PAGE D'ACCUEIL > Candaulisme > Récit : Ma femme timide, baisée

Ma femme timide, baisée

+264

Lecture : 91857 fois - Commentaire(s) : 4 - Histoire de Gypsie postée le 24/01/2009
Cams coquines
Ma femme Nathaly est plutôt jolie. Pas un visage top modèle, mais un corps à faire tourner les têtes de bien des mecs. Nous avons un terrain en campagne avec une petite roulotte et nous allons souvent passer le week-end. Mon voisin Jean, un homme dans la trentaine, aux allures rocker, cheveux longs, trouve ma femme superbe et m’a avouer bander quand il la voit.

Ma douce a toujours porté des vêtements assez ajustés et même à la roulotte, elle porte souvent des jolies petites jupes qui sont quand même assez courtes. Elle aime bien exciter et souvent, lorsque nous roulons en voiture, sa jupe est bien remontée sur ses cuisses à un point tel que les routiers en ont plein la vue. Nathaly est très féminine et ne porte que de jolis sous-vêtements dont la majorité, sont quasi transparents. Alors, lorsque nous passons à côté de ses poids lourds, je ralentie pour laisser leur laisser le temps de la regarder. Je suis un peu jaloux de nature, mais quand elle ose s’exposer comme ca, ca m’excite à un point tel qu’il me passe des visions et je l’imagine, prise avec un de ces étrangers et elle se fait baiser. Elle s’imagine que je ne me rends pas compte de ce qu’elle fait, mais je vois bien que ca l’excite. Ses mains tremblent et sa respiration roule à un rythme très élevée.

Un de ces week-end, nous avons décidé de se rendre à notre terrain et rester là jusqu’au lendemain. Naturellement, Nathaly était en jupe et comme nous avons une bonne heure de route à faire, elle a encore fait plaisir à bien des routiers. A notre arrivée, Jean était dehors et nous l’avons salué. Après s’être installé, Jean m’a fait signe de la main pour aller le voir. A mon arrivé, il m’a offert une bière et avons discuté de différents sujets, jusqu'à ce qu’il voit Nathaly sortir de la roulotte. Elle est allée à notre table pique-nique pour la nettoyer et elle s’est penchée pour l’essuyer avec un linge. En se penchant, Jean a vu sa petite culotte et m’a tout simplement dit que s’il ne me connaissait pas, c’est certain qu’il la sauterait, tellement il la trouve jolie. Ses paroles ont fait montées mon excitation et il me passe par la tête de tester ma douce petite femme.

Je raconte à Jean comment elle exhibe sa petite culotte transparente et il est vraiment surpris d’entendre ce que je lui raconte. Il n’y croit pas, de voir cette petite poupée timide, petite femme délicate, oser se montrer comme ca à des étrangers. Je regarde Jean et lui avoue que je veux la tester, afin de savoir si elle m’est fidèle. Alors il me demande ce que je veux faire. Je le regarde et lui dit que je vais partir pour une heure au village et lui demande s’il veut bien essayer de la sauter, pour voir sa réaction. Il me regarde d’un air surpris et me demande si j’ai vraiment pensé à ce que je viens de lui demander. Je lui avoue que j’ai des doutes et qu’il est le gars parfait pour faire cette expérience. Alors il me sert la main en signe d’accord et je lui confirme que dans une demi-heure, je serai parti et à mon retour, discrètement, il devra tout me raconter, en détail.

Je termine ma bière et je vais rejoindre Nathaly. Je m’affaire un bout de temps à l’extérieur et sous prétexte qu’il me manque un accessoire à un outil, je lui dit que je vais au village aller retour. Alors je prends la voiture et je vais stationner un peu plus loin pour revenir à travers le bois, trouver un endroit ou je pourrais observer l’arrivée de Jean. A mon arrivée, Jean est déjà sur notre terrain et parle avec Nathaly. A un certain moment, elle entre dans la roulotte pour probablement aller chercher à boire, mais voilà que Jean entre derrière elle. J’ai attendu, espérant toujours que Jean allait sortir en peu de temps, mais voilà que quinze minutes, trente minutes passent et Jean est toujours à l’intérieur. J’imagine le pire, je bande et respire difficilement. Encore plusieurs minutes passent et voilà Jean qui sort de la roulotte et se dirige vers sa maison.

Il est demeuré plus d’une heure et Nathaly est toujours à l’intérieur. Je prends le chemin du retour par le bois et revient quelques minutes plus tard. A mon arrivée, Nathaly est assise dehors, étendue sur une chaise longue, livre à la main, comme s’il ne s’était rien passé. Je débarque de la voiture, je vais la voir, l’embrasse sur la joue et lui dit que je n’ai pas trouvé ce que je cherchais. Je lui demande ce qu’elle a fait en mon absence et me répond qu’elle a terminé de vider nos valises et qu’elle a décidé de se reposer et ne m’a pas parlé de Jean. J’étais plutôt surpris de sa réponse et j’avais bien hâte de voir Jean, afin qu’il me raconte le temps qu’il a passé avec elle.

Après une heure, je n’en pouvais plus et j’ai crié à Nathaly que j’allais voir Jean pour lui demander s’il n’avait pas la pièce que je cherche pour mon outil. Elle a continué à lire son livre comme si de rien n’était. Je vais cogner à la porte de mon voisin et il vient m’ouvrir. Il me regarde en souriant et me demande si je veux une bonne bière. Alors on s’installe à la cuisine et lui demande avec impatience s’il s’était passé quelque chose avec ma petite femme. Il me regarde et me demande si je suis prêt à entendre ce que je doutais. Je lui demande d’arrêter ses préliminaires et de me raconter. Il me raconte que dès que je suis partis, Nathaly est allé voir ses fleurs et a commencé à enlever les mauvaises herbes et elle était écartelée assez largement, mais semblait le faire sans s’en rendre compte et ne s’est pas aperçue qu’il la regardait. Jean m’a fait part qu’elle l’avait vraiment excité.

Après quelques minutes, elle s’est levé et s’est dirigé vers la roulotte et est entrée. Il me raconte qu’il a traversé le terrain et a cogné à la porte et est entré. Nathaly était à se laver les mains. Elle l’a regardé, surprise de son intrusion. Il a demandé si j’étais là et lui a dit que j’étais parti au village. Il s’est avancé vers elle sans parler, l’a regardé dans les yeux et elle semblait paralysée. Il s’est avancé et elle a reculé jusqu’à ce qu’elle soit acculée au lit. Il a posé une main derrière son dos pour l’attirer vers lui et elle a appuyé ses bras sur sa poitrine et tremblait. Il a glissé sa main vers ses fesses et les a caresser pendant un moment. Il a posé son autre main sur sa hanche en remontant lentement vers ses seins. Il lui empoigne un sein en le malaxant fermement pendant un moment et ensuite, toujours en la maintenant par les fesses, descend sa main le long de son corps, caressant sa hanche au passage puis descend pour atteindre sa cuisse. Il remonte sa main lentement en relevant sa jupe, glisse vers le haut jusqu’à son ventre et descend lentement. Ses doigts glissent à l’intérieur de sa petite culotte. Nathaly recule son bassin pour empêcher que sa main continue son intrusion, mais il appuie fermement sur ses fesses pour la maintenir et continue à descendre pour atteindre sa mince toison qu’il a caressé pour se délecter de cette sensation. Il continue à descendre pour atteindre son clitoris a commencé à le stimuler avec un de ses doigts.

Il me raconte que ma douce femme s’est agrippée à son bras, le maintenant fermement, mais qu’il a continué à descendre sa main, a pris deux de ses doigts pour séparer les lèvres de son sexe pour ensuite osciller à son ouverture. Il s’est humecté de son jus, confirmant qu’elle était excitée. Ensuite il à commencé à introduire ses doigts entre ses lèvres pour glisser lentement dans son vagin pour les entrer et sortir par des mouvements de va et vient. Les mains de Nathaly se sont desserrés et ont commencés à suivre le mouvement de son bras. Elle a commencé à gémir et sa respiration s’accentuée. Jean me raconte qu’elle a écartelée les jambes et il a inséré un troisième doigt dans son sexe. Elle a gémit encore plus fort et s’est agrippée à son bras, le maintenant fermement.

Quelques secondes plus tard, elle a jouie en s’exclamant comme une petite chatte. Il s’est retiré, l’a prise par les épaules pour la coucher sur le lit, sans aucune résistance. Il a monté ses mains sur ses cuisses pour atteindre sa petite culotte et la faire glisser le long de ses jambes pour la libérer du morceau de tissus. Ensuite il l’a écartelée pour admirer son petit sexe bombé. Son clitoris sort de ses lèvres et Jean me raconte qu’il n’a jamais vu un sexe de femme aussi bien fait et aussi invitant. Un bijou de la création. Alors il s’est avancé pour plonger sa tête entre ses cuisses, poser sa langue sur ses lèvres , effleurant son clito et ensuite, poser sa bouche sur son sexe pour la dévorer sauvagement, jusqu’à mordiller le petit bouton sensible de son sexe. Il l’a regardé s’agripper au matelas pour atteindre un deuxième orgasme. Sans lui laisser le temps de récupérer, il a baisser son jeans et son short pour libérer sa queue bandée, positionner son gland sur la chair tendre de ses lèvres pour glisser sa verge à l’intérieur de son sexe. Elle a commencé à gémir, accompagnant le va-et-vient de son sexe. Jean m’a raconté que ses gémissements étaient presqu’une mélodie et qu’elle était vraiment excitante. Il a pris peu de temps à venir et remplir sa chatte de son sperme.

Ensuite il s’est retiré, l’a prise par la main pour l’aider à s’asseoir et a pris sa queue pour poser le gland sur ses lèvres. Elle a commencée à lécher son gland pour ensuite l’envelopper de ses lèvres. Il me raconte comment elle lui a divinement sucer le bout de son sexe, prenant tout son temps pour le déguster. Il s’est mis à bander à nouveau en peu de temps et l’a laissée déguster de son gland pendant plusieurs minutes. Ensuite il a posé sa main derrière sa tête pour lui pousser la longueur de sa verge au fond de la gorge. Il a commencé à se balancer dans sa bouche et il a éjaculé dans sa bouche, la maintenant fermement pour qu’elle avale toute sa semence. Ensuite il s’est retiré pour la laisser respirer et finir d’avaler le reste de son sperme et lui a demandé de recommencer à le sucer. Elle a recommencée sans protester, s’attardant encore au gland. Une fois qu’il a été bien bandé, il lui a demandé de se coucher sur le ventre en prenant soin de placer deux oreillers sous elle pour relever son joli cul. Il a posé son gland sur ses lèvres et s’est enfoncé d’un trait, au fond de son sexe. Ensuite, il a pris un doigt pour le glisser vers l’autre orifice et l’a enfoncé profondément entre ses fesses. Après quelques minutes, elle a commencée à gémir de plus en plus fort pour atteindre un nouvel orgasme et en peu de temps il a jouit à nouveau dans son sexe.

Voilà la version de ce qui s’est passé en mon absence. Pourtant, à mon retour, j’ai dit à Jean qu’elle avait l’air bien détendue et que rien ne paraissait dans son attitude. Jean, m’a avoué que Nathaly, au fond d’elle, c’est une belle salope. D’après lui, ce n’était pas la première fois qu’elle avait une aventure du genre. Même si j’étais bandé de savoir qu’il l’avait baisée, j’étais quand même choqué de devenir cocu, mais il fallait ne rien laisser paraître face à Nathaly. J’ai avoué à Jean que si j’en avais le pouvoir, je la ferais baiser par plusieurs gars, jusqu’à ce qu’elle supplie d’arrêter. Jean me demande si réellement je le ferais. Je lui ai avoué que de la voir avec plusieurs gars a toujours été mon plus grand fantasme, mais que j’ai toujours gardé cette fantaisie dans ma bulle.

Il me regarde et me demande si je veux réaliser ce fantasme. Je le regarde en interrogation et lui demande quel serait son plan. Il me raconte que demain soir, il fait un party de gars et qu’il a invité ses chums. Il pense qu’ils vont être une trentaine, s’ils viennent tous et qu’il peut arranger ca avec quelques gars qu’il connait bien. Il me demande à nouveau si je veux la voir se faire baiser par d’autres gars. Il me demande d’y penser car une fois qu’il en aura parlé à ces gars, il va falloir que je leur laisse ma douce petite femme et que je ne pourrai pas revenir en arrière. Je lui demande à quoi les gars ressemblent. Il me décrit le premier comme un gars de 6 pieds et un peu plus, environ 170 kilos, chauve et une longue barbe rousse. Le deuxième à les cheveux assez longs, barbe de trois jours, grand au dessus de 6 pieds lui aussi et assez forte musculature. Les autres et je ne te dis pas combien, sont du même style. Parmi l’un d’eux, il y a un gars qui s’appelle David et il parait qu’il a un membre incroyable. C’est une bonne amie qui se l’est tapé un soir et m’a avoué avoir eu peur, quand elle a vu son sexe sortir de son jeans. Alors, tu décide quoi!!! Je regarde Jean un moment, prend ma dernière gorgée de bière en pensant à ce qu’il vient d’arriver et donne mon accord pour qu’il lui organise une petite fête…. A suivre.
266 vote(s)


Vous avez aimé ce récit érotique ?


Commentaires du récit : Ma femme timide, baisée

Le 2018-03-05 17:16:10 par murene13
comment connaitre la suite de ce récit...avec beaucoup de plaisir !!
Le 2016-12-27 04:49:10 par Maitre et Candauliste
Superbe histoire, j'adorerais avoir une épouse coquine de la sorte; Vivement la suite.
Le 2014-11-11 02:00:05 par foudespit
J'ai beaucoup aimé, c'était excitant. J'ai hâte de lire la suite... ;)
Le 2009-04-11 07:23:31 par Nad69
Pas mal du tout, à quant la suite... (ps: j'aimerais être cette Nathaly)
Pour poster un commentaire ou faire un signalement, vous devez être connecté !



>>> Histoire suivante