ACCUEIL > En groupe > Récit : Une soirée pleine de surprises

Une soirée pleine de surprises

+7

Lue : 28631 fois - Commentaire(s) : 2 - Histoire de Eric699 postée le 03/04/2007
Préface : C’est une aventure que j’ai vécue il y a quelques années et qui est véridique. Seuls, les prénoms sont changés, et la ville où ça s’est passé n’est pas citée.

A cette époque, j’avais 30 ans et j’étais en pleine procédure de divorce. Je vivais donc seul chez moi depuis plusieurs mois.
Un samedi en début d’après midi, ayant décidé de passer ma soirée à la maison, je me rendis au vidéo club afin d’y louer un bon film et le visionner tranquillement, accompagné d’un plateau-repas.

En sortant du magasin, je croise un très bon copain que je n’avais pas vu depuis plusieurs semaines.
- Bonjour Eric (c’est mon prénom) quelle surprise, toi aussi tu as envie d’une vidéo ?
- Oui, la soirée me semblera moins longue, et puis, tu sais les programmes qu’ils nous passent
à la télé, c’est du vu et revu.
- Je vais prendre des vidéos aussi, attends-moi au bar qui est à côté, nous pourrons discuter plus tranquillement.

Quelques instants plus tard, Jean (c’est son prénom) s’installe à ma table et devant notre demi, nous parlons de tout et de rien. Je lui demande :
- Comment va Charline ? (C’est le prénom de sa femme.)
- Bien, me répond-il. Pour le moment, elle prépare les enfants qui vont passer le W.E dans la famille. Et ce soir, nous ne sommes que tous les deux ; d’ailleurs j’ai même loué une vidéo X pour agrémenter notre soirée. Et il se met à rire en me faisant un grand clin d’œil. Il enchaîne ensuite :
- Mais si tu es seul, viens manger à la maison, ça te changera un peu, et puis tu sais que Charline est une excellente cuisinière.
-Je ne vais pas gâcher votre soirée en tête à tête …
Mais je ne résiste pas trop, ayant vraiment envie de voir du monde après une période post conjugale difficile.
- Tu ne nous déranges pas du tout, au contraire, et tu sais que Charline t’aime bien et cela lui fera vraiment plaisir.
- Soit, mais j’amènerai le dessert et le pétillant qui l’accompagne.
- Ok me répond Jean, à ce soir vers 19h00, qu’on ait le temps de boire l’apéro avant de passer à table.

A l’heure dite, je sonne à la porte de mes amis avec un gâteau, deux bouteilles de vin pétillant ainsi qu’un bouquet de fleurs pour la maîtresse de maison. C’est Charline qui m’ouvre.

Charline est originaire d’une île de l’océan Indien, pas très grande, une peau très bronzée due à ses origines, un corps qui sans être parfait, est bien proportionné par rapport à sa taille, mais surtout une superbe poitrine qu’un décolleté sur une robe moulante et courte à damner un saint met en valeur.
Je l’embrasse en lui offrant les fleurs et en la regardant, je la complimente.
- Tu es sexy et superbe, Charline, ne sors pas comme cela dans la rue, il va y avoir une émeute dans tout le quartier.

Et pour toute réponse elle me sourit et s’en va dans la cuisine. L’apéritif et le repas créole se passent normalement dans l’humour, la bonne humeur et quelques histoires croustillantes.
Le repas étant vraiment copieux, nous décidons d’attendre un peu avant de manger le dessert et nous nous installons dans le salon, Jean et Charline dans le canapé, et moi dans le fauteuil.

Charline demande alors à son mari :
- Mets-nous donc une vidéo.
- Laquelle ? demande Jean innocemment.
- La « X », nigaud, et j’espère que tu en as choisi une bien cochonne !
Là, je commence à me faire petit, en pensant que j’allais me retrouver sur la béquille et en étant pour le moment célibataire, cela ne m’arrangeait pas trop. J’en serais quitte pour faire ma lessive à la main…

Et c’est parti à regarder ce film de cul tout les trois. Il n’y a pas dix minutes que c’est commencé, et je vois Charline se trémousser sur le canapé. Il faut dire que Jean a déjà une main dans l’entrejambe de sa femme et il n’a pas l’air de chômer.
Ma queue est déjà comprimée dans mon jeans et je n’ose plus regarder ni la vidéo, ni mes amis.

D’un coup, Charline dit quelque chose à l’oreille de Jean, se lève puis disparaît dans le couloir. Jean ne dit rien et continue à regarder le film. Quelques instants plus tard, il se lève à son tour et disparaît aussi. Je n’ai pas l’air con, moi tout seul dans le salon, et je pense déjà à rentrer chez moi, quand j’entendis Jean m’appeler :
- Eric, tu peux venir, que je te montre quelque chose.
Jean est à la porte de sa chambre et me fait signe d’entrer.

Et là, un spectacle que je ne m’attendais pas le moins du monde s’étale sous mes yeux. Charline est étendue sur le lit, robe retroussée jusqu’au nombril, jambes écartées et d’une main elle manoeuvre un vibro dans sa chatte et l’autre main, elle se caresse les seins.
- Regarde cette salope, elle aime se branler seule alors qu’elle a deux queues à sa disposition.
- Déshabillez-vous, au lieu de me regarder, j’ai une grosse envie aujourd’hui, je veux de la queue partout, je veux des jouissances à répétitions.
C’est à cet instant que je comprends que cette mise en scène est préméditée.

Nos vêtements sont vite enlevés et après avoir aidé Charline à se débarrasser des siens, nous nous installons à genoux de chaque côté d’elle. Prenant une bite dans chaque main, elle commence à en agacer le gland avec sa langue, chacun à notre tour, puis les engouffre pratiquement entièrement, lèche les colonnes de chair, les couilles, même nos rosettes ont droit à un traitement « spécial léchage ». De mon côté, je m’occupe de ses seins dont les tétons ont doublé de volume. Jean lui, a enlevé le vibro et lui dévore littéralement le minou,
lui enfonce deux doigts dans la chatte en même temps. Et c’est là que Charline a son premier orgasme.

Je prends ensuite sa place, pour me délecter de sa mouille, une vraie fontaine, je n’ai jamais rencontré une femme comme cela. Son petit trou est trempé aussi, et je n’ai aucun mal à y entrer un puis deux doigts. Charline gémit de plus en plus fort, tout en continuant à nous pomper. Enfin elle dit :
- Eric, mets-toi sur le dos, je veux deux bites dans la chatte, tout de suite, je veux jouir comme cela.

Je m’exécute donc, Jean se place derrière et ensemble, nous rentrons dans la chatte de Charline. Ce ne sont plus des gémissements qu’elle pousse, mais des cris de plaisir, nous synchronisons nos mouvements de plus en plus vite, et je sens que je ne pourrai tenir longtemps la route. Jean aussi montre des signes d’avant la jouissance et c’est pratiquement en même temps que nous déchargeons. Charline a un peu de retard sur nous, mais elle aussi s’envole au 7ième ciel.
Nous restons quelques instants comme cela, sans rien dire, puis nous nous dégageons et rejoignons la salle de bain.


En se lavant, Charline nous dit :
- Au théâtre, il y 3 actes, le premier est passé, il y en a encore 2.
Puis elle ajoute :
- Jean, va donc préparer un plateau avec des tranches de gâteau ainsi qu’une bouteille de pétillant et les verres, vous allez avoir besoin de forces. Et moi aussi…..

Nous rejoignons donc le lit, Charline et moi. Revêtus juste d’un drap, nous discutons, ce qui ne m’empêche pas de recommencer à caresser ses seins dont les pointes commencent à durcir sous l’effet des attouchements. Ne voulant pas rester sans rien faire, Charline commence à me branler doucement, d’une main experte, pour redonner de la vigueur à ma queue. Je m’enhardis et décide de préciser mes caresses un peu plus bas. Hélas, la place est prise par l’autre main de la maîtresse de maison. Non contente de me branler, elle s’astique le clito en même temps et je le lui fais remarquer.
- Continue à me caresser les seins, moi je m’occupe de ta queue et de ma chatte, j’aime me caresser, c’est un plaisir dont je ne me prive pas.
- Tu es une belle salope, une pute de première !
Puis je rajoute :
-Il est bien long Jean, il ne faut pas tant de temps que ça pour couper trois parts de gâteau et déboucher une bouteille !
- Attends, c’est une surprise, tu comprendras bientôt.

Sur ce, avec un puis deux doigts remplis de sa mouille, elle s’attaque à mon petit trou qui ne résiste pas longtemps, elle s’y prend avec tant de douceur, je ne peux que soulever les fesses pour lui faciliter la tâche. Maintenant, j’ai une main qui m’astique le manche et deux doigts qui me branlent le trou de cul. J’en ferme les yeux de plaisir, d’autant plus que ses lèvres me roulent un patin en même temps.
-Je suis là, nous dit Jean que nous n’avons pas entendu revenir.

Et je peux vous dire que pour une surprise, c’est une surprise. Ce n’est pas Jean qui est au pied du lit, mais Jeannette. En effet, mon pote s’est travesti. Une perruque brune, un superbe bustier où les bonnets ont été remplis avec de faux seins, un porte-jarretelles, des bas résille, un petit tablier blanc de soubrette et pour finir, il est maquillé comme une pute. Charline me regarde avec un sourire vicieux et dit :
- Jeannette aime se travestir, jouer parfois les soumises, je peux dans ces moments lui demander n’importe quoi, et elle s’exécute. Puis elle ajoute en regardant son mari d’un air sévère :
- Qu’attends-tu pour nous servir ! Si tu fais bien ton travail, tu seras récompensé et tu pourras réaliser ton fantasme ! Sans en rajouter plus.

Nous sommes assis tous les trois sur le lit à manger et à boire et j’apprends que mon ami se travestit depuis de nombreuses années, mais n’a jamais eu l’occasion et osé être possédé par un homme et que ce soir (ou plutôt cette nuit) il est prêt à franchir le pas, si toutefois je suis d’accord.

Excité comme je l’étais, je donne vite mon accord et comme Charline a hâte d’admirer le spectacle, c’est elle qui donne le signal du départ.
Jeannette se love comme une sangsue contre moi, m’embrassant partout, mordillant les bouts de mes seins, me caressant les couilles, prenant ma queue dans la main pour la masturber.
- Salaud, je te fais bander déjà, tu as l’air d’aimer les caresses d’un travesti.

Puis descendant, elle commence une fellation digne d’une pro de la pipe. Charline ne perd pas une miette du spectacle de sexe, et je vois sa mouille couler le long de ses cuisses tellement ça lui plaît. Elle s’empare du vibro en commence à se faire un solitaire. C’est dément, de voir cette bouche d’homme avaler ma bite comme cela. Mes 19 cm disparaissent pratiquement entièrement dans sa bouche, qui remonte lentement pour replonger ensuite à ras des couilles. Ensuite sa langue fait le tour de mon gland comme si c’était un cornet de glace.
-Mets-toi à quatre pattes, Jeannette ! Lui ordonne Charline. Je vais préparer ton petit cul de pute, ta rosette de salope, ton trou du cul de pouffiasse !
Elle est déchaînée Charline, les mots orduriers fusent. Jeannette ne se fait pas prier et lève son cul bien haut.
- Mais cette lopette s’est déjà préparé le cul ! S’écrie-t-elle, en lui enfonçant deux doigts dans le fion.
- Oui, j’y ai mis un lubrifiant avant de vous rejoindre. Puis, elle reprend la pipe qu’elle a si bien commencée. Maintenant, c’est le gode que Charline lui enfonce dans le cul, doucement, mais sûrement. A voir l’extase dans les yeux de Jeannette, ce ne doit pas être la première fois que sa femme le sodomise comme cela.
- Eric, encule-la, elle n’attend que cela, défonce-la à fond, bourre-lui le cul.

Changeant de position, je me mets derrière Jeannette et c’est Charline qui guide ma queue dans la rondelle de son mari et c’est Jeannette, avec un mouvement de recul qui s’empale à fond sur mon dard.
- Putain de salope, tu as le cul bien préparé, ça rentre tout seul, je lui dis en la pilonnant.
Charline décide alors de passer en dessous et de sucer son mari pendant que ce dernier lui suce le clito et s’emparant du vibro qui est disponible l’engode en même temps. Ce ne sont que soupirs et gémissements pendant cette étreinte à trois. C’est Jeannette qui commence à donner des signes de jouissance.
- Donne-moi ton jus lui dit Charline, je veux boire tout, puis elle continue à aspirer la bite de son homme pour en tirer le nectar. Jeannette jouit alors en poussant des feulements et remplit la bouche de sa femme. L’effet du sperme dans sa bouche, d’une langue agaçant son clito, du vibro dans la moule et de voir une bite rentrer dans le cul de son mari la fait jouir à son tour, si fort que les voisins doivent en profiter et c’est Jeannette ce coup-ci qui se délecte à son tour.

Pour moi aussi, la pression commence à monter, et je ne tiendrai pas longtemps à ce rythme.
Je fais part à Jeannette que je vais lui inonder le cul, mais celle-ci, se dégage de mon pieu, se retourne et me prend dans sa bouche.
- Jouis dans ma bouche, je veux goûter ta semence, décharge au fond de ma gorge de salope,
décharge ton sperme sur ma langue…
Et je pars dans une superbe jouissance qui me parait interminable. Jeannette n’en perd pas une goutte, prenant bien soin ensuite de tout nettoyer avec sa langue.

Nous sommes tous les trois avachis sur le lit à reprendre notre souffle. Puis Jeannette va chercher une autre bouteille de pétillant afin que nous reprenions un peu nos esprits.
- Et de deux ! s’exclame Charline, J’espère que vous avez gardé des forces pour le final !
- J’espère que tu vas y mettre du tien pour remettre nos queues au garde-à-vous. Et que veux-tu cette fois ci ? Lui demande Jean.
- Une chose que je n’ai jamais faite non plus, que vous me preniez en sandwich et je vous promets qu’après, je vous fiche la paix.

Déjà, Charline se met à quatre pattes devant nous et commence un va et vient avec ses mains sur nos bites afin de leur redonner de la vigueur. Trouvant que cela ne va pas assez vite, elle nous prend en bouche chacun à notre tour. Puis se retournant elle nous demande de lui préparer sa rosette. Jean et moi, d’un commun accord, nous mettons un doigts dans sa chatte pour récupérer de la mouille, puis nous forçons doucement son cul qui, il faut reconnaître ne met pas longtemps à s’ouvrir. Nos deux doigts sont enfoncés dans son anus, bientôt suivis d’un troisième, puis d’un quatrième. Nous lui faisons subir un mini fist qui n’a pas l’air de l’effrayer, bien au contraire, vu les gémissements de plaisir qu’elle pousse.
Estimant nos queues bien raides, elle se retourne et s’empale sur la mienne. Pas besoin de dire à Jean ce qu’il doit faire, après s’être bien fait enculer, il veut enculer sa femme. Je sens la queue de mon copain qui force la rosette de Charline et nous commençons un long va et vient.
- Eric, tu veux ma place ? Me dit Jean. Elle a un cul accueillant, viens y goûter aussi, et tu me diras s’il est meilleur que le mien.

Nous permutons donc et c’est à moi maintenant de limer le fion de Charline. Je m’abstiens de faire une comparaison, ne voulant vexer ni l’un ni l’autre, mais préférant nettement le faire à une femme. Charline bafouille des mots sans suite, où il est question d’hommes tous des salauds, ainsi qu’un vocabulaire très ordurier mais qui fait état du pied qu’elle est en train de prendre. Elle ne sait même plus si elle jouit par devant ou par derrière.

L’effet d’être dans la rondelle de Charline et de sentir la bite de Jean juste séparée par une fine paroi, ainsi que les jouissances à répétions de Charline commencent à faire de l’effet et je ne tarde pas à jouir une troisième fois, un peu moins fort, mais c’est tout aussi bon. Jean, lui a l’air de tenir la route et n’entend pas s’arrêter en si bon chemin. M’étant dégagé, il prend sa femme par la taille, et la soulève littéralement pour la laisser tomber ensuite sur son pieu. Il répète cette manœuvre quelques minutes et se libère enfin par une jouissance très bruyante.
Charline est épuisée mais ses yeux reflètent une satisfaction sans égale et pour prouver sa gratitude, nous roule chacun à notre tour une longue pelle.

- Ça a été super, nous avons réalisé tous les deux nos fantasmes : Jean, sucer et se faire prendre par un homme, et moi, deux bites dans la chatte et un super sandwich qui m’a fait jouir je ne sais combien de fois. Mais il me reste encore un fantasme à réaliser, c’est de faire l’amour avec une autre femme. Alors, les hommes, en chasse, pour me trouver cela.
Et ça, cela se fera, mais c’est une autre histoire.
7 vote(s)


Vous avez aimé ce récit érotique ?


Commentaires du récit : Une soirée pleine de surprises

Le 2009-11-26 22:45:10 par lyna
c'est super de pouvoir réaliser ses fantasme!! mais dans ce cas là, un peu risquer!
Le 2008-09-16 03:14:31 par lechene
superbe histoire bien bandante. Réaliser tous ses fantasmes hétéro ou bi , j'adore . vivement une suite...
Pour poster un commentaire ou faire un signalement, vous devez être connecté !



Histoire précédente <<<
>>> Histoire suivante