PAGE D'ACCUEIL > Hétéro > Récit : La jalousie nous force parfois à tromper

La jalousie nous force parfois à tromper

+13

Lue : 1041 fois - Commentaire(s) : 1 - Histoire de karine59 postée le 07/12/2018
Cams coquines
Mon histoire est sans doute banale , mais mon époux et moi même étions employés dans le même centre hospitalier mais dans des services différents.
Un collègue de mon mari avait postulé pour devenir cadre et sa candidature a été retenue et s'est retrouvé nommé dans mon service mais dans mon pavillon en ce mois de Mars.
Ce nouveau cadre était connu pour être très volage et surtout coureur ,il était marié mais avait toujours eu des aventures .
Le problème a commencé car mon mari qui le connaissait bien savait comment il procédait avec les femmes qu'il convoitait , toutes les femmes ou presque de son service avaient eu une liaison plus ou moins suivie avec lui .
Les jours qui ont précédés sa nomination dans mon service , a été le sujet de conversation à la maison avec mon époux.
J'ai tout de suite remarqué qu'il était jaloux et avait un doute sur ma fidélité .
Il m'a mis au courant des pratiques de son ancien collègue pour séduire les femmes , je lui ai certifié qu'avec moi il perdrait son temps mais...
Ce cadre était très sympathique , ouvert aux dialogues dans l'équipe et avait beaucoup d'humour ,il plaisantait énormément ce qui faisait partie de sa stratégie de séduction selon mon mari.
Notre unité était composé de huit personnes , cinq hommes tous infirmiers et trois femmes dont deux aide soignantes et une femme de ménage en journée.
J'étais une des aide soignante de ce service.
La drague était déjà présente dans mon pavillon ,les infirmiers ne se gênaient pas avec les trois uniques femmes du pavillon ,c'était bon enfant pour moi qui restais fidèle coûte que coûte à mon mari mais les deux autres avaient régulièrement des petites aventures avec l'un et l'autre.
Je résistais comme le village gaulois d'Astérix , ce qui avait donné encore plus envie à mon nouveau cadre de démontrer à mes collègues hommes que je pouvais très bien être également soumise.
Les allusions , mises en boîte , gestes familiers et paroles de plus en plus intimes étaient quotidiens.
A la maison ,la vie était devenue assez insupportable , la jalousie de mon époux ne cessait de grandir , quand je rentrais du travail ,j'avais le droit à des questions idiotes , du genre si je m'étais bien amusée , avais bien rigolé etc...
Les semaines passèrent et notre vie de couple était au plus bas , au point que nous n'avions plus de rapport sexuel depuis quelques semaines .
Au travail par contre l'ambiance était toujours aussi bonne voir beaucoup mieux , je rentrais dans leur jeux de mots , leurs allusions de tout genre etc...
En fait , je me défoulais réellement au travail pour oublier l'ambiance familiale de la maison.
J'avais 27 ans à l'époque et j'avoue que l'abstinence sexuelle me manquait , j'étais trop en colère contre mon mari pour revenir vers lui car c'était lui qui avait mis ma confiance en doute après tout .
Les semaines passèrent , nous arrivions aux beaux jours et se fut une période encore difficile pour notre couple .
Depuis des années ,j'allais travailler en jean et teeshirt ou bustier , tenue que je trouvais plus adaptée en travaillant avec des hommes .
Mais une note de service arriva,qui notifiait l'obligation à tout le personnel de ne plus porter nos vêtements civils pour travailler , les hommes allaient percevoir un pantalon blanc et de nouvelles vestes et pour les femmes des blouses en remplacements de celles que nous avions déjà .
Inutile de vous dire la tension qui régnait à la maison avec ces dernières nouvelles !
Très vite , dans la semaine qui suivit nous avions tous eu notre nouvelle tenue , pour les hommes cela ne changeait pas grand chose mais pour nous qui avions des blouses assez longues à mi mollet si on était petite , les nouvelles étaient beaucoup plus courtes , la mienne arrivait très au dessus du genou ce qui plaisait à nos collègues hommes car assises ou baissées cela leur permettait de voir très facilement nos jambes.
De plus nous avions des vestiaires mixtes car en effet durant toutes ces années nous restions habillés pour passer notre blouse mais là ,les services administratifs n'avaient pas prévu le problème et allaient régler la situation .
Mes deux collègues qui étaient assez habituées avec les hommes ne trouvaient pas cela très gênant , j'allais être la seule selon eux à revendiquer !!!
Mais les ennuis conjugaux que je traversais , commençaient à me faire réfléchir autrement .
Mes collègues furent surpris quand je dus porter ma nouvelle tenue , deux d'entre eux étaient déjà au sous sol pour se changer , après leur avoir fait la bise comme cela se faisait dans tous les services , j'ouvris mon vestiaire , sortis ma nouvelle blouse ,la suspendis à la porte et déboutonnai mon chemisier et le retirai ,j'étais en soutif devant eux puis enfilai ma blouse pour retirer mon jean avec beaucoup de mal car trop serrée il m'était difficile de le retirer facilement.
Dans l'après midi ,les regards se portaient sur mes jambes à tout moment de mon service , lors des pauses il était inévitable de ne pas montrer ses jambes voir ses cuisses car la blouse était trop courte.
Le lendemain je reçus des insultes de mon mari car j'avais mis une jupe pour faciliter mon changement de tenus avec les problèmes rencontré avec mon jean.
Mais c'était inutile d'essayer de le lui faire admettre , je mettais une jupe courte pour plaire à mon cadre et c'est tout.
Les semaines passèrent , mon cadre était devenu plus proche de moi , il venait constamment m'aider dans mon travail , durant cette période de congés d'été , il remplaçait les infirmiers en congés et nous n'étions que deux durant tout le mois d'août .
J'étais bien évidemment consciente que ce rapprochement était une stratégie pour lui , baissée face à lui pour changer un patient , il voyait inévitablement ma poitrine car la blouse , en plus d'être courte avait un décolleté très féminin !
Mais je n'y pouvais rien .
Très vite il me fit des allusions et remarques pour me mettre en valeur sur mon travail ,je n'étais pas dupe mais je prenais ça d'une autre façon , je rentrais dans son jeu.
Les jours suivants , je ne pris aucune mesure pudique pour me changer au vestiaire malgré sa présence.
Je ne mettais plus ma blouse avant de retirer ma jupe mais restais en slip et soutif , prenais mon temps pour ranger mes vêtements dans mon vestiaire , bien sur je savais que j'allais attisais ses envies mais avec les moments difficiles que je vivais au seing de mon couple ,je recherchais quelque chose je pense .
Avec mon comportement lors du change , je ne dus pas attendre longtemps sa réaction , alors que je pliais du linge , il vint me rejoindre pour m'aider , j'étais toujours aussi impudique dans mes gestes et ma façon de me mouvoir pour me baisser à tel point qu'alors que je m'étais assise pour remplir les fiches de la lingerie , je m'étais aperçue que le dernier bouton de ma blouse était ouvert , ce qui laissait voir mes cuisses en grande partie une fois mes jambes croisée , mais je le laissai comme ça .
Joël mon cadre profita de la situation pour me faire des compliments sur mes jambes et je franchis le pas en arrêtant d'écrire pour lui répondre que cela faisait longtemps que l'on ne m'avait pas fait un tel compliment.
Et comme pour le remercier , je décroisais mes jambes face à lui en levant bien fort ma cuisse qui était au dessus de l'autre afin de montrer un peu plus de mes jambes.
Ce geste était délibérément volontaire de ma part , j'étais en manque d'affection et je sentais que je pouvais en obtenir ici.
J'avais eu une grosse dispute avec mon mari toujours pour le même motif , il m'avait traitée de salope ,de putain etc... prétextant qu'il avait été mis au courant que je baisais déjà avec mon surveillant !
Dans la salle de bain je regardais ce que j'allais mettre , j'étais si fâchée que j'en pleurais encore seule .
Quand mon homme entra dans la pièce tout en vociférant des injures , il me jeta des habits en me disant que je devais mettre ça pour aller travailler car lorsqu'on était une salope ,on devait s'habiller comme une pute !
Il m'avait jetée une mini jupe en jean boutonnée sur le devant que je mettais l'été en vacances ,puis un bustier court très décolleté en maille de pêcheur blanc et le dernier coordonné qu'il m'avait offert pour ma St Valentin composé d'un string ficelle rouge et d'un wonderbra très sexy.
Je lui fis la remarque que je n'étais pas une pute et que je ne mettrais pas ça mais sa colère grandissant me fit plier.
Je m'habillais avec cette tenue et une fois coiffée et maquillée ,chose que je ne faisais jamais ,je pris la voiture et partis au travail.
Gênée de me montrer ainsi à l'équipe du matin ,j'attendis leur départ pour entrer rejoindre mon collègue .
Quand il me vit ,son regard en disait long , quand je m'approchais de lui pour lui faire la bise , il me complimenta sur ma tenue et là je fondis en larme en lui expliquant la dispute que je venais d'avoir.
Au vestiaire , il n'attendit pas pour me consoler à nouveau ,une fois mon armoire ouverte , je retirai mon bustier et ma jupe ,mon string ficelle lui fit de l'effet ,de nouveaux compliments arrivèrent et j'avais trop besoin de sentiments car je me retournais vers lui en lui demandant ce qu'il pensait de me voir de face , ma poitrine ressortait de mon wonderbra ,la dentelle rouge transparente laissait apparaître mes seins et surtout les bouts de mes seins durs .
Mon slip était tout aussi fin et translucide.
Il s'approcha de moi et m'enlaça puis 'embrassa longuement tout en me caressant.
Voilà ce que la jalousie m'a poussé à faire !

Le troisième jour en binôme fut concluant ,dés notre présence au vestiaire
13 vote(s)


Vous avez aimé ce récit érotique ?


Commentaires du récit : La jalousie nous force parfois à tromper

Le 2019-01-21 14:15:12 par mangouste
Je suis désolée de vous dire,que cet passion que vous offrez à votre amant, vous le retirez à votre mari. Entre passion et amour au long terme, il vous faut choisir.
Pour poster un commentaire ou faire un signalement, vous devez être connecté !



Histoire précédente <<<
>>> Histoire suivante