ACCUEIL > Lieux publics > Récit : L'ascenseur vers le 7ème Ciel ...

L'ascenseur vers le 7ème Ciel ...

+4

Lue : 20069 fois - Commentaire(s) : 0 - Histoire de Decibel postée le 02/03/2009
Depuis un moment il me parle d’un petit fantasme coquin qu’il aimerait assouvir : faire l’amour dans un ascenseur !

J’ai toujours voulu ignorer cette folie qu’il me suggère « mine de rien », même si je dois avouer que l’idée de quelques coquineries dans un lieu public m’excite, mais ma bonne éducation et ma timidité innée m’ont toujours freinée parfois bien malgré moi.

Aujourd’hui est un jour un peu spécial … son anniversaire … et, ce matin, je me demande ce qui pourrait réellement lui faire plaisir ! Je me creuse un peu la tête pour trouver une vraie surprise qui rendrait cette journée mémorable, pour que nous vivions un instant inhabituel du train-train quotidien, pour pimenter un peu l’éternelle sortie « resto » … pour rendre ce jour unique à nos cœurs !!!

Et si je tentais de concrétiser son rêve érotique, si pour une fois je me laissais aller à suivre mon intuition sensuelle, mais sans qu’il se rende compte de ma préméditation ? L’idée fantasque me turlupine de plus en plus et, impulsivement, je forme son numéro au bureau. Ma voix a du mal à cacher mon émotion :
- « Allo, mon ange, tu vas bien ? »
- « Oui, çà va … en plein boulot … qu’y a-t-il ? »
- « Heu … j’ai pensé que – si tu pouvais te libérer plus tôt ce soir – nous pourrions aller ensemble au centre commercial avant le restaurant … j’ai quelques achats à faire et çà nous permettrait de choisir ensemble le petit cadeau Hi-Tech que je voulais t’offrir. Tu sais bien que je n’y connais rien et que je risque de me tromper … alors autant que tu puisses prendre la décision avec moi. »
- « Ah, c’est çà … OK, je vais faire l’impossible pour me libérer à 17 h … Rendez-vous sur le parking du centre commercial, alors ? »
- « Super, j’y serai … merci, mon ange »
- « Merci d’avoir pensé à mon anniv’ … à tout à l’heure … tendres bisous, ma douce chérie »
- « J’ai hâte qu’on soit ensemble, mon ange, je t’adore ! »

Toute émoustillée par ce rendez-vous qui sera inhabituel, je cours me préparer pour ce qui devrait être un grand moment ... enfin, je l’espère !

Après un bain aromatisé et quelques petits plaisirs «solo » très coquins avec le pommeau de douche (et bien oui quoi … il faut bien mettre son petit clito en condition !), je mets ma nouvelle lingerie sexy la plus aguichante (dentelle noire semi-transparente), j’enfile une petite robe (bleu vif) largement échancrée avec toute une petite rangée de boutons de nacre sur l’avant et des escarpins noirs sur des bas dim-up très fins. Je prends le temps de me pomponner, de me maquiller soigneusement, de me parfumer, de coiffer mes cheveux blonds le mieux possible … un dernier coup d’œil dans le miroir … bon, je ne peux vraiment pas mieux faire … oh la la, je suis nerveuse comme une puce au fur et à mesure que l’heure tourne !
Ah j’allais presque oublier LE principal pour attiser ma petite flamme intérieure : mon œuf vibrant que je glisse malicieusement dans mon fourreau intime, la télécommande éteinte dans mon sac à mains.

Me voilà prête pour notre rendez-vous et je file à toute allure, en chantonnant dans ma voiture, vers le centre commercial. Les premiers rayons de soleil avant-coureurs du printemps me rendent encore de meilleure humeur. Par chance, je trouve à me garer assez près de l’entrée principale, de sorte que je peux épier toutes les allers et venues de la foule qui se presse, en cette fin de journée.

Calme, Déci, calme … surtout ne pas réfléchir, surtout oser l’inimaginable, surtout écouter la voix des sens en ébullition. Rien que d’y penser, le rouge me monte aux joues et mon corps frissonne d’impatience. Mais s’il tarde un peu, je sens que mes petites intentions coquines vont s’envoler et que jamais je ne franchirai ce cap du fantasme !

Je le vois enfin arriver en courant. Il est à peine en retard de quelques minutes, ouf ça y est … on va se lancer dans cette fameuse petite folie érotique ! Je me précipite vers lui, il me sourit avec tendresse, me fait signe qu’il apprécie ma jolie tenue et je me jette dans ses bras avec passion. Nous échangeons un baiser langoureux, sans nous soucier des gens qui nous observent et je me fais déjà toute câline. Je me sens fondre de désir et subrepticement je glisse la télécommande de mon oeuf vibrant dans la poche de sa veste. Un peu interloqué par mon enthousiasme, il me regarde d’un œil inquisiteur mais comprenant ma petite supercherie, me fait un clin d’œil complice, me prend gentiment la main et m’entraîne à l’intérieur du shopping center.

- « Où allons-nous d’abord ? Que dois-tu faire comme achat, en-dehors de mon cadeau ? » me dit-il.
- « Heu … je n’ai pas vraiment d’idée … je voulais juste flâner parmi les nouveaux vêtements … les rayons sont au dernier étage ».

Nous nous dirigeons rapidement vers les ascenseurs, où une file d’attente se presse et se bouscule déjà. Comment vais-je faire pour que l’on soit seuls ???
J’avise le fond du couloir :
- « Tiens regarde, là il y a un ascenseur aussi et personne devant ! »
- « Mais non voyons, c’est un lift pour le personnel ! »
- « Tant pis ... allons-y … au moins nous aurons celui-là rien que pour nous ! »

Je remarque de plus en plus d’étonnement dans son regard, mais il se prête à mon jeu en riant malicieusement. Pendant que nous attendons NOTRE ascenseur, sa main se glisse négligemment dans sa poche et il enclenche la télécommande … en un instant, je sens une douce vibration câliner mon antre d’amour et je me mords déjà les lèvres d’excitation … vite, que nous soyons enfin seuls, car mon envie de LUI grimpe !!!

Les portes s’ouvrent enfin sur un local exigu, légèrement dans la pénombre mais agrémenté d’un grand miroir le long du mur. Nous nous engouffrons rapidement dans l’ascenseur et il presse sur le bouton du dernier étage, sans aucune autre préméditation. Dès que ce lift se met en marche, je me colle amoureusement contre lui mes bras autour de son cou et commence à lui faire des bisous tout tendres et tout câlins dans la nuque (je sais qu’il adore çà… et qu’il ne va pas pouvoir résister longtemps à mes avances). Ravi des douceurs que je lui prodigue, il savoure l’instant en fermant les yeux … c’est le moment fatidique où je me retourne et appuie énergiquement sur le bouton « stop » de l’ascenseur, qui s’arrête brusquement entre 2 étages.
- « Mais que fais-tu ? » me dit-il tout surpris.
- « Chut, mon ange … rien de bien méchant … tu te souviens de ton fantasme, dont tu me parles assez souvent ? … alors, maintenant Joyeux Anniversaire de tout mon cœur !»

Son regard s’éclaire d’une étincelle lubrique, il semble plus qu’agréablement surpris, mais je ne le laisse plus le temps d’hésiter, car l’œuf vibrant toujours calé au fond de ma chatte – à présent toute moite et chaude – me titille trop.

Je lui murmure candidement
- « STP, mon ange, arrête ce truc … ôte-le moi … et laisse-moi m’occuper de toi, j’en ai trop envie ! »
- « Et si quelqu’un s’aperçoit que l’ascenseur est bloqué ? » de demande-t-il.
- « C’est pour çà que nous ne devons pas perdre une minute de cette merveilleuse intimité. Viens … j’ai très envie de toi !!! »
Il ne se fait pas prier deux fois et nous sommes pris tous les deux par une fièvre passionnée d’aller plus loin dans cet échange, en laissant parler notre sensualité en toute liberté.

---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Je me colle contre son torse musclé et déjà mes seins se durcissent d’excitation. Nos lèvres se cherchent, nos bouches se soudent l’une à l’autre, nos langues virevoltent en un balai langoureux, tandis que nos mains se caressent mutuellement chaque parcelle de peau. Il arrête nerveusement la télécommande de mon œuf vibrant que je sens doucement glisser hors de mon vagin par l’humidité de ma cyprine qui mouille progressivement ma culotte. Tout en m’embrassant divinement bien, il déboutonne fiévreusement les boutons de ma robe et introduit ses doigts sous la dentelle de mon soutien-gorge …mes seins se tendent vers lui à l’appel de ses pressions habiles, ses paumes épousent leur galbe à la perfection, il me pince doucement les pointes qui s’érigent sous ses caresses … je me cambre de plaisir par ses attouchements et sa langue quitte ma bouche pour venir mordiller et sucer mes tétons gonflés … ce qui m’arrache déjà quelques miaulements de délectation.

Sa main descend le long de mes cuisses, soulève ma robe … je sens ses doigts baladeurs frôler la dentelle de mes bas, remonter lentement vers l’intérieur de mes cuisses, se faufiler sous l’élastique de ma culotte … et tirer sur la petite cordelette de ce sextoy qui s’échappe de mon puit d’amour à présent trempé … une douce chaleur fait vibrer tous mes sens en éveil. Nos baisers reprennent de plus belle, entrecoupés de nos halètements saccadés par notre désir croissant … des frissons de plaisir nous parcourent le dos. Je lui caresse fugacement l’échine … pelote câlinement ses petites fesses que j’aime tellement mordiller aussi !

Malgré les bruits assourdis de la foule au loin, nous n’entendons que nos cœurs qui battent la chamade à l’unisson.

Il fait glisser ma culotte à mes pieds et je sens ses doigts m’écarter doucement les lèvres intimes pour s’y introduire … il me frôle le clito déjà très sensible de tant d’émoi … il caresse mon petit bouton tout gonflé, le malaxe, le titille, le tourne comme une bille luisante … je gémis et m’entr’ouvre plus largement pour lui frayer un passage … ses doigts fébriles me pénètrent et me caressent, font de lents va-et-vient dans ma grotte intime, me fouillent intérieurement, ma chair frissonne … mmmmhhhhh oh oui, c’est bon, encore … je savoure cet instant divin, les yeux fermés pour mieux jouir des sensations intenses que je ressens !!!

En ouvrant les yeux, je nous vois dans ce grand miroir au mur de l’ascenseur … moi – de face - la robe ouverte et le corps à moitié nu en toute impudeur, lui – de dos - collé sensuellement contre ma peau ! Cette vision d’exhibition bien malgré moi décuple encore mon excitation et je veux absolument lui procurer autant – voire plus - de plaisir que je m’étais promise de lui offrir. Je me libère donc de son emprise, le pousse contre le miroir et entreprend de le dévêtir lentement … je couvre son torse dénudé de léchouilles langoureuses, je lui mordille la peau, je descends coquinement à la hauteur de son pantalon, qui ne cache plus grand’chose de son érection croissante … je dégrafe sa ceinture, descend la tirette et sort son membre viril de son carcan étroit. Je m’agenouille devant lui – mon ange / petit diable - et saisis entre mes mains ce sexe vibrant qui attend impatiemment de multiples caresses, puis grossit et se durcit à vue d’œil et à mon toucher bien dirigé … avec gourmandise je suçote son gland luisant, je lèche avidement sa hampe fièrement dressée, mes doigts lui malaxe tendrement les bourses… il commence à gémir et je m’enhardis à le prendre délicatement en bouche, à faire glisser la peau douce de sa verge le long de mon palais lubrifié par ma salive … il me caresse doucement les cheveux tout en me conduisant au rythme qu’il désire … je suce avidement l’objet de mon désir … ma langue s’agite, titille, lape les premières gouttes de son plaisir … je le sens venir par les soubresauts qu’il m’inflige en me murmurant dans un souffle « oui, ma douce chérie … encore …mmmmhhhhh …. je t‘aime » !!!

Brusquement, nous sommes dérangés avant cet instant-clef de jouissance suprême par un bruit de machinerie qui se remet en marche … oh non, l’ascenseur redémarre !!!… SVP non !!! … Sur le genoux, j’arrive fébrilement à appuyer à nouveau sur le bouton « stop » avant que nous n’atteignons un étage … Ouf … il en fallait de peu !!! Une voix de Stentor nous crie que l’ascenseur est bloqué (.. . »Tiens donc ? » …) mais que le service de maintenance est prévenu …
- « Surtout ne paniquez pas … un peu de patience … le dépannage va arriver ! » …
- « Ah, OK, pas de problème … nous allons très bien, merci !!! »
Pourvu qu’ils tardent un peu ces techniciens … le bruit diminue au loin, mais nous sentons que des gens ne sont pas très loin, qu’à chaque moment nous risquons d’être repérés et de provoquer un esclandre.

Tout tremblants d’émotions interrompues, les yeux dans les nuages, nous haletons de plaisir et de la frayeur grisante d’être surpris en pleines folies coquines. Il nous reste quelques instants érotiques à partager dans ce petit local public et nous comptons bien en profiter jusqu’au bout. Encore électrisés par nos vibrations complices, nous nous serrons à nouveau très fort l’un contre l’autre et nous couvrons de baisers ardents, ma chatte est trempée d’excitation devant sa queue tendue à l’extrême, une érection digne de Priape ! Malicieusement, il me tourne dos à lui en me chuchotant « Laisse-moi te prendre … te pénétrer…ma douce chérie, je veux un orgasme partagé au fond de ta grotte » … Je ne peux résister à une telle invitation et instinctivement, je courbe l’échine et lui offre mes courbes accueillantes, le vagin béant et la cyprine dégoulinante. Je le sens lentement glisser le long de ma fente … son gland me frôle l’orifice, tourne autour, me fais languir … ma main le rejoint sur mon clito surchauffé, que je caresse doucement, que j’astique fiévreusement … je guide son gland vers mon antre d’amour …et il s’introduit d’un coup franc au plus profond de mon être dans un grand cri rauque commun !!!

Je m’appuie contre ce mur de fortune, et me cambre plus fort pour accentuer l’effet de nos deux membres emboîtés. Il s’agrippe à mes hanches … s’arc-boute plus fort … me pistonne le vagin de grands coups nerveux … mon écrin tout chaud palpite de plus en plus rapidement … la rencontre de nos moiteurs fait de petits bruits de clapotis en cadence … nous atteignons rapidement ce point de non-retour … il gémit … je pousse des petits cris rauques … je resserre ma vulve sur son membre pour le garder au fond de moi … sa verge me stimule de petites vibrations saccadées … il parvient à haleter « … ma douce chérie, je viens … oh ouiiiiiii « … je lui crie mon plaisir imminent … et notre jouissance explose violemment ! Il expulse sa chaude semence au fond de mon trou en feu et nous hurlons notre extase sans plus aucune retenue, nos corps parcourus de frissons magiques …

Il nous faut un petit moment pour reprendre nos esprits, nous flottons tous les deux hors du temps et de l’espace … nous soupirons d’aise et de plaisir assouvi … nous savourons ce moment unique d’intimité et de sensualité partagées. Lentement, les pulsions de nos cœurs se calment, nos respirations retrouvent un rythme normal, et nous nous sourions tendrement sous un baiser passionné …
- « Bon anniversaire, mon ange / petit diable » lui dis-je langoureusement.
- « Quel merveilleux cadeau … merci, ma douce chérie » me répond-il, tout câlin.

Dernière interruption dans nos ébats : un bruit infernal nous ramène brusquement à la réalité, car l’ascenseur semble reprendre vie grâce au fameux dépannage annoncé à grands cris. Affolés par le lift qui entame sa montée, nous nous rhabillons en toute hâte ... enfin, juste de quoi être plus ou moins présentables à la vue éberluée des techniciens, lorsque les portes s’ouvrent … j’ai juste eu le temps de reboutonner ma robe et de glisser mes sous-vêtements dans mon sac, tandis qu’il a refermé son pantalon mais a toujours un pan de chemise qui flotte au vent ! Nous sommes tout en sueur, malgré le temps encore frais dehors et mes cheveux sont en bataille … mais nous sortons dignement de cet ascenseur du 7ème ciel, « mine de rien », les joues rosies d’ivresse … nous nous dirigeons prestement vers la sortie du centre commercial main dans la main et surtout sans nous retourner … et ce n’est que sur le parking, que nous éclatons d’un grand rire de connivence coquine !!!

Avant d’aller au restaurant, il est plus qu’indispensable que nous fassions un détour par la maison, afin de prendre une douche rafraîchissante et un petit apéritif de remise en forme … au prochain anniversaire et à l’assouvissement de notre futur fantasme, mon tendre amour !!!
4 vote(s)


Vous avez aimé ce récit érotique ?


Commentaires du récit : L'ascenseur vers le 7ème Ciel ...

Aucun commentaire
Pour poster un commentaire ou faire un signalement, vous devez être connecté !



Histoire précédente <<<
>>> Histoire suivante