ACCUEIL > Fantasmes > Récit : Famille sans complexes

Famille sans complexes

+17

Lue : 0 fois - Commentaire(s) : 0 - Histoire postée le 06/06/2024

Découvrez les filles coquines près de chez vous :


Je tiens à dire que ce genre de recit est une forte demande sur ma mp. Bien que je ne pratique pas l'inceste, j'en écris oui, il y en faut pour tout les goûts. Désolée pour les personnes que cela dérange, et bonne lecture pour les autres.







Allongée sur son lit nue, du bout des doigts, Jennifer se caresse le clito. Elle se remémore ce qu'elle a vu dans la salle de bain.
C'est en passant devant la salle d'eau qu'elle a entendue des gémissements, comme ceux d'une bête blessée. Timidement, elle ouvre la porte, et avance doucement sans faire de bruit.

Son cœur cesse de battre, ce qu'elle voit est hallucinant. Sa sœur cadette, Lorie, suce la verge raide de son papa Paul, pendant que sa maman lui fouraille la chatte avec trois doigts.

La maman Georgette, yeux pétillants, l'encourage :

-Oui, comme ça ma chérie, suce bien la bite de ton papa, hum, tu vas être récompensé, suce, suce !

Entre deux succions, Lorie gémit de plaisir, les doigts très efficaces de sa maman l'emmènent au bord de la syncope. Elle ne peut résister, elle se cabre, une violente brulure lui traverse le ventre, sa jouissance est féroce.
Elle recrache la bite de son papa pendant qu'elle jouit, qui juste à ce moment-là éjacule. La jeunette de dix-huit ans, reçoit en plein visage la fulgurante giclée de sperme.

La maman se rue sur elle, en disant :

-Oh quel gâchis !

Elle lui lèche le visage pour récupérer la crème onctueuse. Quelques coups de langues suffissent à la vorace pour tout avaler. Dans la lancée, elle prend les lèvres de sa fille et l'embrasse fougueusement, les langues se nouent pour un long baiser.
Une fois le baiser terminé, les trois entre dans la grande douche. Ils se savonnent mutuellement le corps, souvent les mains s'égarent sur les parties intimes, des doigts s'enfoncent dans les orifices qu'ils trouvent, en faisant cabrer les receveurs.

Jennifer respire rapidement, sa chatte laisse échapper un filet continu de cyprine. Malgré la buée, elle voit les corps se frotter, l'un contre l'autre, Lorie est entre son papa et sa maman qui se collent à elle comme des sangsues. Sa bouche est souvent prise pour un baiser interminable.

Il suffit d'un écart, pour que Georgette réussisse à saisir la verge dure de son mari pour l'agiter fortement. Excitée comme une puce, pendant qu'elle branle le manche, elle dit :

-Baise là Paul, notre chérie, elle est au point de non-retour, baise-là, baise-là !

Son papa l'enlace, il lui saisit une jambe et la relève au niveau de sa hanche, sa main sous la cuisse la maintient fermement. Lorie en équilibre, pour ne pas chuter, s'accroche au cou de son papa. Elle sent contre son bas-ventre la bite tendue. Georgette saisit la gaule pleine de vie et la place contre la fente en feu de sa fille. Le papa pousse, sans quitter des yeux sa fille, qui lors de la pénétration ouvre la bouche toute grande.

Paul la tient fermement aux hanches, il donne des coups de reins violents, à chaque enfoncement de son pieu dans le ventre de sa fille la jeunet geint. Georgette, yeux exorbités, en grognant, dit :

-Bourre-la bien, Paul va à fond mon chéri, plus fort, plus fort, bon Dieu, elle n'est pas en verre, tape, tape !

C'est avec acharnement, et sous les incitations de sa femme, que Paul défonce sa fille. Georgette enfonce deux doigts dans l'anus de son mari pour le stimuler encore plus, elle lui ramone le conduit en grognant :

-Remplis-lui le ventre, mon chéri, oh putain, je vais jouir tellement que cela m'excite !

En poussant un gémissement, la maman hystérique jouit, en enfonçant ses doigts sans le rectum de son mari jusqu'aux dernières phalanges.
le bougre jouit à la même seconde que sa fille. Dans la douche, ce n'est que râles et gémissements. Jennifer, n'en croit pas ses yeux ni ses oreilles. Chaude comme de la braise, elle monte se réfugier dans sa chambre.

Elle regarde le plafond, et agresse son clito. Elle le branle de plus en plus rageusement. Elle gémit fortement, en cambrant son corps comme un pont. Soudain, la porte de sa chambre s'ouvre brusquement. C'est Renald son frère ainé qui fait son apparition, il reste figé, en voyant sa sœur se masturber. Elle cesse de se branler, mais reste sur le lit, la main sur sa chatte brûlante, ses yeux sont agars. Enfin, il s'avance et dit :

-Excuse-moi sœurette, je croyais que tu étais malade, je t'entendais gémir, je me suis permis d'entrer !

Jennifer reprend peu à peu ses esprits, elle regarde son frère et sans rien omettre, elle lui raconte ce qu'elle a vue. Renald reste sans voix pendant le récit. Une fois que Jennifer a terminé, il lui dit avec un peu d'ironie :

- Oh les vaches, ils baisent en famille, sans nous inviter. Si je comprends bien, cela t'a tellement excité, que c'est pour cela que tu te branles !

Jennifer ravale sa salive et en soupirant fortement, réplique :

-En bien oui, mets-toi à ma place Renald, c'était si excitant !

En souriant, son frère ajoute :

-Mais je vais me mettre à ta place sœurette !

Il lui repousse la main qui était posée sur sa chatte, et sans complexe, saisit la boule que Jennifer a faite gonfler affreusement. Il l'agite en regardant droit dans les yeux sa sœur.
Elle n'a même pas le courage de le repousser et le laisse faire jusqu'à ce qu'elle jouisse. Le bougre bande comme un cheval, il sort sa bite de son pantalon et en l'agitant lui dit :

-Elle ne te plait pas, regarde comme elle est dressée, c'est pour toi qu'elle lève la tête !

Jennifer, regarde l'engin, elle n'a plus toute sa tête après cette explosion de jouissance. Elle saisit la verge, la décalotte et la gobe sans se poser de questions. Sa bouche et merveilleuse, Renald gémit de plaisir sous les succions voraces de sa sœur. Il lui caresse les cheveux, en geignant. La fellation porte ses fruits, Jennifer reçoit une puissante giclée dans la bouche, elle n'a pas d'autre choix que d'avaler, elle ne veut pas perdre une goutte de ce breuvage divin.

Les deux se regardent, des bruits dans l'escalier, font fuir Renald qui rejoint rapidement sa chambre. Jennifer reste rêveuse, elle n'est pas encore satisfaite, elle reprend entre ses doigts son clito qui est devenu douloureux. C'est en serrant les dents qu'elle se fait jouir, jusqu'à plus soif.

Le lendemain matin, c'est le week-end, tous sont déjà levés, ils sont autour de la table, tous encore en tenue de nuit, ils prennent leur petit déjeuner. Les rires surprennent Jennifer, elle qui d'habitude déjeune avec eux dans un calme morbide. Tous la regardent en souriant. Elle s'étire en descendant les marches, sa nuisette cache mal sa nudité. Ses formes sont affriolantes, les yeux ne la quittent pas. C'est comme si que Jennifer était une étrangère.

Elle balance son bassin agilement comme un félin. Elle embrasse chaque personne et s'assoit où il y a une place, c'est à dire entre son papa et sa maman. La maman sert le café, elle lui dit en souriant :

-Tu as mal dormi ma chérie, tes yeux sont cernés, tes traits sont tirés, quelque chose ne va pas !

Jennifer, répond en haussant les épaules. Elle croise le regard de Renald qui lui dit :

-Je leur ai tout dit de ce que tu m'as révélé hier soir, ils savent même, ce que nous avions fait ensemble !

Jennifer rougit, elle avale son café en baissant la tête. Sa maman en riant dit :

-Je suis ravi que ce que tu as vu t'a excité ma chérie, tu peux te joindre à nous, ton frère est aussi invité !

En disant ces mots, elle passe sa main sous la nuisette de sa fille, et plaque sa main sur la vulve, rapidement sans lui laisser le temps de réagir, elle lui enfonce un doigt dans la chatte. Elle le ressort aussi vite pour le porter à son nez, elle dit en humant son doigt :

-Hum, il sent encore les jouissances, d'après ce que nous a raconté ton frère, tu t'es bien masturbée ma chérie, c'est merveilleux ça !

Georgette se met à sucer le doigt odorant, en regardant sa fille qui rougit comme une pivoine. Tous éclatent de rire, il faut que le papa mette le halte-là pour que le petit déjeuner ne dégénère pas.
qu'aujourd'hui, voire dans quelques minutes, elle va subir sa première sodomie. Georgette invite toute la famille à être présente pour ce moment délicat.
Chacun son tour, la douche est prise. Georgette suggère que tout le monde reste nu. Lorie est impatiente, Renald lui se penche sur Jennifer et lui dit en souriant :

-Toi tu as déjà était enculé sœurette !

Jennifer hausse les épaules et répond :

-Cela ne te regarde pas, curieux personnage !

Renald reste sur sa faim, en répliquant :

-Avec les fesses que tu as, cela doit être un bonheur de te forer le cul !

Georgette ameute la famille pour le spectacle. Chacun prend place au salon dans un confortable fauteuil. Lorie arrive entièrement nue ainsi que son papa. A chaque pas sa bite balance en frappant ses cuisses velues. Il regarde autour de lui et en souriant dit :

-Qui veut faire dresser Popaul, tous se regardent, c'est Lorie qui se jette sur la queue pendante. Elle saisit le membre mou, avec trois doigts, et commence un petit branlage. Dès qu'elle peut saisir la bite à pleine sa main, elle la branle rapidement avec brutalité, sans la quitter des yeux. Le branlage est féroce, le papa grimace. Soudain Lorie cesse de branler et décalotte le gland entièrement. Elle ouvre la bouche et gobe la boule de chair violacé.

Jennifer regarde le spectacle en salivant, sa chatte commence à suinter, elle serre les cuisses. Renald admire avec quelle efficacité sa sœur fait grossir la bite du papa. lentement une érection lui fait dresser la bite. Il regarde Jennifer et lui dit :

-Tu veux bien refaire ce que tu m'as fait hier !

Jennifer hésite, elle regarde la bite raide un instant puis doucement avance sa main. Elle l'enserre et commence une douce masturbation. Georgette est ravi de voir, que même Jennifer s'y met. Georgette décide de mener les ébats, elle fait cesser la fellation, Lorie déçue doit obtempérer. La bite de Paul est tendue au maximum. Elle demande à Lorie de se mettre à quatre pattes, et de bien cambrer ses reins.

La maman maquerelle, se place derrière sa fille et plaque sa bouche sur l'œillet brun. Elle suce, lèche le muscle rectal en faisant geindre Lorie. Elle le salive le plus possible, elle tente de le pénétrer avec sa langue, mais le bougre d'anus ne s'ouvre pas beaucoup. Elle s'écarte, mouille son doigt et le présente à l'antre de l'enfer. lentement, elle l'enfonce jusqu'à la dernière phalange. Ramone doucement le conduit avant de l'offrir à la bite de son mari.

Georgette elle même, place le gland contre la petite porte. Paul s'accroche aux hanches de sa fille, et pousse. Jennifer cesse de branler son frère, elle regarde avec étonnement le gland pénétrer l'anus. Lorie souffle comme un dragon, grimace en serrant les dents. La douleur est horrible, mais courageusement elle subit la pénétration anale. lentement la bite puissante du papa, en avançant, lui dilate la gaine. Pour soulager la douleur, La maman saisit le clito de Lorie et commence un branlage rapide.

Il faut plusieurs minutes et beaucoup de pauses avant que la bite n'occupe entièrement la gaine étroite. Le cul de Lorie est au bord de la déchirure. Jennifer n'en croit pas ses yeux, elle se demande comment une si grosse bite, peut pénétrer un si petit orifice. Elle est émerveillée par la performance de sa sœur.

Paul commence à faire quelques mouvements très lent. la bite ne voyage que de peu de centimètres dans le rectum distendu, il faut que Lorie s'habitue au pal monstrueux qui lui dilate le cul. Enfin le papa accélère, les gémissements de douleurs de sa fille, se transforment en plaisir. Il fait des allers et retours avec plus de rapidité. Lorie, ne prononce que :

-Oh putain, oh, putain !

Mais dès que son papa augmente la cadence, ce sont des :

-Oui, oui, oui !

Qui sortent de la bouche de la sodomisée. Maintenant le papa défonce Lorie, comme il le fait avec sa femme. Il ne retient plus ses coups de reins. Le bourrage de cul est maintenant violent, les gémissements de Lorie sont rauques et prolongés. Elle hurle :

-Oh putain je vais jouir du cul oui, oui ça vient papaaaaaaaaaaaaa !

Elle s'écroule sur ses avants bras en mainttenant sa croupe bien relevée. Sa maman lui écrase le clito puis le rebranle sauvagement pour le réécraser fortement . Une seconde jouissance fait hurler Lorie. Quant à Jennifer, sa chatte est une fontaine, elle a beau serrer le plus fort possible les cuisses, que cela n'empêche nullement sa chatte de lâcher son jus.

Paul grogne comme un fauve en besognant le cul de sa fille. Il se bloque, et envoie plusieurs jets de sperme dans le cul qu'il vient de déflorer. Il retire sa queue gluante des entrailles dévastés, sa femme la saisit et la gobe goulument. Elle presse la hampe pour extraire jusqu'à la dernière goutte la semence qui si cache.

Lorie se laisse tomber sur le sol, ce qu'elle vient de vivre, l'a rendue inapte pour un instant. Georgette s'active sur la queue de son mari comme une vorace. Soudain elle recrache la bite et regarde Jennifer, elle lui dit :

-Approche ma chérie, papa va exploser la chatte !
















17 vote(s)


Histoire de valeriane

Vous avez aimé ce récit érotique ? Tweeter

Nous luttons contre le plagiat afin de protéger les oeuvres littéraires de nos auteurs.

Cette histoire est destinée à être consultée en ligne et ne peut pas être copiée ou imprimée.

© Copyright : Nos histoires sont protégées par la loi. Un grand nombre d'écrivains nous ont donné l'exclusivité totale.


Commentaires du récit : Famille sans complexes


Aucun commentaire pour le moment

Pour poster un commentaire ou faire un signalement, merci de vous inscrire ! Inscription rapide


Histoire précèdente <<<
>>> Histoire suivante



Retour en haut de la page

Libertinage et masturbation de jolies libertines en webcams totalement gratuites :