PAGE D'ACCUEIL > Hétéro > Récit : Enceinte et infidèle

Enceinte et infidèle

+41

Lecture : 3871 fois - Commentaire(s) : 0 - Histoire de LN78 postée le 05/06/2018
Cams coquines
Je suis enceinte depuis 5 mois et passé les désagréments des premiers mois, je me sens désormais épanouie. Au début de ma grossesse, avec mes hormones qui me travaillaient, mon mari Pierre était ravi mais petit à petit, mon ventre s'arrondissant, il a commencé à être gêné lors de nos rapports. Il avait peur de me faire mal, à moi ou au bébé. Bref nos rapports sont devenus plutôt épisodiques. Mais de mon côté mes hormones ne me lâchaient pas et j'avais tout le temps envie de lui. Je lui sautais dessus dès que l'occasion se présentait mais il me repoussait systématiquement.

Au quotidien, la situation devenait pesante et je découvris la masturbation pour calmer mes pulsions. A mon bureau où je travaillais encore quelques semaines, je m'enfermais parfois dans les toilettes et me caressais jusqu'à l'orgasme. Je ressortais souvent honteuse mais personne ne semblait voir mon petit manège, du coup j'y retournais souvent plusieurs fois par jour !!

Un jour, alors que les bureaux étaient quasiment désert, en fin de journée, juste avant de rentrer chez moi, je décidais une fois de plus de passer par la case toilettes. Retroussant ma jupe, je plongeais mes doigts dans ma culotte et commençais à titilleron clitoris hyper sensible.

Je gémissais doucement lorsque soudain une voix masculine me fit trésauter.

- tout va bien là dedans ? me demanda l'homme inquiet
- euh oui oui ça va merci !
- c'est toi Estelle...? Tu es sûre que tout va bien ??

Je reconnaissais la voix de Mohamed, un collègue que je pensais déjà parti.

Je remontais ma culotte et rabattais ma jupe.
Je sortis, rouge de honte.
Il était entrain de finir de se laver les mains et me regarda un peu surpris.

- j'ai eu peur que tu aies un problème me dit il.
- non ça va je t'assure.
- on aurait dit que tu pleurais... Ou bien que tu gémi...

Il n'avait pas fini sa phrase et venait de se rendre compte de ce que je faisais effectivement. La plaisir devait se lire sur mon visage et je quittais précipitamment les lieux, retournant dans mon bureau pour récupérer mes affaires et partir.

Tandis que je récupérais mon sac, je craquais. J'avais honte de moi, de ces pulsions sexuelles qui me traversaient depuis quelques temps, du rejet désormais systématique de mon mari. Je me mis à sangloter lorsqu'une nouvelle fois la voix de Mohamed me sortit de mes pansées. Il avait glissé sa tête dans l'embrasure de la porte.

- t'es sûre que tout va bien Estelle ? me demanda-t-il plein de compassion.
- sniff.. oui... sniff... ça va aller...

Il rentra malgré tout et s'avança vers moi.

- si tu as besoin de parler, je suis là, n'hésites pas. Tu veux que je prévienne quelqu'un pour qu'on vienne te chercher?

Il était gentil et attentionné. Debout devant moi il me prit par les épaules et je me blottis contre lui, continuant de sangloter. Je me sentis soudain très bien, en sécurité dans ses bras, oubliant d'un coup qu'il s'agissait d'un collègue. Nous restâmes un long moment comme ça. Cela me calma. Je me reculais et séchais mes larmes sous son regard doux et prévenant.

- je suis désolé pour tout ça... ça va pas très fort en ce moment...
- y'a pas de soucis, si tu as besoin d'en parler, je suis disponible...
- non je ne voudrais pas t'embêter avec ça.
- pas de problème, allez assieds toi, je vais te chercher un verre d'eau et tu vas m'expliquer tout ça.

Il revint quelques instants plus tard avec un grand verre d'eau fraîche.

- alors dis moi tout !
- en fait en ce moment ça va pas très fort dans mon couple... depuis que je suis enceinte, mon mari s'est éloigné de moi et ne me touche plus du tout. Il est gêné par la présence du bébé dans mon ventre et cela commence à vraiment me peser. On fait même chambre à part depuis quelques jours !!
- ah bon mais c'est fou ça... tu veux dire que depuis que tu es enceinte, vous n'avez plus de ... de rapports??
- non... et pourtant de mon côté, c'est plutôt l'inverse, mes hormones travaillent à fond...

J'étais complètement détendue mais je me rendais malgré tout compte que j'étais entrain de me confier à un collègue de bureau, pas vraiment un inconnu mais presque, Mohamed étant dans l'entreprise que depuis quelques mois.

Il m'écoutait religieusement sans juger, juste à l'écoute.

- je comprends que la situation ne doit pas être simple. Tu as essayé de lui en parler.
- oui mais il n'y arrive pas, il pense que c'est pas bon pour la grossesse...
- pourtant je suis sûr que le bébé ne sentirait rien, si ce n'est que sa maman se sente bien...!!
- tu as raison, c'est ce que je lui dis mais il ne veut pas en entendre parler...
- c'est pour ça que tu étais aux toilettes tout à l'heure ..??

J'hésitais un instant à répondre.

- oh pardon, excuses moi, je suis trop indiscret.
- non, tu as raison, effectivement je ressens le besoin fréquent d'aller me soulager moi-même... j'ai honte, tu dois me prendre pour une folle !!
- non t'inquiètes pas, je te comprends !!...

Il y eut un long silence un peu gênant puis il ajouta :

- en tout cas, ton mari est bien bête parce que je trouve que depuis que tu es enceinte, tu es rayonnante et si je peux permettre, très désirable !!

Ses mots me touchèrent et me troublèrent à la fois, je dus rougir légèrement car il s'excusa tout de suite de sa maladresse.

La situation était gênante et très troublante.

- Bon allez je vais te laisser, mais si tu as besoin, n'hésites pas ! me dit Mohamed que je sentais également troublé. Il s'approcha de moi pour me faire la bise et lorsque ses lèvres se posèrent sur ma joue, je restais logiquement en contact avec lui, faisant durer cette simple signe amicale bien plus longtemps qu'il ne le fallait. Cela ajouta un nouveau trouble chez moi comme chez lui.
Dans un instant de folie, je déposais un baiser sur ses lèvres avant qu'il ne recule. Il me regarda surpris mais également ravi et m'enlaça de ses bras musclés.

Nos bouches se soudèrent et sa langue vint jouer avec la mienne dans un baiser d'une incroyable sensualité. Nous nous embrassâmes comme des ados, laissant nos mains parcourir le corps de l'autre. Tandis que je tentais de dégrafer sa chemise, ses mains à lui avaient ouvert mon chemisier. En quelques instants, nous nous retrouvâmes peau contre peau pour mon plus grand plaisir. Ma culotte était trempée d'excitation et je sentais contre mon bas-ventre une bosse prometteuse. Il se recula soudain et alla jusqu'à la porte de mon bureau; fermant celle-ci à clé pour ne pas risquer que quelqu'un ne nous surprenne. Il revint vers moi et s'arrêta un instant m'observant avec l'oeil brillant. Il faut dire qu'avec mon chemisier largement ouvert, je lui offrais une vue plongeante sur ma poitrine comprimée dans mon soutien-gorge. Avec ma grossesse, je suis passée d'un 90C à un 90E et cette nouvelle poitrine attire souvent le regard des hommes.
Mohamed s'est approché de moi et s'est saisi de mes seins, les comprimant et les malaxant, ne tardant pas à les faire jaillir du sous-vêtement. Il les a alors embrassé, agaçant avec sa langue mes tétons hyper sensibles.

Je n'en pouvais plus et je cherchais à dégrafer son pantalon pour extraire son sexe dont j'avais une furieuse envie. Il se recula un peu pour me laisser faire et une fois son pantalon baissé, je découvris une bosse volumineuse dans son caleçon. Je fis glisser celui-ci et découvris un gros sexe, tendu aux veines apparentes. Le gland était énorme et je m'empressais de m'en saisir, le branlant lentement, contemplant ce superbe spécimen. Mohamed me laissait faire, Il finit de me retirer chemisier et soutien-gorge puis fit glisser ma jupe entraînant avec ma culotte. Je me retrouvais nue devant lui. Il embrassa mon ventre arrondi et me poussa contre mon bureau. Chassant mes dossiers, il m'aida à m'allonger dessus et m'écarta doucement mes cuisses. Je vis sa tête plonger entre elles et je sentis sa langue me lécher. Il était très adroit à ce petit jeu et me procura beaucoup de plaisir.

Sentant que j'étais suffisamment lubrifiée, il se redressa et vint se positionner entre mes jambes. Je le sentis frotter son sexe contre le mien puis s'y enfoncer lentement. Je laissais échapper un long râle tandis que le membre s'enfonçait en moi jusqu'à la garde ! Il commença alors de lents et profonds vas-et-viens me faisant jouir en à peine quelques minutes. Je n'en revenais pas, moi qui habituellement suis très longue à monter. La situation m'avait passablement excitée et je laissais éclater ma jouissance sans retenue.

Mohamed continuait ses mouvements, me procurant des sensations délicieuses. Je sentais son sexe grossir encore en moi et je le savais à deux doigts de jouir. Il se retira alors et se caressa, laissant échapper un petit grognement au moment même où un puissant jet de sperme s'écrasait sur mon ventre, allant presque jusqu'à mes seins. Il jouit une quantité incroyable de sa semence sur mon ventre et je me mordais les lèvres de ne pas avoir senti cela en moi.

Nous retrouvâmes rapidement nos esprits et c'est gêné que nous nous rhabillâmes, échangeant quasiment aucun mot.

Il me raccompagna jusqu'à ma voiture et nous nous fîmes un dernier baiser avant que je ne parte.

Cette aventure extra-conjugal m'avait profondément marquée et je ne fermais quasiment pas l'oeil de la nuit, culpabilisant. Moi qui suis une épouse dévouée et fidèle, j'avais aujourd'hui trompée mon mari alors que je portais son enfant. Je m'en voulais mais le plaisir pris dans les bras de Mohamed atténuait grandement ma culpabilité. Ce garçon avait réveillé quelque chose en moi !

Le lendemain, je me portais pâle, ne souhaitant pas recroiser le regard de mon collègue et je ne revins qu'après le week-end à mon travail. Je croisais Mohamed qui me regarda avec un regard entre gêne et envie mais j'essayais d'occulter tout sentiment et passais mon chemin.
Après ma journée de travail, dans le parking, alors que je m'apprêtais à entrer dans ma voiture, la voix de Mohamed m'interpella.

- Estelle !! Estelle ! attends moi.

Poliment je l'attendais.

- Comment vas tu? je voulais m'excuser pour l'autre soir. On aurait pas dû. Je ne veux pas que ça change quoi que ce soit entre nous... ok!
- ok.. c'est moi qui suis désolée... un instant de faiblesse, je n'aurais pas dû, je suis mariée...
- oui je sais... je voulais juste que tu saches que je t'ai trouvé magnifique avec tes rondeurs et que je pense tout le temps à toi depuis...
- tu es gentil...

Il s'avança vers moi; je reculais me retrouvant rapidement contre ma voiture.

- j'ai très envie de toi Estelle... ton corps me rend fou.
- non il ne faut pas... je t'en supplie...

Mais mon refus ne devait pas être très convaincant et Mohamed continua son avancée, m'embrassant dans le cou. Je me laissais alors complètement aller dans ses bras. On s'embrassa fougueusement et il commença à déboutonner mon haut, me pelotant sans vergogne alors que n'importe qui aurait pu arriver dans le parking. Il me poussa un peu sur le côté et ouvrit la porte arrière de la voiture, il me retourna et me poussa à l'intérieur, me faisant grimper à quatre pattes sur les sièges arrières. J'étais sur le rebord du siège, les fesses pointées vers l'extérieur. Il me releva brusquement ma jupe et écarta adroitement ma culotte. Il me tira un peu vers lui et je sentis son sexe s'enfoncer en moi.
La situation m'avait fortement excitée et son membre entra comme dans du beurre. Il se mit alors à aller et venir en moi, d'abord lentement puis rapidement, il se déchaîna, me baisant comme une chienne. Le visage écrasé sur le siège, je me laissais me faire sauter au beau milieu d'un parking, à l'arrière d'une voiture et j'y prenais beaucoup de plaisir.
Je sentis un orgasme monter au creux de mes reins et je l'encourageais à ne pas ralentir, à continuer de me baiser. Mohamed ne se fit pas prier et tandis que mon vagin se contractait sous les spasmes de ma jouissance, je sentis son sexe gonfler et exploser en moi. Son sperme me remplit complètement et commença à glisser le long de mes cuisses, allant souiller les sièges de la voiture.

Il se rhabilla vite, m'aida à sortir de la voiture et à remettre de l'ordre dans ma tenue.

- t'es une sacré femme me dit il en m'embrassant... quel pied tu me fais prendre à chaque fois !!!

Je baissais les yeux honteuse de me laisser ainsi sauter.

- vas falloir qu'on trouve une journée pour faire ça dans un lit dit il en rigolant avant de m'embrasser de nouveau.

Cette journée arriva rapidement. Mon corps réclamait le sien et je lui proposais qu'on se prenne une chambre à l'hôtel quelques jours plus tard. Dans l'intimité de la chambre, nous fîmes l'amour pendant de longues heures. Mohamed était un amant incroyable. Ce jour là, je me délectais de le sucer pendant de longues minutes, le branlant entre mes seins, comprimant sons sexe entre eux. Il me prit dans de multiples positions et je jouis à répétition. Je pris un pied terrible en étant sur lui, tandis qu'il me tenait fermement par les hanches et me faisait sauter sur sa bite gonflée. Il pouvait dans cette position me peloter les seins sans gêne. Sentant sa jouissance arriver, je lui fis le plaisir de jouir dans ma bouche. J'avalais toute sa semence et nettoyais sa queue majestueuse.

Cette aventure dura encore plusieurs semaines, On se retrouvait une fois par semaine à l'hôtel et il lui arrivait de me baiser plusieurs fois par semaine sur notre lieu de travail, après le départ de nos collègues ou en pleine journée. Mon ventre grossissait mais cela ne lui posait pas de problème. Le jour de la naissance de mon fils j'ai eu mes premières contractions pendant qu'il me faisait l'amour. Il s'est fini dans ma bouche avant de m'emmener à la maternité !!
41 vote(s)


Vous avez aimé ce récit érotique ?


Commentaires du récit : Enceinte et infidèle

Aucun commentaire
Pour poster un commentaire ou faire un signalement, vous devez être connecté !



Histoire précédente <<<
>>> Histoire suivante