PAGE D'ACCUEIL > Fantasmes > Récit : Un moment d'égarement

Un moment d'égarement

+17

Lue : 1349 fois - Commentaire(s) : 0 - Histoire de Aurore34 postée le 24/02/2019
Cams coquines
Elodie, simplement vêtue d’une courte nuisette, est tranquillement assise sur le canapé, en train de regarder la télé, quand un violent orage éclate. C’est la période dans cette région de montagne, et Elodie en a une peur bleue.
Elle est rassurée quand son fils Dany, bientôt dix huit ans, rentre d’une visite chez son père.
Elle l’invite à la rejoindre et se blottit contre lui. En garçon protecteur, il passe un bras autour de son épaule.
Prise par le film, Elodie ne sent pas la main de son fils se faufiler dans le décolleté de la nuisette. Elle n’y prête pas attention, son fils étant très câlin avec elle. Mais elle sursaute quand la main saisit un sein. Même si la démarche est maladroite, elle n’en est pas moins audacieuse.
Faut dire que Dany a toujours fantasmé sur sa mère.
Elodie est une ravissante femme de quarante ans, séparée depuis deux ans, et ce ne sont pas les rares aventures qui assouvissent sa sexualité. Son corps est en manque de caresses, et son fils pourrait être d’un précieux recours.
Au bout d’un court instant, elle se retourne vers son fils, lui adresse un tendre sourire. Dany est surpris par tant de tolérance.
D’autant que, installée comme l’est sa mère, la nuisette ne cache pas grand chose de son anatomie. On voit nettement la naissance de sa fente.
Dany prend-il ça pour un encouragement ? Toujours est-il, qu’il poursuit son investigation. Sa main descend à l’intérieur des cuisses, effleure le fin duvet pubien.
Elodie, apparemment consentante, s’enfonce dans le canapé, écarte ses jambes. Pour rester concentrer, elle éteint la télé.
Dany décide de poursuivre sa démarche, quitte à se faire remballer par sa mère.
Un doigt court sur les lèvres intimes, légèrement humide. Elodie se détend, apprécie la douce caresse, qui lui procure du plaisir. Dans la foulée, elle ôte sa nuisette, et se retrouve entièrement nue devant son fils.
Dany a le regard émerveillé en voyant le corps superbe de sa mère. Sans la quitter du regard, il ajoute un deuxième doigt. Elodie pousse un long soupir.
Le silence du salon est rompu par les gémissements de plaisir, mais aussi par les « flap…flap » que font les doigts de Dany dans la chatte de sa mère. Cette dernière n’en peut plus, la jouissance est là, toute proche. Elle se tend sur les doigts qui la fouillent, retient ses cris, mais les lâche aussitôt quand un orgasme terrible l’envahit.

« Oh mon dieu, qu’as-tu fait à la petite chatte de maman. »
« Heu…désolé man, dit Dany en retirant ses doigts. Je te demande pardon. »
« Ce n’est pas un reproche mon trésor, mais ce n’est pas bien ce qu’on a fait. »

Dany se retire dans un coin du canapé, ne sait comment se faire pardonner. Sa mère a raison. Cette relation, contre nature, ne peut aboutir à rien.
C’est Elodie qui rassure son fils, en se rapprochant de lui. Elle donne de petit baisers sur sa poitrine imberbe, descend lentement vers le slip, qui finit sur la moquette. Comme Elodie, Dany se retrouve entièrement nu.
Elodie trouve les mensurations de son fils intéressantes. Elle prend la queue en main, la décalotte. Elle fait de légers va et vient, tout en lui embrassant la poitrine. Elle enfonce sa tête entre les jambes de son fils, taquine le gland avec sa langue, et le prend en bouche.
Dans un premier temps, Dany veut se retirer, mais se ravise. Une gâterie n’a jamais fait de mal à personne, surtout de la part de la femme qu’il aime le plus au monde. Il décide de se laisser faire.
Et si lui était maladroit, Elodie, elle, s’avère être une excellente tailleuse de pipe.
Petit à petit, Dany prend de l’assurance guide les va et vient de la bouche de sa mère sur son pieu, en lui maintenant la tête.

« Elle est bonne la queue de ton fils, man ? »
« Hum…hum…délicieuse ».
« Assez maman, arrêtes, tu vas me faire jouir…ah…ah… »
« Vas-y mon fils, ne te retiens pas. Vide tes couilles dans la bouche de maman. »

Elodie retient la bite de son fils dans sa bouche, pour qu’il est bien le temps de se vider. Puis en bonne ménagère, nettoie le gland.
Dany est aux anges. C’est la première pipe qu’on lui taille, et c’est sa mère qui lui a faite. Il soulève la tête d’Elodie, et d’un doigt, pousse le surplus de sperme dans sa bouche. Gourmande, Elodie passe sa langue sur ses lèvres.
Pour pimenter une nuit qui s’annonce chaude, elle prend son fils par la queue, et l’emmène à la chambre.

« Maman a peur du tonnerre. J’aimerai tant dormir dans tes bras cette nuit. »
« Mais bien sur man, pas de souci. »

Il est bien évident que dormir, va être exclu de la nuit.
Une fois dans le lit, Elodie s’enroule autour du jeune corps de son fils. Leurs lèvres se frôlent, leur langue se défie dans de longs baisers. C’est Elodie, plus expérimentée, qui dirige les opérations. Elle caresse le torse de son fils, puis va plus bas, caresse les couilles, décalotte la bite en érection, excite le gland. Puis elle demande à son fils de se mettre sur le dos.
Elodie l’enfourche, s’empale sur la queue, dans un léger soupir. Elle se cambre, ondule des hanches, pour mieux sentir la bite qui la baise. Elle prend les mains de Dany, les pose sur seins.

« Caresse les mon trésor, ça fait si longtemps ».

Dany se plie aux exigences de sa mère, mais reste lucide. Il reste imperturbable, même quand sa mère hurle de plaisir, en atteignant l’orgasme. Elle s’affale sur sa poitrine, lui prend les lèvres.

« Oh mon chéri, quel amant tu es. »
« C’est grâce à toi man, mais j’ai tellement à apprendre. »

Elodie a compris le message. Elle se met à quatre pattes, jambes écartées, croupe offerte. Dany a une vue imprenable sur l’anatomie de sa mère.

« Prends celui que tu veux mon chéri, ils sont à toi. »

La proposition d’Elodie est une opportunité pour Dany, celle d’acquérir une expérience nouvelle.
Il prend sa bite en main, et choisit le petit trou. Sous la pression du gland, le petit orifice se dilate, jusqu’à absorber entièrement la queue de Dany. Elodie mord les draps quand les va et vient se mettent en marche, son corps est possédé par ce jeune mâle qui lui procure énormément de plaisir. Son corps ne lui appartient plus. Elle glisse une main entre ses cuisses, décalotte son clitoris, qu’elle doigte, jusqu’à ce que sa chatte soit inondée de mouille. Dans un ultime coup de rein, Dany parvient à lui arracher un orgasme dantesque.
Elodie, en nage, s’écroule sur le lit, la queue de son fils toujours encrée en elle.
La nuit a été torride.

Dany et sa mère se retrouve au petit déjeuner. En voyant le visage triste de son fils, Elodie comprend que cette nuit, restera sans lendemain.
Quand Dany s’en va pour le lycée, Elodie le retient par la main.

« Tu passes chez ton père ce soir, mon chéri. »
« Je ne sais pas, mais je ne rentrerais certainement pas. «

Que c’est-il passé. Un moment d’égarement ? Très probablement.
17 vote(s)


Vous avez aimé ce récit érotique ?


Commentaires du récit : Un moment d'égarement

Aucun commentaire
Pour poster un commentaire ou faire un signalement, vous devez être connecté !



Histoire précédente <<<
>>> Histoire suivante