PAGE D'ACCUEIL > En groupe > Récit : Grossesse compliquée

Grossesse compliquée

+67

Lecture : 4714 fois - Commentaire(s) : 0 - Histoire de LN78 postée le 24/04/2017
Cams coquines
Je suis enceinte depuis 4 mois de mon premier enfant. Mariée à Paul depuis trois ans, ce bébé est comme un nouveau départ après les multiples incartades de mon mari. Il disait que cela recollerait les morceaux. J'y ai cru longtemps jusqu'au jour où j'ai retrouvé dans une poche de sa veste un mot doux d'une de ses maîtresses.

Mes hormones tournant à plein régime, je n'ai cette fois-ci pas tergiverser et l'ai foutu dehors manu militari.

Me retrouver seule et assumer sans personne l'arrivée de ce bébé étaient un challenge que je voulais relever.

Paul avait quitté depuis moins d'une semaine la maison que je regrettais déjà de l'avoir foutu dehors mais je restais forte. Après les premiers mois où nausées et fatigue avaient considérablement entamé ma libido et du coup, sûrement poussé mon mari a cherché le sexe ailleurs, quelque chose se mit à changer dans mon corps. Malgré mon célibat nouveau, je me surpris plusieurs fois dans le bain à ressentir le besoin de me caresser. D'abord timidement et avec les doigts, je dus rapidement trouvé des accessoires pour assouvir mes besoins devenus quotidiens. J'allais même jusqu'à m'acheter des godemichés sur internet et alors que j'entamais le 5ème mois, j'avais en ma possession une vraie collection de sexe en latex de taille et de forme différentes.
Il m'arrivait de me caresser jusqu'à trois fois par jour et même au travail, je m'enfermais parfois dans les toilettes, sortais de mon sac un vibromasseur et me faisais jouir en quelques minutes.

Mes hormones tournaient à plein régime mais je m'inquiétais tout de même sur la santé de mon bébé et les risques que pouvaient amener le fait de me pénétrer avec des "jouets" de plus en plus gros.

Je décidais donc de voir ma gynéco afin qu'elle me rassure sur tout cela. Lors de ma prise de rendez-vous, on m'indiqua qu'elle était en arrêt maladie et que son remplaçant pourrait me recevoir dès le lendemain. Je ne prêtais guère attention au fait qu'il s'agisse d'un homme et me présentais le lendemain à son cabinet.

Il comprit de suite en voyant ma tête, que je n'avais pas fait le rapprochement. Me voyant gênée, il me demanda si nous devions malgré tout poursuivre. Je n'avais pas l'habitude de me faire ausculter par un homme mais après tout, je ne suis pas du genre pudique.

Il me demanda de me déshabiller pendant qu'il consultait mon dossier. Je ne conservais que mon soutien-gorge et m'installais sur le fauteuil. Il s'installa à côté de moi et démarra ses appareils. Il me fit une échographie sur laquelle je vis que mon bébé était en pleine forme et qu'il évoluait tout à fait normalement.
Timidement, je luis fis part de ce qui me tracassait. Il m'écoutait, me regardant avec un léger sourire.

- voilà docteur, je voulais savoir si c'était normal que ma libido ait explosé depuis quelques semaines... et si il n'y avait pas de danger pour le bébé à pratiquer trop souvent ?
- non aucun danger, ne vous inquiétez pas... pour ce qui ait de votre libido, c'est tout à fait normal.
- oui mais voila... je suis séparé de mon mari depuis quelques semaines et je... enfin... je le remplace par des... comment dire... par des jouets intimes... et j'ai un peu peur de risquer de blesser le bébé...
- ah je comprends... ce n'est effectivement pas l'idéal... mais il n'y a pas plus de danger... à moins peut être que vous n'utilisiez des jouets de très grandes tailles...??
- euh non...enfin parfois...
- dans ce cas, il faut que vous preniez quelques précautions et que vous fassiez en douceur...
- ah?!... je comprends...
- vous permettez que je vous ausculte pour voir si tout est normal?
- euh oui... si vous voulez...
- après vos... rapports.. avec vos sex-toys, vous n'avez jamais eu de saignements?
- non, non jamais..!!
- je vais tout de même vérifier que tout va bien... mettez vos pieds dans les étriers, s'il vous plait.

Je positionnais mes pieds et me retrouvais face au médecin, les jambes largement écartées.

Il se leva et se lava consciencieusement les mains. Il positionna son tabouret entre mes jambes et s'assit. Je sentis ses doigts toucher mes lèvres. Je fus un court instant surprise qu'il n'ait pas mis de gants mais je ne lui fis pas la remarque, le laissant poursuivre son examen. Il glissa un doigt, puis deux dans mon sexe, découvrant l'humidité grandissante de la zone. Je le regardais d'un oeil, le voyant très concentré sur ses doigts qui entraient en moi.
Il les enfonça loin en moi, les faisant tourner. Je sentis alors deux autres doigts qui tentaient également de rentrer. Ils les retira et attrapa un flacon. Je sentis alors un liquide froid couler sur mon sexe puis de nouveau ses doigts s'enfoncèrent en moi. Je me rendis alors compte que sa main presque entière était entrain d'entrer en moi.
Je fermais les yeux et me concentrais sur le feu qui commençait à monter en moi. Sa main toute entière était désormais en moi. Une bouffée de chaleur s'empara de moi. J'ouvris les yeux et découvris son bras qui était en moi jusqu'au poignet. Il me regarda droit dans les yeux et se mit à faire tourner très lentement son poing, m'écartant à l'intérieur. Je me mordais les lèvres pour ne pas gémir. Il fit lentement sortir sa main, recouverte de ma cyprine et du gel lubrifiant. Il posa alors son pouce sur mon clitoris et se mit à le caresser avec délicatesse et précision.
Il ne m'a fallu que quelques minutes de cette caresse pour jouir de façon délicieuse. Il s'est alors relevé et s'est essuyé les mains.

- tout est parfaitement normal me dit il... vous pouvez vous rhabiller!

Je n'en revenais pas. Il m'avait fait jouir et n'en demandais pas plus. Je reprenais mes esprits et le remerciais timidement. Je me rhabillais rapidement et m'assis en face de lui tandis qu'il remplissait son rapport à son bureau.

Il me demanda ma carte vitale et agissait comme si rien ne s'était passé.

- Comme je vous l'ai dis, tout est parfaitement normal mais, si je peux me permettre un conseil, vous ne devriez pas avoir recours à des sex-toys. Vous êtes une très jolie femme et forte attirante. Votre grossesse vous rend encore plus désirable donc je vous invite à rencontrer un ou des hommes pour assouvir vos besoins tout à fait naturels...
- ah... c'est gentil... mais les femmes enceintes font plutôt fuir les hommes que de les attirer...
- détrompez vous, j'ai des amis qui seraient ravis de pouvoir vous aider à traverser ce moment...

Il avait dit cela naturellement et attendait ma réaction. Devant mon air incrédule et surpris, il griffonna sur une petite carte et me la tendit.
- J'organise une petite soirée entre amis samedi prochain, si vous êtes disponible, confirmez le moi à ce numéro...

Je pris la carte et le saluais sans traîner.

Une fois rentrée chez moi, je tournais en rond, regardant régulièrement la petite carte et le numéro inscrit.

Finalement en fin de journée, je me décidais à l'appeler.

- Allo?
- Oui bonjour, c'est Estelle...vous savez...
- Oui Estelle, ravie de vous avoir...
- voilà, je me demandais si votre invitation tenait toujours...?
- oui bien sûr, vous êtes la bienvenue... faut il venir vous chercher ou bien vous pouvez venir par vos propres moyens?
- euh, je ne sais pas, la soirée a lieu à quel endroit?
- écoutez le plus simple c'est que je passe vous chercher, donnez moi votre adresse.

Le samedi suivant, vers 19h, la sonnette retentit. C'était lui. Je n'étais pas tout à fait prête et l'invitais à entrer le temps que je finisse.

Alors que je venais de le faire entrer, il me regarda des pieds à la tête...
- vous gardez cette tenue?

Un peu surprise de sa question, je fis signe que oui!

- Vous permettez que je vous choisisse autre chose? et il se dirigea vers ma chambre.

Je le suivais toute penaude. Il ouvrit mon dressing et fouilla dedans. Il en prit une robe noire que je n'avais pas mis depuis un bon moment. Plutôt courte et relativement décolletée, il me la tendit. Je quittais la jupe et le haut que j'avais mis et m'apprêtais à enfiler la robe.

- Stop me dit il autoritairement... quittez moi ce vilain soutien-gorge, ce sera beaucoup plus joli sans!

Je le regardais surprise mais il insista, me demandant de me dépêcher car ses invités allaient nous attendre.

Je dégrafais donc mon sous-vêtement, dévoilant mes seins lourds et gonflés... j'ai pris deux tailles de bonnet depuis le début de ma grossesse et fait aujourd'hui un bon 90 D...!!!
J'enfilais la robe qui me moulait complètement, mettant en évidence et en valeur mon ventre rond et mes gros seins. Je chaussais une paire d'escarpins à sa demande une nouvelle fois et nous finîmes par partir.

Après une petite demi-heure de route, nous arrivâmes devant un haut portail qui s'ouvrit sur une superbe maison d'architecte. Deux grosses voitures étaient déjà stationnées. Il m'aida à descendre de la voiture et je le suivis jusqu'à la terrasse. Nous passâmes par la baie vitrée ouverte et entrâmes dans un luxueux salon. Trois hommes en costumes discutaient debout, un verre à la main. Ils s'arrêtèrent immédiatement à mon entrée et me déshabillèrent du regard.

- Messieurs, je vous présente Estelle...

Les trois hommes me saluèrent chacun leur tour, l'un d'eux se permit même de caresser mon ventre, me complimentant pour mes formes.
Je n'étais pas à proprement parlé mal à l'aise mais je regardais autour de moi, cherchant du regard s'il y avait d'autres convives.

A priori, tout le monde était là. On me fit m'asseoir dans le large canapé et mon gynéco, Philippe, me tendit un verre de cocktail sans alcool. Je ne restais pas longtemps seule puisque deux hommes, Richard et Marc, me semble-t-il prirent place à mes côtés.

- je crois que c'est la plus jolie que tu nous aies ramené dit ce dernier à Philippe.

Je ne fis aucun commentaire, un peu stressée par tout cela. Philippe s'en rendit compte et me rassura tout de suite.

- Ne vous inquiétez pas Estelle, mes amis sont des gentlemans, mariés, tout comme moi... Nous avons eu la chance que nos épouses aient des enfants... 3 pour ma part et nous avons chacun la nostalgie de leur corps avec ces douces formes de futures mamans... Mon métier me permet de répondre à mes besoins mais mes amis n'ont pas cette chance. C'est pourquoi j'organise de temps à autre des soirées de ce type.
- Et je dois vous avouer dit Bruno, le quatrième larron qui se tenait à côté de lui, que vous êtes effectivement magnifique et que la grossesse vous va très très bien!!!

Je le remerciais de ce compliment et bus d'un coup mon cocktail. La conversation s'engagea sur moi, mon mari qui avait quitté la maison et ils furent unanimes pour me dire que j'avais pris la bonne décision et que mon mari ne méritait pas mieux.

Petit à petit je me détendais et je me sentais de mieux en mieux en leur compagnie. Ils se relayaient à la cuisine et me présentaient régulièrement des plateaux avec petits fours, toasts et autres gourmandises.

Cela faisait près de 2 heures que j'étais au milieu de ces 4 hommes sans qu'aucun n'ait eu un geste déplacé. Je sentais malgré tout leur regard sur mon corps et c'était très agréable de me sentir désirée. Je me sentais belle. Ils avaient tous au moins 10 ans de plus que moi, mais cela ne me dérangeait pas, au contraire, je me sentais rassurée.

A un moment, Philippe s'approcha de moi et me tendit la main. Je la pris et il m'aida à me lever. Il me guida jusqu'au milieu de la pièce. Ses trois amis me détaillaient, je sentais leurs regards sur mes jambes, mes hanches, mon ventre ou mes seins.
Philippe me fit tourner lentement à la manière d'une danseuse, tenant ma main au dessus de ma tête. Je me prêtais au jeu de cette exhibition.

Il se positionna derrière moi et me chuchota à l'oreille de me laisser faire. Sa voix était douce et chaude. Je sentis alors ses mains sur mes épaules. Un frisson me parcourut tout le corps et je sentis mes tétons se dresser sous le fin tissu de ma robe.
Il fit glisser lentement les bretelles de ma robe le long de mes épaules, les dénudant progressivement. Je sentais le tissu glisser également sur le haut de mes seins.
J'avais fermé les yeux, et j'ondulais légèrement le corps au rythme d'une musique qu'il avait eu la bonne idée de mettre.

Ma robe continuait de glisser et arriva rapidement à mes hanches, dévoilant mon ventre rond et mes seins. J'avais toujours les yeux fermés mais je me doutais que les trois hommes face à moi n'en loupaient pas une miette.
Philippe avait ses mains sur mes hanches et je sentais son souffle chaud sur mon cou. Je laissais aller ma tête en arrière et la déposais sur son épaule. Il se saisit de mon string en mettant que le tissu de ma robe et fit glisser le tout. Passé les fesses, mes vêtements filèrent au sol.
J'étais désormais entièrement nue, juste perchée sur mes escarpins, au milieu de ces 4 hommes.
Philippe se détacha de moi, j'ouvris les yeux et ces trois amis s'approchèrent. Je reçu alors des dizaines de baisers, dans le cou, sur les seins, mon ventre, mes hanches, mes fesses... pas une seule partie de mon corps ne fut oubliée.

Marc posa ses lèvres sur les miennes et sa langue s'enroula autour de la mienne pour un baiser fougueux. Mes mains partirent à la recherche de leur braguette et j'eus bientôt en main deux sexes de belles tailles, gonflés de désirs. Bruno était le seul encore habillé, à genoux devant moi et il m'embrassait le sexe avec délice, insinuant sa langue entre mes petites lèvres, titillant du bout de la langue mon bourgeon gonflé.

Je branlais maladroitement les deux hommes qui se relayaient entre ma bouche et mes seins.

Philippe s'était mis en retrait et je le voyais de temps en temps se servir de son smartphone pour prendre des photos. Je n'y prêtais pas vraiment attention, plongée dans un état second.

Bruno se releva et m'embrassa à pleine bouche, me communiquant par la même le goût de mon sexe.

Philippe proposa d'aller dans un endroit plus confortable. Je le suivis docilement et il poussa la porte d'une vaste chambre. Je m'allongeais langoureusement sur le lit et vis débarquer les trois hommes, les uns après les autres. Ils en avaient profité pour se dévêtir complètement et je les découvrais nus. Leurs sexes gonflés me donnaient des frissons. J'allais avoir ces 3 membres pour moi toute seule...

Bruno vint immédiatement se positionner à côté de moi et présenta son sexe à ma bouche. Je le pris sans hésiter tandis qu'il me caressait avec passion mon sein gauche. Le droit fut rapidement couvert de baiser par Marc et je sentis Richard m'écarter doucement les jambes. Il se positionna à genoux entre elles et après avoir frotté son sexe contre le mien, il me pénétra avec beaucoup de douceur. Je laissais un long soupir s'échapper de ma gorge, à peine étouffé par le sexe de Bruno.

Ils me firent l'amour avec beaucoup de tendresse et de douceur, à tour de rôle. Je les reçu chacun dans ma bouche, fus mise à quatre pattes, ou à califourchon sur l'un d'eux. Nos ébats durèrent plus d'une heure au cours de laquelle j'eus plusieurs orgasmes. Le premier à craquer fut Bruno qui voulut jouir sur mes seins, presque immédiatement suivi par Marc qui jouit sur mon ventre. Richard se retenait mais voyant ses amis jouirent, il ne tarda pas non plus à éjaculer sur moi.

Philippe alla me faire couler un bain et il m'aida à y rentrer. Ses trois amis vinrent me saluer avec toujours autant de classe et je restais un long moment à tremper dans l'eau chaude et parfumée.

Mon hôte vint me rejoindre et me tendit un peignoir moelleux dans lequel je me glissais. Il s'éclipsa ensuite. Je me séchais bien et sortis de la salle de bain. Je le cherchais et retournais vers la chambre d'où provenait une douce musique. Je poussais la porte et le découvris allongé sous les draps, nu, m'attendant.

Je me sentais heureuse et épanouie. Je laissais glisser le peignoir à terre et me lovais contre lui sous les draps tout frais qu'il venait de changer.

Je me blottis contre lui et ne pus m'empêcher de l'embrasser tendrement. Il répondit à mon baiser. Entre nous, mon gros ventre me gênait quelque peu mais ne m'empêcha pas de sentir son sexe en érection. Je glissais ma main vers lui et m'en saisis, peinant à en faire le tour... Très surprise, je soulevais le drap et découvris un sexe énorme. Jamais je n'en avais vu de tel. Je me mis à le caresser, dévoilant le gland violacé. Il s'était retenu toute la soirée et semblait prêt à exploser!

Je voulus monter sur lui mais il me demanda de plutôt me mettre à quatre pattes. Il voulait me prendre en levrette et je ne pouvais lui refuser ce plaisir, de nouveau très excitée!

Il se positionna derrière moi et je sentis son membre s'enfoncer lentement en moi. Il m'écartait bien et je crois que j'ai joui en seulement quelques vas-et-viens.

Il m'a d'abord fait l'amour avec douceur puis s'est mis à me baiser avec force. J'ai hurlé de plaisir sous ses coups de reins. Je me suis écroulée, me mettant légèrement de côté et il a continué à me pilonner. Je le sentais au bord de la jouissance et j'avais envie qu'il jouisse en moi, je voulais le sentir gonfler jusqu'à l'explosion finale.
Il me prévint qu'il allait jouir et je l'agrippais par la hanche, il se bloqua alors au fond de moi et je sentis son membre jouir par saccades une quantité astronomique de sperme, déclenchant un nouvel orgasme chez moi...!!

Il s'écroula à mes côtés et je sentis son sperme couler le long de mes cuisses. Je regardais son sexe reprendre taille humaine et je me blottis contre lui.

Au petit matin, je me réveillais dans la même position contre mon nouvel amant.

Depuis ce jour, je le revois régulièrement pour des examens de contrôle qui se transforme souvent en séance de sexe.

J'ai accouché seul, sans mari mais malgré tout très bien entourée. Aujourd'hui, je suis l'heureuse maman d'un petit garçon... Je n'ai pas revu les amis de Philippe mais lui me rend souvent visite. Il m'a fait découvrir des plaisir insoupçonnés et je suis désormais une femme épanouie!
67 vote(s)


Vous avez aimé ce récit érotique ?


Commentaires du récit : Grossesse compliquée

Aucun commentaire
Pour poster un commentaire ou faire un signalement, vous devez être connecté !



Histoire précédente <<<
>>> Histoire suivante