ACCUEIL > En groupe > Récit : Pari perdu pour Justine

Pari perdu pour Justine

+8

Lue : 17396 fois - Commentaire(s) : 0 - Histoire de ian62 postée le 08/02/2012
Il y a comme ça des personnes qui n'ont qu'une parole. C'est le cas de Justine. Suite à un pari, un peu saoule, elle accepte le gage d'aller sucer un illustre inconnu dans une maison.

Elle porte une robe fendue de part l’arrière, le dos nu et l’avant relié à un col. Les seins sont aussi mis en valeur par un décolleté suggestif. Les hauts talons sont de rigueur avec là aussi une fermeture par col au niveau de la cheville. Revêtue d’un manteau, elle a pour mission de se rendre chez un homme, âgé de soixante-cinq ou plus.
Justine prétexte une enquête pour une société de sous vêtements. Elle se présente à la porte que je lui désigne. Un homme lui ouvre et lui demande ce qu’elle veut. Justine met toute son «énergie» pour pouvoir entrer. A son grand étonnement elle aperçoit trois autres hommes dans la pièce en train de jouer aux cartes.

Justine risque gros. Elle sait que les hommes n’aiment pas être dérangés dans ce genre de situation. D’ailleurs, dès qu’elle avance dans la pièce, un des hommes assène un juron pour lui indiquer qu’elle n’est pas la bienvenue. Par chance, les deux autres hommes ont un regard plutôt positif envers elle.
Une chaleur importante règne dans la maison. A cet âge là, ils sont un peu frileux... Justine enlève son manteau délicatement pour continuer à capter l’attention de ces deux spectateurs attentifs. Devant spectacle, nos deux acolytes s’empressent de montrer une certaine amabilité tout en prévenant le lanceur de juron de ne plus recommencer. Ce dernier, la regardant un peu plus, ne pu s’empêcher de passer la langue. Ils la font asseoir tout de suite. Le maître de maison qui a ouvert la porte est déjà en train de lui verser un verre de rouge. Notre râleur la fait trinquer.
«allez ma petite demoiselle, à la votre. Il faut tout finir»

Justine engloutit le vin tellement vite, qu’elle en fait couler sur la commissure de ces lèvres. Elle sourit en reposant le verre vide comme si elle vient de remporter une victoire. Elle ne voit que l'un des hommes scrute ses seins qui commencent à balloter de plus en plus. Sa robe est de plus belle effet. Il s'aventure à sa hanche en lui posant la main dessus dés qu'il lui parle. Il descend de temps en temps sur les fesses. Il se dresse derrière elle pour la servir et en profite pour glisser une main sur son épaule et sur le haut de son sein.

Au bout du troisième verre, Justine tente de se ressaisir pour pouvoir faire son enquête. Un peu saoule, les joues légèrement rosées par la chaleur et le vin, elle tente de prendre la parole; ses gestes sont imprécis, elle croise et décroise ses jambes, son sourire est permanent avec quelques gloussements parfois.
Le maître de maison lui dit qu’elle est très belle et lui caresse le bras en même temps. Les quatre la regardent avec envie et donneraient n’importe quoi pour avoir les faveurs de Justine. Chacun d’entre eux a de l’expérience. Ils savent qu’il ne faut pas brusquer les jeunes demoiselles...

Justine a pour gage de faire une fellation et d’avaler le sperme de la personne rencontrée. Le problème est qu’il devait en avoir qu’un. Un peu interloquée, Justine se dit qu’elle fera les quatre...

Elle se lève pour prendre des papiers dans son sac. Celui-ci a été déposé par le maître de maison prés de la porte. Les deux acolytes se lèvent pour «aider» Justine. Ils la tiennent aux hanches afin qu’elle ne soit pas obligée de s’agenouiller pour prendre ses papiers. Ils en profitent pour lui mettre la main au cul. Devant l’acceptation de Justine, l’un d’eux ragaillardit, lui caresse à la fente de sa robe. Justine se redresse et sourit en regardant celui qui la caresse si impunément. Les quatre sont autour d’elle maintenant. Les veilles mains viennent caresser la douce peau de Justine. Elle abaisse le pantalon de l’un d’entre eux et vient lui lécher la bite. Elle est toute petite et recouverte de plein de poil qui la recouvre. Justine a bien du mal à la trouver. Elle met toute l'habileté de sa langue à faire redresser cette petite bite.
Derrière on s’occupe bien de son cul. Sa robe est remontée et les petits vieux la lèchent de partout. Pensez donc, un joli cul si frais. L’un deux a fait ressortir les seins de la robe. Il est vrai que cela n’était pas difficile à faire. La généreuse poitrine de Justine débordée déjà de la robe. Il suffisait de glisser les mains pour que ses seins jaillissent. Il prend beaucoup de plaisir à les tenir dans la main et à les caresser. Une langue s’introduit dans sa chatte et vient farfouiller ses lèvres. Deux mains viennent lui écarter les fesses et offrir encore plus sa chatte à cette langue malicieuse. La bite se dresse enfin mais Justine est perplexe car elle a l’impression qu’il a déjà joui...

Elle n’a pas le temps de réfléchir qu’une autre bite se présente déjà à elle. Celle-ci est déjà plus forte bien que pendante. Justine la lèche soigneusement et elle se met à grossir encore. Quelque chose de dur la pénètre, tandis que l’un des vieux râle de plaisir. Elle ne rêve pas, l’un d’entre eux la prend énergiquement avec une très grosse bite. Justine est très surprise de ce dynamisme. Ils viennent jouir tour à tour dans la bouche de Justine. Le sperme coule de sa bouche pendant qu’elle entreprend une nouvelle queue. Les râles de jouissance de Justine excitent de plus en plus les bonhommes. Chaque orifice est investi et son cul commence à être disputé. Il est vrai que cette partie du corps est d'une grande sensibilité et cela s'entend. Ils viennent y jouir à plusieurs reprises en le pénétrant profondément et avec ardeur. Les mots obscènes qu'ils emploient en l'enculant la font mouiller abondamment.

Ils l’emmènent dans la chambre juste à côté et la mettent à quatre pattes. Cette position est très appréciée pour son côté bestial et elle se cambre pour bien offrir son cul. Encore ruisselante, une langue vient lui caresser l’entredeux jambes, entre sa chatte et son cul; Justine sent le désir remonter en elle. Les coups de langues se dirigent vers les lèvres; elle écarte les fesses de plus en plus pour que la langue s’engouffre dans sa chatte.

Nos quatre bonhommes semblent maintenant éreintés par tant de générosité. Il est temps de rentrer pour Justine, je l'attendais en bas de la rue, son gage à duré de 19h à 23h. Elle me revient toute mouillée et inondée du foutre de nos quatre bonhommes.
«tu as sucé l'homme que je t'ai demandé ?»
«il y en avait quatre, je le l'ai donc sucer tous les quatre» me dit-elle avec un sourire qui en dit long sur le plaisir qu'elle vient d'avoir.
«On va boire un verre ?»
«oui, je me maquille et on y va»

Je sens qu'elle en veut plus et qu'elle souhaite finir la soirée par une nouvelle escapade. Munie de sa très belle poitrine, elle adore que l’on regarde ses seins. Dés lors, ses tétons se dressent pour rendre sa poitrine encore plus offerte. Elle aime aller dans des lieux remplis d’hommes afin de s’exhiber. Les bars sont ses lieux favoris. Nous arrivons vers 23h30 et elle me demande de s’installer sur une table seule pour que je regarde ses exploits. Rapidement elle se fait accoster et se fait payer des vodkas à tour de bras, elle adore çà. Les gars la voient rapidement désinhibée. Elle rigole de plus en plus, ses jambes s’écartent, laissant apparaître ses bas, des mains se posent doucement dessus. Elle se laisse faire, tout en les repoussant légèrement pour augmenter les désirs des hommes qui la touchent. Alors que l’excitation est à son comble parmi les prétendants, elle choisi le plus timide à qui elle demande qu’il la raccompagne.

Presque saoule, elle part, accompagnée du timide. Durant tout le trajet, Justine pousse des gémissements, se caresse, lui parle avec délectation de sujets très simples qui rende notre chauffeur dans tous ses états. Elle lui demande d’aller dans un lieu calme et discret et d’abaisser les sièges de la voiture. Là elle se met à quatre pattes et lui demande de lui lécher la chatte. Face à cette langue innocente, Justine se cambre en gémissant en disant des «oh oui, c’est bon continues, lèches-moi bien, lèche mon cul, oui comme çà, écartes mes fesses, tu vois comme tu me fais mouiller, oh oui tu es un gros cochon, tu l’aimes ma chatte, tu as envies de la prendre, oh oui lèches moi, lèches moi, lèches moi; Je vais tout te donner mon cochon; Ah oui soit cochon; Tu as envies de me prendre; Ah oui comme ça; aaAH, aAH, aAH».

Pour récompenser le timide de cette bonne lèche, Justine offre sa chatte à la bite du timide. Peu de temps après être entré, face à ce joli cul, il décharge en une minute , puis raccompagne Justine en regrettant pendant tout le trajet d’être aller si vite…
Je les suis et laisse repartir le jeune jouvenceau, avant d'aller la rejoindre pour à mon tour profiter de l'état d'excitation de son corps en demande.
8 vote(s)


Vous avez aimé ce récit érotique ?


Commentaires du récit : Pari perdu pour Justine

Aucun commentaire
Pour poster un commentaire ou faire un signalement, vous devez être connecté !



Histoire précédente <<<
>>> Histoire suivante