PAGE D'ACCUEIL > Fantasmes > Récit : Exceptionnel 16

Exceptionnel 16

+15

Lue : 645 fois - Commentaire(s) : 1 - Histoire de Veilleur postée le 02/02/2017
Cams coquines
Cocu …. Volontaire ? NON! FIN.

Avec joie et constance je lime, j’entre, je sors, je vais, je viens, je descends, je remonte, je plonge, je me retire, c’est un manège sans fin. Nos regards ne se quittent plus. C’est nouveau, c’est tout beau, ça peut durer, ça ne doit pas s’arrêter. Ma partenaire est bienveillante et participe activement, s’offre et s’ouvre, pousse sur ses talons, projette son ventre pour m’avaler tout entier dans son vagin contracté. Elle se met à haleter, ouvre la bouche pour chercher l’air puis tire sur ma nuque pour attirer mes lèvres contre les siennes un instant. L’échec n’est plus pour moi un problème puisqu’elle me communique sa volonté de réussir. Quel changement dans la conduite de notre accouplement, nous sommes deux à la poursuite de la jouissance, sexe dans sexe, unis par notre désir de nous confondre, de ne faire plus qu’un !


La froideur d’Émilie, voulue par elle, pour justifier sa relation adultérine avec René, me revient en mémoire, comme une forme d’hostilité : son attirance pour un autre se transformait en rejet de celui qu’elle avait aimé. Le mari devait laisser place à l’amant. J’avais cru vaincre cette froideur en favorisant l’établissement d’un remède pire que le mal. Avais-je été idiot en croyant être libéral. Angèle m’a fait connaître mon erreur et répare la blessure en redoublant d’affection. Plus que la joie du corps restaurée dans notre union charnelle, croît un sentiment de bonheur intense créé par le don de cette amie nouvelle. Et ce bonheur me rend rayonnant, soutient l’élan de reconnaissance qui décuple mon énergie dans la recherche de la satisfaction totale de ma partenaire. Ma récompense arrive au premier orgasme d’Angèle.


Me revoici « homme », amant viril confirmé, fier de mes talents amoureux rétablis. Le doute instillé par le comportement de ma femme m’avait fait désespérer. Angèle chasse ce doute en couronnant mes efforts par ses gémissements de femme comblée sexuellement. Je la libère de mon poids, m’allonge à son côté et caresse ce corps si généreux, je l’embrasse de la tête aux pieds, plein de reconnaissance pour la restauration de ma confiance en mes capacités, pour le regain d ‘appétit sexuel que j’ai retrouvé grâce à elle.


L’instant est propice à une pause, elle et moi devons souffler avant de reprendre nos ébats. Je me sens assez fort pour aborder le sujet de la conduite à tenir.


- Angèle, merci. Tu as été merveilleuse. Tu m’as rendu ma dignité et mon courage. J’ai encore besoin de surmonter la déception que m’a infligée Émilie. J’aimerais lui laisser ses illusions, ne pas lui révéler que ses plans sont déjoués. M’aideras-tu à bâtir notre avenir ?


- Tu ne dois pas en douter, à condition que je puisse me libérer aussitôt de René. Je ne veux plus de ce mâle uniquement soucieux d’imposer la supériorité de sa queue et de raboter un maximum de vagins. C’est un étalon brutal, prétentieux, intéressé. Je le rejette, ta femme finira par découvrir à son tour son absence de sentiments réels. Bon, que proposes-tu ?

- Faisons comme si j’ignorais la liaison qui dure. Voyons quelles intentions les animent, sachons s’ils comptent faire durer l’imposture. Nous mettrons à profit le temps de leur tricherie pour nous rapprocher. Soit, donne congé à René, jette le plus encore dans les bras de ma femme infidèle pour qu’elle constate que sa vie n’aurait pas dû dépendre uniquement de quelques centimètres de verge en plus ou en moins. Je dois prendre quelques dispositions économiques dont la conséquence première fera fuir le gigolo.


- Et moi, quel avenir me réserves-tu ? Puis-je entamer ma procédure de divorce avec l’espoir d’être aimée de toi ?


- Ce que nous venons d’éprouver l’un et l’autre annonce une reconstruction d’un couple heureux. Mais n’engage rien si tu n’es pas certaine de m’être absolument fidèle, au moindre écart je t’appliquerais la sanction qui frappera bientôt Émilie.
A savoir que de mon côté, à mon allure, je la rejetterai quoi qu’elle dise ou fasse.


- Jean, je t’adore. Ne bouge pas, laisse-moi l’initiative pour ce soir. A ton allure signifie que tu me demandes de la patience ? Je saurai attendre quelques semaines s’il le faut, après tant d’années d’espoir. Je t’aime, ne l’oublie jamais.


Les mains puis la bouche d’Angèle redonnent à mon sexe sa meilleure allure. Sous les caresses et dans la chaleur, ma verge gagne de nouveau en volume et en dureté. Angèle envoie une jambe de l’autre côté de mon corps, marque un arrêt lorsque sa vulve passe à proximité de ma fierté retrouvée, s’empare de ma hampe verticale, en applique le gland contre ses lèvres et aussitôt m’enfile dans son sexe moelleux. C’est parti, elle me chevauche, glisse sur mon ventre comme le siège d’un rameur, d’avant en arrière avec une régularité de métronome. Puis penchée sur moi, en avant, elle lève sa croupe et la rabat autour de l’axe de mon sexe toujours avec régularité, tantôt le dos arqué, tantôt les reins creusés. Elle cherche son plaisir dans mon regard. Enfin elle presse la cadence, souffle, sue, s’excite et m’appelle pour un nouveau rendez-vous de la jouissance partagée.


L’orgasme éclate, la porte de la chambre s’ouvre : il fallait s’y attendre, c’est Émilie! Figée quelques secondes, elle apostrophe Angèle :

- Allez, ne te donne pas autant de mal, cesse de simuler. Comment peux-tu feindre de jouir alors que tu sais très bien que Jean est impuissant. Ne me raconte pas que tu sens son sexe. Viens, j’ai un problème plus pressant .

Angèle retrouve sa respiration , m’embrasse, s’agace et réplique :

- Je ne fais pas semblant. Jean est un amour et mon bonheur avec lui est complet et sincère. Tiens, tu devrais concentrer tes efforts de guérison avec René. Exercez sur une semaine ou une quinzaine vos activités sexuelles pour parvenir enfin au but, vous séparer pour que tu te consacres ensuite uniquement au bonheur de ton mari.


- Tu crois ? Mais que deviendrais Jean pendant tout ce temps ? Qu’est-ce qui prouve qu’une cure intensive atteindrait le but visé ? Non, viens avec moi, il y a urgence.


- Tu ne sembles pas pressée de rétablir ton union avec ton mari. Ne t’inquiète pas, je m’occuperai de lui. Je vous prête mon pavillon pendant deux semaines si vous le souhaitez.


-On verra après. Viens m’aider, je saigne, fais vite.


Angèle bondit. Je me redresse et m’inquiète :


Comment ? Tu saignes ? Où?


Ma réaction crée la panique. Nous attendons la réponse qui tarde mais arrive après des hésitations :


- J’ai un saignement rectal.


Angèle comprend de quoi il s’agit et ne me laisse pas dans l’ignorance:


- Je vois, René n’a pas pu s ‘empêcher de t’enculer. Cela ne fait pourtant pas partie des soins prévus. Il n’a pas pu se limiter à des rapports sexuels normaux. Je suppose qu’avec son gros machin il t’a blessé les parois anales. Tu saignes, qu’y puis-je ?


Une idée diabolique me vient :


- Ma pauvre chérie, il n’y a qu’une solution. Tu dois te rendre aux urgences de l’hôpital.


- Non! Tu me vois montrer mon cul et expliquer ce qui s’est passé.
- Où est le problème ?


- J’aurais honte.


- Honte de quoi ? As-tu eu honte de le faire ? Non, donc ce n’est pas honteux. Tu saignes, il y a donc une plaie, à l’hôpital les soignants disposent du nécessaire pour éviter une infection. Vite préparons-nous et sautons dans une voiture.


Angèle abonde dans mon sens. La perspective d’une infection mal placée l’emporte sur les hésitations, Émilie me demande de l’accompagner, j’impose la présence de René qui cherchait à se défiler. En route, Angèle conduit. Je serai spectateur amusé.
Aux urgences il faut en premier décliner son identité, présenter ses diverses cartes, la carte d’identité, la carte vitale, la carte de la complémentaire santé, puis il faut indiquer la raison de la visite avant de s’asseoir pour attendre son tour. Vous survivez aux formalisez administratives, vous avez annoncé un saignement rectal avec gêne. Au guichet on ne vous demande pas de montrer; c’est heureux.


Vous arrivez dans la salle d’examen. Il faut montrer, passe encore. Il faut dire l’origine du mal.

- Un rapport anal ? Avec votre mari, c’est monsieur ?


-Non avec cet autre homme.


Je vole au secours de la malheureuse pour éclairer l’infirmier:


- Je suis le mari, monsieur est l’amant de ma femme. Il est particulièrement armé.


- Armé ? Ce n’est pas une blessure par arme. Que voulez-vous dire ?


- René, sortez votre bistouquette pour que …


L’autre imbécile est tout fier de sortir son instrument de torture devant l’infirmier ébahi. Le brave homme admire, demande d’attendre une minute, sort. On entend rire, l’homme revient avec une jeune femme en blouse blanche et munie d’un stéthoscope. A son tour elle examine la patiente, s’étonne des dégâts et demande à voir l’engin qui a causé l’hémorragie rectale. Elle s’indigne :


- C’est la première fois. Vous ne pouvez pas faire attention. Combien d’années de mariage ?


- Euh. Nous ne sommes pas mariés.


- Et vous, monsieur, que faits-vous là? Dehors


- Mais je suis le mari. Le cocu si vous préférez.


- Un seul suffira. Madame qui reste ?


Ma femme est prise au dépourvu et pour ne pas choisir se met à pleurer. La doctoresse sort, revient accompagnée de deux porteurs de stéthoscope.


- J’avais dit :


- Un . Lequel ?


Si quelque un doit recevoir des conseils pratiques sur l’utilisation de son sexe, c’est plutôt René. Je me retire donc et vais rire avec Angèle dans la salle d’attente. Il est tard, il y a peu de monde en dehors de deux ivrognes encadrés par des policiers. Ce doit être la raison du défilé de soignants rigolards autour de ma femme et de son amant.


- Alors qu’est-ce qu’ils t’ont dit ?


- Que je devais m’abstenir de la sodomie avec René. Mais pourquoi es-tu sorti, tu es mon mari.


- Tu n’as pas nié que René est ton amant. D’autre part c’est lui le responsable de ta blessure. C’est grave ?


- Non, ils m’ont nettoyée et ont appliqué un baume cicatrisant, c’est tout. J’ai le même à la maison, on aurait pu éviter de venir aux urgences. Je suis tellement honteuse.


- Au moins je sais à quoi m’en tenir désormais. Tu pourras faire ta vie avec l’auteur de l’exploit. Désormais nous ferons lit à part dans l’attente du divorce. Je demande à Angèle de ne plus vous prêter le pavillon où vous vous rencontriez avant de venir me narguer.


- Parce qu’elle tu lui as tout raconté ? Je te croyais mon amie. Je t’avais prêté mon mari. Tu me dégoûtes Angèle. Jean, si j’arrête de voir René, me gardes-tu ? Tu ne peux pas divorcer à cause d’une erreur.


- Épargne-moi tes mensonges et tes pleurs. Estime-toi heureuse de pouvoir occuper la chambre d’amis avant ton départ vers un autre compagnon. Mais je préfèrerais te voir partir dès cette nuit avec René.


Émilie s’énerve, prend la mouche et me prend au mot sans réfléchir, mais peut-être rêvait-elle de cette solution


- Ah, bon, d’accord. Je prends quelques vêtements et je viendrai chercher mes affaires dans les prochains jours. Angèle peux-tu nous reconduire chez René ?


René est déstabilisé, trouve que c’est trop vite décider. Il aimerait avoir le temps de ranger son studio pour accueillir dignement Émilie. Il utilise le prénom plutôt qu’un qualificatif comme « ma maîtresse, mon amante, mon amoureuse ou ma chérie » ce qui dénote une pudeur surprenante après l’accident de la soirée ! Ma femme brûle de le rejoindre malgré les conseils de modération des urgentistes :


- Ne t’en fais pas; je me ferai un plaisir de te donner un coup de main pour ranger nos affaires.


Angèle rit sous cape et propose de les emmener dès qu’ Émilie sera prête. Elle les a conduits à l’adresse voulue et revient. A nous la nuit ! De nouveau j’ai 20 ans, toutes les curiosités, toutes les envies, toutes les folies amoureuses. Que la vie est belle.


Que la vie est moche dit Émilie trois jours plus tard. Elle a pris un taxi pour se sauver de chez René et de son antre étroit et encombré de célibataire impécunieux. Ne lui a-t-il pas réclamé de l’argent pour payer le loyer qu’Angèle ne veut plus assurer. N’est-il pas juste, selon ce valeureux étalon, que sa maîtresse lui rende en billets de banque la sueur de son front pendant leurs relations sexuelles extraordinaires. Hélas je refuse d’entretenir l’amant de ma femme, donc la vie est moche ! Quant à puiser dans son épargne,ma femme comprend facilement qu’elle videra ses comptes et sera ensuite rejetée. Il lui reste un peu de sagesse ! Elle s’inscrit sur des sites de rencontres. Je lui fais préciser qu’elle souhaite uniquement des candidats bien membrés.
Eh bien ! Il faut croire que ceux-ci ne manquent pas. En quarante huit heures sept hommes correspondant à la demande se font connaître. Ils sont convoqués séparément, subissent un examen physique et une épreuve pratique au lit avec la chasseuse de mâles. Ils seront appelés dans les semaines suivantes dans l’ordre voulu par ma femme et selon un calendrier qu’elle établit. Parmi ses principaux critères elle retient, après les dimensions de la bite, l’épaisseur des avoirs de l’intéressé, son métier et ses revenus. Je refuse d’entendre que je suis son préféré.


Béni soit José. Il est beau, riche et baise comme nul autre, dit Émilie. Il offre même un emploi à Émilie dans son centre d’appels. J’apprendrai plus tard que le centre d’appels est une couverture pour une maison de passes. Je ne chercherai pas à savoir le rôle de mon ex femme dans le dispositif de José, je veux l’oublier. Angèle me suffit. Je vis au jour le jour, une catastrophe arrive si vite dans un couple. Avant d’épouser ma chérie je la surveille.

Ma déception est grande le jour où je la vois pénétrer dans son pavillon avec René. Que font-ils là pendant une heure ? Le soir, à son retour Angèle trouve devant ma porte ses valises, elle ne demande pas d’explications. René viendra me confier le lendemain qu’il est atteint d’une mst et qu’Angèle lui a accordé une entrevue et donné de quoi terminer le mois en cours. Pour preuve René exhibe une nouvelle fois sa chose en mauvais état. C’est une horreur puante. Honteux et confus de mon excès de méfiance, j’appelle ma belle… qui accourt. Depuis je retrouve goût à la vie et au sexe.
15 vote(s)


Vous avez aimé ce récit érotique ?


Commentaires du récit : Exceptionnel 16

Le 2017-02-03 20:18:31 par Veilleur
C'est le dernier chapitre de cette histoire.
Pour poster un commentaire ou faire un signalement, vous devez être connecté !



Histoire précédente <<<
>>> Histoire suivante