PAGE D'ACCUEIL > Fantasmes > Récit : Le fantasme

Le fantasme

+50

Lecture : 3735 fois - Commentaire(s) : 2 - Histoire de LN78 postée le 30/03/2018
Cams coquines
Depuis quelques temps, au cours de nos ébats, mon mari avait intégré une sorte de jeu de rôle. Plusieurs fois, j'avais fantasmé sur le fait qu'il me paie pour me baiser et me considérer comme une prostitué usant de ses charmes m'excitait au plus haut point.

A chaque fois ses mots crus et sa façon plus bestiale de me prendre me menaient directement à l'orgasme. Et puis petit à petit, ce jeu de rôle, dans notre chambre, à la maison ne me suffisait plus. C'est alors que mon mari a eu l'idée qu'on aille plus loin. Il me proposa que l'on s'organise une soirée dans un bel hôtel parisien, je jouerais le rôle d'une call-girl et il se ferait passer pour un client me draguant au bar.
Rien qu'à l'idée de jouer le rôle d'une prostituée au bar d'un hôtel, de recevoir de l'argent pour monter avec un client dans sa chambre, même si c'était mon mari, cela m'excitait au plus haut point !!

Nous avions convenu que nous n'aurions pas de contact entre nous durant toute la journée afin de faire monter le désir. Mon mari avait réservé une chambre qu'il occuperait en attendant le soir tandis que j'arriverais tranquillement en fin de journée.

Vers 19h30, mon taxi me déposa devant la porte d'un bel hôtel. Le portier me fit entrer et je me dirigeais vers le bar. Une jeune femme vint me prendre mon manteau. Je quittais celui-ci dévoilant ma tenue osée mais chic pour ce type d'établissement. Le regard d'un jeune serveur sur mon décolleté ne trompait pas, j'étais très sexy.

En entrant dans le bar, j'allais directement au comptoir. Je passais à proximité de quelques tables où à cette heure-ci des hommes prenaient l'apéritif. Tous habillés en costume sombre, ils devaient se retrouver là après le travail. Bien entendu mon entrée fut remarquée et tandis que je m'installais sur un des tabourets du bar, je sentais leurs regards sur moi.

Je n'avais pas vu mon mari dans la salle. Je commandais donc une coupe en l'attendant.

Après quelques minutes, les voix des hommes derrière moi se faisaient plus bruyantes et ils se charriaient à savoir qui oserait venir m'aborder. Je n'y prêtais guère attention, commençant à me demander ce que pouvait bien faire mon mari.

A un moment, le serveur m'apporta un nouveau verre que la table voisine m'offrait. Je me tournais vers eux et les remerciais par un joli sourire. J'en profitais pour regarder dans la salle, j'aperçus mon mari qui était installé à une table au fond. Il observait la scène. Il arborait un large sourire et je voyais ces yeux briller. Cette situation de voir sa femme observée par d'autres hommes semblait l'émoustiller. Cela me réconforta et je me détendais d'un coup.

C'est alors qu'un des hommes vint à côté de moi. Il me demanda si je voulais un autre verre. J'avais à peine entamé celui-ci et refusais donc poliment. Il me demanda si j'attendais quelqu'un. Tout naturellement, je lui dis simplement "peut être". Il me regarda avec un air interrogateur et surpris.

Sans broncher je bus une nouvelle gorgée de champagne tandis que je le voyais se retourner vers ses collègues. Il retourna un court instant vers eux et je l'entendis chuchoter. Sa phrase était sans équivoque, il dit à ses collègues qu'il pensait que j'étais une pute. Les autres semblèrent très surpris et il revint vers moi. La question que je redoutais arriva.
- tu prends combien ma belle me demanda-t-il en s'approchant de mon oreille.

Mon coeur allait exploser dans ma poitrine. Les idées se bousculaient. Pensant m'en débarrasser, je lui annonçais un prix qui me semblait exorbitant...500 euros. Il répondit du tac au tac : Ok... tu as une chambre ici?
Je paniquais un instant. Dans quoi étais je entrain de m'embarquer. Je ne répondis pas tout de suite et lui demandais un instant, il fallait que j'aille aux toilettes.
- pas de soucis ma belle, je t'attends !

Je me dirigeais vers le fond de la salle, je croisais le regard de mon mari et lui fis les gros yeux, lui faisant signe discrètement de me rejoindre.

Je m'engouffrais dans les toilettes et quelques instants plus tard, mon mari arriva à son tour.

Il était tout sourire tandis que je paniquais complètement.
- qu'est ce que tu foutais ??
- j'observais la scène... tu es très excitante habillée comme ça et tu as l'air de plaire à la tablée de mecs...!
- tu m'étonnes que je leur plais... y'en a un qui vient de me demander combien je prenais!!!!
- non??!! énorme et qu'est ce que tu lui as dit??
- bah j'ai dit 500 pour m'en débarrasser mais il a dit ok...

Mon mari en resta bouche bée!! mais je voyais sur son visage un petit sourire. Ses yeux brillaient de plus belle et je sentais que cette situation ne le dérangeait pas, au contraire !!

- tu en as envie... me demanda-t-il ?
- hein?? euh non... enfin je ne sais pas...
- après tout c'était ton fantasme de baiser avec un inconnu pour de l'argent ?? non??
- si mais toi tu m'imagines partir avec cet inconnu?
- je trouve cela très excitant...
- ah bon? tu ne serais pas jaloux?
- non... tiens...

Il me donnait la clé de la chambre qu'il avait prévu pour nous deux.

- tu es vraiment sûr de toi lui demandais je inquiète.
- oui à 100%... tu me raconteras tout dans les moindres détails après... ok?
- ok... mais je ne sais pas si je vais y arriver...

Il me prit dans ses bras et m'embrassa à pleine bouche. Je sentais contre mon bas ventre la bosse dure de son sexe. La situation l'excitait énormément et j'avoue que moi aussi je sentais des frissons me parcourir le corps.

Je quittais enfin les toilettes et vis tout de suite l'homme qui m'attendait avec ses collègues. Il arborait un large sourire. Je m'approchais de lui et il me prit par le bras, claquant la main d'un de ses collègues en partant.

- amuses toi bien Eric lui lança un autre tandis que nous nous éloignions.

J'entrais dans l'ascenseur devant lui et il me donna une petite tape sur les fesses en me suivant. Ce fut comme un petit choc électrique qui traversa tout mon corps.

Dès que la porte dut fermée, il se plaqua contre moi et m'embrassa dans le cou, ses mains sur mes hanches, glissant vers mes fesses dont il se saisit à pleines mains.

La porte s'ouvrit et on sortit de l'ascenseur. On marcha dans le long couloir de l'hôtel jusqu'à la porte de la chambre. J'y entrais et quelques instants plus tard, je sentis de nouveau les mains de l'homme sur mes hanches. Cette fois-ci il se plaqua contre mes fesses et je sentis la bosse de son désir contre moi.

Ses mains remontèrent et se saisir de mes seins qu'il malaxa tandis que sa bouche me mangeait littéralement le cou.

Cela dura quelques minutes, puis je me dégageais de l'étreinte et posais mon sac sur la table. Il retira sa veste et en sortit son portefeuille. Il prit plusieurs billets dedans et les posa également sur la table.

- voila ma belle... j'espère que pour ce prix là, je vais avoir droit à la totale !!

Je ne répondis pas, prenant les billets pour les recompter et les glisser dans mon sac. Il déboutonna sa chemise et s'allongea sur le lit.

- allez montres moi comme tu es bandante ! me dit il en s'installant confortablement.

Je fis descendre le zip de ma robe et la laissais glisser jusqu'à terre, dévoilant mon corps à cet inconnu.
Je conservais mes escarpins et commençais à dégrafer mon soutien-gorge. Mes seins lourds lui apparurent et je vis son visage s'illuminer en les découvrant.
Mon string ne tarda pas à rejoindre mes affaires par terre.
J'étais trempée et j'avais très envie de cet homme. Je m'approchais de lui. Je défis lentement ses lacets de chaussures, lui retirant suivi de ses chaussettes. Je dégrafais sa boucle de ceinture et tirais sur son pantalon, dévoilant un boxer gonflé par une protubérance volumineuse. Fébrilement je tirais sur l'élastique du sous-vêtement. Son sexe m'apparut lentement. Il était très large et plutôt long. Une fois tiré complètement, je découvris un sexe de grande taille aux bourses volumineuses.

Je me penchais dessus et déposais quelques baisers sur la peau. Son sexe sentait bon et j'ouvris la bouche pour le prendre entre mes lèvres. Je me mis à le sucer avec plaisir et rapidement ses gémissements et ses mots crus me montrèrent qu'il appréciait cette caresse.

- tu suces bien salope..; continues de me pomper comme ça... t'es très excitante !!

Je m'appliquais, faisant aller et venir son sexe qui avait continué de grossir dans ma bouche.

- fais moi bien bander... hummm c'est trop bon... je vais bien te baiser après et tu vas prendre ton pied !!

J'avais glissé une des mes mains entre mes cuisses et me caressais frénétiquement, le sexe trempé d'excitation.

Je me redressais et fis glisser sa verge entre mes seins pour le branler en comprimant ceux-ci. Il appréciait et je le regardais droit dans les yeux. Il se redressa et me saisit par la nuque, m'attirant à lui. Sa bouche s'écrasa sur la mienne et sa langue s'insinua dans ma bouche. Les prostitués n'embrassent jamais leur client mais là je m'en foutais, j'avais envie de cet homme et je ne me contrôlais plus.

Il me relâcha et s'accrocha à mes hanches, me tirant vers lui.

- une pute qui embrasse... c'est rare mais ça me plait... je sens que tu vas beaucoup me plaire toi !! Je sentis son sexe contre le mien. Je n'avais pas de capotes avec moi mais lui avait prévu le coup. Il me montra le sachet...

- il me faut une taille spéciale me dit il en déchirant l'emballage.

Effectivement sa queue était énorme et il lui fallait une taille XXL. Son sexe au garde à vous était contre mon bas-ventre et je lui enfilais le petit capuchon. Je me relevais un peu et me positionnais au dessus de mât de chair.
Je descendais lentement, sentant sa queue s'enfoncer en moi, me remplissant complètement. C'est moi qui imprima le rythme tandis qu'il me pelotait les seins, caressait ma peau.

Je contrôlais mon plaisir et le sien, profitant à fond de ce si beau spécimen !

Il plaça ses mains sur mes hanches et se mit à me faire sauter à son rythme sur sa queue. Je me mis à gémir de plus en plus fort, ne contrôlant plus mon corps. Un orgasme incroyable monta le long de mes reins. Je criais ma jouissance tandis qu'il continuait de s'enfoncer en moi avec force.
Je m'écroulais sur lui et sa queue continuait ses coups de pistons entre mes cuisses.

Il me fit rouler sur le côté et une fois sur moi se remit à me pilonner avec la régularité d'un métronome!! Mon sexe était en feu et le sien coulissait sans peine. Je m'agrippais à lui, admirant son corps musclé.
Il me regardait avec fierté, heureux de donner du plaisir à une fille comme moi. Je le sentais au bord de l'explosion. Il fit un dernier aller retour et se retira. Il arracha son préservatif et je vis son sexe gonflé prêt à exploser.
Je m'en saisi et le branlais d'une main caressant ses bourses avec l'autre.

Il se crispa et laissa échapper un grognement en même temps qu'un premier jet de foutre s'ecrasait sur mon ventre.
Je continuais d'astiquer le membre gonflé et ce sont plusieurs jets de sperme chaud qui atteignirent mes seins.

Je le tirais vers moi et le repris en bouche, gouttant les dernières gouttes de sa semence.

Il s'écroula à côté de moi.

- quel pied mais quel pied ! dit il en reprenant son souffle.

Je me redressais et m'assis sur le bord du lit, essuyant son sperme qui coulait sur mon ventre.

J'allais me relever lorsqu'il m'attrapa par le bras.

- et ma belle, pour ce prix là j'ai droit à du rab !!!

Je tournais la tête et le vis sexe en main. Il avait retrouvé rapidement une belle érection. Je lui souris et me penchais à nouveau sur ce morceau de choix.
Je le suçais cette fois-ci avec douceur, me délectant à chaque passage entre mes lèvres.

Après un bon moment, une fois son sexe bien dur et gonflé, il se redressa et me fit m'installer à 4 pattes. Son sexe entra une nouvelle fois en mois après qu'il l'ait affublé d'une nouvelle capote. Il me baisa pendant de longues minutes à un rythme régulier. Mon vagin se contractait autour de sa queue et il déclencha un nouvel orgasme délicieux chez moi.

- tu l'aimes ma queue salope... elle te fait bien jouir!! T'as un cul qui réveillerait un mort... bon sang, quel cul !!

Je le sentais me pétrir les fesses, les écarter sans ménagement. A un moment un de ses doigts s'enfonça dans mon petit trou. Je n'étais pas une adepte de la sodomie mais nous avions déjà pratiqué avec mon mari.
Voyant que je ne protestais pas, il continua de faire aller et venir son doigt de plus en plus profond.

Il se coucha sur moi et m'embrassa dans le cou avant de me chuchoter à l'oreille :

- je vais t'enculer petite pute... tu vas prendre ma grosse bite dans tes fesses et je suis sûr que tu vas aimer ça!!

Je ne fis aucun commentaire, submergée par la vague de chaleur qui naissait une nouvelle fois au creux de mes reins.Je sentis alors son sexe se retirer et pointer plus haut sur mes fesses. La pression du gland fit rapidement s'ouvrir mon petit oeillet et malgré son calibre, le sexe se fraya assez facilement un chemin, s'enfonçant inexorablement au fond de mes fesses.

- ça rentre tout seul... tu dois en prendre des bites dans ton cul de salope !! commenta-t-il

Il était grossier et me traitait comme une pute mais j'aimais ça... cela m'excitait encore plus.

Il se mit à me baiser à grands coups de reins me faisant hurler de douleur et de plaisir mélangés. Ses mains s'étaient agrippées à mes hanches et il s'enfonçait au plus profond de moi, faisant claquer son ventre sur mes fesses.

Dans un dernier coup de reins, il s'immobilisa et je sentis les spasmes de sa verge qui éjaculait. C'était bon de le sentir en moi.
Il se retira et me donna une petite tape sur les fesses, comme pour me remercier du plaisir pris. Je quittais le lit, les jambes flageolantes et ramassais mes affaires avant d'aller dans la salle de bain me faire un brin de toilettes.

Alors que j'étais sous la douche, il entra à son tour, le sexe pendant entre ses cuisses.

- tu permets que je t'accompagne me demanda-t-il en joignant le geste à la parole.

Tandis que je me savonnais, il commença à me caresser les fesses et se rapprocher de moi. Je me sentais bien près de lui et on s'embrassa avec beaucoup de tendresse. Nos deux corps nus et savonneux étaient l'un contre l'eau. Ma poitrine écrasée contre la sienne. Ses mains allaient et venaient sur mon corps me savonnant le dos, les fesses, se glissant entre elles.
De mon côté, je m'étais saisi de son sexe endormi et le savonnais à mon tour, le sentant rapidement reprendre de la vigueur.
Le jet de la douche coulait sur nos visages. Je me laissais glisser à ses pieds et le repris en bouche. Une nouvelle fois, ce sexe de gros calibre glissa entre mes lèvres. Ma langue jouait autour du gland gonflé.

Pendant plusieurs minutes, je le suçais avec tendresse. Il arrêta l'eau et on sortit de la douche. Son sexe était à l'horizontal, les veines saillantes.

Il m'enveloppa dans une serviette et me sécha avec douceur. Dans le miroir qui nous faisait face, je le voyais dans mon dos, essuyant mes épaules. Il laissa la serviette glisser au sol et m'embrassa dans le cou. L'image que l'on renvoyait était très sensuelle et érotique. Son sexe cognait dans mon dos. Je me penchais en avant et pris appuis sur le rebord du meuble vasque. Je me cambrais et tendais ma croupe vers ce membre gonflé. Il ne se fit pas prier et s'enfonça en moi.
L'excitation était telle que ni lui ni moi ne pensâmes au préservatif. Je me redressais alors brusquement, prise de panique.

Il comprit de suite et me dit qu'il était marié et clean. Son regard interrogateur attendait la même réponse de ma part. Pour simple réponse je repris ma position et il revint se planter en moi.

Cette fois-ci, il ne me baisa pas mais me fit l'amour avec beaucoup de douceur. Un troisième orgasme me fit gémir de plaisir et je le sentais prêt à exploser à son tour. Je glissais alors ma main et lui saisis la hanche l'incitant à rester en moi. Sa réaction ne se fit pas attendre et il jouit une nouvelle fois. Je sentis les contractions de sa verge et son sperme couler en moi.

Finalement, on passa toute la nuit ensemble et ce n'est qu'au petit matin qu'il quitta la chambre, après bien sûr que je l'ai gratifié d'une nouvelle fellation et qu'il m'ait de nouveau prise en levrette sur le lit. J'ai reçu cette fois-ci son sperme chaud dans ma bouche pour son plus grand plaisir.
Il m'a laissé 200 euros supplémentaires avant de partir. Je lui ai donné un faux numéro de téléphone lorsqu'il me l'a demandé même si au fond de moi j'avais envie de le revoir.

Mon mari était rentré chez nous et à mon retour il a voulu tout savoir de ma nuit. Je ne lui ai pas tout raconté mais il m'a tout de même sauté dessus pour me faire follement l'amour. Son sexe bien que de bonne taille m'a parut petit à côté de mon amant de la nuit mais bien entendu j'ai gardé ça aussi pour moi.

Parfois j'ai envie de retourner dans cet hôtel et de revoir mon bel inconnu mais je n'ai pas encore franchi le pas.
50 vote(s)


Vous avez aimé ce récit érotique ?


Commentaires du récit : Le fantasme

Le 2018-04-24 11:48:16 par CharivariBrains
La Concurrence est rude quand on publie un recit en même temps que vous :) les votres sont toujours au top !
Le 2018-04-23 17:01:05 par vieuxmec
Bonsoir LN, Un moment que je n'étais pas venu ici. En lisant votre dernière histoire je ne regrette vraiment pas mon passage. J'ai lu toutes vos histoires et n'en doutez pas vous mon auteure préférée. A vous lire cordialement dominique
Pour poster un commentaire ou faire un signalement, vous devez être connecté !



Histoire précédente <<<
>>> Histoire suivante