ACCUEIL > Voyeurisme > Récit : Le rêve

Le rêve

-2

Lue : 2378 fois - Commentaire(s) : 0 - Histoire de fabrissa postée le 16/12/2012
Même si la curiosité est un vilain défaut, je regarde par la fenêtre. Le sexe du voisin est énorme tellement il bande. Juste assise en face de lui, sa femme ou son amie, je ne sais. Elle est à peine habillée avec un châle vert sur les épaules. Son regard est vers la queue. Il se branle lentement. Il s’approche d’elle qui ouvre la bouche. Sans entrer il éjacule sur elle. Je regarde la suite en mouillant. Il se retire, elle avale.

Je ne me tiens plus, mes doigts s’agitent sur ma chatte. Je sais que je vais jouir aussi. Je tombe sur le lit en jouissant. Ce n’est pas assez, je recommence en pensant à mes voisins. Je veux la voir encore en me branlant. Je cesse juste pour me lever et voir.

Ils ont fermé les fenêtres. Tant pis pour moi. Je me contenterais de mes fantasmes.

Je suis avec la fille dans sa chambre. Elle me plait avec ses cheveux longs tombant en cachant ses seins. Je la veux pour la faire jouir, pour qu’elle me suce longuement, que sa langue se perde dans le vagin ou l’anus. Ma langue frotte sa chatte, je la goûte, je m’en repais. Comment est-il possible d’avoir une chatte si belle, si agréable. Mes mains caressent tout le corps que j’aime. Ses tétons durcissent quand je passe ma main. Il me semble que son clitoris se gonfle sous ma langue.

Elle aussi me caresse. Ses mains sur moi sont électriques. Je frissonne pendant qu’elle me pelote. Elle sait exactement où aller quand elle dérive sur le ventre. Elle s’arrête un instant sur le nombril. Ses deux mains enserrent mes fesses. Elle les écarte presque trop. Non, ce n’est pas vrai, elle caresse le cul. Il s’ouvre doucement. Un doigt, un seul entre. Il coulisse dans le trou. Je garde mes cuisses bien écartées. Qu’elle entre encore un peu.

Elle en décida autrement quand elle entre deux doigts dans l’autre trou. Elle me baise presque normalement. Je ne résiste pas, en levant le bas ventre j’arrive à mieux sentir cette double caresse. Son souffle passe sur le bas ventre. Je la veux avec sa langue sur ma chatte. Mais qu’est-ce qu’elle attend pour me lécher.

Elle m’enjambe ? Je sens sa chatte sur ma bouche. En sortant la langue je la goute encore. Ma langue arrive à entrer dans le trou, y rester longuement en remuant simplement le bout. Elle me fait jouir.

Elle reste comme elle est, toujours active. J’ai plein de spasmes. Elle garde sa langue dans mon corps. Je continue à la lécher sans me lasser. Pourquoi elle attend autant de temps pour jouir elle aussi. En changeant le bout de la langue, j’arrive finalement à l’envoyer dans le monde des plaisirs de Lesbos.

Nous restons liées par le plaisir. J’ai besoin d’une pénétration. Elle a un gode qu’elle entre doucement. Elle me baise au moins aussi bien que mon mari. Le gode et un doigt dans l’anus me font partir plusieurs fois. C’est meilleur qu’avec une vraie bite. Normalement une pine réelle après une jouissance s’arrête. Là, elle continue ses va-et-vient. Je peux serrer ma chatte plus longuement.

Elle va où j’espère. Elle pose le gode juste à l’entrée de l’anus. Elle ne va pas m’encule avec le gode et le doigt. Pourquoi ne pas essayer ? Je m’ouvre le plus possible. Je sens qu’elle entre. Elle fait des aller et retours. Et son doigt ? Elle ne l’a pas mis. Tant mieux d’un côté.

Elle embrasse ma chatte. Je lui donne ma cyprine avec plaisir. Elle me tourne en levrette. Je suis disponible pour ce qu’elle veut, même une autre bite dans le con. Avec elle les doubles sont excellents. Elle passe sous moi, me donne son con. En 69, l’étreint entre femmes est extraordinairement bon. Nous pouvons échanger nos jus.

Mais où est-elle passée. Ha oui mon fantasme…. !
4 vote(s)


Vous avez aimé ce récit érotique ?


Commentaires du récit : Le rêve

Aucun commentaire
Pour poster un commentaire ou faire un signalement, vous devez être connecté !



Histoire précédente <<<
>>> Histoire suivante