PAGE D'ACCUEIL > Voyeurisme > Récit : Vacances en famille

Vacances en famille

+204

Lecture : 22585 fois - Commentaire(s) : 1 - Histoire de LN78 postée le 26/07/2016
Cams coquines
Enfin les vacances ! Après une année difficile au boulot, c'est enfin le temps des vacances. Cette année, je pars pour trois semaines dans l'arrière pays niçois avec ma fille et son petit copain. Depuis mon divorce il y a deux ans, ce sont les premières vacances que nous passerons ensemble. Estelle vient d'avoir 18 ans et a insisté pour que l'on emmène Jérémy son copain avec lequel elle est depuis 1 an.

Je n'ai pas pu refuser au risque de devoir partir toute seule.

Grâce aux économies d'une année, j'ai pu nous offrir une jolie petite maison avec piscine dans un petit village provençal. Les parents de Jérémy ont insisté pour participer aux frais ce qui allégera mes dépenses.

Après 8 heures de voitures depuis la région parisienne, nous sommes enfin arrivés. Après un passage rapide à l'agence pour récupérer les clés, nous avons pris possession des lieux. La maison est comme sur les photos de l'annonce, lumineuse avec une belle terrasse qui donne sur la piscine.

Tandis que les enfants décident d'aller enfiler leurs maillots de bain pour direct plonger dans l'eau à 30¨C, j'en profite pour défaire mes valises.
Je les laisse pour aller faire quelques courses au village voisin et reviens à la maison une heure plus tard. Ils sont sortis de l'eau et prennent le soleil sur les transats.

Le soir même, Jérémy s'occupe de faire le barbecue pour cuire les saucisses que j'ai acheté et nous prenons notre premier apéro accompagné du bruit des cigales.

Le dîner se passe tranquillement et nous partons nous coucher de bonne heure après ce trajet éprouvant.

Le lendemain Estelle et Jérémy me demandent si nous pouvons aller à la plage située à 20km de là. On se prépare donc et après une bonne heure de route, nous installons enfin nos serviettes sur la plage.

Lorsque je retire ma robe pour me retrouver en maillot de bain, je remarque le regard surpris du copain de ma fille. Malgré mes 45 ans, je suis encore une très jolie femme. Je m'entretiens et prends soin de mon corps en pratiquant régulièrement du sport en salle. Je le vois lorgner régulièrement mes seins. Il faut dire que ça a toujours été la partie de mon corps qui a attiré les hommes. Je fais un 90 C et avec mon mètre soixante quinze et mes longs cheveux blonds, je ne laisse pas grand monde indifférent...

Du coup, Jérémy est resté souvent à mes côtés cette après-midi là... au grand désespoir d'Estelle qui voulait plutôt allé se baigner. Finalement à force d'insister, il a fini par aller la rejoindre et me laisser seule. Dès son départ, j'ai été accosté par deux jeunes hommes à peine plus vieux que ma fille. Avec l'assurance et le culot caractéristiques de leur âge, ils n'ont pas hésité un instant à me draguer ouvertement. Même si j'étais flattée, je les renvoyais rapidement dans les cordes.

En fin d'après-midi, mes deux jeunes avaient fait connaissance avec un petit groupe de leur âge. Ils semblaient tous bien s'entendre et Estelle m'annonça qu'ils étaient invités le soir même pour une soirée chez l'un d'entre eux.

Je n'étais pas très contente car je me disais que je risquais une fois de plus de ne pas voir beaucoup ma fille pendant ces vacances.

De retour à la maison, ils se préparèrent pour leur sortie. Ni l'un ni l'autre n'ayant leur permis et ne souhaitant pas les voir partir à l'arrière d'un scooter. Je me proposais de les accompagner et de revenir les chercher même tard. Ca gênait Jérémy qui ne voulait pas déranger mais ma fille avait l'habitude que l'on fonctionne ainsi.

Je les déposais donc vers 20h à une dizaine de kilomètres de la maison devant une belle villa où il semblait y avoir de l'ambiance. J'aperçu en repartant un des deux jeunes qui m'avait accosté sur la plage l'après-midi même. Il me reconnut et me fit un large sourire.

Je rentrais tranquillement à la maison et m'ouvrais une bouteille de rosé. Je grignotais un petit bout sur la terrasse. L'air était encore chaud et je décidais de piquer une tête dans la piscine. Après tout, j'étais toute seule. Je me mis entièrement nue et me glissais dans l'eau. J'adore la sensation de nager sans rien.

Après ce petit bain fort agréable, je m'installais devant la télé et m'y endormis rapidement. C'est la sonnerie de mon téléphone qui me réveilla. Je regardais ma montre. 2h37. C'était Estelle. La soirée s'essoufflait et ils voulaient rentrer.

J'enfilais rapidement un tee-shirt et un short et pris la route.

Ils m'attendaient devant la maison. Estelle s'installa à l'arrière. A priori elle avait trop bu et après quelques virages, je vis dans le rétroviseur qu'elle s'était endormie.

A la maison, j'aidais Jérémy a la conduire dans leur chambre. Elle s'écroula sur le lit et se mit à ronfler. Elle en tenait une bonne!

Je laissais les deux tourtereaux et allais à mon tour me coucher. Après un petit passage aux toilettes, j'allais dans la salle de bain. En ressortant de celle-ci je tombais nez à nez sur Jérémy. Nous nous fîmes peur mutuellement et cela déclencha chez nous un éclat de rire que nous étouffâmes pour ne pas réveiller Estelle.

Il me laissa passer devant lui et prit ma place dans la salle d'eau.

Je regagnais ma chambre et me déshabillais pour aller me coucher. Alors que je venais de quitter mon tee-shirt et que je m'apprêtais à retirer mon short, je vis soudain dans le miroir me faisant face le reflet de la porte située derrière moi. Elle était légèrement entrouverte et je vis que le jeune garçon m'observait par l’entrebâillement. Je fus très troublée mais plutôt que de claquer la porte, je pris un malin plaisir à me déshabiller lentement. Une fois nue, je me glissais sous mes draps et éteins la lumière. Je ne le vis pas partir mais rapidement dans le silence de la nuit, j'entendis sa respiration rapide. J'entendais également vaguement des bruits réguliers de frottements. Je ne distinguais pas vraiment de quoi il s'agissait et pris soudain conscience qu'il était entrain de se masturber en m'observant dans la pénombre.
Une lueur à l'extérieur derrière les persiennes éclairait mon lit et contrairement à moi qui ne le voyait pas, lui devait me deviner sous les draps. Je fus soudain excitée par cette situation. Je glissais ma main sous les draps jusqu'à mon entrejambe et commençais à me caresser. Qu'est ce qui m'arrivait? je n'étais plus maître de mes gestes. Je gémissais doucement agitant mes doigts dans ma vulve trempée.
Jérémy devait être encore plus excitée de m'entendre prendre du plaisir. Si je m'étais écoutée, je me serais levée et lui aurais sauté dessus mais je pris sur moi de rester dans mon lit. Je sentis sous mes caresses un orgasme monté au creux de mes reins. Je me laissais complètement allé et lâchais un prochain soupir de plaisir. Je ne bougeais plus tentant de calmer ma respiration. J'entendis alors nettement le souffle du jeune homme et le bruit d'un râle étouffé. Quelques instants plus tard, je l'entendis quitter son poste d'observation et je m'endormis.

Le lendemain au petit déjeuner, Estelle avait une bonne gueule de bois. Jérémy était le nez plongé sur son bol. Un silence pesant s'était installé. La journée passa vite. Chacun se plongeant dans un livre au bord de la piscine. Aujourd'hui farniente. Bien sûr, je remarquais régulièrement les regards appuyés du jeune homme sur mon anatomie et mes pensées lubriques de la nuit revenaient.
Après un bon petit dîner préparé par ma fille, vers 23h, nous allâmes nous coucher. Alors que je continuais mon roman entamé au bord de la piscine, j'entendis dans la chambre au bout du couloir des petits bruits, comme des pleurs. Pensant qu'il se passait quelque chose, je me levais et me dirigeais vers la chambre des deux jeunes. En approchant, je me rendis compte qu'il ne s'agissait pas de pleurs mais tout simplement de gémissements, ceux de ma fille. Ils étaient entrain de faire l'amour.
Un fin filet de lumière apparaissait le long de la porte. Ma curiosité était trop forte et je m'approchais encore. Mon oeil se glissa dans ce léger entrebâillement. La scène au combien érotique m'apparut. Ma fille était allongée sur le dos et son petit ami avait sa tête plongée sur son entrejambe. Elle lui tenait la tête et subissait la caresse avec délice.
J'étais honteuse de regarder ainsi ma fille et son ami pendant leurs ébats et décidais de retourner me coucher mais je restais bloquée lorsque se redressant, Jérémy me fit découvrir l'engin qu'il avait entre les cuisses. Je n'en croyais pas mes yeux, il avait un sexe énorme. Jamais je n'en avais vu de si gros. Le membre gonflé de désir, aux veines saillantes et au gland turgescent pointait fièrement en direction de ma fille.
Je restais scotchée à mon poste d'observation, comme hypnotisée par ce membre imposant.
Il se coucha sur Estelle et la pénétra lentement. Je voyais le visage de ma fille grimacé sous la pénétration.
Il fit quelques vas-et-viens puis ma fille le fit basculer pour venir sur lui. D'où j'étais, je voyais le sexe énorme disparaître en partie seulement dans celui de sa partenaire.

Je mouillais comme une fontaine et me caressais sous ma nuisette. Estelle eut rapidement un orgasme et se retira de sur son amant. Elle le branla jusqu'à l'explosion finale. Je vis alors la "bête" cracher sa semence. J'en étais toute retournée. Je m'éclipsais rapidement vers ma chambre et me caressait jusqu'à l'orgasme.

Cette nuit là, j'eus le sommeil agité, les images du sexe de Jérémy m'obsédaient.

Les jours suivants furent assez calme, nous partageâmes notre temps entre piscine, plage et visite. Jérémy continuait de me reluquer et je me surpris à porter mon regard sur son entrejambe à plusieurs reprises.

Le dimanche après-midi, alors que nous étions au bord de la piscine, Estelle commença à ne pas se sentir bien. Elle avait mangé un truc qui ne passait pas et alla vomir. Elle se tordait de douleur et je la mis au lit avec un remède de cheval. Ca ressemblait fort à une intoxication. Elle avait absolument voulu manger du saumon que nous avions acheté en début de semaine et je suis sûre que ses problèmes venaient de là.
Elle finit par s'endormir, assommée. Jérémy était embêté et attendait sagement sur la terrasse. Je le rassurais, elle avait besoin de se reposer. Dès l'instant où je me retrouvais seule avec lui, je fus troublée et excitée. Mon esprit revenait inlassablement sur son sexe.
Je lui dis que j'allais me baigner et lui proposais de venir avec moi. Arrivée au bord de l'eau, je dégrafais mon haut de maillot et fis jaillir mes seins sous ses yeux. Je vis son regard médusé et plein d'envie. Je m'excusais, prétextant qu'Estelle ne supportait pas que je fasse topless alors que j'adore cela. Il m'excusa immédiatement bafouillant je ne sais quoi.
Je pénétrais dans l'eau et le regardais me rejoindre. Son caleçon semblait déjà avoir gonflé.
Une fois dans l'eau, je l'éclaboussais gentiment puis en deux brasses, je me rapprochais de lui. Directe, je lui demandais s'il avait apprécié le spectacle la nuit en début de semaine. Il eut l'air gêné et fit mine de ne pas comprendre. Je repartais en arrière, le regardant tout penaud.
Prenant son courage à deux mains, à son tour, il nagea vers moi. Il me regarda droit dans les yeux et s'excusa d'avoir joué au voyeur mais qu'il n'avait pas pu s'en empêcher et qu'il m'avait trouvé très belle.
Je lui souris et m'approchais de lui. Ma main sous l'eau empoigna la bosse volumineuse de son sexe. Il ne bougea pas. Nous étions tous les deux face à face debout dans la piscine et je m'apprêtais à commettre l'irréparable. A ce moment précis, ce n'est pas du tout le type de pensée qui me passait par la tête, j'avais qu'une envie, sentir sa queue entre mes doigts. Il fit glisser son caleçon de bain et mes doigts touchèrent enfin son membre gonflé. Il semblait encore plus gros que dans mes rêves.
Il fallait aller vite, avant qu'Estelle ne revienne. Je lui tournais le dos et pris appuis sur le bord de la piscine. Un simple "prends moi" sorti de ma bouche. Je sentis alors ses mains sur mes hanches et mes fesses puis son gland se posa sur mon sexe. Il me pénétra lentement, profondément. Son sexe me remplissait de façon incroyable. Il fit remonter ses mains et attrapa mes seins pour les malaxer maladroitement.
Il ne fallut pas beaucoup de vas-et-viens pour que mon sexe ne se contracte et déclenche un terrible orgasme chez moi. Il continua ses vas-et-viens et je sentis qu'il était sur le point de jouir. Je tendais mes bras vers l'arrière et agrippais ses hanches. Il s'enfonça alors au plus profond de mon corps et étouffa un cri en se jouissant. Je sentis son sexe cracher son sperme et cela me déclencha un second orgasme.
Honteuse de ce que je venais de faire, je sortis de la piscine et me précipitais dans la maison, le laissant seul dans la piscine.

Estelle se sentit mieux dans la soirée mais alla tout de même se coucher tôt afin de récupérer. Je n'osais pas la regarder ni même adresser la parole à son copain. Pourtant au moment de me coucher, je l'attrapais par le bras et l'entraînais dans ma chambre. Je fermais celle-ci à clé et me jetais sur lui. Je dégrafais son bermuda et attrapais son sexe. Je l'enfournais dans ma bouche et le suçais comme jamais je n'avais sucé un homme. Jérémy n'avait pas eu le temps de dire ouf, il subissait ma fellation avec plaisir.
Je l'enfourchais alors et me plantais sa queue au fond de moi. Il me pelota les seins et je me penchais sur lui pour qu'il les embrasse. Il ne se fit pas prier.
Il me tenait désormais par les fesses, les écartant. Ses doigts titillaient de temps en temps mon petit trou et je lui soufflais à l'oreille qu'il pouvait faire ce qu'il voulait de moi. Je sentis alors un de ses doigts me pénétrer doucement l'anus qui s'"ouvrit comme une fleur. Je me retirais de dessus lui et me mis à 4 pattes. Il comprit immédiatement et vint se placer derrière moi.
Il m'encula de toute la longueur de sa queue. Je mordais les draps pour ne pas crier. Son sexe énorme me remplissait complètement. Il me baisa ainsi pendant de longues minutes. Il me demanda enfin de me retourner et me pilonna. Je jouis de nouveau sous ses coups de reins avant qu'il ne jouisse sur mes seins.
Je l'embrassais et le mis dehors, de peur que ma fille ne se rende compte de quoi que ce soit.

Durant tout le reste du séjour, nous profitâmes des moindres instants pour qu'il me baise.

De retour à Paris, il se sépara malheureusement de ma fille... mais pas de moi et régulièrement il vient me rendre visite à la maison. Il a promis de me faire rencontrer des amis à lui mais ça c'est une autre histoire...
204 vote(s)


Vous avez aimé ce récit érotique ?


Commentaires du récit : Vacances en famille

Le 2017-02-12 16:24:48 par lasemelle
Feb. 12, 2017. On ne peut rester insensible à un tel récit.
Pour poster un commentaire ou faire un signalement, vous devez être connecté !



Histoire précédente <<<
>>> Histoire suivante