ACCUEIL > Hétéro > Récit : Infidèle

Infidèle

+43

Lue : 3972 fois - Commentaire(s) : 1 - Histoire de LN78 postée le 13/04/2019
Je viens d'avoir 24 ans. Issue d'une famille très catholique, je suis restée vierge jusqu'au mariage. Certains diront que c'est vieux jeu mais j'ai été élevée comme ça et je trouvais donc cela normal.
Mon mari est un garçon gentil, fils d'amis de mes parents. Notre union était semble-t-il décidée depuis longtemps et c'est tout naturellement que j'ai dit oui devant le curé puis devant le maire.
Ce jour là a été parfait jusqu'à la nuit de noces qui fut désastreuse. Louis, mon mari, semblait avoir un peu d'expérience mais ce fut pour moi douloureux et pas du tout agréable. Pourtant petit à petit, jour après jour, sollicitée matin et soir pour remplir mon devoir conjugal, je commençais à apprécier nos rapports. Nous faisions cela toute lumière éteinte car cela me gênait de me montrer prenant du plaisir.

Nos rapports étaient plutôt classiques et la position du missionnaire était la seule à laquelle je gouttais. Louis n'était pas très endurant et alors qu'une douce chaleur commençait à monter au creux de mes reins, je sentais malheureusement son sperme couler en moi. Je restais ainsi souvent sur ma faim.

Un jour au détour d'un article dans un magazine, je découvris l'histoire d'une femme qui décrivait son premier orgasme. Ce texte me bouleversa et j'y repensais souvent. Je le relus plusieurs fois et commençais à me documenter discrètement sur ce fameux orgasme. Je profitais de mes journées à la maison pour expérimenter caresses et intromission d'objets en moi, à la recherche du plaisir.

Mon mari est souvent absent pour son travail et il m'arrive de passer 2 ou 3 jours seule à la maison. Du coup, ses absences me permirent d'apprendre à mieux connaitre mon corps et je découvris seule le plaisir. D'abord avec mes doigts puis avec des objets tels que des légumes (carottes, concombres ou courgettes).
Lorsqu'il revenait à la maison, nos rapports sexuels étaient malheureusement de plus en plus décevant et je ressentais une grande frustration.

Il fallut un élément déclencheur pour que les choses prennent une nouvelle tournure. Cet élément fut la venue à notre domicile du cousin de Louis. Michel, 39 ans, vint passer quelques jours chez nous au cours d'un de ses déplacements professionnels.

Je ne le connaissais pas très bien, je l'avais juste croisé à notre mariage au bras d'une belle rousse. C'était plutôt un bel homme, le crâne intégralement rasé, une carrure d'athlète. Il dégageait quelque chose et à côté de son cousin, mon mari faisait vraiment petite chose.

Dès son arrivée, je me sentis troublée en sa présence et tandis que je leur servais l'apéritif dans la salon, je sentis son regard sur moi et je mis à rougir. Il me fit un petit sourire, conscient de la gêne qu'il avait déclenché chez moi.
Durant tout le repas, nos regards ne cessèrent de se croiser et malgré moi, je me rendis compte que je lui envoyais des signaux sans équivoque.

Lorsqu'il fut le moment d'aller se coucher, j'étais toute excitée et voulue que mon mari me fasse l'amour mais quelques instants après s'être glissé sous la couette, il ronflait comme un camion !!

Je m'endormis la main plongée dans ma petite culotte et m'imaginais dans les bras de Michel.

Au petit déjeuner le lendemain matin, je retrouvais Michel et Louis entrain de boire leur café, prêts tous les deux à partir pour leur travail respectif. Enveloppée dans ma robe de chambre je leur fis une bise et les regardais partir chacun de leur côté.

L'air rêveuse, je me fis bouillir de l'eau pour un thé lorsque la sonnette de la porte retenti. Je partis ouvrir et tombais nez à nez avec Michel. Il avait soi disant oublié des documents dans sa chambre. Je le laissais entrer et fermais la porte derrière lui. Il se jeta alors sur moi, me plaquant contre le mur, sa main glissant dans l'ouverture de ma robe de chambre.
J'aurais dû crier, me débattre mais je n'en fis rien, m'abandonnant complètement dans ses bras. Il me retourna et me plaqua contre lui. Son regard plongea dans le mien.

- j'ai pensé à toi toute la nuit... j'ai trop envie de toi me dit il avec beaucoup d'assurance.

Je ne dis rien, continuant de le fixer, les yeux sûrement brillants d'excitation. Michel défit ma ceinture et ouvrit les pans de mon vêtement. Il le fit glisser à terre, découvrant ma nuisette sous laquelle mes seins avaient durci et pointaient. Il approcha ses lèvres des miennes et m'embrassa avec passion, sa langue s'enroulant autour de la mienne. Je sentis ses mains glisser le long de mes hanches et passer sous le tissu de la nuisette, entrant en contact avec ma petite culotte. Ses doigts s'insinuèrent entre mes cuisses que j'écartais spontanément. Il me toucha avec délicatesse et précision, titillant mon clitoris et découvrant l'humidité soudaine de mon sexe.

- je savais que toi aussi tu en avais envie... je l'ai senti dès mon arrivée hier... mon cousin ne s'est rendu compte de rien, ce con n'a jamais rien compris aux femmes !!

Il ne semblait pas avoir beaucoup d'estime vis à vis de son cousin. Ses doigts désormais s'enfonçaient en moi, m'arrachant des gémissements. Il les retira et les porta à sa bouche, se délectant.

- fais moi voir ce que tu caches là dessous dit il en relevant ma nuisette et en dévoilant ma poitrine gonflée.

Il embrassa mes seins, mordillant mes tétons tout durs.

- t'es chaude comme la braise me dit il en se redressant pour m'embrasser. Viens on va dans votre pieu !

Je le suivais docilement jusqu'à notre chambre où il commença à se déshabiller. Je restais immobile.

- qu'est ce que t'attends, fous toi à poil !! faut pas trop que je traîne, j'ai du boulot !! me dit il impatient.

Je retirais ma nuisette et ma culotte. Il me jaugea, me regardant des pieds à la tête.

- t'es très belle... regardes l'effet que tu me fais !

Je découvris alors son sexe beaucoup plus gros que celui de mon mari qui arborait déjà une belle érection. Il s'approcha de moi et se remit à m'embrasser. On bascula sur le lit et je sentais son sexe chaud contre moi. Je partis à sa découverte en m'en saisissant à pleine main. Je le sentais dur entre mes doigts et cela m'excitait encore plus.

- elle te plait ma queue me demanda-t-il, c'est autre chose que celle de ton mec !

Je ne répondis pas, continuant de le caresser doucement. Il se redressa et écarta autoritairement mes cuisses. Il frotta son gland à l'entrée de mon vagin et s'y enfonça d'un coup. Une vague de chaleur monta en moi et je laissais échapper un profond soupir. Son sexe me remplissait bien et je fermais les yeux pour me concentrer sur ces nouvelles sensations.
Il commença alors à aller et venir, d'abord doucement puis de plus en plus vite. Il était très viril à la limite de la brutalité. Il releva mes jambes, me pliant en deux. Je me retrouvais avec mes mollets posés sur ses épaules. Je pouvais voir son corps musclé au dessus de moi. Il se mit alors à me baiser à grands coups de reins, faisant claquer ses cuisses sur mes fesses, m'arrachant à chaque vas-et-viens des cris de plaisir.

Il s'arrêta et se retira.

- fous toi à quatre pattes que je puisse voir ton joli petit cul !

J'obéissais, excitée par ce ton autoritaire. Il s'accrocha à mes hanches et se remit à pilonner mon sexe avec le sien. Je sentis alors tout mes sens s'affoler et j'eus soudain un orgasme retentissant. Je plongeais ma tête dans l'oreiller pour ne pas alerter tout le quartier, étouffant mes cris de jouissance. Michel ne s'arrêta pas pour autant et continuait d'aller et venir avec force. Il avait passé ses mains sous mon corps et me triturait les seins. Je sentais son souffle chaud sur ma nuque.

- j'espère que tu prends la pilule me souffla-t-il parce que j'ai prévu de me vider en toi.

Louis ne voulait pas que j'utilise de contraception et avait pris l'habitude de ne pas jouir en moi. Je dis donc non à Michel et étais soudain inquiète.

- tant pis, je jouirais ailleurs me dit -il en sortant son sexe.
Il m'attrapa alors par les cheveux.

- allez viens me pomper, je suis sûr que tu es douée à ce jeu là ! dit il en présentant son sexe devant ma bouche.

Machinalement, je l'ouvris et reçu son membre entre mes lèvres. Je tentais tant bien que mal de le sucer correctement. C'était la première fois pour moi et je ne savais pas trop comment m'y prendre.

- c'est très bien... continues comme ça, tu te débrouilles très bien... aspires bien et caresses moi les bourses ! t'as une bonne bouche à sucer des queues !!

Je m'appliquais et suivais ses conseils pour son plus grand plaisir mais aussi le mien. Ses mots crus m'excitaient.

- t'arrêtes surtout pas, je sens que ça vient !!

Je sentis soudain un premier jet de sperme couler sur ma langue, suivi de plusieurs autres. J'avais bientôt la bouche remplie de sa semence et ne savais plus comment réagir.

- avales tout ! me dit-il autoritairement... c'est plein de vitamines !!!

Je me résignais à avaler sous son regard satisfait, son sexe débandant sous mes yeux.

- whoua !! quel pied !! si j'avais su que tu étais aussi chaude, je serais venu vous rendre visite avant !!!... Bon allez faut que j'y aille, j'ai du taff moi !!

Je le regardais se rhabiller, tentant de reprendre mes esprits.

- penses à changer les draps que ton cocu de mari ne se rende compte de rien me dit il en finissant de boutonner sa chemise.
- je vais décaler mes rendez-vous de demain matin, qu'on ait le temps de remettre le couvert ! dit il en me tapotant sur les fesses avant de quitter la pièce.

Je n'en revenais pas de ce que je venais de faire dans le lit conjugal. Je m'étais laissé sauter par le cousin de mon mari et je n'en éprouvais aucun remord !

Le soir, Louis rentra peu de temps avant Michel. J'étais gênée face à mon mari mais également face à Michel. Pourtant, je ressentais toujours la même attirance vers lui et j'attendais avec impatience le lendemain matin.

J'eus cette nuit là un sommeil agité, repensant à ce que j'avais fait et au sexe de Michel.

Au petit déjeuner, Michel discutait tranquillement avec Louis. Ce dernier quitta la maison tandis que Michel faisait semblant de terminer de se préparer. Sitôt la porte fermée, il posa ses affaires et regarda son cousin partir par la fenêtre.

- parfait le cocu est parti, on va pouvoir s'amuser !! me lança-t-il.

Je l'attendais au pied de l'escalier. Il s'approcha de moi et tira sur les pans de ma robe de chambre. J'avais anticipé et étais nue dessous.

- humm... je vois que tu m'attendais dit il satisfait de découvrir mes seins.
- allez monte, je suis traditionnel, j'aime faire ça dans un lit !!

Dans l'escalier, je le sentais dans mon dos et il s'amusa à glisser sa main sous mon vêtement, me palpant les fesses à chaque marche.

- putain que t'es bandante grogna-t-il en me poussant sur le lit.

Il se déshabilla rapidement. Son sexe pendait entre ses jambes. Il s'approcha de moi et je compris qu'il voulait que je le suce.

- allez ma belle, fais moi grossir !!

Je le pris en bouche et enroulais ma langue autour de son sexe encore endormi mais qui grossit rapidement entre mes lèvres. En quelques minutes, il était complètement gonflé et je m'appliquais pour lui donner du plaisir.

- elle est bonne ma queue hein?

Je répondis en hochant la tête. Je le suçais pendant plusieurs minutes puis il se retira et s'allongea sur le lit.

- viens sur moi !

Je lm'enfourchais et guidais son sexe entre mes jambes. Je me laissais doucement descendre dessus pour mon plus grand plaisir. Il me fit sauter ainsi sur sa queue pendant de longues minutes, profitant de la position pour me palper les seins, me triturer les fesses. Chaque caresse décuplait mon plaisir. Je frottais mon pubis contre le sien et un orgasme incroyable me fit crier de plaisir. Il me fit alors basculer sur le côté et se mit à me baiser à grands coups de reins.

- t'aimes ça te faire baiser petite salope !! c'est pas ton cocu de mari qui te baise comme ça !! hein ?? dis le salope !!
- humm, oui c'est trop bon... continues ! j'aime sentir ta queue !!

Je ne me reconnaissais plus et j'étais ailleurs, comme possédée par ce mâle qui allait et venait entre mes cuisses.

Il me retourna une nouvelle fois et m'écrasa de tout son corps. Plaquée sur le lit, je ne pouvais plus bouger. Son sexe continuait ses allers et venues.

- tu es sûre que tu ne prends pas la pilule ?
- oui... Louis ne veut pas...
- et bien il a eu tort ce con... je vais gicler dans ta petite chatte... si tu tombes en cloque, ça restera dans la famille !!
et sur ce; il donna un dernier coup de reins et s'immobilisa, plaqué contre moi. Je tentais de me dégager mais je sentais son sexe cracher au fond de moi !

Il se retira enfin et je courus dans la salle de bain pour me nettoyer et tenter d'éviter l'inimaginable !

Lorsque je revins je vis son air satisfait. Je lui en voulais beaucoup et je l'insultais, le traitant de salaud !

- si t'es en cloque, tu n'auras qu'à lui dire qu'il ne s'est pas retiré assez vite !! Je suis sûr que tu seras canon en cloque !!

Je me mis à pleurer. Ce n'est pas que je ne voulais pas d'enfant mais j'avais peur de la réaction de Louis et de ma famille s'ils apprenaient que l'enfant était d'un autre. La situation m'avait échappé et j'étais également en colère pour cela.
Je mis Michel dehors et me morfondais toute la journée. Le soir, je me portais pâle pour ne pas croiser ni le regard de Louis ni celui de Michel.

Heureusement, quelques jours plus tard, je fis un test qui s'avéra négatif !

Malgré cette mauvaise expérience, j'avais goûté au fruit défendu et plus rien ne serait jamais comme avant...

A suivre !
43 vote(s)


Vous avez aimé ce récit érotique ?


Commentaires du récit : Infidèle

Le 2019-04-28 16:20:46 par vieuxmec
bonjour, Toujours aussi content de vous lire. A bientôt j"espère
Pour poster un commentaire ou faire un signalement, vous devez être connecté !



Histoire précédente <<<
>>> Histoire suivante