PAGE D'ACCUEIL > Hétéro > Récit : Mise en concurrence 2

Mise en concurrence 2

+34

Lue : 3022 fois - Commentaire(s) : 2 - Histoire de LN78 postée le 02/02/2017
Cams coquines
Depuis la signature de ces trois nouveaux contrats avec une grande enseigne de la région, Jérôme me regarde d'un autre oeil. Il a bien essayé d'en savoir plus mais je n'ai rien laissé filtré.
Monsieur D. et lui ont eu une discussion au téléphone mais je ne crois pas qu'il ait eu le fin mot de l'histoire.

En tout cas le regard de mes collègues a bien changé depuis ce jour, autant dû à mon nouveau statut de meilleure vendeuse que par mes nouvelles tenues.
J'ai revu Monsieur D. et j'ai eu droit cette fois là aux honneurs de son bureau. Allongée dessus, il m'a prise sans ménagement, cuisses écartées et a joui sur mon ventre. Il m'a offert un très joli cadeau, une parure sexy et un joli bracelet mais surtout il a convaincu un de ses amis de passer commande.

Fière de ce nouveau contrat, je me suis empressée de le ramener à l'entreprise. Lorsque j'y suis arrivée, j'ai vu Estelle qui sortait du bureau de Jérôme. Elle reboutonnait discrètement son chemisier.
Je suis entré sans frapper dans le bureau pour une fois de plus le narguer avec ma commande. Lorsque j'ai poussé la porte, je l'ai surpris entrain de terminer de remettre sa chemise dans son pantalon...
- Bordel!! tu peux pas frapper avant d'entrer!!
- désolé je voulais te déposer ça...
- qu'est ce que c'est ?
- un nouveau contrat...
- quoi un nouveau contrat??

Il prit le contrat et le lut avec attention.
- je dois avouer que tu me surprends Carole... je ne sais pas si c'est grâce à tes nouvelles tenues mais tu décroches de belles commandes!!... mais... le grand patron m'a demandé de faire un choix, il y a une personne de trop dans l'équipe et... Estelle s'avère être une très bonne commerciale...
- et alors, je crois que j'ai fait mes preuves non?
- oui mais je la trouve plus impliquée et avec davantage l'esprit d'équipe...
- l'esprit d'équipe...??

Je compris ce qu'il voulait dire et revoyais les images d'Estelle puis de lui se rhabillant tout à l'heure...
- je vois ce que tu veux dire...

Je retournais à sa porte et fermais le verrou. Je dégrafais ma veste et commençais à déboulonner mon chemisier.
- qu'est ce que tu fais me demanda-t-il soudain inquiet
- et bien je vais te montrer à quel point j'ai l'esprit d'équipe.

Et j'enchaînais en faisant glisser au sol veste et chemisier. Il me regardait faire, l'air incrédule. Je défis mon soutien-gorge et libérais sous ses yeux ébahis mes seins lourds. Ma jupe suivie le reste de mes vêtements au sol et je me retrouvais nue devant lui.
Il était scotché à son fauteuil. Je fis le tour du bureau et le fis pivoter. Je me mis à genoux et dégrafais son pantalon. Il me regardait faire, sans réaction.
J'extirpais son sexe, qui lui avait réagi à mon effeuillage. Il ne bandait pas complètement mais rapidement entre mes doigts puis dans ma bouche, il trouva sa taille maximale!!
Jérôme commença à gémir sous mes coups de langues.
Il s'était agrippé aux accoudoirs et subissait ma fellation avec plaisir.
Je sentais sur son sexe l'odeur d'un préservatif.
Le sentant au bord de l'explosion, je me redressais et pris appuis avec mes avant-bras sur le bureau.
Je le regardais et me tapotais les fesses, l'invitant à venir derrière moi.
Il ne se fit pas prier et me pénétra sans autre préliminaire. Il prit son plaisir un peu égoïstement et se vida rapidement dans mon vagin.
Je me rhabillais et quittais son bureau, le laissant reprendre ses esprits !

J'avais semé le doute dans sa tête mais le reste de l'équipe semblait tout acquis à la petite nouvelle. Il fallait que je retourne la situation en ma faveur.
A l'heure du déjeuner, une bonne partie du personnel était parti manger tandis que je finissais de remplir des devis. Bastien passa la tête à ma porte.

- Tu ne manges pas Carole?
- euh non je dois absolument finir ça avant...
- J'allais me chercher un sandwich, tu veux que je t'en rapporte un?
- ah oui, ce serait gentil!!

Quelques minutes plus tard, il me déposa mon repas sur mon repas et s'assit dans la chaise à côté.

- ça te dérange pas si je m'installe là...?
- non je t'en prie!

Je finissais de taper mon devis tandis qu'il croquait dans son sandwich. Un dernier calcul et j'envoyais tout à mon client. Je pouvais à mon tour déjeuner.

- Merci, tu me diras combien je te dois?
- rien, je te l'offre...
- c'est gentil, merci!!
- On est pas très sympa avec toi depuis quelques temps, c'est pour me faire pardonner!
- y'a pas de mal, t'inquiètes... et puis c'est normal, la chaire fraîche ça plaît toujours davantage aux hommes qu'une vieille comme moi!!

J'avais dit ça en riant et ça le fit sourire.

- t'es loin d'être vieille et tu n'as rien à lui envier... surtout depuis que tu as changé ta façon de t'habiller...
- tu trouves... tu me préfères comme ça?
- carrément !!!
- t'es gentil.

Je le voyais jeter des coups d'oeil réguliers sur mes cuisses dévoilées par ma jupe et sur l'échancrure de mon chemisier.

- en plus en ce moment tu cartonnes pour les commandes, tu nous a tous mis dans le vent!!
- ça n'a pas l'air de convaincre Jérôme... la direction lui a demandé de se séparer de l'un de nous... la logique voudrait que ce soit Estelle qui vient d'être embaucher mais je crois qu'il a un petit faible pour elle...
- tu m'étonnes !!
- pourquoi tu dis ça?
- me dis pas que tu n'as pas vu comment il lui tourne autour... à mon avis, il a dû se passer quelque chose entre eux...
Je faisais la naïve...
- ha bon tu crois? j'avais plutôt l'impression qu'elle avait un ticket avec l'un de vous trois...
- bah pas moi en tout cas...!! dit-il d'un air déçu...

Je souriais, le voyant tout penaud.

- Elle a effectivement l'air d'une fille facile et je crains qu'il n'y ait que le train qui ne lui soit pas passé dessus...!!!
- ouais bah moi comme d'habitude j'étais dans le train!!!

On ria ensemble.

- et ta copine comment elle réagirait ?
- ma copine? quelle copine?? je suis un célibataire endurci moi !!
- ah bon ??
- oui libre comme l'air!!! bon bien sûr je ne suis pas contre une petite aventure de temps en temps mais je tiens à ma liberté !!
- ah oui...??

J'avais dit cela avec un ton plein de sous-entendus. Il me regarda avec un air surpris et interrogatif.
Pour lui confirmer ce qu'il imaginait, tournant mon siège face à lui, j'écartais légèrement les cuisses. Son regard plongea dedans. Il me regarda de nouveau droit dans les yeux et voyant mon petit sourire, il se rapprocha et posa sa main sur ma cuisse. Je le laissais faire, me concentrant sur la douce chaleur qui s'installait dans mon ventre.
Il posa sa seconde main et écarta plus largement mes cuisses, découvrant l'absence de sous-vêtement.

- wahou... bah dis donc Carole... je n'aurais jamais cru que...

Il se tût lorsque ses doigts entrèrent en contact avec mes petites lèvres. Il enfonça un doigt en moi, constatant la forte lubrification de mon vagin. Il devait également découvrir des restes de la semence de Jérôme. J'avais eu beau passer un bon moment aux toilettes pour éponger, ce cochon m'avait copieusement remplie!!

Bastien ressorti son doigt et le découvrit luisant de mouille. Il le porta à sa bouche et le lécha. C'était terriblement excitant.

Soudain des voix nous stoppèrent net dans notre élan et je resserrais rapidement mes jambes. Bastien se leva et quitta précipitamment mon bureau. Je l'entendis dans le couloir discuter avec Marc et Stéphane, mes deux autres collègues. Il repassa quelques minutes plus tard et me tendit un papier. Il repartit aussitôt.

Je dépliais le papier. Il y était écrit "Toilettes dans 5 minutes"

Je me levais, remis de l'ordre dans mes vêtements et partis comme si de rien vers les toilettes. Je rentrais dans celle des femmes et fermais le verrou. Quelques instants plus tard, il toqua à la porte. Je l'ouvris et il s'engouffra rapidement dedans.

Il se jeta sur moi et m'embrassa à pleine bouche. Ses mains se posèrent sur mes hanches et il tira ma jupe vers le haut, découvrant mes fesses. Je ne restais pas sans rien faire et en profitais pour extraire son sexe de son pantalon. C'était un joli membre, gonflé par le désir, avec un gland très volumineux. Je me laissais glisser à ses pieds et entrepris de le sucer. Des gouttes perlaient déjà au bout et je m'amusais avec ce sexe délicieux pendant quelques minutes. Je sentis qu'il n'en pouvait plus et il me fit me relever. Il m'embrassa de nouveau et pelota mes seins au travers du chemisier;

- montres moi me demanda-t-il autoritairement

Je dégrafais mes vêtements et laissais tomber mon soutien-gorge. Mes seins lui apparurent.

- wahou... quelle paire de nichons... putain ce que tu es bandante Carole!!!

Il me les embrassa, les malaxa. Il me plaqua contre le meuble du lavabo et me souleva légèrement. Je posais mes fesses sur le rebord froid. Il écarta mes cuisses et en se mettant sur la pointe des pieds, il présenta son sexe à l'entrée du mien. Il frotta son gland contre mes lèvres humides et s'enfonça lentement, jusqu'au fond. Il continuait de m'embrasser les seins et démarra alors de profonds vas-et-viens. Il me fit jouir rapidement, tellement la situation m'excitait. Je le sentais grossir encore mais il me demanda l'autorisation de jouir en moi.
Il se bloqua au fond de moi et ne bougea plus, je sentis les soubresauts de son membre ainsi que son sperme chaud qui s'écoulait.

Il se retira et se rhabilla rapidement avant de quitter la pièce. Il me lança un merci accompagné d'un large sourire et d'un clin d'oeil. Je m'essuyais le trop plein qui coulait entre mes cuisses et remis de l'ordre, une nouvelle fois dans ma tenue.

Je retournais ensuite dans mon bureau sous le regard amusé de Bastien, en pleine discussion avec Estelle.

Durant les jours suivants, je faisais marine un peu Jérôme qui revenait régulièrement à la charge, tentant de me peloter ou de m'embrasser. Je retrouvais malgré tout Bastien, une nouvelle fois dans les toilettes et une autre fois dans la salle des archives où il me prit allongé par terre, à grands coups de reins. J'aimais beaucoup faire l'amour avec lui car il était à la fois doux et très viril.

Un matin, Jérôme convoqua toute l'équipe. Une fois de plus, il me collait une pression de dingue devant mes collègues. Notre directeur lui avait passé un savon concernant les chiffres du mois dernier et il ne comprenait pas que nous soyons 5 pour 4 secteurs...
Jérôme devait donc se séparer d'un d'entre nous.

Je ressortis de la réunion désabusée et dégoûtée. Finalement, tout cela n'avait servi à rien et ce con risquait de me faire perdre mon job. Je décidais de prendre le taureau par les cornes et d'aller directement voir notre directeur.
Je montais à l'étage supérieur et frappais à la porte de notre dirigeant. Monsieur X. est un patron très sympa mais que nous ne voyons pas souvent. Il gère souvent ses affaires à distance et s'entoure de collaborateurs prenant les décisions à sa place. Il fut surpris de me voir. Nous nous connaissons depuis de nombreuses années et c'est la première fois que je poussais la porte de son bureau.

- Bonjour Carole, quel plaisir de vous voir, entrez...

Il s'était levé et était venu à ma rencontre. Il me tendit une main ferme et chaleureuse.

- Asseyez vous Carole, que puis je faire pour vous?

Je lui expliquais la situation actuelle. L'arrivée d'Estelle et la pression constante de Jérôme. Il en fut très surpris et me dit qu'il allait immédiatement convoqué mon responsable pour tirer cela au clair.

- Vous savez que j'aime mon travail et que je le fais le mieux possible... Estelle semble également très investi et douée pour ce travail... je ne voudrais pas qu'elle ait des soucis par ma faute...
- Je comprends... écoutez, je vais la convoquer et discuter un peu avec elle. Je verrais ensuite Jérôme et vous donnerais mon avis ensuite. Il est vrai que vos résultats ces derniers mois n'étaient pas bons et c'est moi qui ai demandé à Jérôme de mettre un peu de concurrence au sein du groupe... Je fais le point et reviens rapidement vers vous.
- Merci Monsieur...
- au fait, Carole, je trouve que vous embellissez avec l'âge... quelque chose à changer chez vous et ça vous va fort bien!!
- Merci Monsieur, c'est très gentil...

Je repartais à mes dossiers sous l'oeil noir de Jérôme qui m'avait vu redescendre.

Estelle monta à son tour quelques minutes plus tard et je ne la vis redescendre qu'une bonne trentaine de minutes plus tard. Jérôme s'empressa de la questionner mais il n'eut pas beaucoup d'infos.

Quelques instants plus tard, notre directeur vint dans notre service. Il en fit le tour pour saluer tout le monde et entra dans le bureau de Jérôme. Une discussion houleuse démarra alors et 5 minutes plus tard, il sortit. Il nous invita dans la salle de réunion.

- Bien, je ne vais pas être long. Je vous annonce que Jérôme va quitter l'entreprise.
Il me regarda.
- J'ai choisi Carole pour le remplacer. Estelle reprendra son secteur. Voilà c'est tout. Je compte sur vous pour ne pas me décevoir. Les résultats de nos derniers produits sont en augmentation constante, continuez sur cette voie mais il ne faut pas oublier nos produits phares!! Carole, vous passerez dans mon bureau.

Il nous salua et immédiatement, nous nous regardâmes tous interloqués par ce qui venait de se passer. Estelle se jeta à mon cou et me remercia. Elle savait que je l'avais défendu face au directeur et elle appréciait énormément mon geste.

Je montais quelques instants plus tard voir Monsieur X. Il m'invita à m'asseoir. Je commençais par le remercier.
- C'est normal Carole, vous êtes dans l'entreprise depuis un bon moment et je connais votre dévouement à son bon fonctionnement. Je sais que vous avez toujours mis tout en oeuvre pour obtenir des contrats et que malgré votre petit passage à vide l'an dernier suite à vos problèmes de couple, vous avez su rebondir et faire ce qu'il fallait pour décrocher de nouveaux contrats. Ce n'est pas Monsieur D. qui va me contredire.
Il avait dit cela avec un large sourire et me voyant surprise, il continua.

- Vous l'ignoriez peut être mais Monsieur D. est un ami de longue date. Nous avons eu par le passé des différents et il s'était juré de ne jamais acheter des produits de chez nous. Vous vous doutez bien que lorsque j'ai vu passer ses commandes, j'ai été très surpris et je n'ai pu m'empêcher de chercher à en savoir plus...!!?

Je venais sûrement de changer de couleur tellement la gêne avait changé mon visage.

- Il m'a dit que vous étiez une employée dévouée et très persuasive... et surtout que vous n'aviez pas hésité à payer de votre personne pour obtenir ces contrats... j'ai d'abord été surpris mais lorsque je vous vois aujourd'hui, je le suis moins...!! J'ai également découvert que vous aviez également joué de vos charmes pour tenter de garder votre place auprès de Jérôme. Je suis surpris mais cela me montre à quel point vous tenez à ce travail et c'est très rassurant pour moi.
- je suis honteuse... vous devez vraiment me prendre pour une femme légère...??
- non pas du tout, je vous prends simplement pour une femme qui ne recule devant aucun obstacle et qui met toutes les chances de son côté pour arriver à ses fins...!! là où je suis un peu déçu...
Il laissa un moment de silence.
- oui dites moi?
- et bien c'est que vous ne m'ayez jamais proposé la même chose pour obtenir une augmentation!!!

Il rigola en le disant et je souris gênée et toujours honteuse de ce qu'il avait découvert.

- Je vous taquine. Vous voyez vous avez réussi à avoir une promotion sans aucune contrepartie!! maintenant on peut toujours négocier l'augmentation allant avec le poste!!!

Il eut un large sourire en disant cela et je compris de suite où il voulait en venir.

- de combien se chiffre cette augmentation?.. dis je malicieusement.
- et bien Jérôme touchait environ 500 € brut de plus que vous...
- 500 €... c'est effectivement une offre alléchante...

Il hocha la tête en signe d'approbation.

Je me levais et partis fermer le verrou de sa porte pour sa plus grande joie. Je me retournais face à lui et d'une façon très sensuelle, je débutais un lent effeuillage. Ma veste, mon top et ma jupe glissèrent rapidement vers le sol. Je n'avais pas mis de sous-vêtements ce matin, comme souvent ces derniers temps et il fut agréablement surpris de découvrir mon corps nu.
Il se leva et vint vers moi. Il me tourna autour, flattant ma croupe de la main, effleurant mes seins dont les tétons pointaient d'excitation.

- vous avez vraiment des atouts non négligeables me dit il en repoussant mes cheveux vers l'arrière, dégageant mes épaules.
- qu'est ce qu'il vous ferait plaisir lui demandais-je...
- je pense qu'une augmentation de 500 € mérite la totale me chuchota-t-il à l'oreille.
A ces mots, un frisson me parcourut.
Je me mis donc à genoux devant lui et dégrafais son pantalon. Son sexe gonflé déformait déjà son caleçon. Je l'en sortais et le caressais. Il avait une odeur bizarre et je me demandais un instant s'il n'avait pas eu récemment des rapports avec une autre femme. Je n'y pensais pas longtemps et me mis à le sucer goulûment.
Au bout de plusieurs minutes, je commençais à m'essouffler et décidais de me relever.

- positionnez vous là me dit-il en me montrant le bureau.

Je m'accoudais dessus et je le sentis se positionner derrière moi. Il frotta son sexe à l'entrée du mien et me pénétra d'un coup sec, m'arrachant un cri de surprise.
Il me pilonna durant de longues minutes. Il était très endurant malgré la 60aine passée. Son bas ventre claquait sur les fesses et il me secouait, faisant tomber les papiers qui traînaient sur son bureau.
Il sortit son sexe et le pointa plus haut entre mes fesses. Je me retournais et le repoussais légèrement de la main. La sodomie n'était pas trop mon truc, j'avais essayé une fois avec mon ex-mari et cela n'avait pas été concluant.
Il insista pourtant.

- je vous ai dis la totale, Carole... pensez à votre augmentation...

Je reposais ma main et le laissais pousser dans mon fondement. Son sexe entra millimètres par millimètres, me procurant une sensation de brûlure intense. Je sentais mon petit trou s'ouvrir sous la poussée. Il arriva enfin au fond, Il ne bougea pas afin de me permettre de m'habituer à la sensation. Il démarra ensuite de lent vas-et-viens. La sensation de brûlure disparut progressivement. Il se servait de ma mouille pour lubrifier son sexe et cela se mit à bien coulisser. Il se mit alors à se déchaîner et me sodomisa avec force. Je me mordais les lèvres pour ne pas hurler et dans une dernière poussée, il s'agrippa à mes hanches et se déversa en moi. Il jouit une petite quantité de sperme que mon rectum éjecta presque aussitôt. Il s'assit épuisé dans un fauteuil et me laissa reprendre mes esprits.
Mes fesses me faisaient mal et il sourit en me voyant boitiller.

- j'aime votre sens du sacrifice me lança-t-il en riant !!

Je lui souris avec un petit rictus qui trahissait mon léger inconfort...

- avec un peu d'entraînement, ça ira beaucoup mieux ajouta-t-il!!

Je ramassais mes affaires et après un long passage aux toilettes, je retrouvais mes collègues qui étaient entrain de saluer Jérôme.
Ce dernier me fusilla du regard.

- alors salope, t'es allée te faire baiser pour négocier ton nouveau poste!!

Il y avait de la méchanceté dans sa voix. Bastien le prit tout de suite par le bras et lui demanda de me faire des excuses.

- quand c'est toi qui baise c'est normal mais quand c'est les autres ça te dérange lui lança-t-il Faut être beau joueur, t'as joué et t'as perdu, basta!!

Le pauvre est reparti la queue entre les jambes et mes collègues m'ont regardé différemment à partir de ce moment là.

Désormais je dirige le service et j'organise régulièrement des réunions à mon domicile. L'équipe est plus soudée et j'ai découvert de nouveaux plaisirs dans les bras d'Estelle, de mes trois collègues masculins et de mon directeur... sans oublier quelques bons clients que je négocie au corps à corps!!!
34 vote(s)


Vous avez aimé ce récit érotique ?


Commentaires du récit : Mise en concurrence 2

Le 2017-02-07 18:02:28 par 3azouz
l'histoire est bien écrite les scènes sont décrites avec une telle beauté qu'il nous suffit juste de fermer les yeux pour imaginer le bon déroulement des actes!! Merci
Le 2017-02-02 19:13:01 par vieuxmec
bonsoir LN. Comme d'habitude très bon récit. Par contre pouvez vous me dire où trouver la première partie. Merci et bonne soirée
Pour poster un commentaire ou faire un signalement, vous devez être connecté !



Histoire précédente <<<
>>> Histoire suivante