai jamais dis : STOP ! La douleur et la chaleur de son sexe en moi, au fond de mon derrière lubrifié comme une locomotive à vapeur, empalée par ce pieu au fond de moi déclenchant un plaisir inouï tout en me déchirant l’anus, une jouissance telle la foudre, chauffée à blanc juste avant par son sexe dans mon ventre, neutralisant mon cerveau, paralysant mon corps, faisant couler de mon sexe un flot de cyprine incontrôlable…et lui me labourant le rectum, excité par mon plaisir qui lui coulait sur les genoux. Il me bourina l’anus longuement, j’avais mal et c’était bon, puis il se retira d’un coup me tira par les cheveux en me retournant, m’enfonça son sexe dans la bouche pour y jouir en de longues salves épaisses et gluantes que j’avalais avec délice……je reste sans bouger le sexe planté en bouche un long moment, j’adore garder ainsi le membre de mon « maitre » jusqu’à ce qu’il devient plus tendre, plus mou, je me délecte de la dernière goute de sperme qui coule de son méat, la gardant en bouche longtemps, la faisant rouler sur ma langue, appréciant avec délice son petit gout d’amande…Je suis sa chose, son jouet, sa soumise…pourtant le reste du temps hors cette petite parenthèse amoureuse, c’est moi qui porte la culotte, je peux vous l’assurer !!!!
SUITE JOURNAL….J’ai encore mal, mes fesses et mon anus sont meurtris, « maitre » dort repus à côté de moi pendant que je t’écris mon cher journal, mais que c’était douloureux et bon. Je suis « ouverte » de partout comme il dit, douloureux mais curieusement je ne dirais pas non pour recommencer et pourtant même sur le matelas la position assise me fait mal...je suis vraiment une cochonne !
14/09/20.. : Mon maitre ne me prend plus que par derrière, maintenant que l’ouverture est faite il faut continuer le rodage dit-il, je n’ai rien contre surtout que j’ai de moins en moins mal, et du plaisir, mais mis à part lorsqu’il jouit parfois dans ma bouche je ne vois plus son sexe ni ne joue avec..
17/09/20.. : Mon maitre vient de se faire un cadeau : une cravache ! pour que je lui obéisse mieux dit-il ! Moi je le soupçonne de ne plus vouloir se faire mal à la main lorsqu’il me donne la fessée, chose à laquelle il a pris gout et dont il me gratifie souvent maintenant pour des prétextes parfois futiles !!! J’y ai pris gout aussi, j’adore cette sensation lorsqu’il me met sur ses genoux, qu’il soulève ma nuisette pour dégager mes fesses et ces picotements sur ma peau une fois fini, mais cela reste entre nous petit journal, il me ferait encore plus mal s’il l’apprenait…J’ai mes petites fesses toutes rouges, heureusement que j’ai peu l’occasion de m’assoir à mon travail…
30/09/20.. : Rien de spécial ces jours derniers, la routine : fessée…sodomie…fellation. Mais pas tous les soirs, les journées sont fatigantes et pas toujours la tête au role-play et puis il nous arrive aussi de faire l’amour sans ce petit jeu…Sauf que ce soir je suis à nouveau punie, en lavant ma tenue, sans faire attention je l’ai mise dans la machine avec mon adorable petit ensemble rouge de chez « Scandale » et il a déteint dessus, du coup il est tout rose, bas y compris. Mon maitre n’est pas content, et me promet un châtiment mémorable pour le week-end et je te passe les détails sur la fessée que je viens de prendre !
03/10/20.. Trois jours sont passés, c’est demain le week-end, mon maitre téléphone beaucoup mais ne s’occupe pas de moi, malgré ma tenue (rose) et mon joli petit plug…à peine si je peux jouer avec son sexe en le prenant dans ma bouche lorsqu’il est dans son fauteuil moi à genoux devant lui comme toute bonne soumise, d’ailleurs il ne jouit même pas….j’appréhende ce qu’il me réserve pour le week-end car il n’en parle pas il me dit juste :
- Tu vas voir ton cul cochonne !!!!
Il me fait peur…
05/11/20.. Il faut que je te raconte cher journal, je n’ai pas eu le temps hier soir, trop de choses se sont passées, d’abord le samedi normal, en tenue de soumise toute la journée (punition oblige) mon maitre passe son temps à me claquer les fesses à chaque fois qu’il passe près de moi, je dis bien : claquer et non caresser…puis vers 18h30 ça sonne…mon maitre va ouvrir et fais rentrer deux amis à lui apparemment, alors que je suis presque nue :
- Bonsoir mes amis, entrez !
Il les installe dans le canapé, je ne sais pas si je dois cacher mon sexe ou mes seins, du coup je ne cache rien et fais la gourde.
- je vous ai convié ce soir pour faire subir un châtiment exemplaire à une fille désobéissante, je vous présente votre esclave sexuelle, elle est à vous pour satisfaire toutes vos envies durant 24h à partir de maintenant, usez et abusez d’elle autant que vous voulez, cette cochonne ne dis jamais non…demandez-lui tout ce qui vous passe par la tête et elle se fera un plaisir de vous le faire…
Je suis à la fois outrée et admirative de son implication dans le jeu, il va très loin au risque que je dise : STOP mais il lit en moi comme dans un livre ouvert…Il connait mes limites et ma curiosité, je ne lui ai pas caché qu’avant lui j’avais eu des expériences sexuelles à plusieurs et que j’avais aimé être le centre d’intérêt de plusieurs hommes, être caressée par autant de mains et avoir un sexe presque dans tous les trous, j’avais adoré ! Mais pas être donnée en pâture et devenir leur esclave soumise. Dieu seul sait ce qu’ils désireront me faire subir !!!
HORS JOURNAl… « Maitre » se tourne vers moi,
- Offre leur à boire, et pour la peine tu resteras nue puisque tu te moques de tes affaires et tu les appelleras : « petit maitre 1 et petit maitre 2 », as-tu compris Soumise ?
- Oui « maitre » dis-je
Ôtant ma nuisette et mes bas, exposée nue dorénavant aux regards lubriques de mes nouveaux « petits maitres »
Revenant de la cuisine chargée d’un plateau, celui que j’appellerai « petit maitre 1 » me dit :
- Lorsque tu nous auras servi, tu viendras nettoyer nos queues avec ta bouche, compris soumise ?
- Oui « petit maitre 1 »
Le jeu pris une autre tournure, plateau posé, je m’approchais à genoux devant mes nouveaux « petits maitres » déboutonnant leur braguette, sortant leurs sexes et les embouchant l’un après l’autre pendant qu’ils discutaient avec mon « maitre » tout en m’ignorant…
L’un d’eux me claqua la joue :
- fais attention avec tes dents ! appliques toi …
Pourtant je ne lui avais pas frotté le gland avec les dents, bien au contraire, je m’appliquais à ma tâche, voulant absolument que mon « maitre » soit content de sa soumise qu’il prêtait à ses amis…sinon je ne savais que trop bien ce que mes fesses subiraient…Je passais d’une bite à l’autre, les branlant une dans chaque main, puis les reprenant en bouche goulument. Sans être énormes elles étaient de bonne tailles, je vais être méchante mais je n’aime pas sucer une petite queue, j’aime la sensation de remplissage, même dans la bouche, me l’enfoncer jusqu’à la glotte….
Je commençais à avoir mal aux genoux et ma bouche fatiguait mais j’étais leur esclave soumise pas question de m’arrêter et je me doutais bien qu’il était hors de question de les faire jouir. Mon « maitre » se leva et revint avec un objet que je reconnu pour être un plug, mais au moins deux fois plus gros que l’autre et en caoutchouc noir..
- Surprise !! dit-il en riant aux éclats et me l’enfonçant directement dans l’anus à la place de l’autre.
J’en eu le souffle coupé, il était gros celui-là et malgré le lubrifiant il me dilatait la rondelle comme si j’avais un petit ballon dans le derrière...
- Le premier c’était pour les pucelles, p’tite cochonne ! maintenant il faut passer aux choses sérieuses.
Jamais je n’avais été aussi bien dans le plaisir, je me sentais à ma place, comblée, pourtant je suis une femme de tête, mais la mon cerveau se déconnectait pour laisser la place au plaisir pur, à cette notion de dépendance envers une autre personne grâce à la soumission, pour ma propre jouissance, découvrant à chaque instant une nouvelle idée de sa part riche en émotion et en sexe…J’étais dans un état second et plus rien ne pouvait m’arrêter. Plus rien !
Ce fut une soirée et un lendemain de fou, ils m’ont tout fait, j’ai tout subi, tout accepté et j’ai joui à en hurler…J’ai eu mal, j’ai eu du plaisir, j’ai été humilié…l’un d’eux eu l’idée saugrenue que je les suce tous les trois dans l’ascenseur, montant et descendant tous les étages, à la différence qu’eux étaient habillés et moi nue, plusieurs fois malgré l’heure tardive la porte c’est ouverte devant des gens, moi à genoux dans une position qui ne laissait planer aucun doute sur ce que je faisais…la honte !! Ils m’ont sodomisé chacun leur tour, pris à trois ensembles remplissant tous mes trous de leurs sexes, j’ai léché leurs anus, ils ont joui dans ma bouche, sur mon visage et dans mes fesses, couverte et dégoulinante de sperme j’ai crié mon plaisir de nombreuses fois…
Nous nous sommes endormis vers 5h00 du matin, tous les quatre dans le même lit, épuisés, moi au milieu de mes « maitres » un sexe dans chaque main. Le lendemain, reposés ils ont recommencé, dimanche marathon de sexe no limite. Je ne vous dis pas l’état de mes fesses, à la fois par les fessées et les nombreux passages de leurs sexes ou du plug anal, si bien qu’un moment j’ai cru que je saignais de l’anus et pris peur, mais ce n’était que du sperme qui en coulait. J’ai mal à la mâchoire, j’en avais toujours un dans la bouche, mon corps n’est que douleur mais ma tête est explosée d’avoir eu tant d’orgasmes. Ils sont partis, avant la fin nous avons arrêtés le role-play et avons bien ris, et promis de recommencer un autre week-end. Mais pas le prochain ai-je dit en riant, il va me falloir plusieurs semaines pour m’en remettre. Une fois partis, j’ai remercié mon « maitre » puis j’ai dit à Antoine :
- C’était bien, mais ne me refais pas cela avant 2 mois minimum et pas plus de deux, je n’aurais pas la force !!
Il m’a serré dans ses bras, dit des milliers de « je t’aime » et remercié de lui donner autant de plaisir…
REPRISE JOURNAL : mes larmes sont à la fois de douleur et de plaisir, jamais je n’ai autant joui j’en ai presque honte, mais jamais je n’ai eu aussi mal, mon corps n’est que douleur, merci mon « maitre » je t’aime ! Je suis bien la reine des cochonnes…rhoooo !!
02/02/20.. : Cher journal, je t’ai un peu abandonné, mais nous avions décidé avec mon « maitre » de faire une petite trêve afin d’avoir de nouvelles idées, enfin lui ! Mais aussi pour nous retrouver sentimentalement. Ce soir il est rentré avec un cadeau pour moi, je ne sais pas encore ce que c’est, mais à ses yeux enflammés, je sens bien que cela va être ma fête et que le role-play est reparti, d’ailleurs cela me manquait aussi. Donc demain je remets ma (nouvelle) tenue et ce plug noir qui m’impressionne lorsque je le sors de sa boite…et comme
9 vote(s)


Histoire de Volupta

Vous avez aimé ce récit érotique ? Tweeter

Nous luttons contre le plagiat afin de protéger les oeuvres littéraires de nos auteurs.

Cette histoire est destinée à être consultée en ligne et ne peut pas être copiée ou imprimée.

© Copyright : Nos histoires sont protégées par la loi. Un grand nombre d'écrivains nous ont donné l'exclusivité totale.


Commentaires du récit : JOURNAL INTIME D'UNE SOUMISE


Aucun commentaire pour le moment

Pour poster un commentaire ou faire un signalement, merci de vous inscrire ! Inscription rapide


Histoire précèdente <<<
>>> Histoire suivante



Retour en haut de la page

Libertinage et masturbation de jolies libertines en webcams totalement gratuites :