PAGE D'ACCUEIL > Hétéro > Récit : Beau-père (suite)

Beau-père (suite)

+49

Lecture : 5009 fois - Commentaire(s) : 0 - Histoire de LN78 postée le 06/10/2017
Le lendemain, dès son retour de l'école, mon beau père se posta devant moi dans la cuisine. Il dégrafa son pantalon et sortit son sexe. Je ne me fis pas prier et à genoux devant lui, je l'enfournais dans ma bouche.

- très bien... tu vas vite devenir une très bonne suceuse... humm c'est très bon !!!

Son sexe était tendu au maximum. et j'avais glissé une main dans ma culotte pour l'accompagner dans son plaisir.

Il se retira alors et me demanda de me relever.

- suis moi dans ma chambre, on va passer à l'étape suivante...

Je le suivis docilement, excitée par le fait d'être soumise à mon beau-père.

- Déshabilles toi complètement...

Je quittais mes vêtements tandis qu'il retirait les siens, son sexe toujours au garde à vous. On se retrouva nu rapidement. Il s'allongea sur le lit.

- viens là... et continues ce que tu as commencé.

Je montais sur le lit mais alors que je m'apprêtais à le reprendre en bouche, il me fit signe de me tourner pour me retrouver tête-bêche avec lui. Il fit passer une de mes cuisses de l'autre côté de sa tête et nous nous retrouvâmes en 69. Je me jetais sur son sexe et je sentis tout de suite sa langue experte fouiller mon intimité. Ses larges mains s'agrippaient à mes fesses, les écartant sans ménagement. Il me léchait très bien comme jamais son fils ne l'avait fait et j'y trouvais beaucoup de plaisir. Sa langue remonta lentement mais régulièrement vers mon petit trou et il commença à me lécher l'anus. Je sentais le bout de sa langue me pénétrer.

Son sexe ne semblait pas prêt à cracher son jus et j'avais désormais une folle envie de m'empaler dessus. Il dut le sentir car il me poussa gentiment à me redresser. Toujours fesses vers lui, je m'avançais vers son sexe et m'assis dessus le sentant me pénétrer profondément. Il était plus gros que mon mari et il me remplissait bien. Je bougeais lentement le bassin, savourant ce sexe en moi. Il me tenait par les fesses, les malaxant et les écartant. Je sentis un de ses doigts s'enfoncer en moi par mon petit trou. Surprenant au début, je trouvais cette double pénétration très agréable et excitante. Il joua ainsi avec mon orifice pendant de longues minutes et je sentais mon petit trou se dilater. Je sentis un orgasme me submerger et je jouis bruyamment, sans aucune retenue, m'accrochant à ses jambes.
Il n'avait toujours pas joui et il me demanda de me décaler. Je me retrouvais à quatre pattes et il se mit debout à côté du lit. Il m'attrapa par les hanches et me tira vers lui avec force.
Je compris tout de suite à quoi j'allais avoir droit lorsque je sentis son gland se frotter contre ma raie des fesses. Il exerça une pression sur mon petit trou que je sentis s'ouvrir doucement laissant son sexe se frayer un passage entre mes fesses.
Je ne disais rien, me concentrant sur la chaleur qui irradiait mes fesses.
Le sexe continuait sa lente progression. Je sentis enfin ses poils pubiens contre mes fesses. Il ne bougea plus pendant un bon moment, laissant mon corps s'habituer à la présence de ce corps étranger !

C'est moi qui prit l'initiative de bouger les hanches. Il fit alors de lents et profonds vas-et-viens. Je ressentais un mélange de douleur et en même temps d'extrême bien être très paradoxale.

Petit à petit ses allers et venues s’accélérèrent et son bas ventre se mit à claquer sur mes fesses. Il me tenait fermement par les hanches, me défonçant littéralement le cul. J'encaissais sans broncher, serrant les dents et m'accrochant aux draps.

Il donna un dernier coup de reins et se retira, m'attrapant par les cheveux et dirigeant ma tête vers son sexe. Il me le colla dans la bouche et grogna en jouissant par saccades. Je bus sa semence une nouvelle fois et y pris beaucoup de plaisir.

Enfin repu, il s'assit à côté de moi sur le lit.

- alors comment as tu trouvé ?
- un peu douloureux au début mais très agréable ensuite !
- et mon sperme... toujours aussi répugnant?
- non j'avoue que j'y prend goût...
- c'est bien tout ça... tu commences à être une bonne petite salope... ton mari va apprécier...

Je ne fis pas de commentaires... ce mot salope dont il venait de m'affubler me fit frissonner. Effectivement je m'étais comporté comme une salope, me faisant baiser et enculer par mon beau-père.

- il nous reste encore une ou deux choses à voir et j'en aurais fini avec toi... il faudrait que tu t'organises pour ne pas avoir les enfants demain midi...
- ah bon pourquoi..?
- tu verras demain... tu n'as pas une amie qui pourrait les récupérer pour le midi ? j'ai peur qu'on ne soit pas rentré à temps et du coup ça nous éviterait de nous précipiter...
- euh si ça devrait être possible...

Le lendemain dès les enfants déposés, il me retrouva à la maison. Je l'attendais sagement. Il me demanda tout de suite d'aller me changer et de mettre quelque chose de plus sexy. Je partis enfiler une robe boutonnée sur le devant et un peu décolleté. La première chose qu'il fit en me voyant ainsi, ce fut de déboutonner deux boutons, laissant apparaître mon soutien-gorge.

- allez montes dans la voiture, je t'emmène en balade.

Nous roulâmes pendant une vingtaine de minutes durant lesquelles, il me caressa à travers ma culotte tandis qu'il conduisait. J'étais trempée et j'avais très envie de lui !

Je reconnus le quartier où nous nous garâmes, des amis y habitaient. A ma grande surprise, on sonna à l'immeuble de ceux-ci. Dans l'ascenseur, je questionnais Gérard qui resta muet. La porte de l'appartement de Nicole et Eric était entrouverte et c'est ce dernier qui vint nous accueillir. Il fit la bise à Gérard et m'embrassa également, riant en voyant mon air ahuri.

Dans le salon, je m'attendais à trouver Nicole mais c'est Fabien un autre ami qui m'attendait. Gérard les connaissait bien, Eric et Fabien étant des amis d'enfance de mon mari.

- alors Caro... je dois t'avouer que quand Gérard m'a appelé pour nous parler de toi, j'ai été super surpris... moi qui te prenait pour une fille coincée, tu cachais bien ton jeu !! me lança Eric.
- attends... y'a eu du boulot avant de vous la présenter renchérit Georges... mais elle apprend vite !!
- je ne comprends pas Georges... qu'est ce qu'on fait ici ? demandais-je soudain très mal à l'aise...
- c'est la dernière étape Caroline... si tu veux être une bonne épouse, il te faut de bons amants... tu fais l'amour avec ton mari mais tu baises avec un amant... Eric et Fabien sont mariés, ont des horaires souples et sauront réveiller la femme qui dort en toi... moi je suis trop vieux pour tout ça et puis j'aime regarder !!
- mais Georges... j'ai tout de même mon mot à dire !!
- c'est comme tu veux Caroline mais toi qui fantasmait sur deux hommes, tu les as en face de toi... profites en !!
- je ne peux pas faire ça à mon mari !
- et coucher avec son père tu le pouvais ??!!

Je restais un instant abasourdie. Fabien se leva et vint près de moi.

- allez on va passer un bon moment tous les trois... depuis le temps que je mate tes gros seins, j'aimerais beaucoup les tenir en main.
- pareil pour ton cul... combien de fois je me suis branler en y pensant ajouta Eric qui était derrière moi.

Ses lèvres se posèrent dans mon cou et je crus sentir mes jambes se dérober. Mon corps ne m'appartenait plus et je m'abandonnais dans leurs bras.
En quelques instants ils me rétirèrent mes vêtements.
Les seins furent embrassés, malaxés, pelotés... leurs mains me caressaient, leurs doigts s'enfoncaient en moi, le tout accompagné de mots crus, de ce que j'aurais pris habituellement pour des insultes mais qui là m'excitaient au plus haut point... ils me traitaient de pute, de salope, de chienne... ils me disaient que j'avais une bouche à pipe, un cul à se faire démonter...
Je ne m'appartenais plus, j'étais devenue leur objet sexuel.
Fabien prit ma main et la posa sur la bosse que faisait son sexe dans son pantalon. Je regardais celui ci et extirpais un joli sexe gonflé au gland volumineux.
Contre mes fesses je sentais celui d'Éric, gonflé et dur. Je me mis à genoux devant Fabien et commençais à le sucer. Je vis rapidement le sexe de son ami arriver à ma hauteur. Il était gros et long et je me mis à les sucer alternativement. Leurs encouragements et leurs commentaires me faisaient mouiller comme une fontaine.

Ils me relevèrent ensuite et nous allâmes dans la chambre d'Éric.
Ils me prirent chacun leur tour tandis que je sucais l'autre puis Eric me sodomisa. Son sexe eut du mal à se frayer un passage mais Gérard avait prévu du lubrifiant et cela aida le sexe volumineux à entrer.
Il me défonça le cul avec force me faisant crier de douleur et de plaisir.
Fabien le remplaça ensuite et fut tout aussi brutal.

Le moment que je redoutais arriva où ils me prirent en même temps, Eric dans ma chatte et Fabien dans mes fesses.
D'abord précautionneux ils se mirent ensuite à me baiser comme une chienne que j'étais devenue dans leur bras.

C'est Fabien qui craqua le premier et je sentis son liquide chaud se répandre en moi.

Eric continua de me baiser tandis que son pote se retirait.
Il se retira enfin après que j'eus un nouvel orgasme et le demanda de le sucer.

- Gérard m'a dit qu'en plus tu avalais donc fais toi plaisir ma belle !!

Je le sucais jusqu'à l'explosion finale. Son sexe cracha une quantité incroyable de sperme qui inonda ma bouche, manquant de m'etouffer. J'avalais tout jusqu'à la dernière goutte sous les yeux ravis des trois compères !

Ce fut le début d'une relation adultère régulière. Mon mari y trouva son compte puisque j'étais devenue une femme ne lui refusant rien.
Eric et Fabien me baisaient chaque semaine ensemble ou séparément tandis que Gérard avait droit à mes faveurs régulièrement. J'étais devenue insatiable pour le plus grand plaisir de mes hommes !
49 vote(s)


Vous avez aimé ce récit érotique ?


Commentaires du récit : Beau-père (suite)

Aucun commentaire
Pour poster un commentaire ou faire un signalement, vous devez être connecté !



Histoire précédente <<<
>>> Histoire suivante