PAGE D'ACCUEIL > Hétéro > Récit : La vendeuse de chaussures

La vendeuse de chaussures

+26

Lecture : 2136 fois - Commentaire(s) : 0 - Histoire de flopro postée le 24/07/2017
Cams coquines
Ma femme et moi étions partis dans une grande galerie commerciale pour profiter des soldes d'été. Après plusieurs boutiques, elle rentra dans une boutique de chaussures d'une grande enseigne. Comme d'habitude, il n'y avait que des femmes et quelques malheureux hommes qui attendaient sagement comme moi que leur conjointe trouve leur bonheur.

Je regardais nonchalamment des paires pour homme lorsque j'aperçus à l'autre bout du magasin, une des vendeuses qui remettaient de l'ordre dans des boîtes. Immédiatement je fus subjugué par cette femme. Elle devait avoir 35 ans, brune, plutôt mince, elle portait une sorte de salopette bleue marine. En dessous elle avait un petit haut rouge à manches-courtes, ras du cou mais découpé juste au dessus de sa poitrine. On devinait aisément un très joli décolleté. Sa poitrine volumineuse contrastait avec ses hanches menues. Pour parfaire sa tenue, elle portait un foulard rouge noué dans les cheveux et de superbes escarpins de la même couleur. Perchée sur des talons hauts, elle avait une classe folle.

Je devinais plusieurs tatouages sur ses bras et le haut de son dos.

J'avais beaucoup de mal à ne pas la regarder et si ma femme ne s'en rendit pas compte, la vendeuse, elle remarqua mes coups d'oeils.

Petit à petit, sa tournée des boîtes à ranger se rapprocha de moi. Je faisais mine de regarder un modèle et elle s'approcha encore de moi.

- je peux vous aider demanda-t-elle avec une voix très douce et plutôt sensuelle.
- euh... non je vous remercie...

Je regardais où se trouvait ma femme qui était reparti à l'autre bout du magasin.

- ou plutôt si, ajoutais-je... auriez vous ce modèle en 42?
- je vais regarder, asseyez vous je reviens...

Je la regardais s'éloigner, obnubilé par ses petites fesses et ses longues jambes. J'attendis sagement jusqu'à ce que ma femme revienne.

- qu'est ce que tu fais me demanda-t-elle...
- euh je vais essayer un modèle... tu as fini?
- oui... j'ai rien trouvé...
- continues... je te rejoins si tu veux...
- t'es sûr?
- oui, oui je te retrouve plus tard... tu vas dans quel direction ?
- du coup je vais retourner à la boutique de tout à l'heure à l'étage... tu vois laquelle?
- oui parfait... je me dépêche et t'y rejoins!

Ma femme quitta le magasin pile poil au moment où ma chère vendeuse revint.

- j'ai votre taille Monsieur dit elle avec un large sourire.

Elle posa la boîte à côté de moi et s'agenouilla devant moi. Délicatement, elle prit ma cheville et retira ma chaussure. Je ne pus empêcher mon regard de plonger dans son décolleté. Elle sentait bon et son parfum m'enivrait. Elle releva les yeux et vit mon regard plongé sur elle. Elle eut un petit sourire et je rougis de honte.

- ça va elle ne vous sert pas trop?
- euh non..non.. pas du tout... c'est la bonne pointure...
- elles vous vont bien mais je vous imaginais avec autre chose...
- ah bon?... et vous imaginez souvent vos clients !! dis je avec mon plus beau sourire...

Elle rigola.

- non en général, je n'imagine rien... mais...

Elle n'ajouta rien et laissa planer le mystère... me regardant droit dans les yeux !

Mon entrejambe commençait à doucement gonfler, cette femme était d'une sensualité rare et des pensées lubriques me traversaient l'esprit !

Elle se redressa, fit un tour dans le rayon et revint avec une autre paire.

- Je vous fais essayer celles-ci, je pense que c'est un modèle qui vous irait mieux.

Une fois encore, elle retira délicatement l'autre chaussure et m'enfila cette nouvelle paire. Je la dévorais des yeux. Elle le savait, elle le sentait. Je sentis sa main douce et fraîche glisser sur ma cheville et remonter légèrement sous mon pantalon. Je frissonnais.

L'essayage était fini à mon grand désarroi...

- Je vais prendre celles-ci alors si elles vous plaisent lui dis-je
- Très bien, c'est un bon choix. Je vous laisse me rejoindre à la caisse.

Je renfilais mes anciennes chaussures et la retrouvais derrière sa caisse.

Elle scanna la boîte et me demanda les 89 euros dus. Je lui tendis ma carte et réglais mon achat. Elle me regardait avec un regard qui était comme une invitation. Il n'y aurait eu personne autour, je lui aurais sauté dessus !!

Elle me tendit mon sac avec mes achats.

- je vous ai ajouté une petite surprise avec me dit elle, les yeux brillants.

Je la remerciais et dès que je fus sortis de la boutique, je découvris au fond du sac un petit papier sur lequel je pus lire :

"Porte à gauche de la boutique..."

Mon coeur s'emballa soudain. Je me rapprochais de cette fameuse porte. J'attendus quelques secondes et la vis soudain s'entrouvrir. Je regardais à droite et à gauche et m'engoufrais à l'intérieur.

Elle était là, adossée au mur. Je lâchais mon sac et m'approchais d'elle.

Elle ne perdit pas de temps et alla direct s'attaquer à la ceinture de mon pantalon. La dégrafant et cherchant à sortir mon sexe.

Je posais mes lèvres dans son cou, goûtant cette peau douce et parfumée tandis qu'elle s'emparait de mon sexe gonflé. Elle me branla doucement. J'en profitais pour défaire les bretelles de sa salopette.
Elle me repoussa sans ménagement et retira ses vêtements rapidement. Son corps était superbe, recouvert de tatouages japonisants. Je me recollais contre elle mon sexe s'écrasant contre son ventre.

La situation était excitante, on entendait les gens qui passaient dans le couloir, juste derrière la porte. Peut être que ma femme en faisait partie...!

Je dégageais le soutien gorge de la belle et le tirais vers le bas découvrant une superbe paire de seins, gros, fermes...

Elle.se tourna pour faire face au mur et me présenter ses fesses. C'était trop pour moi. Je la pénétrai d'une seule poussée. Elle était trempée et reçu mon sexe avec un profond gémissement. Elle était aussi excitée que moi.

Je me mis alors à la baiser à grands coups de reins, m'agrippant fermement à ses hanches. Son dos fin et sa chute de reins me rendaient complètement fou!!

Elle jouit rapidement sous mes coups de reins puis se tourna vers moi.

- pas en moi me demanda-t-elle, le regard embrumé par le plaisir.

Je ne pouvais plus me retenir et je sortis mon sexe. J'étouffais un cri de jouissance et me répandis sur ses fesses et le bas de son dos. Mon sexe ne s'arrêtait pas de cracher !

Elle me tendit un mouchoir et je l'essuyais consciencieusement.

Elle se rhabilla rapidement, me fit un petit bisous et repartit. Je restais un instant, à reprendre mon souffle, pantalon sur les chevilles.

Je suis reparti après avoir remis de l'ordre dans ma tenue et j'ai retrouvé ma femme qui me cherchait en vain depuis quelques minutes.

Je n'ai jamais revu cette vendeuse mais je garde un souvenir mémorable de cet après-midi là;
26 vote(s)


Vous avez aimé ce récit érotique ?


Commentaires du récit : La vendeuse de chaussures

Aucun commentaire
Pour poster un commentaire ou faire un signalement, vous devez être connecté !



Histoire précédente <<<
>>> Histoire suivante