ACCUEIL > Exhibition > Récit : Sexe en moto

Sexe en moto

+44

Lue : 4353 fois - Commentaire(s) : 1 - Histoire de Julie592 postée le 29/10/2016
Bonjour, à tous.
Je vous refais ma rapide description pour les éventuels nouveaux lecteurs.
Julie 24 ans, brune aux yeux bleus, 95C.
Comme vous me connaissez déjà pour la plupart, les autres, aller consulter mes histoires.
Je suis assez portée sur la chose, à force de persévérance, je commence à me faire un nom dans le monde du X.
Je fais beaucoup de shootings photos, des vidéos amateurs, assez fréquemment.

Une personne m'a repéré dans un endroit plutôt insolite pour parler de ça, un mariage, d'une amie commune.
Il m'a dit être photographe de renom et qu'il cherchait un modèle pour un thème précis les moyens de transports.
 
   Étant intéressée j'ai répondu immédiatement présente.
Je vous raconte donc, dans cette histoire, quelques histoires vécues réellement lors de ce safari photo sur les transports.

Cela à commencer en Août de cette année, il était dans un camping en Ardèche, et me contact pour une journée de découverte et d'apprentissage des véhicules motorisés.
Je le rejoins en Ardèche en respectant ces consignes, tenue légère.
En cette belle journée d'été j'ai juste enfilée sur moi cette robe assez courte bleue, légère qui virevolte à la moindre brise.


      1-La Moto-cross.

J'arrive sur une route assez déserte, et je vois l'engin, une moto-cross, couverte de boue avec son bord un type d'une trentaine d'années, un certains Marius, bien costaud, la peau très bronzée, sûre de lui.
-On y va? Me lance-t-il.
-On y va, je lui réponds, très peu sûre de moi.

Le photographe nous prend en photo embarqué dans un véhicule qui roule à la même vitesse que nous.
On prend plusieurs poses, je passe mes bras autour de lui, je pose une main accrochée à lui et une main sur la scelle.
Je fais plusieurs mimiques faciales de mannequins, le photographe nous flashe, très souvent.
Je me retourne sur la moto en route, dos à mon chauffeur, en qui j'ai une totale confiance, j'envoie des bisous pour les photos, je joue avec mes jambes, mais garde mes mains bien fermement attachées, en cas de chute.
Et Stop, d'un coup la moto s'arrête.
Le photographe.
-Julie, tu es trop crispé, relâche-toi!
Je n'arriverai pas à mon résultat si tu ne te détends pas plus.
-Excuse-moi, mais j'ai peur.
Marius enchaîne.
-Ce  qu'on peut faire pour que tu prennes confiance je vais te laisser conduire la moto!
-Non, non, non, et à force de palabre et d'arguments de mes deux compagnons je finis par accepter.


Je serre très fort les poignées au début, de peur de chuter.
Marius, très pro, et très calme, me susurre à l'oreille des conseils pour me détendre.
Commençant à prendre la confiance et à comprendre le maniement de cette machine infernale, je relâche peu à peu la pression.
Les clichés reprennent, de plus en plus vite, à grande allure.
Marius et le photographe ne ratent aucun mouvement de ma robe, qui régulièrement leur offre des points de vue très subjectifs et excitant de mon corps, à cause de la vitesse.

Ayant de plus en plus confiance, je demande à quitter le chemin prévu et à partir en freestyle dans les petits villages alentours.
Ma robe virevolte, avec la vitesse, mes hanches apparaissent, puis, mes cuisses.
Le professionnel se tient à moi, pour ne pas tomber, mais sans me faire mal.
Je sens progressivement, ses mains montées vers mes seins.
Je le laisse faire, on fait plusieurs photos, de lui me caressant, me titillant mes tétons, à travers la robe très légère.
Il les sort de la robe, et les secoue, les serre, les pelote, les pince, les laisse se secouer avec la vitesse.

Occupée, et concentrée, sur ma conduite je ne prête pas attention, ni aux photos, ni à mes seins qui ballotent.
La robe mise sous les seins, on poursuit notre route, tous les piétons ou éventuels passants peuvent voir ma poitrine à l'air.
On passe à proximité d'un marché, mes seins balancent toujours autant dans tous les sens.
Les commerçants et les clients matent pas mal.
La moto ne s'arrête pas, on traverse à bonne allure.
Le vent fait voler de plus en plus le bas de la robe.
Marius, passe ses mains sous ma robe et m'attrape la taille, je le remarque pas mais il l'a soulève progressivement.
Toujours occupée à conduire cet engin, je commence à sentir la brise s'abattre sur mon ventre et mes parties intimes.
On passe dans un lieu-dit, il remonte ma robe entre mon ventre et mes seins.
Je suis quasiment nue en train de faire de la moto.
Il redescend sa main droite, sur mon bas ventre, il profite de ma position à califourchon sur la moto pour poser sa main sur mes lèvres vaginales.
Sa main gauche tient la scelle, tandis que l'autre commence doigt par doigt à me pénétrer.

Le photographe ne rate aucune miette, il flashe dans tous les sens.
Arrivée à un feu rouge, le véhicule du photographe s'arrête.
Marius me dit.
-Lève les bras!
Je comprends ce qu'il veut et lève les bras.
Et là, toujours au feu rouge, d'un petit lieu-dit ardechois, il me retire ma robe, et alors que certains automobilistes sont près de nous, je redémarre cette moto entièrement nue.
Le photographe est aux anges, je suis nue, en plein nature, en train de faire de la moto-cross.
Le vent s'abat sur mon corps, j'ai de plus en plus froid, avec la vitesse et la perdition de température, je commence à ne plus supporter, quand le photographe demande qu'on s'arrête.
A l'arrêt, sur une départementale, sur le bas-côté, je descend de la moto, et à peine, mon pied touche le sol, que Marius baisse son short et sort son sexe et commence à se masturber, sans se cacher des automobilistes qui passent assez vite, je m'accroupie, lui descend son short au niveau des chaussures et commencer à branler son sexe.
On s'enfonce un peu dans les quelques arbres présents, Olivier, le photographe qui suit sans rien dire, arrive à caler son appareil entre deux branches et viens nous rejoindre.
Je ne l'apprend qu'une semaine après être rentrée chez moi, mais Olivier à filmer toute la scène suivante.
Il dépose ma robe sur le sol, et mes deux amants se rapprochent de moi, je passe de la masturbation de Marius, à la fellation de leurs sexes, l'un après l'autre, disparaît au fond de ma bouche.
Je suspend de temps en temps mes fellations pour qu'ils puissent faire avec leur bite dure et longue, de lents et doux passages entre mes seins.
Marius, s'allonge, à même le sol, je me positionne en 69, juste au dessus de lui.
Olivier, récolte un peu de ma cyprine, sur ses doigts avant de me les enfoncer dans le sexe.
Je suce Marius, lui me mordille les lèvres, Olivier m'insère, déjà quasiment trois doigts complets.
Je descend plus pour prendre son sexe en gorge profonde, il appuie sur tête pour me l'enfoncer encore un peu plus dans la gorge en me rentrant sa langue dans le sexe.
Marius se tourne, et pendant que je le suce toujours, je me retrouve aussi de nouveau face au sexe, d'Olivier, que je suce aussi en même temps.
En missionnaire sur Marius, bien installé sur sa bite, trempée de ma bave, je reçois ses premiers coups de reins puissants.
Olivier, joue, toujours avec moi, il commence à jouer avec ses doigts et mon anus, il les insére, les retire, me les donner à lécher.
Y met un doigt de chaque main et écarte mon trou du cul le plus possible, avant de cracher dedans,il relâche, puis y remet trois doigts complets qui tourne et enfonce bien, avant de me remettre en bouche.
Les mouvements de bite de Marius, ont pris un rythme dingue, il ralentit doucement, puis presque à l'arrêt, Olivier, à son tour, me pénètre le cul.
Je les laisse prendre leur rythme et savoure cette double pénétration en pleine nature.
Mes gémissement grandissent à chacun de leur mouvement synchronisé.
Je hurle de plus en plus, je crie mon plaisir en plein bosquet.
J'atteins presque l'orgasme, quand Marius, sort en hâte de ma chatte pour m’éjaculer sur la langue, quand à Olivier, il est restait un peu plus dans mes fesses, pour libérer son sperme sur mes seins durs d'excitation.
J'avale, quasiment directement le sperme de Marius et me lèche les seins pour récupérer celui d'Olivier.

Tous, nous récupérons, nos effets, et se remettons en route.
Marius monte derrière, je conduis la moto et Olivier, nous suit toujours, en véhicule avec sa caméra embarquée.
-On a, à peu près, vingts minutes de route.Nous dit Marius.
-Ok, on accélère?
J'ai pris mes marques et commence à être à l'aise sur cette moto, je met les gaz.
La vitesse fait tellement lever ma robe que n'importe qui, et surtout Marius, peut regarder mes fesses en pleine vitesse.
Je sens que les mains de Marius se rapproche de mes fesses.
Il demande que je m'avance un peu sur la moto, je me rapproche du guidon, lui en profite pour baisser son short.
-Prend les sentiers, hors piste.
Je tourne et prend les sentiers et les petits chemin.
Comme m'a appris, Marius, je me lève sur la moto, en appuie sur les cale-pieds, pour absorber les chocs des bosses des sentiers.
Lui s'avance au maximum quand je me lève et reste assis.
Au moment où je reprends la route, je me rassoies et Marius qui avait ses mains sur mes fesses, les écarte, et m'encule.
Je gémis de plaisir et de surprise, et reprend la route.
Pendant toute la route, il me sodomise, avec des petits coups de reins, en rythme avec la moto.

Arrêté à un feu rouge, la sodomie continue, il accélère, je gémis, les automobilistes hallucinant en m'entendant gémir.
Olivier, lui reste discret, mais ne rate rien de cette situation assez exceptionnelle.
Le feu passe vert, j'avance, et sans prévenir ni Marius, ni Olivier, je jette ma robe sur le pare-brise de la voiture la plus proche.

J'effectue le reste du trajet toute nue, sur la moto, Marius m'encule depuis bien vingt minutes.
Arrivés au point de départ je sens Marius se durcir une dernière fois en moi.
Je descend de la moto, sous les clichés d'Olivier, il n'arrête pas de me prendre en photo, et moi je sens et vois même le sperme de Marius coulait le long de mes fesses.
Je repars nue, vers le véhicule d'Olivier, où j'avais laisser un sac avec une autre tenue au cas où.
44 vote(s)


Vous avez aimé ce récit érotique ?


Commentaires du récit : Sexe en moto

Le 2016-11-14 14:55:19 par sexpicurien
Bonjour Julie, c'est toujours un plaisir de te lire et d'en durcir ! ca m'a donné terriblement envie de.. faire de la moto :)
Pour poster un commentaire ou faire un signalement, vous devez être connecté !



Histoire précédente <<<
>>> Histoire suivante