PAGE D'ACCUEIL > Candaulisme > Récit : L'accident

L'accident

+84

Lecture : 10298 fois - Commentaire(s) : 1 - Histoire de LN78 postée le 06/10/2017
Cams coquines
Mariée depuis 23 ans et très amoureuse de mon mari, je ne l'ai jamais trompée, ni même imaginer le faire. Il y a quelques mois, mon mari a eu un accident assez grave et est resté paralysé du bas du corps pendant plusieurs semaines. A force de volonté et de rééducation il a progressivement retrouvé l'usage de ses deux jambes mais à son grand désespoir et au mien, il n'a depuis ce jour plus eu d'érection. Les médecins nous disent que cela va revenir et que ce n'est pas quelque chose d'irrémédiable mais plus les jours passent et plus je sens mon mari blessé par cette situation.

Nous avons tout essayé mais pour le moment rien n'y fait.

Un soir alors que je tentais une nouvelle fois ma chance, le caressant et l'embrassant, m'attelant à faire renaître la bête endormie. Mon mari me dit qu'il voulait trouver d'autres solutions, que je ne pouvais pas rester ainsi avec lui, sans prendre du plaisir.

Il est vrai que cette situation était pesante. Le sexe a toujours été très bien avec mon mari et nous avions avant cet accident une sexualité que je dirais épanouie.

Je ne voyais pas trop quelles solutions autres que médicales ou psychiques nous allions pouvoir trouver mais il avait d'autres idées en tête.

C'est ainsi qu'au début, il commanda plusieurs sex-toys sur internet. Dès leur réception, il voulut que je les teste devant lui. Je ne m'étais jamais servi de pareils objets et je fus un peu dubitative. Pourtant je dois bien l'avouer, ils me permirent de reprendre un plaisir que j'avais peu à peu oublié. Je ne réussis pas à atteindre l'orgasme mais vibromasseurs et godes me permirent pendant quelques temps de retrouver un semblant de sexualité et de complicité avec mon mari. Il prenait un vrai plaisir, cérébral, à m'enfoncer un gode représentant à la perfection un sexe d'homme. Il l'avait choisi noir et de belle taille. Je le voyais fasciné par l'objet qui entrait et sortait de moi.

Mais au bout de quelques jours, il me dit que cela ne lui suffisait pas et qu'il voulait me voir jouir. Je lui dis que ces jouets, même très bien fait, ne remplaçaient pas la chaleur et la douceur de son sexe, que pour atteindre l'orgasme, il me fallait sentir sa peau contre moi, son excitation dans son corps.
C'est alors qu'il me proposa que je prenne un amant. Je tombais des nues... mon mari était prêt à me jeter dans les bras d'un autre homme!

Je refusais catégoriquement mais pendant plusieurs jours il revint à la charge me faisant presque culpabiliser de refuser. Il voulait que nous allions sur un site de rencontres ou échangiste et que je choisisse un homme. Mon mari voudrait bien entendu être présent et regarder la scène. D'après lui cela pourrait peut être décoincer sa propre mécanique. Je n'en revenais pas qu'il puisse penser à pareille chose. Je pris cela comme une offense, pensant qu'il ne m'aimait plus mais c'était pour lui tout le contraire, il me proposait cela par amour, il ne suprotait plus de nous voir comme cela.

Je pris le temps de la réflexion et un soir, j'acceptais de regarder sur un de ses sites. Je lui dis que je n'avais pas dit oui mais que l'on pouvait essayer déjà de dialoguer.

Il était fou de joie et on s'installa ensemble sur le canapé, ordinateur sur les genoux et il commença à chercher des sites valables. Finalement, on opta pour la référence en la matière question échangisme et il créa notre fiche. Il y ajouta quelques photos soigneusement sélectionnées parmi celles qu'il avait pris de moi lors de nos dernières vacances et lors de quelques soirées où il avait intégré l'appareil photo à nos séances de câlins. Je refusais qu'il en mette sur lesquelles j'étais entièrement nue. Seules les photos où je me dévoilais furent mises en ligne après bien sûr avoir flouté mon visage et l'environnement.

Les premiers contacts, coup de coeur et autres flash ne tardèrent pas et je fus surprise (et flattée!!) de mon petit succès. On commença à tchatter avec plusieurs hommes et même un couple et après 2 bonnes heures sur le pc, je fis déjà une petite sélection parmi les contacts, ne donnant pas suite aux hommes trop entreprenants et qui nous montrèrent leur sexe en gros plan sur l'écran après seulement deux phrases !!

Au final, mon mari me laissa l'ordinateur sur les genoux et me laissa discuter par claviers interposés avec un couple et deux hommes qui semblaient respectueux et qui ne faisaient pas 12 fautes par phrase !!
Le couple finit par nous envoyer des photos à visages découverts, nous laissant découvrir un couple d'une trentaine d'années, plutôt mignon tous les deux. Madame avait une très jolie poitrine. Nous discutâmes ps mal et j'en appris davantage sur le fonctionnement du site, les rencontres qui s'en suivent, etc...
L'un des deux hommes, travaillant de nuit, dû abandonner la conversation et je restais jusque tard en discussion avec l'autre. Son pseudo "Black21" laissait de la place pour l'imagination et à ma question s'il s'agissait de son âge ou de son département, il me fit rougir en me disant ni l'un ni l'autre !!!

Mon mari était tout excité et même si cela ne provoquait rien au niveau de son entrejambe, cela ne l'empêcha pas de me toucher, caresser, peloter, faisant jaillir mes seins pour les embrasser.

Finalement nous finîmes au lit et je pris spontanément le gode noir pour me masturber. Il ne me fallut que peu de temps pour avoir un orgasme délicieux sous les yeux ravis de mon mari. Mes dialogues sur internet m'avait passablement excitée et en m'enfonçant ce sex-toy, mes pensées étaient allés vers ce black bien membré.

Mon mari était aux anges et constata que cette idée n'excitait pas que lui. On en parla et je lui avouais n'être pas prête à franchir le pas de rencontrer cet inconnu mais que je voulais bien continuer à discuter avec lui.

Au fil des jours, ce site devint presque une drogue. Je m'y rendais quotidiennement et plusieurs fois par jour, au travail ou à la maison. Je me cachais même parfois de mon mari pour pouvoir discuter plus librement avec Djibril, c'est le vrai nom de ce fameux Black21.

Un soir, mon mari me poussa à aller plus loin et à accepter une conversation avec lui par webcam. Il ne se montrerait pas à la caméra mais resterait à m'observer. Lorsque la connexion pu aboutir, je frissonnais de peur et d'impatience mélangées. Je découvris le sourire étincelant du jeune homme. Il avait une petite trentaine, bel homme. Face à la webcam, il était torse nu, me laissant admirer sa plastique irréprochable. Intimidée, je le laissais parler, répondant très succinctement.
A un moment, il me demanda si j'acceptais de me montrer. Mon mari face à moi fit signe oui de la tête, les yeux brillants d'excitation. Je reculais alors un peu dans le canapé, afin qu'il ait une vue plus large et dégrafais un à un les boutons de mon chemisier. Je le quittais et attrapais l'attache de mon soutien-gorge que je fis sauter. Je vis le regard amusé et très intéressé de Djibril en découvrant mes seins.

Il siffla me disant qu'ils étaient magnifiques et que j'étais très excitante. Bêtement je répondis "ah bon?", ce à quoi il répondit en se levant : "oui, regardez, je ne mens pas !!"

Je découvris alors son sexe en érection. Long, noir comme de l'ébène, avec un gland volumineux rosé. Il le tenait à pleine main, le serrant et faisant ressortir les veines. Malgré sa main, j'en voyais encore une belle longueur. Mon corps fut parcouru d'un frisson.

Il me proposa alors de faire l'amour virtuellement. Devant mon air ahuri, il me dit qu'il allait me dire ce qu'il aimerait faire avec moi et qu'il allait se masturber en même temps devant moi et qu'il aimerait beaucoup que je fasse de même...

Mon mari trépignait devant moi. Excitée par la situation et la vision du sexe du jeune homme. Je glissais ma main vers mon entrejambe. Je vis alors le sourire satisfait de Djibril.

Mon mari pencha la caméra pour que mon amant virtuel n'en rate pas une miette. Tandis que lui même s'était installé différemment, prenant du recul et me permettant de le voir presque complètement.

Il commença à me raconter la façon dont il verrait notre rencontre, dans un bel hôtel, en pleine journée. Un grand lit nous attendrait. Il s'occuperait d'abord de moi, me caressant, me massant tout le corps. A ces mots, je mouillais comme une fontaine, mes doigts s'agitant sur mon clitoris tandis que mes yeux ne quittaient pas ce sexe superbe que sa main découvrait puis recouvrait.

Après les caresses, il aurait très envie de m'embrasser et descendrait entre mes jambes. Il plongerait sa langue dans mon sexe chaud et humide. Il rêverait de me donner un orgasme avec sa langue. Mon corps réagissait à chacun de ses mots et mon excitation ne faisait que croître. Après il aimerait beaucoup que je le suce, que ma bouche accueille sa queue tendue. En imaginant la scène, j'ai soudain senti un orgasme délicieux remonter au creux de mes reins. J'ai accéléré mon doigt sur mon petit capuchon et j'ai laissé échappé un profond gémissement, me crispant et me tendant sur le canapé! Je venais de jouir sous les yeux d'un inconnu. Ce dernier s'était rapproché de l'écran pour mieux voir.
Je fus du coup très gênée et dû rougir. Il me dit que j'étais magnifique quand je prends du plaisir. Il se recula alors et je le vis accélérer le mouvement sur son sexe. Je voyais le gland prêt à exploser. Il fit encore deux ou trois mouvements brefs et soudain son sexe se mit à cracher plusieurs jets de sperme épais qui s'écrasèrent sur son ventre, allant presque jusqu'à son torse. Je n'en revenais pas de la quantité incroyable que son engin libérait et je me mordais les lèvres en imaginant un court instant ce sperme sur mon corps.

On coupa assez vite la connexion, j'étais un peu gênée. Mon mari me prit dans ses bras et m'embrassa avec passion, me disant à quel point il m'aimait.

Le lendemain je recevais sur ma boite de message, un petit mot de Djibril qui me remerciait pour ce moment délicieux. Il m'avoua rêver de notre rencontre et qu'il espérait qu'elle se fasse très prochainement. Mon mari me poussait également dans cette voie mais j'avais encore des peurs si bien que je laissais passer quelques jours avant de rediscuter avec Djibril. Mais quelque chose en moi réclamait cette sexualité débridée. En nous couchant, blottie dans les bras de mon mari, je lui chuchotais à l'oreille que j'étais prête. Il n'en crut pas ses oreilles et me fit répéter deux fois. Il m'enlaça et m'embrassa et je sentis soudain contre ma cuisse son sexe qui gonflait. Quelle surprise. Je soulevais les draps et découvris un début d'érection très encourageant. Je me jetais dessus mais malheureusement quelques secondes après l'avoir pris dans ma bouche, il dégonfla à mon grand regret.
Mon mari me dit que nous étions sur la bonne voie et que cette ultime étape allait très certainement l'aider.

Le lendemain, je contactais Djibril. Mon mari avait déjà tout organisé et réservé un petit hôtel à 40 minutes de Paris à la campagne. Djibril accepta sans hésitation l'invitation.

Deux jours plus tard, c'est toute tremblante que j'attendais avec mon mari au bar de l'hôtel. Nous vîmes arriver au loin le bel africain avec sa carrure d'athlète. Très classe en costume et chemise, il dégageait une assurance certaine. Il me salua en me tendant sa main et en déposant un petit baiser sur ma joue qui me fit frissonner. Il salua ensuite mon mari qui n'avait qu'une idée en tête, que l'on monte à la chambre !

Je pris le temps de proposer de commander un verre pour notre invité. Ce dernier me détaillait de la tête au pied et tandis que mon mari lui commandait un verre, il me chuchota à l'oreille que j'étais encore plus excitante en vrai que derrière mon écran. Je me sentis frémir d'excitation et mes petites lèvres se lubrifièrent immédiatement.
Nous discutâmes un moment, assis au bar, Djibril debout entre nous deux. Il avait posé sa main sur le dossier de ma chaise et de temps en temps effleurait mon dos, faisant encore un peu plus monter la température dans mon corps.

Finalement c'est moi qui prit l'initiative et leur proposais de monter. J'entrais dans l'ascenseur suivi des deux hommes sous l'oeil envieux du barman. Sitôt la porte fermée, Djibril qui était juste derrière moi, félicita mon mari d'avoir une femme aussi jolie. Il ajouta que j'avais des fesses magnifiques dans cette jupe noire. Ce à quoi mon mari répondit que je n'avais rien mis dessous pour lui être agréable. Je vis dans le miroir face à moi les yeux amusés de l'homme qui demanda l'autorisation à mon mari de pouvoir vérifier. Le signe de tête et le regard brillant de mon époux parlaient d'eux même. Je sentis alors les mains de l'homme se poser sur mes fesses et descendre rapidement jusqu'à toucher le fin tissu de mes bas, puis remonter tout aussi vite, relevant ma jupe et découvrant mes fesses.

Le murmure approbateur de Djibril indiqua qu'il appréciait le spectacle. Ses doigts s'insinuèrent entre mes cuisses et entrèrent en contact avec mon sexe trempé. Il en fit glisser un le long et retira sa main pour le porter à sa bouche, se délectant de mon goût et de mon odeur.
La porte de l'ascenseur s'ouvrit et je me dépêchais de redescendre ma jupe.
Mon mari nous précéda dans le couloir et ouvrit la porte de la chambre. Djibril était derrière et, sitôt entrés, il se colla à moi et m'embrassa dans le cou. Je sentis tout de suite contre mes reins la bosse prometteuse de son sexe, comprimé dans son pantalon. Je me tournais et nos lèvres se soudèrent pour un long baiser. Sa langue s'enroulait avec sensualité autour de la mienne tandis que ses mains m'avaient saisi les fesses et remontaient ma jupe.

Je ne sais même pas où était mon mari à cet instant, tellement j'étais transporté par mon désir. Les mains expertes de l'homme me mirent nue en quelques mouvements. Il se saisit de mes seins et les pelota sans ménagement. Il me poussa ensuite sur le lit. Sans aucune pudeur, je lui offrais mon corps nu, les jambes écartées. Il me fixait droit dans les yeux et commença à doucement se déshabiller me faisant languir. Ma main glissa jusqu'à mon entrejambe et je me caressais en l'attendant. Lorsqu'il fit glisser son boxer, je découvris enfin l'objet de mon désir, cette queue noire, aux dimensions impressionnantes.
Je me redressais, prenant appuis sur mes avant-bras. Il s'avança vers moi et autoritairement, m'attrapa par les cheveux, me fourrant son sexe dans la bouche. J'étais une vraie furie et je me déchaînais sur son sexe, appréciant son goût et sentant les veines gonflées le long de la hampe avec ma langue.
Mon mari s'était rapproché de nous et observait sa femme sucer un autre homme. Je n'y prêtais guère attention, appliquée à donner le meilleur de moi-même à cet homme. Il me poussa sur le lit et embrassa mes seins, puis mon ventre et se concentra sur mon sexe trempé de plaisir. Sa langue bougeait bien mais je sus tout de suite qu'il n'arriverait pas à me faire jouir, passant souvent à côté du point sensible. Je le laissais tout de même faire, appréciant ses doigts qui s'enfonçaient en moi et qui chatouillaient mon petit trou.

Il se releva enfin et écarta plus largement mes cuisses, je le retenais avant qu'il me pénètre. Je voulais qu'il mette un préservatif mais mon mari me rassura en me disant que Djibril avait bien voulu faire un test et qu'il lui avait envoyé les résultats hier. Tout est ok !

J'allais donc sentir le sexe de l'homme sans capote et peut être allait il jouir en moi...

Il se présenta de nouveau à l'entrée de ma grotte humide et frotta son gland avant de l'enfoncer profondément. Je laissais échapper un long soupir de bien être en sentant ce pieu de chaire entrer en moi. Il commença à aller et venir et je ne pus résister au plaisir de poser mes mains sur ses hanches, le bas de son dos et ses fesses, sentant les contractions des muscles à chaque mouvement. Il venait de temps en temps m'embrasser. Il releva mes jambes et posa mes mollets sur ses épaules. Le rythme s'accéléra alors et il me baisa avec force. Son sexe allait profond en moi et tapait sur les parois de mon vagin me faisant découvrir un plaisir nouveau.
Mon corps ne m'appartenait plus et je subissais désormais les coups de reins de l'homme en tentant d'étouffer mes cris et mes râles de plaisir.

Djibril s'est avéré être très endurant et alors que mon premier orgasme arriva, il ne faiblit pas un instant niveau rythme. Je laissais échapper ma jouissance. Mes cris résonnèrent dans la pièce et durent s'entendre à tout l'étage de l'hôtel.

Il me fit pivoter et mettre à quatre pattes et reprit de plus belle, me tenant fermement par les hanches. Nos corps étaient en sueur et son sexe glissait en moi presque sans frottement malgré son diamètre incroyable. Il me baisait sauvagement et je ne tins pas longtemps sur mes bras, m'écrasant de tout mon long sur le lit, les bras tendus tentant de repousser la tête de lit. Allongé de tout son long sur moi, il m'écrasait à chaque vas-et-viens. Je criais, la tête enfouie dans les oreillers. Ses mains me tenaient les fesses et il les écartait, jouant à frotter ses pouces sur mon petit trou. A un moment, il en enfonça un carrément. Je tentais de me relever, peu habituée à ce genre de pénétration mais une de ses mains m'en empêchait.
Il interpella mon mari en lui disant que j'avais un petit trou qui semblait aussi accueillant que le reste. Mon mari excité comme une puce lui dit qu'il avait qu'à en profiter !

Je ne suis pas adepte de la sodomie et mon mari n'y a eu droit que quelques rares fois. Le calibre de Djibril me faisait peur et je tentais de protester. Il n'insista pas et se remit à aller venir avec force. Un second orgasme me terrassa et il finit par se calmer. Il sortit son sexe et le frotta régulièrement sur la raie de mes fesses. Je sentis alors le liquide chaud se répandre en plusieurs saccades coulant sur le bas de mon dos et dans la raie des fesses,
Il avait joui sans presque un mot, juste une respiration plus rapide. Il continua de faire aller et venir son sexe entre mes fesses étalant son sperme et soudain je sentis le gland s'appuyer sur ma rosette. Sa semence avait lubrifié la zone et le gland se fraya un chemin aisément. Je n'eus pas le temps de protester que son sexe s'était à moitié glisser en moi. Une sensation de brûlure m'incita à tenter de le repousser mais mon mari vint me tenir les mains et me demanda de le laisser faire, que cela l'excitait. J'eus alors sous les yeux la preuve de ses dires en découvrant son sexe gonflé et droit comme un I. Il était tout sourire et il l'approcha de ma bouche. J
J'étais si heureuse que j'ouvris la bouche et le suçais avec plaisir tandis que mon amant m'enculait profondément.

Mon mari tarda pas à jouir et se répandit à l'entrée de ma bouche, son sperme coulant sur les draps.

Djibril me donna une petite tape sur les fesses et se retira. Il s'essuya avec les draps et s'allongea à côté de moi, me demandant de venir bosser un peu sur lui. Je m'installais sur sa queue et nous fîmes l'amour avec beaucoup de douceur. Cette fois-ci c'est moi qui contrôlait les choses et je pus avoir un bel orgasme clitoridien en me frottant sur son bas ventre. Il me regardait faire et s'agrippa à mes hanches pour donner une dernière poussée, je sentis alors son sexe gonfler et exploser au fond de moi.

Quelle superbe journée de baise. Depuis ce jour, mon mari et moi nous organisons régulièrement ce genre de journée. Il n'a pas retrouvé toutes ces facultés mais l'excitation de ces moments là lui permet de prendre beaucoup de plaisir... et moi aussi !!
84 vote(s)


Vous avez aimé ce récit érotique ?


Commentaires du récit : L'accident

Le 2017-10-30 15:38:30 par gailuron69
Encore une superbe histoire. Mais SVP il faudrait écrire ''pieu de chair'' et non de ''chaire'' !!!
Pour poster un commentaire ou faire un signalement, vous devez être connecté !



Histoire précédente <<<
>>> Histoire suivante