ACCUEIL > Candaulisme > Récit : Avec le consentement de mon mari

Avec le consentement de mon mari

+29

Lue : 2852 fois - Commentaire(s) : 2 - Histoire de Aurore34 postée le 26/05/2019
Après une bonne douche, je regagne mon lit, entièrement nue. Je suis allongée sur le ventre, mon menton posé sur mes mains, face à la télé. J’attends avec impatience le match de foot, ou Dany, mon tendre époux joue. Exceptionnellement, la rencontre est transmise sur une chaine régionale.
Le match à peine commencé, je sens une présence derrière moi, suivie de froissement d’habits. C’est Eric, copain et équipier de mon mari dans l’équipe, qui me rejoints pour suivre la partie avec moi. Il est célibataire.
Lentement, il s’allonge sur moi. Son énorme bite frotte ma raie, essaie de se frayer un passage. Je lui facilite la tache, en me cambrant pour lui présenter ma croupe. Je sens la queue courir sur mes lèvres intimes, puis pénétrer ma chatte. Petit à petit, elle se meut, m’arrachant des gémissements de plaisir.
Un bien être envahit mon corps. Sa tête atteint le niveau de mon cou, qu’il mord, comme un lion mord sa lionne, signe de domination. Soudain, le feu monte dans mes entrailles, la jouissance est là, incontrôlable. Dans un dernier râle, Eric vide ses couilles dans ma chatte dégoulinante de cyprine.
Ca y est le mâle a sailli sa femelle.

Mais, revenons six mois en arrière.
J’ai rencontré Eric lors d’une troisième mi-temps, à laquelle mon mari nous avez présentés. Ce jour là, je l’ai trouvé d’une beauté à couper le souffle. J’ai de suite flashé sur lui. Pendant mon sommeil, les fantasmes les plus fous circulaient dans ma tête, au point de m’imaginais en train de me faire baiser une nuit entière.
Un jour, lors d’un match, suite à un choc terrible avec un adversaire, Eric du être emmené aux urgences. Ce jour là, j’assistais à la rencontre. Une horreur.
Mon mari se précipite, me demande de suivre le SAMU jusqu’à l’hôpital, et de rester près de lui. Bien évidemment, j’accepte.

Il est dix sept heures, quand on le ramène des soins, simplement couvert d’un drap. Il est à moitié groggy.

-Ne vous inquiétez pas, me dit l’urgentiste, on lui a donné des somnifères.
-Sonnez s’il ya un souci, poursuit le second infirmier.

Je me penche sur lui, avec une envie folle de l’embrasser. Mais ce serait risqué. Il délire, balbutie des mots inaudibles. J’arrive à saisir enfin quelques bribes.

-j’ai soif…j’ai soif…gémit-il.

Je vais au distributeur chercher une bouteille d’eau. Quand je reviens, Eric s’est débarrassé du drap. Il est entièrement nu dans le lit. Ses attributs sont là, à porté de mains.
« Non ma fille, fait pas ça, me dis-je en remontant le drap. Tu es mariée. »
Tant bien que mal, je lui donne une gorgée d’eau. Je me rassois, en espérant qu’il se calme. Je ferme les yeux, m’imagine les scènes les plus obscènes.
Mais au bout d’un moment, Eric commence à s’agiter, se découvre. Cette fois, je m’approche, et après avoir longtemps hésité, prend en main l’objet de tous mes désirs. Bizarrement, la queue se met à durcir. Leurs calmants sont loin d’être efficaces.
Je la décalotte doucement, commence à la branler. Je me penche pour la prendre en bouche. Pour un blessé, je trouve cette queue assez vigoureuse.
Je la branle avec ma bouche, jusqu’à ce qu’un jus épais, gicle au fond de ma gorge. J’avale tout. Je ne mesure pas ce que je suis en train de faire. J’ai fait à Eric, ce que j’ai toujours refusé à mon mari.
Soudain, j’entends des pas dans le couloir. J’ai juste le temps de passer ma langue sur mes lèvres, pour récupérer le surplus de sperme, et de remettre le drap en ordre, que la porte s’ouvre. Ce sont les infirmiers.

-Vous pouvez le ramener chez lui, me dit l’un d’eux. Vous êtes son mari.
-Euh…non…mais…je vais appeler mon époux pour savoir ce que je dois faire.
-Ok, au revoir Madame.

Dany me dit de le ramener à la maison pour la nuit, qu’on envisagera demain.
Mine de rien, il est vingt heures qu’and on arrive à la villa. Dany nous attend sur la terrasse.

-Alors, me dit-il, comment il va.
-Ben…il est encore dans les vaps. Il a des soins, il faut qu’il prenne contact avec une infirmière.
-Mais ma chérie, ses parents ne rentrent pas avant une semaine. Ce serait plus prudent s’il restait ici, tu pourrais t’en occuper.
-Quoi, mais je ne suis pas infirmière. Et puis, il va falloir lui faire la toilette. Tu me vois lui laver sa queue et ses couilles.
-Ce n’est pas grave, poursuit mon mari, tu sais ce que c’est. On a la même.
-C’est ça, et quoi encore…et s’il a une érection, je fais quoi ? Je lui taille une pipe, ou je me fais baiser contre le lavabo pour le soulager, c’est çà que tu veux.
-Et pourquoi pas, si ça peut le rétablir.
-Mais tu es fou…

Mon mari perd la tête. Sans le vouloir, il vient de mettre le loup dans la bergerie. Je n’en espérais pas tant. Me voila maintenant, exercer le métier d’infirmière.
Eric me trouve très compétente. Et pour cause. Tous les soirs il a droit à sa toilette coquine. Un coup une pipe, un coup il me baise…ou les deux.
Toutefois, j’essaie de ne pas crier quand j’atteins l’orgasme, mais je n’y arrive pas. Aussi, mon mari m’attend hurler quand je jouis.

-Faites moins de bruit, la haut, dit-il.

Dany donne libre court à nos ébats érotiques. Faut dire que la santé de son copain s’améliore. Il trouve le traitement excellent.
Je dois dire que je me surprends. Je le fais marcher au bord de la piscine, lui masse la cheville…une vraie rééducation. Je m’allonge près de lui, le suce, pendant qu’il caresse ma petite chatte. Quel salaud. Il a une façon de jouer avec mon clitoris…une tuerie. Il prend plaisir à m’entendre crier de plaisir, quand j’atteins l’orgasme.
Nos petits jeux pervers se déroulent n’importe où. Il n’est pas rare qu’il arrive derrière moi, sur la pointe des pieds, et qu’il me coince contre le plan de travail. Il glisse une main entre mes cuisses, écarte ma petite culotte, et me met un doigt dans la chatte, ou doigte mon petit bouton. Il sait que j’aime ça. Je fini généralement sur le canapé, entièrement nue, jambes écartées, en train de lui tailler une pipe, pendant qu’il caresse mes seins, me branle le minou, ou me met un doigt au petit trou.
Je ressemble à un pantin désarticulé entre ses mains, tellement je jouis.

Mais il faut que je me calme. J’ai aussi un mari à satisfaire, même s’il accepte que je m’offre à son copain, pour de torrides relations sexuelles, il a droit, lui aussi, à sa part de sexe. D’autant que Dany reste l’homme de ma vie, et que je ne veux le perdre pour rien au monde. Avec Eric, c’est uniquement sexuel. Un moment, j’ai pensé entrainer mon mari avec nous dans nôtre délire, mais, après réflexion, j’ai abandonné cette idée. En effet, je ne voulais pas qu’il voit ce que je faisais avec Eric, et que je ne faisais pas avec lui. Comme par exemple, lui tailler une pipe, et tout avaler, ou encore me faire sodomiser. Il n’aurait pas supporté de me voir me faire enculer.
Et puis, je me vois mal jouir sous le joug d’un autre homme devant lui.
Il accepte que j’aie un amant, et c’est déjà génial. Un jour, il m’a proposé de passer une nuit entière avec Eric. Je lui ai répondu que c’était hors de question. Tant qu’il était là, c’était dans ses bras que je voulais dormir…et baiser, bien sur.
Depuis, ma relation avec Eric, continue, avec l’accord de mon mari.

C’est pour ça que je n’ai pas été surprise, quand je l’ai senti s’allonger sur moi, pendant ce fameux match, et planté sa queue dans ma chatte. D’ailleurs, elle est toujours plantée, mais dans mon petit trou maintenant. Et il y a de forte chance qu’elle finisse par cracher dans ma bouche. J’adore.
29 vote(s)


Vous avez aimé ce récit érotique ?


Commentaires du récit : Avec le consentement de mon mari

Le 2019-05-27 14:20:19 par Aurore34
J'apprécie les commentaires pertinents de Mangouste
Le 2019-05-27 11:08:22 par mangouste
Des aveux déchirants... Mon mari m'a convertie en salope... Avec le consentement de mon mari. Vous lui faite tout subir à vos héroïnes infidèles, dans les bras de leurs amants, avec parfois un mari consentent.
Pour poster un commentaire ou faire un signalement, vous devez être connecté !



Histoire précédente <<<
>>> Histoire suivante