PAGE D'ACCUEIL > Candaulisme > Récit : Humiliation

Humiliation

+40

Lue : 3466 fois - Commentaire(s) : 0 - Histoire de LN78 postée le 13/11/2018
Cams coquines
Je vis avec Marc depuis 6 ans et nous devons nous marié dans quelques jours. Je suis toute excitée à cette idée et je peaufine les derniers préparatifs.

Alors que je suis chez le fleuriste à attendre que mon futur époux me rejoigne, celui-ci me laisse un message me disant qu'il est retenu au travail. Je vais devoir une fois de plus m'occuper seule des fleurs puis du rendez-vous suivant avec la photographe. Finalement le premier rendez-vous est rapidement expédié et le second est annulé et reporté au lendemain. Je me dépêche de rentrer à l'appartement pour souffler un peu avant le dîner de ce soir avec nos témoins.

Je mets la clé dans la serrure quand je constate que la porte est déjà ouverte. Marc a finalement dû rentrer plus tôt me dis je. Je pousse la porte et immédiatement, j'entends les petits gémissements qui proviennent de notre chambre. Mon esprit s'embrume d'un coup et j'avance fébrilement vers la porte entrouverte. Je m'arrête à quelques pas, tétanisée par la vue que j'ai.
Mon futur mari est à genoux sur le lit et prend en levrette, Caroline, ma témoin, mon amie d'enfance !!! Je n'en crois pas mes yeux, des larmes coulent sur mes joues et plutôt que de rentrer comme une furie, je pars en courant de l'appartement. Je cours dans la rue jusqu'au parc voisin et m'assoie sur un banc, pleurant toutes les larmes de mon corps. Je revois les deux corps nus se donnant du plaisir. Comment ont ils pu me faire ça?? Je suis anéantie !! Il faut que j'annule tout, ce mariage n'a plus de raison d'être !! Je n'arrive pas à me calmer, à réfléchir convenablement.
Au bout de plusieurs longues minutes, je tente de me raisonner. Je ne peux pas tout plaquer. J'aime Marc et la vie que nous avons et je sais que lui aussi m'aime. Il a toujours été plus demandeur que moi pour tout ce qui touche au sexe mais je n'aurais jamais pensé qu'il puisse me tromper. J'avais à cet instant l'impression que toute ma vie s'écroulait mais j'avais surtout le sentiment d'avoir été humiliée par mon fiancé et ma témoin...

Pourtant, les jours suivants, je mis un mouchoir sur cette aventure. Peut être était ce la première et dernière fois qu'ils avaient couché ensemble. Rien dans le comportement de Marc et de Caroline ne semblait prouver le contraire. J'essayais de me convaincre de tout cela et le jour du mariage arriva.
Nous avions loué pour l'occasion un petit château à quelques kilomètres de notre village. Marc et moi nous y rendîmes le matin même afin de voir si tout était bien en ordre. Nos témoins étaient également présents pour donner un dernier coup de main. A un moment, Marc et moi nous retrouvâmes séparés, lui allant vérifier quelque chose en cuisine tandis que je mettais les étiquettes sur les tables. Je me rendis alors compte que Caroline n'était plus avec moi et immédiatement, je l'imaginais dans les bras de mon futur mari. Je retournais vers les cuisines et demandais si quelqu'un avait vu mon futur mari. On m'indiqua qu'il était allé voir à la cave si le vin avait été bien entreposé. Je descendis à mon tour mais sans bruit et ce que je craignais ne fit bientôt plus de doute. Dans une allée, à quelques pas de moi, j'aperçu Marc et Caroline enlacés. Je me cachais pour les observer et vis alors mon amie se mettre à genoux devant mon fiancé. Elle le suça, encouragée par les mots crus de Marc qui finit par jouir dans sa bouche. Je remontais à l'étage et retenais mes larmes de colère et de chagrin.
Marc arriva quelques instants plus tard et me prit dans ses bras, posant ses lèvres sur mon cou. Je l'envoyais sur les roses et continuais à poser mes étiquettes, essayant de me calmer.

On repartit séparément, il avait été convenu que chacun repartait avec ses témoins et qu'on ne se reverrait que lors de notre arrivée à la mairie.

Je me retrouvais donc avec Caroline et Fabien, mon ami d'enfance. Je ne disais pas un mot jusqu'à l'appartement de Caroline où ma robe de mariée m'attendait. Sitôt arrivés, la coiffeuse qui devait s'occuper de moi commença à me coiffer. Fabien et Caroline étaient au petit soin avec moi et je commençais à me détendre. Dans ma tête, je ruminais ma situation et décidais de me venger. Il fallait que je rende la monnaie de sa pièce à Marc. En pensant à cela, je regardais Fabien. Nous nous connaissons depuis presque 20 ans, depuis le collège. Il n'y a jamais eu d'ambiguïté entre nous même si je sais qu'il a été secrètement amoureux de moi pendant de nombreuses années. Je me ressaisie. Je ne pouvais pas lui faire cela, au risque de casser notre amitié.

Une fois la coiffeuse partie, je prétextais avoir oublié quelque chose d'important chez moi pour y envoyer Caroline. Je me retrouvais alors seule avec Fabien.

- ;c'est le grand jour lui dis-je
- oui, tu n'es pas trop stressée ? me demanda-t-il, toujours aussi prévenant et gentil.
- si carrément... je suis toute tendue !
- tu veux que je te masse les épaules me demanda-t(il tout naturellement.
- avec plaisir !!!

Fabien a toujours été doué pour les massages !

- attends lui dis- je alors qu'il allait poser ses mains sur mes épaules, je vais me mettre plus à l'aise.

Sur ce je quittais mon tee-shirt, me retrouvant pour la première fois en soutien-gorge devant lui. Il me regarda faire avec un air médusé. Je m'allongeais sur le lit de Caroline et sentis ses mains chaudes se poser sur ma peau. Il passait soigneusement autour des bretelles de mon soutien-gorge, et s'arrêtait à l'attache dans le dos.

- défais le si ça te gêne lui dis-je.

Il hésita un court instant et dégrafa le sous-vêtement. Je sentis alors ses mains monter et descendre le long de mon dos.Quand elles furent au plus bas, à la limite avec mon pantalon, je lui dis :

- oh... tu pourrais me faire aussi les jambes??
- euh... si tu veux...

Je relevais mon ventre et dégrafais mon pantalon.

- tu me retires mon pantalon s'il te plait...

Il hésita de nouveau et je le sentis tirer le vêtement, dévoilant mes fesses rebondies et le petit string que j'avais mis ce matin. Ses mains reprirent leur mouvement désormais sur tout mon corps.

- hummm... que c'est bon... tu es vraiment doué pour les massages, tu as raté ta vocation !!!

Il continua quelques minutes mais l'heure avançait et je devais continuer de me préparer. Je lui demandais alors d'arrêter et me relevais. Il n'en rata pas une miette et je vis ses yeux fixés sur ma poitrine en partie découverte par mon soutien-gorge détaché.

- Je vais pas me rhabiller,, je vais plutôt enfiler ma tenue, tu pourras m'aider.

il bafouilla un oui à peine audible tandis que je retirais complètement mon soutien-gorge lui dévoilant mes seins lourds. Fabien resta bouche-bée. Je rigolais en voyant sa tête de merlan frits !!

Il se trouva tout bête. Je me saisis de me seins et les comprimais l'un contre l'autre.

- tu les trouves pas beaux mes seins ?? lui dis-je naïvement.
- euh... si, si... ils sont... magnifiques !!!
- et bah alors qu'est ce que tu attends ???
- pardon??
il ne comprenait plus du tout ce qu'il se passait. Ses mains sur mon corps m'avaient passablement échauffé et notre amitié ne comptait plus, j'avais envie de lui, j'avais envie de tromper Marc. Je voulais me faire sauter.

Fabien n'aura pas été l'amant rêvé. Après avoir hésité à me toucher, il s'est jeté sur mes seins pour les embrasser. J'ai sorti son sexe et nous nous sommes enlacés sur le lit de mon amie. J'ai reçu avec plaisir son sexe en moi mais il était tellement excité, qu'il a joui en quelques mouvements. Honteux, je l'ai rassuré et ai vite repris mes esprits. Caroline n'a pas tardé à revenir tandis que je finissais d'enfiler ma robe. Je sentais le sperme de Fabien couler dans ma petite culotte et humidifier celle-ci et j'imaginais déjà la tête de Marc lorsqu'il le découvrirait!!

Le passage devant Monsieur le maire s'est super bien passé. Seul Fabien semblait ailleurs. La sortie de la mairie sous les applaudissements et pétales de roses furent comme je l'avais imaginé. J'étais désormais mariée et heureuse de l'être !

Le cortège de voitures nous suivit jusqu'au château et les festivités purent commencer. Le champagne fut servi et j'en abusais un peu. Marc ne resta pas longtemps à mes côtés, allant de convives en convives. Je dus rapidement me rendre aux toilettes, le champagne ayant vite rempli ma vessie. Alors que je rentrais dans le château, je tombais nez a nez avec le grand frère de Marc. On n'avait pas eu l'occasion de se voir depuis le début de cette journée et j'étais ravie de le saluer. Je lui demandais de m'attendre le temps que j'aille me soulager. A mon retour, il me regarda arriver avec un grand sourire.

- tu es ravissante dans cette robe !! me dit il avec son ton charmeur habituel.
- tu es gentil !! est ce que tu peux m'aider, j'ai une des baleines de la robe qui me fait horriblement mal... elle a du se tordre dans la voiture...
- bien sûr!
- à l'étage, on a une chambre, ce sera plus facile lui dis-je tandis qu'il me suivait docilement dans les escaliers.

Sitôt dans la chambre, je m'assis sur le bord du lit et lui montrais l'endroit où cela me faisait mal. Il regarda rapidement mais semblait embêté.

- tu veux que je la retire lui demandais?
- peut être que ce sera plus facile, oui...

Je lui fis signe de défaire le zip dans le dos et je laissais glisser la robe à mes pieds. Placé derrière moi, il devait avoir une vue sur mes fesses et sur l'ensemble de lingerie que je portais.
Il resta d'ailleurs un instant silencieux et immobile. Je tournais la tête et le vis me détailler de la tête au pied !

- ca va lui demandais je avec un petit sourire?
- euh...oui...oui... pardon !!
- me dit pas que tu te laisses encore distraire par des fesses de femmes??
Il avait la réputation d'être un séducteur et on ne comptait plus les conquêtes qu'il ramenait aux repas de famille!

- non mais j'avoue que je ne t'avais jamais vu sous cet angle !!
- et alors?
- et alors?! mon petit frère a de la chance, tu es magnifique !!
- tu sais d'autres que lui peuvent en profiter...

J'avais dit cela tout naturellement et je sentis de suite qu'il ne savait plus quoi dire ni quoi faire.
Je pris alors les côtés de ma culotte et la descendis, me penchant et dévoilant ma croupe à mon beau-frère. Sa réaction ne se fit pas attendre et je sentis ses mains sur mes hanches.Je me redressais et sentis son torse contre mon dos. Ses mains s'aventurèrent sur mes seins qu'il malaxa. Il me retourna et voulut m'embrasser mais je tournais la tête.

- non pas ça... baises moi, c'est tout ce que je veux !!

Je lus sa surprise dans son regard mais il ne tergiversa pas et dégrafa son pantalon. Je grimpais sur le lit et me mis à quatre pattes.

Je le sentis se positionner derrière moi. Il allait me pénétrer lorsque je le repoussais. Je tournais la tête et vis son regard surpris.

- encules moi, j'ai envie de te sentir dans mes fesses.

Il était excité et je voyais ses yeux brillants en regardant mes fesses. Il se baissa et écarta mes deux lobes de chaires. Je sentis sa langue se poser sur ma rosette et après quelques mouvements, son sexe prit la place. Il s'enfonça à sa grande surprise et à la mienne, avec une étonnante facilité. Il me baisa avec ardeur, donnant de puissants coups de reins. Son sexe gonflait coincé dans mon rectum et soudain je sentis les spasmes de sa queue qui crachait sa semence. Il s retira rapidement et se rhabilla, s'excusant de ce qu'il venait de se passer.
Je le laissais quitter les lieux, remettant soigneusement ma culotte qui allait bientôt se voir orner d'une seconde coulure de sperme. J'étais très satisfaite du tour que j'étais entrain de jouer à Marc et je regagnais la fête.
Je sentais ma culotte souillée par la semence de mes deux amants du jour et tandis que Marc m'embrassait devant les convives ravis, je repensais au plaisir pris.
Un peu plus tard dans la soirée, après les habituels discours des témoins, et premières danses, je me retrouvais dans les bras de Steven le témoin de Marc. C'était la dernière pièce de ma vengeance. Alors que nous dansions, je lui demandais de me retrouver dans 5 minutes au premier étage du château et surtout de ne rien dire à Marc.
Pensant qu'il s'agissait de faire une surprise à son ami, Steven ne se douta de rien et vint me rejoindre. Je lui fis signe de me suivre dans la chambre. Sitôt entré, je me plaquais contre lui. Très surpris, il tenta de se dégager, sa bonne conscience l'incitant à prendre ses jambes à son cou. Je posais autoritairement ma main sur son entrejambe et lui malaxais le paquet.

- j'ai eu envie de toi toute la soirée, lui dis-je

Il me regarda horrifié mais je sentais son sexe grossir entre mes doigts, signe que sa bonne conscience s'était vite évaporée !! Je dégrafais alors son pantalon et extirpais un sexe de belle taille. Je me mis à genoux et ne lui laissais pas le temps de réagir, le faisant coulisser entre mes lèvres pour une douce fellation.
Steven gémissait doucement, m'encourageant à continuer.Je sentis ses mains faire glisser les bretelles de ma robe puis de mon soutien-gorge. Manifestement, il voulait voir mes seins et je lui fis ce plaisir, dévoilant ma poitrine à ses yeux exorbités. Je continuais de le branler et coinçais sa queue entre mes seins. Je le caressais ainsi, le reprenant régulièrement dans ma bouche.
Je le sentais gonfler de plus en plus.

- tu vas me faire jouir... c'est trop bon !! t'arrêts pas !!!

Je le repris une dernière fois dans ma bouche et je sentis les premiers jets de sperme s'écraser sur mon palais, suivi de plusieurs autres. Je dus me résigner à tout avaler tellement sa jouissance était abondante.

Sitôt la dernière goutte avalée, il retrouva sa bonne conscience et s'excusa à son tour, tournant les talons et regagnant la fête. Je souris en repensant à cette journée folle et après avoir remis de l'ordre dans ma tenue, je regagnais à mon tour la piste de danse. J'allais directement voir Marc et me collais contre lui. Je l'embrassais à pleine bouche et le laissais mélanger sa salive à la mienne lui donnant le goût du sperme de son témoin !!!
Il me regarda et dût se demander ce que j'avais manger ou bu !!!
Je lui demandais si nous pouvions nous éclipser enfin que j'avais envie de consommer notre union ! Il en fut ravi et me suivit docilement jusque dans notre chambre.
Il était tout excité et je lui laissais le soin de me déshabiller. Il fit d'abord descendre ma robe, dévoilant ma parure de lingerie qu'il découvrait pour la première fois puis me retira mon soutien-gorge. Je ne le laissais pas aller plus loin et le poussais sur le lit.

- regardes ce que ma soeur nous a offert pour notre mariage lui dis je en lui montrant une paire de menottes enrubannées de plumes blanches.

Il sourit et s'allongea sur le lit. Je le chevauchais et attrapais sa main droite que j'accrochais au montant du lit, faisant ensuite de même avec sa main gauche.

Je l'embrassais à nouveau à pleine bouche, faisant tournoyer ma langue autour de la sienne.

- mon chéri, j'ai une folle envie que tu me baises ce soir !!

Il était comme un fou, trépignant d'impatience. Je retirais ma culotte et la posais à côté de lui, puis dégrafais son pantalon, lui retirant un à un ses vêtements. Il bandait comme un âne et je commençais à le sucer. Je le sentais mûr. Je me positionnais sur lui et m'assis sur son sexe, le sentant s'enfoncer au plus profond de moi.

Je ne bougeais soudain plus.

- je vais te faire hurler de plaisir lui dis-je... mais comme je ne veux pas que nos invités t'entendent, je vais te bâillonner.

Il prenait tout cela pour un jeu et me laissait complètement faire. Je pris alors ma culotte et lui fourrais dans la bouche. Ses yeux brillaient d'excitation.

Je commençais alors de lents vas et viens sur sa queue dressée.

- mon chéri.... hummm..tu te souviens de notre rendez-vous de mercredi dernier.... hummm.... tu n'avais pas pu venir car tu étais retenu au bureau.... figures toi que je suis rentré beaucoup plus tôt que prévu à la maison...

Je vis ses yeux s'agrandirent et je pus lire son inquiétude.

- hummm... que c'est bon... hummm... je t'ai vu ce jour là entrain de sauter Caroline!!!

Cette fois-ci, il n'était plus inquiet mais carrément pris de panique !!

- et ce matin dans la cave... je vous ai également vu....

Il ne bougeait plus et je sentais son sexe débander en moi. J'arrêtais alors également de bouger.

- mais je ne t'en veux pas... si tu es allé dans ses bras c'est sûrement que tu n'avais pas ce que tu voulais avec moi.... je te pardonne donc mais tu mérites une bonne leçon... je veux juste que tu saches que j'ai fait tout cela parce que je t'aime mais que je ne pouvais pas être humiliée de la sorte.
Il tentait de dire quelque chose mais mon slip dans sa bouche l'empêchait de parler.

- alors voila... quand j'ai découvert tout ça, j'ai voulu tout plaquer mais je me suis dit que tu devais d'abord vivre la même humiliation que moi.... alors écoutes moi bien. Tout à l'heure quand tu m'a embrassé, tu as du sentir un goût nouveau dans ma bouche. Ce goût, c'est celui du sperme de Steven, ton témoin. Je l'ai sucé ici-même il y a tout juste 10 minutes. Et comme toi ce matin dans la bouche de Caroline, il n'a pas résisté longtemps.

Son visage devint tout rouge et je le sentais furieux !

- calmes toi, ce n'est pas fini !! tu n'as pas du faire attention mais la petite culotte que je portais et que tu as désormais dans la bouche avait de nombreuses tâches. Tout d'abord il y a eu Fabien qui m'a sauté sur le lit de Caroline ce midi et ce soir tandis que tu dansais avec cette dernière, ton frère m'a enculé sur ce même lit où nous nous trouvons!!

Il n'en croyait pas ses oreilles et me regardait désormais avec des yeux horrifiés.

- tu vois moi aussi je peux t'humilier mais moi j'ai le courage de te le dire en face ! Je vis alors des larmes couler le long de ses joues. Quelque part j'étais fière de lui avoir rendu la monnaie de sa pièce, d'autre part je m'en voulais que les choses soient allées si loin. Je me couchais sur lui.

- je t'aime mon chéri. Je sais que je n'aurais pas dû mais je me suis sentie tellement humiliée que je devais réagir. Je n'ai pris aucun plaisir à te faire ça.

Il marmonna quelque chose et je décidais de lui retirer ma petite culotte souillée.

- moi aussi je t'aime me dit il... Je suis désolé pour Caroline... je n'aurais jamais dû...
- je suis peut être fautive...
- tu disais souvent non et j'avais l'impression que le sexe ne t'intéressait pas... mais quoi qu'il en soit, je n'aurais jamais dû.... tu as vraiment fait tout cela aujourd'hui ?
- oui... je suis désolée, j'étais tellement furieuse...

Je sentis soudain son sexe se remettre à grossir contre mon ventre.

- et bah, ça n'a pas l'air de te gêner que je me sois fait sauter par d'autres ??!!
- j'ai toujours imaginé ça et même fantasmé dessus.Je rêvais d'avoir une petite salope à la maison mais là tu as dépassé mes espérances !!! Bon je suis cocu même archi cocu mais t'imaginer te faire sauter me fait bander !

Et effectivement le bougre bandait dur !!! Ce fut le début d'une folle nuit d'amour !!
40 vote(s)


Vous avez aimé ce récit érotique ?


Commentaires du récit : Humiliation

Aucun commentaire
Pour poster un commentaire ou faire un signalement, vous devez être connecté !



Histoire précédente <<<
>>> Histoire suivante