PAGE D'ACCUEIL > Fantasmes > Récit : Le Paquet

Le Paquet

+64

Lecture : 5022 fois - Commentaire(s) : 0 - Histoire de LN78 postée le 03/09/2017
Cams coquines
Mon mari a un groupe d'amis avec lesquels il a démarré le tennis il y a quelques semaines. Ils ont décidé ça un soir, au cours d'un repas ensemble, trouvant qu'à la quarantaine passée, ils devaient s'y mettre. Ce qui ressemblait à un pari, s'est rapidement transformé en un rendez-vous hebdomadaire.
Je trouvais ça super que mon mari se maintienne en forme de cette façon.

Un soir, alors que nous avions invité quelques amis pour un barbecue, j'ai surpris une conversation entre mon mari et deux de ses compères. Ils parlaient du 4ème, absent ce soir là. Et je découvris rapidement une petite indiscrétion de vestiaire. Il semblerait en effet que Vincent le 4ème larron ait surpris mon mari et ses amis lors d'un passage sous les douches. Ils parlaient discrètement de la taille impressionnante... du membre de leur ami. Les blagues graveleuses et machistes s'enchaînèrent jusqu'à ce que je m'approche un peu trop près et que la conversation ne change.

Je ne sais pas pourquoi mais à partir de ce jour, cette conversation m'obséda à tel point que quelques semaines suivantes lorsque, invités à un dîner chez un ami commun, je me retrouvais assise dans le salon face à Vincent. Je ne pus m'empêcher de jeter des coups d'oeils furtifs sur son entrejambe.
A un moment, il bougea un peu et écarta les cuisses. Je découvris alors un renflement conséquent dans son pantalon. Je restais un instant hypnotisée par cette forme. Lorsque je relevais les yeux, je croisais ceux de Vincent qui me regardait en souriant.
J'étais furieusement honteuse d'avoir été surprise en si mauvaise posture. Je me levais et quittais la pièce précipitamment, m'enfermant dans la salle de bain.
Je m'en voulais et le rouge sur mes joues mit un moment à s'estomper.

Durant le reste de la soirée, je fis tout pour ne pas croiser le regard de Vincent.

Quelques jours plus tard, alors que je vaquais à mes occupations à la maison, la sonnette retentit. Je posais mon chiffon et partis ouvrir. Là, surprise, je tombais sur Vincent, tout sourire, une raquette à la main. Après un instant de surprise, je le fis entrer. Il ramenait une raquette de mon mari qu'il avait fait recorder.
J'étais un peu gênée et c'est lui qui faisait la conversation.
Il portait un pantalon de toile et je ne pus m'empêcher de regarder rapidement si ce que j'avais découvert la semaine passée était une hallucination. La forme était aussi volumineuse que dans mes souvenirs. Evidemment une nouvelle fois, Vincent se rendit compte de mon regard et il en joua immédiatement en donnant un petit coup de reins en avant.
J'étais morte de honte, comment avais je pu être aussi sotte !!!
Vincent voyant mon embarras, rigola et me dit ne pas m'en faire.

Je m'excusais mais il rigola de plus belle et me dit que cela lui arrivait souvent. La nature l'a un peu trop gâté et les regards des hommes et des femmes ont parfois tendance à lui rappeler.
J'étais gênée mais lui, il avait l'air de prendre ça à la rigolade, dédramatisant la situation. Je rigolais à mon tour et finalement lui proposais un verre. J'avais été un peu froide depuis son arrivée. On s'installa dans le salon et on parla de sujets plus légers.
Pourtant, sans savoir pourquoi et sans vraiment me contrôler, par deux fois, je regardais de nouveau son entrejambe.
- décidément, ça a l'air de te perturber !!! me lança-t-il en rigolant.
- pardon, pardon, pardon... je ne sais pas ce qu'il me prend !
- pas de soucis... mais tu sais si ça t'intrigue tant que ça, je te la montre !!!

Il rit mais sa proposition semblait sérieuse.

- euh non... c'est gentil... je suis désolé...
- ne le sois pas... le plus simple c'est que je te montre comme ça tu seras débarrasser !

Sur ce il se leva tandis que j'essayais de le stopper. Il dégrafa son pantalon et d'un coup, il le tira en même temps que son caleçon.
Paniquée, je détournais le regard mais la tentation était trop grande et je revins vers lui. Je restais alors bouche-bée devant le phénomène de la nature que j'avais devant les yeux. Vincent le secouait légèrement. Il le tenait d'une main et il y avait encore presque 10 centimètres qui dépassaient !!!

Devant mon regard halluciné, Vincent rigola et commença à la ranger dans son pantalon.

- voila la bête de foire... !!
- incroyable... je n'avais jamais rien vu d'aussi gros...
- parfois je préférerais avoir quelque chose de plus normal...
- ah bon?
- oui, tous les hommes veulent un sexe plus gros mais tu sais les femmes sont souvent réticentes lorsqu'elle le découvre... et puis au quotidien, je ne peux pas mettre les pantalons que je veux et surtout interdiction d'avoir une érection en public !!!

C'est vrai que son engin était impressionnant et que cela devait lui causer parfois quelques désagréments...
La situation était très troublante. Cet ami de mon mari venait de me présenter sous les yeux son sexe hors norme et nous étions entrain d'en discuter comme on parlerait du temps qu'il fait dehors. Ma curiosité n'avait pourtant plus de limite et je me laissais aller à d'autres questions.

- il devient si gros que ça... euh... quand... euh...
- quand je bande ?! me dit il en souriant
- euh oui...
- bah oui tout de même...
- ... j'ai du mal à imaginer...

Que venais je de dire ? j'étais tout simplement entrain de l'allumer... me rendant compte de ma bêtise, je me remis à rougir de plus belle.
Il rigola de nouveau, détendant l'atmosphère qui devenait électrique.

- je veux bien te montrer mais je garantie pas la suite...

Il avait dit cela en me regardant droit dans les yeux. J'avais les cartes en main mais ne savais pas trop quoi faire...

- je t'avoue que cela m'intrigue beaucoup et je crois que j'aimerais voir...

Il se releva alors et descendit son pantalon sur ses chevilles. Son sexe avait légèrement gonflé depuis tout à l'heure, signe que la situation l'excitait également. Il commença alors à se caresser lentement, découvrant à chaque vas et viens de sa main le gland énorme. Celui ci devient rapidement rouge violacé et son sexe prit des mensurations incroyables. Il le relâcha alors et le pieu de chaire se tenait fièrement à l'horizontal. La peau tendue faisait apparaître de nombreuses veines. Son sexe devait mesurer plus de 30cm et faire 6 ou 7 cm de large. Je n'en revenais pas...

- tu veux le toucher ? me demanda-t-il.

Je ne réfléchissais pas longtemps et m'approchais de lui. Debout à ses côtés, je le pris timidement dans ma main. Le sexe réagit immédiatement. Mes doigts n'en firent pas le tour et je les fis coulisser le long du mandrin. Je relevais la tête. J'étais à quelques centimètres de celle de Vincent. Nos bouches ne tardèrent pas à se souder pour une baiser langoureux. Je ne lâchais pas pour autant son sexe qui semblait encore gonfler dans mes mains.

Il m'enlaça et son sexe cogna contre mon ventre. Nous continuâmes à nous embrasser, ma culotte était trempée et j'étais terriblement excitée. Je sentis ses mains glisser dans mon dos puis glisser sous mon débardeur. Il remonta et fit adroitement sauter l'attache de mon soutien-gorge.Il remonta ensuite mon vêtement et en profita pour me dénuder, libérant mes seins. Il ne tarda pas à les embrasser et à les malaxer.

- hummm... ils sont magnifiques... depuis le temps que j'en rêve de tes gros seins...

Ainsi Vincent avait des vues sur moi... Cela m'excita encore plus. Je me laissais tripoter, n'oubliant pas de caresser son sexe. Nous étions au milieu du salon mais je voulais un endroit plus confortable. Je lui demandais de me suivre et l'entraînais vers noter chambre.
On termina de se déshabiller et il s'allongea sur le lit. Je vins me positionner sur lui et j'approchais mon visage de son membre. j'ouvris largement la bouche et le gland s'y fraya un passage. Je le suçais un instant, manquant de m'étouffer à chaque vas-et-viens. Vincent m'encourageait de sa voix douce et chaude, augmentant encore mon excitation...

- humm... tu suces bien... continues... c'est trop bon...!... elle est bonne ma queue, hein?

Je répondis par un mouvement de tête, m'appliquant sur ce morceau de choix.
Finalement je n'y tins plus et le chevauchais, frottant mon sexe contre le sien, si bien que ce dernier me pénétra lentement et profondément. Je n'eus aucune difficulté à le recevoir en moi tellement mon excitation était forte. Je me mis à monter et descendre lentement sur lui, ressentant chaque centimètre de sa queue.
Vincent en profita pour me malaxer les seins. Il positionna ses mains ensuite sur mes hanches et c'est lui qui imprima son rythme, me faisant sauter sur lui et m'arrachant des cris de plaisirs; J'ai joui très vite entre ses mains. Il m'a alors retourné et est venu s'écraser sur moi. Il m'a alors littéralement pilonner, me procurant un nouvel orgasme. Vincent est un amant incroyable et endurant.

- tournes toi ma belle, je veux voir ton cul lorsque je vais me vider...

Ses mots crus m'excitaient. Je me mis à quatre pattes et il me prit en levrette, faisant coulisser son sexe dans le mien. A chaque fois, je sentais son gland taper le fond de mon vagin, déclenchant de petites décharges électriques. Il me tenait par les fesses et jouait avec ses pouces sur mon petit trou.

- tu prends la pilule ? me demanda-t-il. Je hochais la tête pour lui répondre, la tête toujours enfouie dans les oreillers pour étouffer mes cris de plaisir.
- super... je vais pouvoir me vider au fond de ta petite chatte... je sens que ça vient... oh putain que c'est bon de te baiser !!

Il s'arrêta soudain et tandis que je sentais son pouce s'enfoncer dans mon petit trou, il grogna et son sexe sembla exploser au fond de moi. Je ressentis dans tout mon corps les spasmes de sa verge. Il déchargeait une quantité importante de sperme, si bien que je sentis rapidement sa semence s'écouler le long de mes cuisses.

- oh la vache, quel pied... !!! t'es une sacré femme au pieu... j'ai rarement joui aussi fort!!

Il s'écroula à côté de moi tandis que le trop plein de sperme s'écoulait entre mes jambes, souillant les draps.

Je me blottis contre lui, flattant son sexe qui m'avait donné tant de plaisir.

- alors me demanda-t-il... satisfaite ?
- oui... très !!!
- faut dire que tu m'avais copieusement excité !! j'ai rarement pris mon pied comme ça... depuis le temps que je fantasmais sur toi...!!
- ah bon?
- oui à chaque fois que je te croise, tu me fous la gaule !! mais je dois dire que tu es encore plus bandante à poil !!

Je souris, flattée par ce que je pris pour un compliment.

- faudra qu'on remette ça... je sens qu'il y a d'autres parties à explorer !!

Je ne répondis pas, troublée par cette demande. Je n'avais jamais ressenti le besoin d'avoir un amant mais j'avoue que Vincent avait réveillé quelque chose en moi. La taille de son sexe en était le déclencheur mais sa façon de m'avoir fait l'amour, ou plutôt de m'avoir baiser m'avait excité au plus haut point.

- ton mari te prend par derrière de temps en temps ?
- euh c'est arrivé...
- tu me laisseras essayer j'espère...?
- je ne sais pas si tu pourras rentrer avec ton engin !!
- faudras bien te préparer... c'est tout...

Rien qu'à ses mots je frissonnais d'excitation et cela avait l'air de lui redonner de la vigueur car son sexe gonflait de nouveau. Je le pris dans mes mains et le caressais, lui donnant rapidement sa taille maximale. Je le suçais de nouveau.

- t'es vraiment un gourmande, ton mari nous avait caché qu'il avait une sacré salope à la maison... je sens qu'on va bien s'amuser tous les deux... continues de me pomper, c'est trop bon...

Pendant que je m'appliquais sur son sexe, il glissa sa main vers mes fesses et commença à me titiller l'anus, y glissant rapidement un doigt puis deux. Il les fit aller et venir, prenant de temps en temps du jus de mon sexe pour lubrifier d'avantage le conduit.

- tu m'excites trop... je vais t'enculer ma belle... allez fous toi à quatre pattes !!

Docile et soumise je m'exécutais. Il se positionna derrière moi et je sentis bientôt le gland énorme forcer l'entrée. Il poussa lentement et régulièrement. Passé la sensation de brûlure, je sentis son sexe s'enfoncer en moi, me donnant l'impression d'être complètement dilatée.

Vincent m'encula alors avec force, se déchaînant entre mes fesses. Je criais de douleur et de plaisir mélangés. Il m'écartait les fesses et plongeait au plus profond de moi, son bas ventre s'écrasant sur mes fesses.

Je me caressais en même temps et jouis très vite tandis qu'il continuait de me pilonner.

- putain quelle salope tu es... t'aimes ça te faire baiser par des grosses bites...!!
- humm... oui... c'est trop bon...

Je ne me reconnaissais plus... j'étais sur une autre planète, offerte aux désirs de cet homme que finalement je connaissais peu.

- si t'aimes les grosses bites, faudra que je te présente à un pote... un gros black qui aime les culs de blanche !! on devrait pouvoir passer un bon moment ensemble...

Je ne répondis pas, submergé par un nouvel orgasme.

Vincent finit par se vider au fond de mes fesses.

Il a prit une douche et m'a laissé récupérer. J'ai remis de l'ordre dans la maison, non sans mal, mes fesses me faisant un peu mal.

Mon mari n'en a jamais rien su et j'ai revu plusieurs fois Vincent, chez nous ou à l'hôtel. Je n'ai pas franchi le cap d'introduire un de ses amis dans nos ébats mais il a tellement d'emprise sur moi que je crois qu'il arrivera à ses fins... mais ça c'est une autre histoire...
64 vote(s)


Vous avez aimé ce récit érotique ?


Commentaires du récit : Le Paquet

Aucun commentaire
Pour poster un commentaire ou faire un signalement, vous devez être connecté !



Histoire précédente <<<
>>> Histoire suivante