PAGE D'ACCUEIL > Fantasmes > Récit : Le repas de famille

Le repas de famille

+26

Lue : 2060 fois - Commentaire(s) : 0 - Histoire de Aurore34 postée le 13/01/2019
Cams coquines
Comme chaque année, Francine et Michel, invite les parents proches à l’occasion du traditionnel repas de famille. Guy, le meilleur pote de Michel, est aussi de la partie.
Francine se souvient de se qui s’est passé l’année dernière. Guy, lui avait fait une proposition des plus indécentes. Il voulait à tout prix, qu’elle lui taille une pipe. Francine avait menacé d’en parler à son mari, s’il n’arrêtait pas à la harceler. Mais Guy ne l’avait pas lâché de tout l’après midi, à tel point que cette proposition, prenait corps dans sa tête de Francine. Elle s’imaginait même à genoux, en train de lui sucer la queue. Elle se demandait si elle n’allait pas succomber à ses avances. Vers dix huit heures, quand les invités étaient partis, et que sont mari ramenait ses parents, elle ne se le demandait plus. Sa décision était prise.
C’est comme ça qu’elle s’est retrouvée à genoux, en train de tailler une pipe à Guy, le meilleur pote de son mari. Une faveur que celui-ci, n’a jamais eue. Mieux, c’est la première fois qu’elle avalait du sperme. Elle n’en avait pas laissé un goutte, allant même jusqu’à nettoyer le gland avec sa langue. Et quelle surprise quand Francine dit à Guy, qu’elle en voulait encore. C’est elle-même qui avait saisit la bite, pour la prendre en bouche. Tout en la suçant, elle soupesait les énormes couilles. Guy avait jouit dans un « han » de bucheron, vidant sa semence par jets puissant au fond de la gorge de Francine qui, encore une fois, a tout avalé, jusqu’à la dernière goutte.
« Tu as l’air d’amer, lui avait-il dit ». Michel doit se régaler ».
« Arrêtes, avait-elle répondu. Je n’ai jamais sucé mon mari, c’est la première fois que je taille une pipe, et que j’avale ».

Une année est passé, et c’est toujours Francine et Michel qui s’occupe du repas de famille. Et comme l’année dernière, Michel invite Guy, son meilleur pote. Mais cette fois, Francine est bien décidé à ne pas se laisser rouler dans la farine, par se séduisant dragueur.
Le repas tire à sa fin. Francine débarrasse la table pour mettre les assiettes à dessert. En remplissant le lave vaisselle, elle sent une présence derrière elle

-Tiens, tu es venu pour m’aider ? Demande-t-elle.
-Plus que ça, répond-il. J’ai une grosse envie.
-Oh la, et laquelle, dis moi. Tu ne vas pas me faire le coup de l’année dernière.
-Non. Cette année, j’ai envie de te manger la chatte.
-Quoi !! Mais tu es fou, et puis quoi encore. Tu n’y penses pas.

Francine tourne les talons, rejoint ses invités. Mais Guy n’arrêtes pas de lui tourner autour. Il lui sourit, sort et rentre sa langue, comme un serpent, pour lui montrer ce qu’il ferait à son clitoris. Francine est déstabilisée, cherche Michel du regard pour éviter celui de Guy. Elle débarrasse les couverts. Mais Guy ne la lâche pas, et la rejoint à la cuisine.

-Tu veux quoi encore, dit-elle.
-Rien de plus que ce que je t’ai dit, je veux simplement bouffer ta chatte, sucer ton clito.
-C’est hors de question. Arrêtes avec ça, ou j’en parle à Michel.
-Juste te la caresser alors, insiste Guy. Tu quittes ta culotte, et je te mets un doigt, vite fait.
-Mais tu es fou. Demandes moi de baiser avec toi quand tu y es.
-Non, sourit Guy, sauf si tu me supplie de le faire.
-Tu peux toujours rêver. Tu vas arrêter ou je vais lui dire à mon mari que tu me harcelles.

Guy quitte la cuisine, en espérant que Francine va succomber à ses avances.
Pendant le dessert, les idées les plus folles, trottent dans la tête de Francine. Elle s’imagine, appuyée sur le plan de travail, jambes écartées, en train de se faire pénétrer la chatte, par les doigts vicieux de Guy, ou allongée sur la table, en train de se faire lécher la chatte.
« Mais qu’est-ce qu’il m’arrive, se dit-elle, c’est n’importe quoi».
Mais c’est son corps qui commande, et un feu intense se consume dans son bas ventre. Elle n’en peut plus. Guy sent qu’elle va flancher. Il tente le tout pour le tout.

-Bon, dit-il, ce n’est pas le tout, mais il faut que j’y aille.
-A bon, déjà, répond-elle. Attends, les invités vont partir, Michel doit ramener ses parents. Il en a pour une bonne heure. Le temps de prendre une douche et je te rejoins au salon.

Guy la tiens sa victoire.
Effectivement, les invités s’en vont vers dix huit heures, et Michel ramène ses parents.
Francine va prendre une douche. Elle en profite pour peaufiner l’épilation de sa chatte, qu’elle n’avait pu faire le matin. Elle enfile un peignoir sans rien dessous, et rejoint Guy qui l’attend au salon, appuyé au bar.
Elle s’avance vers lui, ouvre son peignoir, le fait glisser au sol. Elle se retrouve entièrement nue, devant le meilleur pote de son mari. Guy la prend par la taille, caresse les hanches, palpe les fesses. Puis une main passe devant, entre les cuisses. Francine fléchit sur ses jambes, cambre sa croupe en arrière. Un doigt ouvre légèrement la fente, jusqu’au clitoris, qu’il commence à doigter. Francine passe ses bras autour du cou de Guy, pose sa tête au creux de son épaule. Elle sent son majeur tourner sur son petit bouton. Elle lâche un soupir, quand deux doigts pénètrent la chatte.

-Hum…hum…salaud…

Guy sent le souffle de Francine qui s’accélère dans son cou. Il sait qu’elle adore ce qu’il est en train de lui faire. Il se demande même si Michel arrive à la satisfaire au lit.

-Tu aimes quand on gratte ta petite chatte, sourit Guy, hein ?
-Oh oui j’aime…comme toutes les femmes…surtout quand s’est bien fait…et tu m’as l’air d’être un expert…

Francine se déhanche sur les doigts qui la branlent. D’une main plaquée sur ses fesses, Guy accompagne les mouvements. Francine essaie de retarder l’échéance, trop tard, elle atteint l’orgasme dans un puissant râle de plaisir.

-Ouah, tu vois que t’avais envie, dit Guy en portant ses doigts à sa bouche. Tu veux gouter ?
-Hum…salaud, qu’est-ce que tu me fais faire, dit-elle, tu me fais lécher ma mouille…

Pendant que la chatte de Francine évacue le surplus de cyprine, le majeur de Guy taquine la rosette, qui, sous la pression, commence à se dilater. Guy est surpris par le manque de réaction de Francine. Il enfonce son doigt dans le petit trou, et l’emmène, telle qu’elle, au salon. Il l’oblige à s’allonger sur la table basse, jambes écartées, pendant de chaque côté, dans le vide.
Ca y est, il le tient son fantasme. Il peut s’amuser avec la chatte de Francine. Sans un mot, il se penche sur elle, enfouie sa tête entre ses cuisses.

-Qu’est-ce que tu vas me faire, murmure-t-elle.
-Ce que j’ai dit. Je vais te bouffer la chatte.

Francine lâche un soupir, quand la langue lèche les lèvres intimes. Elle ferme les yeux, se prend les seins qu’elle maltraite, pince les bouts devenus extrêmement durs. La langue de Guy remonte vers le haut de la fente. Deux doigts décalottent le clitoris, qui disparait aussitôt, aspiré par les lèvres de Guy. Puis c’est au tour du majeur de finir le travail, en faisant des mouvements circulaires sur le petit organe. Il n’en faut pas plus pour que Francine atteigne l’orgasme, le deuxième, dans un hurlement de plaisir.

-Oh Guy, salaud…qu’est-ce que tu fais à ma petite chatte…ah…hou…hou…je jouis…oui…oh putain, que c’est bon…oui…

Guy se retire. Il n’a pas le temps de rattraper Francine, qui, prise de spasmes, tombe de la table. Elle se tord comme un ver sur la moquette, une main caressant et pénétrant sa chatte, une autre malaxant ses seins. Elle est hystérique.

-S’il te plait, baises moi…je t’en supplie, j’ai trop envie…
-Tiens, tu me supplie de te baiser. Mais j’avais prévu pour le repas de l’année prochaine.
-Oh non Guy, ne me fais pas ça…s’il te plait, mets moi un coup de queue…
-Demande à ton mari quand il va rentrer.
-Non, c’est ta bite que je veux, elle est plus grosse que la sienne. Je ferai ce que tu voudras. Je te taillerai une pipe, tu pourras me baiser tant que tu veux…tu pourras même m’enculer si tu le désires. Tu seras le premier, mon mari n’a jamais eu droit à ça…s’il te plait Guy…
-N’importe quoi, sourit Guy. Tu ferais mieux de te reposer, tu as eu une rude journée.
-Non…reste s’il te plait…regarde dans l’état que je suis…Guy…Guy, je t’en supplie, mets moi un coup…Guy !!!

C’est vrai que Francine est dans un sale état. On dirait un serpent qui rampe sur la moquette, essayant de l’atteindre, pour lui mordre la queue.
Il s’aperçoit qu’il est allé trop loin, et qu’il lui doit bien une petite faveur. Mais il ne veut pas baiser la femme de son meilleur pote, mais simplement jouer avec elle.

-Ok, voila ce que je te propose. On fait un condensé de l’année dernière, et de cette année. Tu me taille une pipe, pendant que je branle la chatte. C’est un bon compromis.
-Enfoiré…c’est un compromis qui t’arranges…tu veux que je te taille une pipe, pour vider tes couilles dans ma bouche, c’est ça ? D’accord, tu ne me laisse pas le choix.

Guy tombe à genoux, la bite en érection. Sans hésiter, il l’a trempe dans la bouche de Francine, puis s’occupe de sa chatte, débordante de mouille. Dans l’état ou elle se trouve, il lui faut peu de temps pour jouir. Elle se cambre sur ses pieds, tend sa chatte aux doigts qui la branlent. Elle atteint l’orgasme, juste au moment ou Guy crache dans sa bouche. Elle avale tout.
Après avoir nettoyé le gland de son amant d’un jour, Francine se mets à genoux, le visage enfoui dans l’épaisse moquette. Dans cette position, elle offre une vue imprenable sur sa chatte et son petit trou. Guy ne peut résister, quitte à trahir son meilleur copain.
Il se place derrière, la bite entièrement décalottée et pénètre la chatte.

-Ah…ça y est…depuis que j’attendais ce moment. Vas-y mon chéri, fais toi plaisir, fais moi jouir encore…ouah, oh putain…ça c’est de la queue…ça fait du bien de sentir une autre queue que celle de son mari dans la chatte…surtout quand elle est plus travailleuse…
-Tu as raison, geint Guy, c’est bon de baiser la femme de son meilleur pote…surtout quand c’est une grosse salope…et elle dirait quoi si je l’enculais…hein…
-Vas-y, tu ne vois pas que j’attends que ça…vas-y, défonce moi le cul…je veux savoir.

Francine serre les dents quand la grosse bite de Guy dilate le petit trou. Mais petit à petit, elle accepte, ressent même un énorme plaisir. Elle fini par atteindre son énième orgasme.
Les amants se donner un baiser torride, juste quand Michel gare la voiture dans la cour.
Guy quitte la villa par la porte de service.
26 vote(s)


Vous avez aimé ce récit érotique ?


Commentaires du récit : Le repas de famille

Aucun commentaire
Pour poster un commentaire ou faire un signalement, vous devez être connecté !



Histoire précédente <<<
>>> Histoire suivante