PAGE D'ACCUEIL > En groupe > Récit : Pierre, Paul et Jacques

Pierre, Paul et Jacques

+56

Lue : 4529 fois - Commentaire(s) : 2 - Histoire de LN78 postée le 17/12/2016
Cams coquines
Je me prénomme Estelle, j'ai 30 ans et suis en couple avec Marc depuis 3 ans. Je travaille à la Défense dans la finance. Ma vie est rythmée par le travail, les transports en commun et mon homme. Il y a quelques jours en montant dans le métro, je suis tombé sur Pierre, un garçon avec lequel j'avais fait mes études en fac. Nous ne nous étions pas revu depuis son départ aux Etats Unis. A l'époque, je traînais beaucoup avec lui et ses deux copains Paul et Jacques. Nous étions inséparables durant toutes nos études mais la vie nous avait fait prendre des chemins différents et j'étais la seule à être resté en France. Pierre était parti s'installé en Asie, à Hong Kong, Paul en Angleterre et Jacques au Luxembourg. Tous les trois avaient bien réussi et même si nous avions dans les premières années, gardé contact, petit à petit, les appels, les mails étaient devenus plus rares. Ces dernières années, j'avais juste droit à un petit mail pour la nouvelle année... C'est la vie.
Du coup de recroiser Pierre ce matin là, fit resurgir de nombreux souvenirs. Il était revenu s'installer en France après 5 ans passés dans une société chinoise et m'apprit que ses deux autres acolytes avaient également fait le chemin inverse. Ils venaient de s'associer pour créer leur société!!
Nous discutâmes jusqu'au pied de la tour où je travaillais et il me donna son numéro pour que l'on se revoit rapidement tous les quatre.

Le lendemain, je finissais plus tôt et j'appelais Pierre pour passer les voir dans leurs nouveaux locaux. Je prévenais Marc mais ne lui parlait pas des 3 garçons dont il ignorait l'existence. Je prétextais un apéro avec des copines pour pas qu'il se fasse de fausses idées...

Je retrouvais mes trois amis dans un immeuble cossu du 15ème arrondissement. Ils n'avaient pas changés. Jacques avait bien perdu quelques cheveux et Paul prit quelques kilos et une barbe fourni, j'eus l'impression de les avoir quitté la veille.
A l'époque, nous étions toujours fourrés ensemble, j'adorais sortir avec eux, accrochée à leur bras lorsque nous débarquions dans les soirées. Pourtant il ne s'est jamais rien passé entre nous, seule une solide amitié nous liait. Bien souvent nous arrivions ensemble aux soirées mais repartions soit accompagnés soit seuls.

Ils me firent visiter leurs locaux et Paul proposa d'aller boire un verre pour fêter nos retrouvailles.
Un bar au coin de la rue nous accueillit. Je m'installais sur la banquette entouré de Paul et Jacques, face à Pierre, comme au bon vieux temps!! Après quelques verres et un point complet sur nos vies actuelles, les souvenirs ressortirent dans la conversation.
L'alcool aidant, les langues se délièrent sur cette période et ils m'avouèrent qu'à l'époque, les trois auraient bien aimé partager plus avec moi et que par respect les uns pour les autres, ils avaient décidé d'un commun accord de ne jamais me faire de proposition. J'étais surprise et flattée de cette révélation.
Pourtant d'après ce que me dit Paul, ce n'était pas l'envie qui leur manquait!!
J'avoue qu'à l'époque, moi aussi j'avais eu des vues sur eux, et surtout sur Pierre que je trouvais craquant, mais qu'au risque de gâcher l'harmonie du groupe, je n'avais jamais rien tenté.

Ce soir là nous restâmes jusqu'à minuit passé dans ce bar. Le patron nous servit des assiettes de charcuterie et les anecdotes des uns et des autres déclenchèrent régulièrement de bons éclats de rires.

En sortant du bar, ils m'accompagnèrent jusqu'à mon immeuble qui était quelques rues plus loin. Comme par le passé, je m'accrochais aux bras de mes amis. Jacques comme d'habitude marchait devant en faisant le pitre et en nous faisant rire.

Ils me laissèrent remonter chez moi et nous nous promîmes de nous revoir très vite.

Dès le lendemain, je retrouvais dans ma boîte mail, un message de Paul qui proposait qu'on se fasse un petit week-end tous les 4 dans la maison de campagne de ses parents. Nous y avions passé plusieurs jours à l'époque de nos révisions et je trouvais l'idée super. Je trouvais une excuse bidon pour Marc afin une nouvelle fois qu'il ne s'imagine pas n'importe quoi et le samedi en question, je retrouvais mes trois compères. La maison était situé à deux petites heures de Paris, non loin des plages de Normandie.
La maison était telle que dans mon souvenir. Ses parents y venaient de façon occasionnelle mais elle était toujours parfaitement entretenue. En voyant la piscine, je me souvins des fous rires que nous y avions eu.

On s'installa et Paul me laissa sa chambre, tandis que Pierre et Jacques occupaient la chambre d'ami, lui prendrait celle de ses parents.

A peine les valises posées, Jacques vint taper à la porte de la chambre. J'ouvrais et le découvris en caleçon de bain, un serviette sur les épaules.
- allez tout le monde dans la piscine!!! dépêches toi, on t'attend!!!

J'enfilais mon deux pièces et parti les rejoindre.

A mon arrivée, alors qu'ils chahutaient, ils arrêtèrent et leurs regards se braquèrent sur moi. Je n'étais plus la fille filiforme d'il y a 10 ans, j'avais pris quelques kilos mais qui s'étaient plutôt bien placés et qui à priori ne déplaisaient pas à ces messieurs!

Je me glissais dans l'eau et fus vite éclabousser par Jacques, qui comme à son habitude ne pouvait s'empêcher de déconner!!

On pataugea pendant un bon moment puis on s'installa dans les transats. Paul nous servit un verre de vin en attendant que le barbecue que venait de mettre en route Jacques ne soit chaud.
Je remarquais régulièrement le regard des trois homme sur mon anatomie. Ils m'avaient déjà vu en maillot, mais à l'époque, mes fesses étaient moins rebondies, mes seins plus petits et surtout j'avais tendance à mettre des "une pièce" qui écrasaient un peu ma poitrine.

Jacques nous appela, la côte de boeuf était prête.

On s'installa autour de la table et on se jeta sur la nourriture.

- Je ne me souvenais plus que tu étais aussi sexy en maillot!!! me dit Paul.
- merci, t'es gentil... j'ai pris un peu de poids... je remplis davantage mes maillots!!
- ça te va très bien... tu es plus... comment dire... pulpeuse renchérit Pierre
- c'est clair, t'es carrément ban... euh... Jacques, sur le ton de la plaisanterie commença à bafouiller...
- ban.. quoi? bandante, c'est ça que tu voulais dire!!
- bah oui, faut appeler un chat un chat dit il en riant !!
- tu veux dire une chatte dit en riant Paul

Un éclat de rire général s'en suivit. Mais soudain, je me rendis compte de la situation, moi en maillot, plutôt sexy, au milieu de trois hommes qui par le passé avait eu des sentiments forts pour moi... la situation n'était pas banale et commençait à me troubler.
Après le repas, on prit un petit digestif sur les transats sous le soleil de ce mois de juin. Tandis que je discutais avec Jacques, Pierre et Paul semblait également en pleine discussion à quelques mètres en nous regardant.
On passa l'après-midi entre la piscine et les transats, Paul ne lésinait pas sur les cocktails et entre l'alcool et le soleil, je commençais à avoir franchement la tête qui tournait.
Lorsque nous étions dans l'eau, les garçons n'arrêtaient pas de chahuter et je ne sais pas si c'était une vue de l'esprit mais je les trouvais de plus en plus.. tactiles. Des mains effleuraient mes fesses sous l'eau, dans le feu de l'action, l'un ou l'autre m'attrapait par la taille pour me faire valser au fond de l'eau et dans ces cas, les mains, surtout celles de Paul, avaient tendance à s'approcher dangereusement de mes seins.
Je n'y prêtais pas plus attention que cela, submergée par l'euphorie qui régnait.
Sauf qu'à un moment, à force de chahuter, je ne me rendis pas compte tout de suite que mon haut de maillot avait glissé et qu'il dévoilait une bonne partie de mes seins. C'est finalement la bouche ouverte et le regard médusé de Jacques qui me permit de m'en rendre compte. Après avoir remis de l'ordre dans ma tenue, je sortis de l'eau. J'avais vraiment trop bu et je préférais m'allonger sur un transat.

En fin d'après-midi, Paul proposa d'aller dîner dans un restaurant très sympa en bord de mer. Tenue correcte exigée nous précisa-t-il.
A tour de rôle on passa dans la salle de bain. Je n'avais pas vraiment prévu de tenue chic pour une soirée mais j'avais tout de même dans mes vêtements un pantalon noir, une paire d'escarpins et une nuisette en soie qui ferait, une fois rentrée dans le pantalon, un haut très chic et sexy comme j'aime.

En me voyant arrivé dans le salon, les trois garçons qui m'attendaient ne tarirent pas d'éloge sur ma tenue. C'était très flatteur.

Arrivé au restaurant, ils ne furent pas les seuls à me trouver jolie étant donné le nombre de regards qui me suivirent jusqu'à notre table.
L'endroit était superbe, la vue magnifique et le repas fut délicieux.
De retour à la maison, Paul proposa un dernier verre avant d'aller nous coucher.
On s'assit dans les profonds canapés en cuir.
- alors Estelle, tu nous as toujours pas parlé de l'homme qui partage ta vie? me demanda Pierre.
- non... on est entre nous, je ne veux pas vous embêter avec ça...
- il te laisse partir avec trois hommes en week-end,.. il a confiance!! renchérit Jacques
- euh... en fait il ne le sait pas... je lui ai dis que j'étais avec des copines
- ah bon?? il est jaloux?
- non enfin je ne crois pas mais ça ne sert à rien de l'inquiéter pour rien...
- pour rien?... tu ne sais pas... peut être qu'on t'a fait venir pour abuser de toi!!! dit Paul en riant
- ahaha... vous n'avez rien tenté il y a 10 ans, c'est pas pour le faire aujourd'hui...
- à l'époque tu aurais pu craquer pour l'un d'entre nous demanda Paul.
- euh... peut être...
- tiens et si on jouait à un petit jeu... proposa Jacques
- à quel jeu tu penses demanda Pierre
- Action ou Vérité!!!
- ah non pas ce jeu débile dit Paul, les gens sont jamais sincères à ce truc là...
- On se connaît bien... on sait qu'on sera sincère dit Jacques... qu'en penses tu Estelle?
- pourquoi pas mais dans ce cas, on est tous d'accord on répond honnêtement!
- ok ca me va dit Pierre.
- Honneur aux dames dit Jacques
- Très bien... je vais enfin pouvoir savoir... Paul, action ou vérité?
- Vérité!
- as tu couché avec Sabine? Sabine c'était une fille très moche en fac et lors d'une soirée où Paul avait particulièrement bu, elle lui avait sauté dessus et ils avaient disparu une partie de la soirée, Paul n'avait jamais avoué mais on était sûr qu'ils avaient couchés ensemble.
- ah mais oui, la fameuse Sabine s'esclaffa Jacques!!!
- ok... oui j'ai couché avec elle... et j'en suis pas fier du tout!!!! dit Paul en hochant la tête, honteux
On ria de bon coeur devant sa gêne
- ok, à moi donc... Estelle, action ou vérité?
- hummm... vérité...
- avec lequel de nous trois tu aurais aimé avoir plus qu'une amitié?
- euhhh... Pierre... à l'époque il me faisait craquer...
- plus maintenant s'empressa de demander l'intéressé?
- c'est plus pareil maintenant... j'ai un copain...
Je vis la mine déçu de notre ami devant ma réponse.
- bon ok... au suivant... Jacques?
- vérité!
- te souviens tu de cette fois où je suis rentré dans ta chambre et où tu avais l'air super gêné... tu te droguais c'est ça?
- tu veux dire cette fois là où tu étais venu dormir chez mes parents?
- oui!
- euh non pas du tout... je ne me droguais pas, d'ailleurs, j'ai jamais touché à rien...
- ah bon, j'ai toujours cru... mais alors pourquoi...
- euh...comment dire...
- il se branlait je suis sûr!!!
Jacques prit un air gêné...
- exact... je caressais paupaul !!!
- ah bon... je comprends mieux alors!!
- toi t'as Estelle chez toi, et tu te branles dans ta chambre!!! le chambra Paul... tu l'avais vu à poil dans la salle de bain ou quoi...

Un silence gênant s'installa. Jacques avait baissé les yeux.
- non, tu m'avais vu dans la salle de bain?? lui demandais-je inquiète
- ouais...t'avais pas fermé le loquet et quand je suis rentré, t'étais sous la douche. Je n'ai pas pu m'empêcher de te regarder...
- ah le salaud lança Pierre, tu nous avais caché ça!!
Je souris en voyant la tête gênée de Jacques.
- c'est bon y'a prescription maintenant lui dis-je.
L'ambiance était détendue et on riait en se regardant les uns les autres. Paul continuait de nous servir du jet 27.
- à mon tour Estelle, action ou vérité?
- tiens on va changer... Action!
- ok... super... hummm que je réfléchisse... aurais tu le courage de nous montrer tes seins... tu as vu qu'on lorgnait dessus depuis ton arrivée... et qu'on aimerait bien les voir!!!
- carrément!!
- on a dit qu'on jouait le jeu dit tout de suite Paul que mon action mettait en joie.
- ok...
Je me levais et tirais sur le tissu de ma nuisette, la faisant largement remonté au dessus de mes seins. Je glissais ma main dans mon dos et après une ou deux contorsions, je déposais mon soutien-gorge sur la table. Mes seins lourds et fermes apparurent sous les yeux médusés des trois hommes.
- voilà c'est bon, vous avez vu!!!
- magnifique!!! lâcha Jacques
- ils sont superbes... renchérit Pierre
Je rabaissais ma nuisette sans remettre mon sous-vêtement. Mes tétons pointaient sous le fin tissu. J'avoue j'avais été excitée de me dévoiler ainsi.
- Pierre Action ou Vérité?
- Vérité...
- Combien as tu eu de partenaires depuis la fac?
- combien? euh... je ne sais pas trop...
- tu rigoles, y'en a pas eu tant que ça tout de même!!! lui demandais je en riant.
- bah, tu sais les asiatiques sont friands des français alors j'ai été pas mal sollicité...
- je comprend...
- mais pas une ne t'arrivait à la cheville!!!
Je lui souris gênée et flattée.
- ok à moi...Estelle, action ou vérité?
- euh... je suis joueuse, je vais continuer sur l'action...
- ok... on en rêve tous mais je sais que pendant un paquet d'années,Paul a rêvé de toi... je voudrais donc que tu l'embrasses... sauf bien sûr si Paul ne le souhaite pas!!!!
- si, si!!!! avec plaisir, dit Paul en jubilant.
Je me levais et m'approchais de Paul qui s'était également redressé. Son visage était face au mien. Je pris sa tête dans mes mains et posais délicatement mes lèvres sur les siennes. Sa langue glissa contre la mienne. Notre baiser fut torride, sensuel et terriblement excitant. Il embrassait vraiment très bien et nous restâmes un moment incroyablement long soudés l'un à l'autre. Je sentis mes mains sur mes hanches et instinctivement j'avançais mon bassin vers lui. Mon bas ventre entra en contact avec la bosse de son sexe.
Ma culotte devait être trempée, tellement j'étais soudainement excitée.
Je relâchais enfin mon étreinte sous les applaudissements de Jacques et de Pierre.
Paul tapa dans la main de son ami qui venait de lui offrir ce plaisir sur un plateau.
La soirée commençait doucement à déraper, je le savais mais j'en avais terriblement envie. Nos regards se croisaient. Je voyais leurs yeux briller d'excitation. J'avais les cartes en main et ils n'attendaient que mon feu vert. Je sentais leur désir pour moi et j'étais incapable d'en choisir un, j'avais envie de serrer les trois dans mes bras... Que m'arrivait-il, quelle folie allais-je faire.
- ok... ok... action ou vérité?
- pour qui demanda Paul?
- pour vous trois!
Ils se regardèrent et en coeur répondirent Action!
Je souris en entendant leur réponse.
- très bien... puisqu'il semble que vous ayez tous les trois du désir pour moi, je vous propose de vous caresser devant moi. Le premier qui jouit aura le droit de m'emmener dans sa chambre...
Je vis les yeux écarquillés des trois hommes. Paul dégaina immédiatement son sexe, déjà bien gonflé par le baiser précédent.
Je lui fis un signe d'approbation en découvrant un sexe large et de belle taille. Il commença immédiatement à se branler en me regardant des pieds à la tête. Jacques et Pierre se regardèrent et commencèrent à dégrafer leur pantalon. Pierre se leva et fit descendre son pantalon et son caleçon, dévoilant à son tour un beau sexe légèrement gonflé. La plus grande surprise vint de Jacques qui arborait une queue très longue et grosse. Sa main n'en couvrait que la moitié lorsqu'il commença à se caresser.
J'eus bientôt les trois hommes assis face à moi entrain de se branler mécaniquement.
J'étais surexcité devant un tel spectacle et avais une furieuse envie de me toucher mais je n'en fis rien, observant la scène avec délectation.
- Tu pourrais nous stimuler un peu demanda Pierre...
Je lui souris et retirais en un mouvement ma nuisette, dévoilant mon buste nu. Je me saisis de mes deux seins et les pressais l'un contre l'autre.
Les sexes étaient désormais au garde à vous et j'étais impressionné de la taille de celui de Jacques. Jamais je n'en avais vu d'aussi gros. Pourtant il semblait plus en retard que les autres et ne trouvait pas son rythme. Au centre, Pierre accélérait, je voyais son visage crispé et soudain il laissa échapper une profonde respiration. Un premier jet alla s'écraser sur son ventre puis un second. Je vis son regard satisfait.
Je regardais les deux autres avec compassion...
- désolé messieurs, mais je crois que Pierre l'a emporté.
Pierre s'essuya avec une serviette et se leva. Il me tendit la main devant l'air dégoûté de ses potes.
Je le suivi docilement jusqu'à ma chambre. Sitôt entré, il m'embrassa avec passion. Ses mains se saisirent de mes seins et il les malaxa. Son sexe avait du mal à reprendre sa taille maxi. Il finit de me déshabiller et retira également ses derniers vêtements. Il me poussa sur le lit et se coucha sur moi. Il m'embrassa chaque partie de mon corps et plongea sa tête entre mes cuisses. Il découvrit mon sexe entièrement épilé trempé de plaisir. Il me suça le clitoris et lécha mes petites lèvres. J'étais tellement excitée qu'il n'eut pas grand chose à faire pour me faire jouir.
Je laissais ma jouissance s'exprimer bruyamment. Je savais que Paul et Jacques devaient être à l'affût de nos bruits.
Pierre se redressa. Son sexe avait retrouvé sa forme, il écarta mes cuisses et se planta en moi. Il me fit l'amour avec beaucoup de tendresse me procurant un nouvel orgasme. Il fut très long à venir et jouit en moi alors qu'il me prenait en levrette sur le lit. Il s'écroula et me serra dans ses bras, m'embrassant tendrement dans le cou.
Repu, il s'endormit en quelques secondes. Je repris mes esprits et m'extirpais de ses bras pour aller m'essuyer le trop plein de sperme qui coulait entre mes cuisses. Je pris le chemin de la salle de bain et vis qu'il y avait encore de la lumière dans le salon. Jacques et Paul devaient attendre que nous ayons fini et avaient du s'endormir. J'étais nue mais décidais d'aller voir tout de même. Je passais la tête et vis que les deux hommes s'étaient effectivement assoupis. Je m'approchais d'eux. Après tout, ils avaient bien mérité une compensation.
Je me mis à genoux devant Paul. Je glissais ma main sur sa cuisse ce qui eut pour effet de le faire sursauter. Il me regarda surpris et je sentis immédiatement son sexe gonfler dans son pantalon. Je glissais ma main dans la braguette qu'il n'avait pas refermé et me saisis de son engin. Je le sortis et me penchais dessus.
Je le suçais si bien qu'il ne put retenir sa jouissance au bout de quelques minutes, inondant d'une grande quantité de sperme ma bouche. J'avalais tout en le regardant, telle une salope, droit dans les yeux.
Il en profita pour me toucher les seins et les fesses et me remercia pour ce plaisir.
Son sexe retomba mollement. Jacques à côté avait été réveillé par les grognements de son ami. Ils nous regardaient. Je me relevais et le pris par la main. J'avais gardé le morceau de choix pour la fin. Je l'emmenai à l'étage dans la chambre d'ami qu'il occupait avec Pierre.
Pendant le court trajet qui nous y menait, il en profita pour me caresser les fesses, les hanches. Dès que nous fûmes dans la chambre, il se jeta sur mes seins pour les embrasser. Fébrilement, j'extirpais son sexe à demi-bandé. Je le pris à pleine main, découvrant ses mensurations exceptionnelles.
Je me mis à genoux devant lui et commençais une fellation passionnée, faisant prendre à son sexe des proportions monstrueuses. Il m'encourageait de sa voix chaude, me traitant de salope. Cela m'excitait encore plus.
Il m'aida à me relever, son sexe pointait fièrement à l'horizontale. Il me fit mettre en position de levrette et vint se frotter à ma vulve. Son sexe entra en moi comme dans du beurre. Il m'écartait comme jamais. Il me prit lentement me faisant ressentir chaque centimètre de sa queue imposante. Je me mis rapidement à hurler sous ses coups de reins. Je m'écroulais sur le ventre et il continuait à me prendre avec force, A califourchon sur moi, ses deux mains écartaient sans ménagement mes fesses pour mieux voir son sexe s'enfoncer. J'eus un orgasme incroyable qui me fit frissonner de la tête au pied.
Je sentis son pouce presser sur mon anus et s'y enfoncer. Tout en continuant de me besogner, il m'enculait avec ses doigts. Je mordais les draps pour ne pas crier sous les orgasmes successifs. Jacques s'avéra un amant infatigable. Il se retira de moi et se coucha. Je le chevauchais et me plantais son sexe dans ma chatte brûlante. Il me malaxa les seins et les pressa fortement au moment de se vider en moi. Sa jouissance fut abondante et le trop plein coula le long de mes cuisses.
Je m'écroulais épuisée sur lui et m'endormis en quelques instants.

Le lendemain au réveil, j'étais toujours dans ses bras. Je le laissais dormir et quittais la pièce. La maison était endormie. Le premier à me rejoindre à la cuisine fut Paul. J'étais restée en tenue d'Eve et il me flatta la croupe pour me dire bonjour.
- tu as été bruyante hier ma belle...
Pour simple réponse, je lui fis un large sourire.
Il posa ses lèvres sur mon épaule et ses mains sur mes hanches. Tandis que je me préparais un thé, il se colla à moi et me souffla à l'oreille qu'il était le seul à ne pas m'avoir baisé...
Je me penchais un peu en avant, prenant appui sur le plan de travail, lui tendant mes fesses. Un bruit de vêtement plus tard, je sentis son sexe à l'entrée du mien. Il me pénétra d'un coup sec, s'enfonçant en moi sans ménagement.
Il agrippa ses deux mains à mes seins et me baisa comme la chienne que j'étais devenue en l'espace d'une soirée.

- si on avait su que tu étais aussi salope, on t'aurait baiser pendant nos années fac!!!

Je ne répondais pas, me concentrant sur le plaisir qui naissait de nouveau au creux de mes reins.
Il me tenait fermement par les hanches et allait et venait en moi avec force. Il se retira et frotta sa queue un peu plus haut entre mes fesses.

- je pense pas que tu y aies eu droit hier soir donc je vais m'occuper de ton petit trou... vu le calibre de Jacques, il n'a pas du passer par là!!

Et sur ce, il commença à me sodomiser. Son sexe prit rapidement place dans mon fondement. Je remuais doucement mes hanches pour mieux le sentir se caler au fond de moi. Il se déchaîna alors, faisant claquer son bas ventre sur mes fesses et m'arrachant des cris de plaisirs. Bien entendu cela ne tarda pas à réveiller les deux autres qui nous découvrirent en entrant dans la cuisine.

- Quelle santé Estelle !! lança Pierre.

Ils s'approchèrent de part et d'autre et en profitèrent pour me caresser les seins pour Pierre et m'embrasser pour Jacques.

Tout ce petit monde se retrouva dans le salon et j'eus droit à une séance de baise incroyable. Prise en même temps par les trois hommes, suçant Jacques tandis que Pierre et Paul me remplissaient les deux autres orifices.

Le reste du week-end n'a été qu'une débauche de sexe et j'ai dormi tout le trajet du retour.

Depuis ce jour, ma vie a basculé. J'ai quitté Marc et accepté la proposition de mes nouveaux associés de venir travailler avec eux. Enfin quand je dis travailler, c'est plutôt leur rendre le travail moins pénible. Nous avons toujours la même complicité mais en plus je me fais sauter par chacun d'eux très régulièrement!!!
56 vote(s)


Vous avez aimé ce récit érotique ?


Commentaires du récit : Pierre, Paul et Jacques

Le 2018-01-02 17:29:58 par schuppa
Et moi j'aurai aimé être à ta place !
Le 2016-12-21 02:51:01 par Floochy
Très belle histoire!! J'aurais aimé être un des 3 élus!
Pour poster un commentaire ou faire un signalement, vous devez être connecté !



Histoire précédente <<<
>>> Histoire suivante