PAGE D'ACCUEIL > Voyeurisme > Récit : La voisine - Partie 1

La voisine - Partie 1

+41

Lue : 6453 fois - Commentaire(s) : 0 - Histoire de flopro postée le 07/01/2017
Cams coquines
Cette histoire s'est déroulée à l'époque où je vivais encore chez mes parents. La maison voisine, inoccupée depuis quelques semaines, venait de recevoir ses nouveaux occupants, une famille avec deux jeunes enfants. Ma chambre, à l'étage, a une fenêtre qui donne directement sur une de leurs fenêtres et une autre sur leur jardin. Avant, la fenêtre sur laquelle j'avais vue était une salle de jeu pour les enfants mais il semble que ce sera désormais la salle de sport des nouveaux propriétaires. Tapis de course, vélo elliptique et haltères occupent maintenant l'espace.
Depuis leur arrivée, je n'ai pas vraiment eu l'occasion de voir à quoi ressemblaient les nouveaux arrivants. J'ai bien aperçu leurs enfants jouant dans le jardin mais les parents étaient plus discrets et mes cours à la fac me laissaient peu de temps pour faire connaissance.
Un soir, alors que je travaillais à mon bureau, je jetais un coup d'oeil à la fenêtre et aperçue la voisine sur son vélo elliptique. C'était une belle brune, aux jambes fuselées. Elle se déhanchait sur son vélo et je contemplais discrètement d'un coin de la fenêtre de bien jolies fesses. Après une quinzaine de minutes d'efforts, elle s'arrêta et ramassa une serviette pour s'éponger le front. Elle se tourna alors vers la fenêtre et je découvris son joli visage mais surtout un corps splendide moulé dans des vêtements de sport très ajustés. Elle avait une poitrine très généreuse qui était comprimée dans sa brassière. Elle s'essuya le visage et se tamponna le cou et le haut des seins.
Ma situation de voyeur créa une excitation supplémentaire au spectacle qu'elle m'offrait involontairement et réveilla immédiatement mon sexe dans mon pantalon.

Je me faisais le plus discret possible, en regardant d'un coin de la fenêtre afin qu'elle ne puisse pas me voir. Je l'observais continuer ses exercices, désormais au sol. Elle semblait s'entretenir régulièrement vu les enchaînements qu'elle faisait. J'attrapais mon appareil photo et zoomais au maximum pour la filmer de plus près. Je regardais dans l'écran ses courbes avantageuses et ne cessais de bander.

Après une bonne heure de sport, elle quitta la pièce. Je ne pus m'empêcher de me branler en regardant les gros plans que j'avais pu saisir.

Cela devint un rituel et chaque soir, je passais un bon moment devant ma fenêtre à l'observer dans ses tenues de sport.

Les vacances scolaires de printemps approchaient et j'annulais mon départ avec mes parents. Je prétextais du retard dans mon travail et que je préférais mettre à profit ces quelques jours à réviser pour mes partielles. En fait, je ne rêvais que d'une chose, c'est de pouvoir enfin rencontrer ma chère voisine et la voir d'un peu plus près.
Les vacances venaient à peine de démarrer et mes parents étaient partis tôt afin d'éviter les embouteillages. Je sortis du grenier une paire de jumelles et m'installais confortablement un poste d'observation. La maison voisine était agitée, je voyais les enfants chahuter et apercevait leur mère leur courir à près. J'espérais que la petite famille ne parte pas en vacances à leur tour, au quel cas, j'aurais gâché une semaine en bord de mer pour rien.
Je fus rapidement rassuré en apercevant les grands parents partirent avec leurs petits enfants. Le couple devait travailler durant ces vacances et ils avaient du confier leurs enfants.
C'était le week-end et à priori ils en profitèrent pour finir de ranger et organiser leur intérieur. J'eus peur en voyant le mari installer au rez de chaussée des tringles et des rideaux sur les fenêtres et j'espérais vivement qu'il ne fasse pas de même à l'étage. En fin de journée, la fenêtre était toujours nu et je jubilais intérieurement!
Le lendemain matin, je me réveillais de bonne heure et comme à mon habitude désormais, je me saisis de mes jumelles et observais la maison voisine. Celle-ci semblait endormie mais exceptionnellement, la porte de la salle de sport était grande ouverte et me permettait de voir jusqu'au bout du couloir qui desservait les chambres. Je restais fixé sur ce couloir, espérant voir passer une silhouette dénudée. Je restais un long moment, 15, peut être 20 minutes et alors que j'allais descendre me chercher à manger, je vis dans le viseur de mes jumelles, la silhouette du mari qui passa de leur chambre à la salle de bain voisine. Il venait de traverser le couloir, entièrement nu. J'espérais voir passer sa femme dans la même tenue et restais les yeux vissés sur les jumelles.

J'attendais mais ne vis que repasser l'homme dans le sens inverse quelques minutes plus tard. Déçu, je posais mon instrument et partis me faire couler un café. Je remontais et me posais sur mon fauteuil. Je regardais négligemment par la fenêtre. Je manquais de m'étrangler avec mon café et attrapais mes jumelles. Je venais de voir passer la voisine qui se faisait courir après par son mari. Tous les deux étaient nus comme des vers et le monsieur arborait une belle érection. Je les vis passer d'une pièce à une autre. Ils riaient et je vis le mari réussir à plaquer sa femme contre le mur du couloir. Il l'embrassa fougueusement, abandonnant ensuite sa bouche pour descendre sur son cou puis ses seins. Elle le laissait faire et alors qu'il était à genoux devant elle, elle le tint par les cheveux lorsqu'il plongea sa bouche sur son entrejambe. Je filmais la scène, le coeur battant à 200, une érection terrible déformant mon caleçon.
Il la lécha pendant de longues minutes pendant lesquelles je la voyais je pâmer de plaisir, la bouche ouverte. Je n'avais pas le son mais j'imaginais très bien ses gémissements. Il se releva enfin et l'embrassa de nouveau. Il la prit par la main et ils disparurent dans leur chambre.
Ma déception fut forte et c'est frustré que je reposais mes jumelles. Je restais malgré tout à mon poste d'observation, espérant les revoir apparaître. Ils réapparurent effectivement mais près d'une demi-heure plus tard. Je les vis passer de leur chambre à la salle de bain. Je n'eus pas le temps de zoomer sur eux mais je pus saisir le moment de sortie.

Je me repassais les images prises sur mon pc. Cette femme est vraiment superbe, entre son corps entretenu, ses fesses rebondies et ses seins énormes, elle est ce que j'ai vu de plus beau dans ma vie.
Ils s'absentèrent le reste de la journée et je ne vis que quelques lumières le soir même.
Le lendemain, je mis mon réveil de bonne heure afin de ne rien rater de leur lever. Finalement, ce fut assez décevant car je n'eus droit qu'au mari se baladant en caleçon... Je l'aperçu peu avant 8h partir en voiture. La dame ne semblait pas travailler et j'en étais tout content, assis dans mon fauteuil.
Je l'aperçu vers 10h00, en petite nuisette. Elle vaqua à quelques tâches ménagères durant une bonne partie de la matinée. Je me partageais entre le rez de chaussée et l'étage pour essayer de ne rien louper de sa journée.
En début d'après-midi, je vis une voiture se garer dans son allée et un homme venir frapper à sa porte, elle semblait l'attendre, assise à bouquiner dans son salon. Je la vis disparaître pour aller ouvrir. Quelques instants plus tard je la vis revenir vers le salon... dans les bras de cet homme, entrain de l'embrasser... je n'en revenais pas, j'étais entrain d'assister au cocufiage du mari!!!
L'homme enlaçait étroitement sa partenaire et ne semblait pas prêt à perdre de temps. J'apercevais ses mains qui malaxaient les fesses de la belle sous la courte robe qu'elle portait. Ils s'embrassaient à pleine bouche. Je la vis le prendre par la main et il la suivi à l'étage. Je courrais jusqu'à ma chambre, montant les marches quatre par quatre et les vis passer dans le couloir. Il la tenait par la taille et l'embrassait dans le cou. Ils n'allèrent pas dans la chambre conjugale mais dans celle située au bout du couloir, D'où j'étais, je ne voyais pas toute la pièce mais apercevais tout de même une partie du lit sur lequel les deux amants se couchèrent. Je ne voyais que leurs jambes. Il ne leur fallut que peu de temps pour se retrouver nus. J'étais surexcité, les yeux rivés contre les optiques. Il était désormais allongé sur le lit, je voyais ses pieds sur lesquels il avait gardé ses chaussettes! et je devinais, à la position de ces pieds à elle, qu'elle le chevauchait. Les deux corps bougeaient en rythme, c'était super excitant!!!

Je les vis bouger et ses jambes se replièrent puis ils basculèrent. Je voyais désormais le haut de leur corps. Elle était passée dessous et lui la pilonnait tout en lui dévorant les seins. Qu'est ce que j'aurais aimé être à sa place à cet instant!!!
Je filmais en continu la scène, ma caméra fixée sur un trépied, collée à la fenêtre. Sexe à la main, je me branlais en jouant au voyeur. Leurs ébats durèrent encore quelques minutes. Je vis à son visage qu'elle venait de jouir, la bouche ouverte, secouant sa tête de droite à gauche. Je le vis alors se redresser puis l'instant suivant, positionner son sexe au dessus des seins de sa partenaire, à quelques centimètres de son visage. Elle le caressa et l'homme jouit, aspergeant son visage et son cou d'une abondante jouissance.
Le type avait pris son plaisir et était déjà entrain de se rhabiller. Elle, elle tentait de se nettoyer. Un petit bisous vite-fait et il était déjà sur le départ. J'observais la femme qui nue se dirigea vers la salle de bain. Elle en ressortit un bon moment plus tard, enveloppée dans une serviette.
J'étais bouleversé par ce que je venais de voir, cette femme était d'une sensualité incroyable et le fait de la voir faire l'amour avec deux hommes en moins de 24 heures, me laissait imaginer un tempérament de feu.
Je tournais en rond dans ma chambre, il fallait que j'arrive à la rencontrer, il fallait que je l'approche... qui sait peut être que j'aurais une chance de la séduire...
41 vote(s)


Vous avez aimé ce récit érotique ?


Commentaires du récit : La voisine - Partie 1

Aucun commentaire
Pour poster un commentaire ou faire un signalement, vous devez être connecté !



Histoire précédente <<<
>>> Histoire suivante