PAGE D'ACCUEIL > Fantasmes > Récit : Mylène 1 - L'éducation débute par une bonne présentation

Mylène 1 - L'éducation débute par une bonne présentation

+149

Lecture : 5594 fois - Commentaire(s) : 0 - Histoire de Sammy postée le 26/06/2017
Cams coquines
Tout débuta lors d’un banal repas de famille entre mes beaux-parents, ma femme et moi, l’un de ses oncles, sa femme et sa fille. Pour faire simple, j’accepte de rendre service à la jeune demoiselle trop timide pour me demander de l’aide pour l’installation de son nouveau pc qu’elle vient de s’acheter dans la semaine. Elle y a pensé depuis longtemps mais ne s’était pas encore décidé avant aujourd’hui justement. Il faut dire qu’elle est charmante et que j’y vois l’occasion de faire plus ample connaissance avec sa mère. Pourtant, je suis loin de m’imaginer la suite…
La porte s’ouvre alors que Lola, la femme espagnole de l’oncle de ma femme vient m’ouvrir. Elle me sourit et me fait immédiatement la bise à peine suis-je rentré. Je la regarde dans sa robe moulante noire assez courte un peu transparente où l’on peut apercevoir aisément ses gros seins maintenu par un soutien-gorge dont on devine les contours sous le tissu. Mylène, sa fille, et à côté d’elle et je lui fais aussi la bise en me penchant beaucoup moins car elle plus grande et svelte que sa mère. Les deux femmes, respectivement 1m60 et 1m75 environ, se retournent et je ne peux m’empêcher de reluquer leur cul respectif. Celui de Lola est plutôt imposant mais bien mis en valeur par sa robe et le petit string que l’on devine dessous. Alors que celui de Mylène est beaucoup mieux proportionné et plus rond que celui de sa mère. Le Jean taille basse qu’elle porte avec une brassière à manches longues et ce qu’il semble être aussi un string me permet aussi de l’admirer facilement. Ses seins semblent aussi plus ronds et ferme que ceux de sa mère. Cette dernière a de longs cheveux noirs qui lui arrivent dans le milieu de dos alors que la seconde possède une crinière bouclée rousse qui s’arrête aux épaules. Les couleurs de leurs yeux sont respectivement noirs et gris alors que la première est parfaitement maquillée et que l’autre pas du tout. Les deux portent des lunettes, métal et plastique. Elles ont aussi un tempérament très différente, la mère est chaleureuse et exubérante alors que la fille est plus timide et naïve. Toujours habillée comme un garçon, c’est la première fois que je vois Mylène habillée un peu plus « féminine ».
Je défais mes chaussures comme de coutume chez eux pendant que la fille se poste sur les premières marches de l’escalier. Lola me sourit et me dit de la suivre car sa chambre se trouve à l’étage. Je profite encore de la vue en montant et elle doit le sentir lorsque nous arrivons en haut me faisant un petit sourire alors que son visage est un peu rosé.
J’entre dans sa chambre, typiquement féminine ou je peux apercevoir une grande armoire avec un grand miroir central d’un côté et un bureau avec un petit fauteuil de l’autre où se trouve un petit canapé deux places juste à côté. Tout est très bien rangé et rien ne dépasse de la commode ou ailleurs. Je pose ma veste sur le lit et me dirige ensuite vers le siège du bureau ou je m’assoie. Elle s’installe dans le canapé sur le côté proche du petit meuble où se trouve un petit écran de télévision.
Je demande à Mylène si elle a sauvegardé tous les fichiers de son ancien PC qui est allumé devant moi et elle me répond que oui presque tout.
- Ah oui, dis-moi qu’est-ce qu’il manque ?
- Un dossier de photos pas très intéressantes.
- Ah bon, tu es sûre que tu ne veux pas les garder.
- Non non, elles sont moches.
- Ah ok. Tu es sûre ? Je peux les voir ? dis-je en lui souriant taquin.
- Heu oui si vous voulez me répond-elle surprise.
Elle me montre un répertoire sur le bureau à ouvrir et je ne peux que constater qu’au fil des années, elle n’a toujours pas réussi à me tutoyer Alors que je la connais depuis qu’elle est ado et qu’elle a maintenant 20 ans, deux fois moins que moi.
Je clique dessus et ouvre la première image où je peux la voir souriante dans l’une de ses tenues habituelles soit un jean, brassière et baskets. Je passe à la suivante puis aux autres et je la découvre dans différentes postures plus ou moins sexy pour celui qui considère un survêtement appétissant. Prenant la pose dans différents selfies sans doute fait dans cette pièce ou avec des camarades de classes dehors. J’arrête sans avoir tout vu alors qu’elle me dit :
- Je vous l’avais dit, c’est pas très jojo à regarder. C’était pour mon petit copain mais il m’a dit que je pouvais faire mieux.
- Ah ah. Oui disons qu’elles sont pas mal quand même, que tu es une très jolie fille mais que tu te mets pas toujours en valeur c’est tout.
- Ah oui vous trouvez ?
- Bien sûr, pourquoi pas toi ?
- Si si oui. Elle fait une petite moue disant le contraire en ajoutant : « Copier les sur votre clé, on sait jamais peut être que je les garderais. La mienne est pleine. »
- Ok on fait ça.
Je lance la copie et allume le nouveau PC à côté de l’autre pour commencer l’installation du système.
- Ça va prendre un petit moment tu sais.
- Oui oui je sais.
- Si tu veux faire quelque chose d’autre en attendant ne te gêne pas pour moi.
- Oui je vais voir. Mais franchement c’est vrai que vous me trouvez jolie ?
- Ben évidemment, enfin voyons, tes copains de fac doivent te le dire tous les jours !
- Non pas vraiment ils disent que je suis une grande perche qui sait pas s’habillée.
- Oui mais ça c’est parce qu’ils sont idiots et qu’ils ne te connaissent pas vraiment.
- En plus mon copain dit que je suis pas douée.
- Ah comment ça ?
J’éteins le vieux pc et enlève la clé à l’intérieur alors que l’installation se lance progressivement sur l’autre. Je la regarde les jambes pliées sur son ventre comme pour se protéger. Je pose ma main sur son genou pour la dissuader de m’en dire plus.
- Non je voulais dire pour le sexe. En disant cela elle baisse la tête en regardant vers le sol en rougissant d’un coup.
- Ah oui mais ça c’est rien, à ton âge c’est normal, comme tout le monde.
- Oui je sais maman m’a dit pareil, mais il m’a dit que si je ne changeais pas il irait voir ailleurs. Mais moi je ne lui ai pas dit qu’il avait un petit kiki qui avait pas beaucoup de jus.
J’essaie de me contrôler pour ne pas éclater de rire mais je la vois soudain aux bords des larmes et j’essaie de la rassurer en venant m’assoir près d’elle et en lui prenant la main alors que le pc continue sans que j’ai besoin d’intervenir.
- Non mais ne t’inquiète pas ma chérie (adoptant une attitude bienveillante). Il changera d’avis avec le temps. Tu fais quelques efforts et puis ça ira mieux hein ?
- Des efforts ? Comme de m’habiller plus comme les autres filles et de me maquiller un peu ?
- Oui voilà c’est ça !
Je me demande comment je peux me laisser embarquer dans cette conversation qu’elle aurait dû avoir avec sa mère plutôt qu’avec moi.
- Ah oui mais non, ça je sais pas faire !
- Demande à Lola je suis certain que ta mère sera ravie de faire du shopping avec toi et te montrer ce qui te rendrait plus « Femme ».
- On a déjà essayé mais je sais pas, j’aime pas trop comment s’habille maman. Et vous, vous en pensez quoi ?
- Je pense quoi de quoi ? ne sachant pas quoi répondre.
- Vous aimez les femmes qui portent quoi comme vêtements et comme sous-vêtements ? J’ai bien vu que Karen (ma femme) portait que des strings et des hauts talons avec des bas ou des trucs comme ça. Des jupes courtes ou des petits hauts sexy mais moi je peux pas m’habiller comme ça.
- Ah bon et pourquoi ça ?
- Je sais pas, y’a tellement de trucs différents...
- Ah ben tu vois que tu pourrais essayer. En plus je suis sûr que tu serais encore plus jolie avec. Imagine-toi plus tard, tu vas pas chercher du travail avec un jean ou un survêt ?
- Non mais ça c’est réglé, je vais être infirmière.
- Ah bah tu vois, elles portent des petits dessous sexy sous leurs blouses ! dis-je sur le ton de la plaisanterie.
- M’oui c’est vrai, mes copines à la fac ont aussi voulu faire du shopping pour me montrer des choses mais j’ose pas les trucs comme des guêpières ou des bustiers... répond-elle en rougissant un peu.
- Comment ça ?
- Aujourd’hui j’essaie de porter le string qu’on avait acheté ensemble, mais j’ai tout de suite vu tout à l’heure que vous aviez maté mon cul en arrivant, pas comme habitude.
- Ah si pourtant d’habitude je mate… enfin je veux dire… tu te fais des idées là je pense. Je commence à me sentir un poil gêné par cette discussion surréaliste.
- Vous aimé regarder mes fesses alors ?
- Heu oui, enfin non je veux dire... Je me sens soudain piégé par la question.
- Je demande ça parce que papa et maman disent souvent de vous que vous devez être un tombeur avec les femmes et que vous avez dû en charmer plus d’unes. En plus, « mam » a déjà dit à ses copines qu’elle ferait bien un tour en manège avec vous. Et moi je veux d’abord que ça soit moi.
- Hein quoi ? Non mais ça va pas. Ta mère est gentille mais je suis mariée.
- Et alors votre femme vous a déjà trompé non ?
- Comment le sais-tu ? Je comprends de suite qu’elle m’a encore piégé.
- Oh je l’ai entendu je sais plus moi. Et vous jamais ?
- Non mais où est le rapport avec toi ?
- J’ai envie que vous m’appreniez !
- Que je t’apprenne quoi ?
- Tout !
- Non mais sérieusement Mylène.
J’essaie de me remettre sur la chaise pour faire quelques clics pour continuer l’installation alors qu’elle prend une position plus détendue dans le canapé alors que la conversation dérape encore un peu plus.
- Mais je suis sérieuse. En plus vous êtes bien foutu quand même. Et puis je veux pas que ça soit maman d’abord…
- Non mais y’a pas de d’abord.
- …et moi j’avale. Mon copain a dit que c’était super ça !
- Hein quoi ? Je reste immobile quelques instant en la fixant incrédule sans trouver de réponse.
- Ben oui, j’aime le sperme et il parait que c’est bien chez une fille. Mes copines n’aiment pas toutes ça mais moi j’aime bien…
Je commence à comprendre que finalement je ne suis peut-être pas venue que pour le pc et que je suis dans une situation délicate prévue depuis le début. Il va peut-être falloir que je réagisse pour inverser la situation en ma faveur… alors qu’elle continue en me regardant toujours fixement, récitant presque un texte qu’elle a appris par cœur.
- La sodomie je sais pas, j’ai pas encore essayé mais certaines m’ont dit que ça faisait mal alors que d’autres trouvent que c’est le pied total, qu’il y a pas mieux. Et même si mon copain a un petit kiki…
Je me mets à éclater de rire nerveusement comme pour évacuer la tension, et me remettre les idées en place mais ça ne l’arrête pas et elle enchaine.
- Non mais sérieusement, j’ai pas encore essayé, vous voudriez me le faire ?
- Te le faire ?
- Oui vous savez, dans mes fesses. J’ai déjà entendu papa dire à ses potes de bières que Lola aime bien ça quand elle a bu un verre de trop…
- Ah oui, t’entend souvent des choses…
- Oui, j’aime bien les écouter discuter de sexe pour essayer d’en apprendre plus.
- Ah oui, vraiment, tu veux vraiment en savoir plus ?
- Oui pourquoi, mes copines en parlent tout le temps et moi je sais pas quoi dire parfois.
- Et en plus de les écouter, tu les as déjà vu faire l’amour papa/maman ?
- Ah je sais pas… Pourquoi ça vous intéresserais de savoir comment ils font ? Mam crie beaucoup parfois…
- Et moi qui croyais que t’étais une fille sage et travailleuse…
- Oui mais ça va être les vacances et à la rentrée je rentre dans mon école d’infirmières… Il est tant que j’apprenne. En plus si mon mec me quitte, mes copines vont encore me trouver trop nulle.
- Et tu penses vraiment que je pourrais être un bon professeur ?
- Ben franchement j’ai longtemps réfléchis à une solution pour m’aider et à en croire toutes mes cousines et mes tantes, elles disent toutes que vous devez être le meilleur coup de la famille !
- Ah oui carrément, je suis flatté. Franchement je me demande intérieurement si elle continue de jouer avec moi ou si elle est vraiment sincère.
- Et si je vous montrais mes gros lolos vous en pensez quoi ?
- Tes gros lolos ?
- Oui mon 95D. Alliant le geste à la parole elle se recule plus dans le canapé et commence à se toucher la poitrine à travers sa brassière. Maman fait que du 95C. En vrai, je veux dire car dans les autres photos que vous avez par regarder tout à l’heure je les montrais aussi…
Je la regarde perplexe me demandant si elle dit la vérité et que certaines des photos que j’ai raté étaient vraiment plus bandantes. Depuis quand elle a préparé tout ça. Elle semble sure d’elle et pourtant je ne la sens pas si rassurée, un peu rose des joues et le regard parfois fuyant.
- Et si justement ta mère montée là, tu lui dirais quoi ?
- Ah oui c’est vrai, j’avais pas pensé à ça.
Soudain je sens la première faille dans son plan et comprend qu’elle n’a pas peut-être pas tout prévu. Que la situation peut encore tournée. Je lui souris comme par défi cette fois-ci alors que je la vois se lever et se diriger vers la porte sur laquelle elle enclenche le verrou. Elle revient vers moi en enlevant sa brassière qu’elle jette sur son lit et se rassoit en face de moi tranquillement.
- Ah oui, tu étais sérieuse depuis tout à l’heure dis-je en faisant une grimace en regardant son soutien-gorge à armatures, simple et unicolore blanc. Ton soutif est pire que celui d’une vieille grande mère. Je la vois enfin piquer au vif et cette fois-ci c’est à son tour de rester muette. Enlève le ça vaudra mieux que de voir une horreur pareille !
Mon ton se fait plus sec pour l’occasion alors qu’elle semble pour la première fois gênée et prise au dépourvu. Elle décide donc de le dégrafer, pour ne pas perdre la face j’imagine, et le jette plus loin sur la moquette. Je reste quelques secondes sans rien dire en souriant, sa large poitrine lourde, ferme et superbement parallèle est superbe. Les taches de rousseurs et sa peau très laiteuse, que j’imagine d’une douceur extrême font immédiatement sont effet sur moi. Ses gros mamelons sont bien proportionnés et ses tétons sont très légèrement pointés. Je sens mon instinct animal prendre le dessus devant une telle perfection que je n’ai plus eu l’occasion de voir souvent ces dernières années.
- Effectivement c’est beaucoup mieux sans ton horrible soutif. Soupèse les un peu pour moi que je vois leur fermeté.
Elle s’exécute en baissant la tête et les prend en main pour me confirmer leur fermeté. Elle joue le jeu mais je sens son assurance plus perceptible alors que mon regard sur sa poitrine semble lui plaire. Je souris en ajoutant le regard plein de malice.
- Et il y avait aussi des photos de ton petit cul ce que j’ai pas vu tout à l’heure ?
- De mon p’tit cul ? Je… je ne souviens plus…. Je l’a sens hésitante d’un coup comprenant qu’elle n’a peut-être pas pesé pleinement dans quoi elle s’embarquée.
- Ben oui, si tu veux que je t’en apprenne plus, faut bien que tu commences par me montrer ton cul aussi non, tu ne crois pas ?
- Heu oui bien sûr… Mais et maman ?
Cette fois-ci je comprends que l’ascendant a peut-être changée et qu’il faut que je continue d’appuyer pour voir si elle voudra en rester là ou vraiment aller plus loin. Je ne peux plus reculer non plus.
- T’inquiète tu viens de fermer la porte. On l’entendra monter au cas où. De toute façon, si tu veux pas me le montrer, je vais regarder les photos qui sont sur ma clé et je serais fixé.
- Non non, c’est bon, je vais vous le montrer d’accord.
Mêlant le geste à la parole, je recule mon siège à roulettes pour lui laisser plus d’espace alors qu’elle ouvre son jean et se met debout en me tournant le dos. Elle hésite un instant alors que je déboutonne les deux premiers boutons de ma chemise sentant ma température corporelle augmentée. Je lui laisse quelques secondes supplémentaires pour se décider et finalement elle décide de baisser son pantalon progressivement laissant apparaitre ses fesses lisses et blanches, à la rondeur et à la fermeté quasi parfaite. Elle porte effectivement un string en coton blanc tout droit sorti d’un catalogue de la Redoute. Elle n’ose pas me regarder et dépose son jean au sol. Sans un mot, l’une de ses mains vient caresser la fesse ferme. Son autre main fait de même et elle me demande enfin :
- Alors mes fesses vous plaise Monsieur ?
Je reste étonné un instant qu’elle m’appelle ainsi sur le moment, même si elle doit avoir l’habitude dans ses stages en entreprise ou ses jobs d’été en tant que serveuse. J’approuve intérieurement mais lui répond à nouveau sur un ton cassant :
- Ton cul est splendide mais je suis sûre que ta vielle mère voudrait pas portait un string aussi moche !
Elle pousse un long soupir et se cambre un peu de côté vers moi pour prendre ma main dans la sienne. Elle hésite ne sachant réellement que faire avant de l’emmener vers la peau douce de sa fesse la plus proche de moi. Ma main d’homme fait immédiatement son effet sur elle alors que j’entends un petit gémissement de satisfaction sortir de sa bouche. Je souris en profitant de cette douceur qui augmente encore le désir qui monte dans le creux de mon pantalon. Je soupèse et malaxe sa fesse encore quelques seconde en essayant de l’ouvrir un peu pour me laisser en découvrir plus mais j’ai une autre idée en tête et je lui donne une petite claque de bas en haut qui lui laisse échappé un petit cri de surprise.
- Allez il est temps que t’enlève ton affreux string maintenant et que tu me montre ta petite foufounette !
Elle se raidit à nouveau et hésite devant le nouvel obstacle qui se présente à elle.
- Dépêche-toi. Et si tu veux que je t’apprenne, va surtout falloir que tu écoutes ce que je dis, sinon je vois pas comment tu pourrais apprendre ? C’est le moment ou jamais de te décider. Si ce que je vois de l’autre côté me plait, je suis prêt à t’apprendre tout ce que tu voudras mais je te laisse réfléchir deux secondes. À toi de voir ce que tu veux vraiment ma petite chérie.
Je tapote quelques petites choses sur le clavier et effectue quelques clics pour la laisser prendre sa décision et continuer l’installation lorsque soudain nous entendons tous deux du bruit dans l’escalier.
- Ah merde, rhabille-toi vite, ta mère monte.
Elle ramasse rapidement ces affaires et se dirige sur le côté de son lit de l’autre côté de la porte où Lola ne pourra pas la voir si elle essaie de rentrer. Je vais vers la porte que je déverrouille doucement pour ne pas éveiller les soupçons alors que la bosse dans mon pantalon est apparente. J’ouvre la porte en me mettant de biais et je vois alors Lola me sourire. Même ainsi j’ai du mal à cacher mon érection dans mon pantalon en toile et j’ai l’impression qu’elle le remarque. Je fais l’air de rien et elle me demande alors :
- Tout va bien ?
- Oui parfait.
- Ah bien, tant mieux, je sors faire quelques courses.
- Ok pas de problème, je ne sais pas si je serais là quand tu rentreras je n’en ai plus pour très longtemps je pense.
- Ah ok. Je la vois un peu déçue alors qu’elle commence à descendre les escaliers. Elle se retourne en criant « Mylène tu n’as besoin de rien ma chérie ? »
J’entends alors sa fille lui répondre en criant : « Non c’est bon Maman, Merci ! ».
Je lance un grand sourire à Lola qui semble poser un nouveau regard vers ma bosse et recommence à descendre en prenant son sac à main à côté de l’escalier. J’entends Mylène repassé derrière moi sur la pointe des pieds et je referme enfin la porte de soulagement me disant que cette histoire est finie. Je reste quelques seconde la tête baissée alors que j’entends la porte d’entrée s’ouvrir et se refermer, signe que Lola a quitté la maison.
Telle n’est pas ma surprise, lorsque je me retourne alors et que je vois Mylène sur le rebord du canapé immobile les bras croisés entre les jambes à moitié ouvertes, les seins encore à l’air. Je lui lance un regard noir interrogateur en me rapprochant d’elle et lui demande si elle a réfléchie pendant ce petit interlude.
- Oui j’ai réfléchie, et j’ai vraiment envie d’apprendre ! me dit-elle sans vraiment me regarder directement dans les yeux.
Je me rapproche pour voir si elle a enlevé son string depuis tout à l’heure et je remarque alors sa petite toison rousse qui est parfaitement entretenue en un petit ticket de métro tout à fait délicieux à l’œil. Je me remets dans le fauteuil en face du canapé.
- Hummm ok, on va commencer par une première leçon facile aujourd’hui et si je suis satisfait, je t’apprendrais tout ce qu’il y a savoir ma petite chérie. Ça te convient comme ça ?
- Oui oui je suis d’accord. Elle baisse les yeux en me répondant et je lui lance un regard noir et un large sourire de prédateur dont la proue a abdiquée.
- -Bien, okay, avant de commencer dis-moi si sur les photos qu’il y a sur ma clé je pourrais te voir toute nue en rentrant chez moi ?
- Non non je suis désolée, y’a que quelques photos de moi en petite tenue sur mon lit…
- C’est quoi que t’appelle en petite tenue ?
- En lingerie…
- Tu veux dire des trucs en coton affreux commandés sur les 3 suisses ?
- Heu… oui, oui…. Elle baisse la tête rouge de honte.
- Et tu crois que ça pourrait donner envie à ton homme de te faire l’amour ?
- Je ne sais pas.
- Putain je rêve. Tu te fous de moi ou quoi. Je fais semblant de m’emporter pour la voir réagir et elle met la tête entre les épaules comme pour se protéger un peu tremblotante.
- Bon finalement je pense qu’on va faire d’une pierre deux coup. Recule-toi bien au fond du canapé pour que je te vois mieux.
Elle s’exécute sans rien dire et se mets le dos bien droit alors qu’elle allonge ses jambes devant elle.
- Tu te masturbes souvent ?
- Je… Elle relève la tête surprise par la question.
- Moi, je me masturbe presque tous les jours et toi ?
- Je.. Oui moi aussi. En rougissant un peu.
- Tu te masturbes sous la douche, en regardant un porno ou devant ton homme ?
- Oui sous la douche et… un porno parfois…
- Mmmm ok, et t’aime regarder quoi comme porno ?
- Je sais pas trop.
- Comment ça tu sais pas ? Moi j’aime bien les gangbangs ou les douches de spermes par exemple. Et toi alors, qu’est ce qui t’excite la foufoune ?
- C’est vrai que le sperme… ou une fille attachée…. Elle se détend en me disant cela, s’imaginant déjà une scène
- Ah oui, mmm, ok. Et plusieurs hommes qui éjaculent à la suite dans la bouche d’une fille ?
- Humm oui, du jus d’hommes partout sur le visage ou dans la bouche.
- Oui exactement. Elle en a plus à avaler à la fois. Tu t’imagines comme ça parfois.
- Oui c’est vrai parfois… L’une de ses mains vient se poser sur son ventre et descend progressivement plus bas alors qu’elle commence à se détendre en me parlant. Je profite pour la regarder faire, voyant ses tétons commencer à germer au milieu de ses seins.
- Imagine des sexes d’hommes bien durs dans les mains de la fille à genoux, ou dans sa bouche.
Elle ferme à moitié les yeux alors que sa main commence à se toucher délicatement le clitoris ce qui lui provoque un petit gémissement.
- C’est ça, détend toi, écarte un peu les cuisses pour que ça soit plus simple pour toi.
Elle fait ce que je dis et écarte lentement ses jambes à chacun de ses mouvements arrondis sur son petit bouton qui apparait davantage. Je la regarde faire en passant une main sur ma bosse qui commence à être à l’étroit dans son étui. J’en profite pour sortir mon téléphone d’une de mes poches et de le mettre sur silencieux complet pendant que je continue de lui parler de plus en plus grossièrement pour tester ses limites.
- Elles les pompent les uns après les autres et à la fin ils viennent tous décharger sur elle.
- Mmmm oui… Elle pousse quelques feulements en bougeant son bassin qui commence à la démanger.
- Plie un peu les jambes. Montre-moi un peu mieux ta fente ma petite chérie.
Elle s’exécute et replie les jambes de chaque côté me donnant maintenant une vue bien dégagée sur sa chatte où elle a posé un doigt pour en écarter un peu les lèvres. Elle baisse la tête sur le côté et ferme quasiment les yeux s’imaginant je ne sais où avec des sexes durs tout autour d’elle ou d’une pauvre fille sans défense. J’en profite pour activer l’appareil photo de mon portable et de faire un premier cliché. Je recommence quelques instants plus tard en me postant un peu plus sur le côté pour avoir un meilleur angle de vue.
- Oui, continue, ça fait du bien de se masturber hein ? Dis-je sur un ton un plus sec alors qu’elle ne dit rien et s’active encore sur son clitoris de plus en plus vite lui laissant échapper plusieurs gémissements successifs.
- Tu l’imagine la fille avec de la bave qui coule sur ses seins à chaque fois qu’elle change de sexe en bouche. Ou quand elle essaie d’en prendre deux en même temps.
Je me mets debout et déclenche une autre photo alors que ses tétons sont maintenant bien visibles aux milieux de ses gros mamelons très clairs. Je pose mon appareil un instant et commence à défaire mon pantalon et mon caleçon que je laisse tomber à mes pieds avant de les pousser avec sur le côté. Mon sexe est tendu et je ne suis pas peu fier de dire que j’ai un membre plutôt long et épais qui fait souvent des jaloux dans les douches communes de la salle de sport ou qui effraie les différents conquêtes que j’ai eu au fil des années. En plus, ma femme me le rase régulièrement pour être toujours le plus hygiéniques pour une bonne fellation.
- Ouvre les yeux ma petite chérie et dis-moi si ça te plait.
Elle relève alors la tête et je vois immédiatement à sa moue qu’elle semble apprécier mon engin. Son regard s’illumine.
- Tu penses que tu aimeras qu’il t’apprenne des choses lui aussi ?
- Ohhhh.. ; Oui… Il est beaucoup plus gros que celui de mon copain.
- Hummm bien, on verra ça plus tard pour l’instant je veux que tu te mettes un petit doigt dans la fente en refermant les yeux.
Je me masturbe en disant cela et je vois que sa fente est de plus en plus luisante entre ses jambes. Elle se fourre un doigt doucement et pousse un petit cri en l’agitant en elle. Je me branle devant le spectacle qui s’offre à moi et reprend mon téléphone d’une main. Je zoome sur son intimité et déclenche.
- Tu penses à quoi là ?
- À votre sexe…
- Seulement au mien ? T’en voudrais pas d’autres ?
- Humm je sais pas. Elle enfouit un peu sa tête plus basse comme pour ne pas me répondre alors qu’un second doigt s’est enfoncé dans sa petite chatte qui commence à se déformer progressivement.
- C’est bien ma petite chérie, on aura le temps d’en reparler plus tard. Pour l’instant je veux que tu montres que tu sais excité un mec quand tu le veux vraiment. C’est important tu sais de lui donner envie pour qu’il te baise plus fort.
Je la sens de plus en plus réceptive à mes mots alors que son plaisir s’intensifie au même rythme que son bassin.
- Garde les yeux bien fermés d’accord. Tu les ouvriras que quand je te le dirais ok ?
- Heu… oui d’accord.
- C’est bien. J’aime quand tu te conduis comme une vraie femme ma petite chérie.
Je déclenche à nouveau mon téléphone alors que mon autre main vient tâter l’un de ses gros seins à l’opposé. Elle a un petit mouvement de surprise mais émets un petit gémissement de contentement lorsque je commence à le malaxer et à le tapoter un peu. Mes doigts descendent sur le téton durcit et commence à rouler autour. Je le pince un instant ce qui lui provoque un petit cri et recommence encore. Je tire un peu déçu mais la fermeté de son lolo est telle qui reste quasiment en place. Elle semble apprécier ce traitement en gémissant plus fort à mesure que je tire dessus. Je lui donne une petite claque sur le milieu de la cuisse en lui demandant d’écarter davantage pour moi. Elle ne dit rien et plie au maximum les jambes pour les écarter à fond pour moi.
- Tu es superbe ma petite chérie. Là tu me fais vraiment bander comme un âne. Le vue est encore mieux que la dernière fois que je t’ai vue en maillot de bain près de la piscine de tes parents l’été dernier. Tu m’excitais déjà mais là…. Hummmm…. T’aime t’exciter pour moi hein ? Je déclenche encore quelques clichés de près.
Elle apprécie mes compliments un peu obscènes et me répond par l’affirmative alors que je viens me poster à genoux devant elle sur le canapé ou la vue est imprenable sur sa fente qui a accepté un troisième doigt sans que je ne m’en sois rendu compte. Je fais encore deux petites photos et pose mon téléphone sur le côté du canapé.
Je prends ses jambes avec mes deux mains et la tire vers moi pour l’allonger. Elle ouvre les yeux un court moment en se laissant faire et je continue de la tirer vers moi pour avoir son orifice proche de mon visage. Elle retire ses doigts pour se tenir droite et je découvre sa fente très humide au clitoris bien visible au milieu des courts poils roux. Je lui prends la main et commence à lécher ses doigts délicatement pour gouter sa cyprine.
- Ton petit copain t’a déjà lécher le minou ma petite chérie ?
- Non pas beaucoup. Il préfère quand c’est moi qui s’occupe de lui.
- Ah oui, vraiment ? Il sait pas ce qui est bon ce petit con ! Elle esquisse un petit sourire en m’entendant dire ça. Alors que je la rapproche encore de mon visage. Et moi tu voudrais que je le lèche ?
- Mmmoui… je… Elle hésite à me le dire alors qu’elle doit sentir mon souffle chaud proche de sa vulve.
- Mmm ok, mais j’ai pas entendu ce que tu disais là ? Dis-je sur un ton autoritaire.
- Oui j’ai envie que vous me léchiez la choupinette. Dis t’elle d’une traite.
- La choupinette. Vraiment ? Ton copain l’appelle comme ça ? Je pose un doigt sur son clitoris pour la stimuler à me répondre.
- Non, il dit ma…. Je roule mon doigt de bas en haut plus vite en écartant ses lèvres avec les autres pour l’exciter davantage.
- Il dit quoi ma petite chérie ? Elle hésite encore avant de répondre.
- Ma fente ou mon trou souvent.
- Mmm ok, il te dit aussi des mots cochons quand vous faites l’amour ? Mes doigts accélèrent leur mouvement et je commence à lui mettre mon index dans son intimité. Elle gémit fort à chacun de mes mouvements alors que j’attends toujours sa réponse. Elle comprend et me l’a dit finalement.
- Oui parfois.
- Mmmm bien. Et tu aimes ça ?
- Je… hummmm.. oui ça depend.
- Ok si j’ai envie que ça soit ma petite chatte tu en dis quoi ! à ces mots je commence à lui lécher le clitoris avant de le prendre en bouche, elle gémit longuement avant de répondre par l’affirmative.
Je poursuis ma caresse buccale de la langue et retire mon doigt pour venir écarter sa fente plus avant. J’accélère ma succion et ma langue vient lui lécher l’ensemble goulument. Son bassin suit mes mouvements alors que je recommence plusieurs fois à la laper de bas en haut avidement. Ses gémissements se font de plus en plus fort à mesure alors que je lui aspire à nouveau le clitoris et le bord des lèvres qui l’entourent pour tirer dessus avec ma bouche et un peu mes dents par moments.
- Humm ta petite chatte est délicieuse ma chérie ! Tu aimes comme je te la mange là ?
- Mmmmm oui, j’aime. C’est bon.
Je la regarde un instant la bouche ouverte gémissante la langue un peu sortie les yeux fermés. Je lui crache sur la fente plusieurs fois avant de lécher à nouveau ses lèvres charnues. Ma main droite remonte sur son bassin puis vient donner plusieurs petites claques sur son sein ferme. Elle pousse de petits cris aigus à chaque fois.
- Tu aimes gouter ton petit jus intime ma chérie ?
- Oui j’aime aussi…. me répond-elle entre deux gémissements.
- Hummm parfait.
Je me relève en prenant appui sur le rebord et lui demande de s’allonger sur la longueur du canapé. Elle passe ses bras derrière sa tête en prenant position pliant l’une de ses jambes sur le canapé et l’autre au sol où elle rencontre mon téléphone. Je lui dis de faire attention et que j’en aurais encore besoin tout à l’heure. Elle s’excuse s’en vraiment comprendre de quoi il s’agit en se cambrant davantage comme pour compenser. Je reprends mon phone et ne peut m’empêcher de faire à nouveau un petit cliché rapide avant de le reposer dans la poche haute de ma chemise.
Je décide alors de poster ma main sur ses poils pubiens avant de descendre plus bas. Je fais plusieurs va-et-vient de haut en bas avec ma main entière alors que je sens son excitation atteindre un nouveau niveau d’intensité. Je descends encore plus bas pour passer dans sa raie des fesses et sans que je lui aie demandé elle soulève son bassin pour mieux sentir mes caresses. Je m’attarde un instant sur son petit trou pour la voir réagir et je remarque là encore qu’elle est très réactive et sensible. Je lui écarte un peu la raie avec mes doigts avant de remonter enfin vers sa vulve humide. J’y plonge un doigt aisément puis un second que je commence à bouger fortement sur ses parois internes.
Elle se laisse totalement submerger par son plaisir dorénavant et ses cris, ses gémissements s’accélèrent à chacun de mes mouvements. Je change de doigt et vient lui planter mon pouce avec lequel j’accélère encore mes mouvements comme un forcené. Elle s’abandonne de plus en plus et je profite de sa bouche à moitié ouverte pour ressortir mon pouce et le planter dans sa bouche.
- Vas-y lèche le bien à fond.
Elle ne se fait pas prier pour le faire et roule sa langue avidement tout autour. Je le retire avant de recommencer l’opération plusieurs fois avec le même succès la sentant proche de la rupture.
- Oui goute bien ta petite chatte ma chérie avant que je te fasse jouir.
Elle redouble d’effort à mes mots car je viens faire la même chose avec deux puis trois de mes doigts qu’elle avale aussi avidement d’un côté comme de l’autre la faisant baver sur ses gros lolos qui gigotent à peine à chacun de mes mouvements.
- Ta première leçon est presque terminée ma petite chérie, je suis fière de toi. Avance un peu et mets-toi à quatre pattes maintenant. J’ai une dernière chose à faire avant que tu me montre comment tu jouis !
Totalement submergée par ses pulsions, elle se met rapidement dans la position que je viens de lui demander en baissant la tête entre les épaules. Je profite encore de l’occasion pour prendre quelques clichés en lui demandant de garder la pose pour moi, lui affirmant que j’adore la voir ainsi alors que je lui caresse le dos et les fesses entre chaque photo pour qu’elle ne se doute de rien. J’écarte ses fesses pour un dernier cliché et je me décide enfin à jouer avec mon pouce sur sa raie m’arrêtant par instant sur son petit trou que je découvre totalement hermétique. Elle est à nouveau très réceptive à mon doigt sur sa rondelle et je me décide à lui cracher dessus pour voir sa réaction. Elle me laisse faire alors que mon pouce s’amuse pour essayer de lui écarter l’anus. Je lui donne une petite tape sur chaque fesse en lui demandant d’écarter au maximum. Elle m’obéit et je lui plante alors deux doigts dans la fente. Je comprends qu’elle va bientôt jouir tellement son bassin bouge de lui-même sans que j’ai besoin de les bouger. Je lui en enfonce un troisième et crache à nouveau sur son anus pour essayer de forcer le passage avec mon pouce en même temps. Alors que ses va-et-vient s’accélèrent au rythme de ses cris devenus plus stridents, répétés, je bouge mon doigt sur ses parois annales et force aussi sur ma main pour la faire jouir. Je me branle un peu en même temps alors que moi aussi depuis tout à l’heure mon sexe me fait souffrir.
Je relâche mon sexe et attrape ses cheveux pour les tirer vers moi et lui relever la tête. Je lui ordonne alors :
- Allez vas y montre-moi comment tu jouis ma petite chérie. Ouvre les yeux et regarde-moi.
Forçant sur ma main d’un côté et tirant sur ses cheveux de l’autre, elle n’a de choix que de faire ce que lui dit et je peux voir ses pupilles briller intensément et sa bouche à moitié ouverte pendant que mes doigts essaient encore d’aller plus loin, plus fort en elle.
- Montre-moi chérie.
Soudain elle se crispe et les ondes électriques transpercent son bas ventre. Je la regarde gémir fortement alors que je relâche mon emprise sur ses cheveux et que ma main se fait moins pressante en elle. Elle est parcourue de plusieurs spasmes longs et intenses durant lesquelles elle pousse des petits hurlements aigus des plus agréables à mes oreilles. Je retire d’abord mon pouce de son cul puis mes autres doigts en lui faisant un large sourire.
Je me remets debout et lui demande de rester dans sa position.
- Tire la langue et ouvre grand la bouche.
Elle s’exécute sans broncher et je viens positionner mon sexe raid devant son visage.
- Pour finir je veux que tu goute mon jus d’homme.
Elle semble ravie de la nouvelle et baisse son regard sur mon chibre bien tendu que je recommence à branler fortement. Je viens lui planter mon pouce dans le bouche et elle l’avale avidement sachant qu’il y a encore à peine quelques secondes il bouger dans son fondement. J’apprécie son attitude et lui écarte encore davantage la bouche en lui plantant un autre doigt puis encore un avant de retirer mon pouce pour laisser place au troisième doigt encore humide de son jus intime. Là encore elle les lèches avidement avec quelques gémissements de satisfaction. Je les retire enfin lorsque je juge qu’ils sont totalement propres.
- Humm oui, très bien. Maintenant je vais te gicler dans la bouche. Tu veux ma petite chérie ?
- Ouiii j’en ai envie.
- Montre le moi petite salope ! dis-je d’un regard noir sur un ton d’ordre.
Une fois encore sa réaction est immédiate et sa bouche se rapproche encore de mon gland. Je n’en peux plus et le premier jet est expulsé de ma baguette pour se loger directement dans sa bouche. Je pousse plusieurs râles rauques alors que je continue de me branler pour accompagner les soubresauts de mon sexe crachant sa jouissance. Elle n’en rate pas une miette et ses lèvres font ventouses autour de ma queue. Je le lâche enfin pour l’aider à me finir alors que je lui maintiens le visage de ma main libre.
- Oh putain que c’est bon. Hummm oui salope avale tout mmmm….
Après plusieurs secondes, elle se décide enfin à libérer ma queue de son étreinte humide, non sans avoir déglutit plusieurs fois pour avaler mon foutre chaud.
D’un coup je me sens totalement vidé, crevé mais satisfaisait de la prestation convaincante que vient de me donner Mylène. Je l’imagine déjà un instant obéir à tous mes désirs et je lui offre un grand sourire en lui proposant mon avant-bras pour qu’elle puisse se remettre sur ses pieds. Telle une féline heureuse, elle vient se blottir contre mon torse en passant ses deux mains derrière mon dos. Je la regarde dans les yeux et vient finalement l’embrasser à pleine bouche. Nos langues roulent fougueusement l’une sur l’autre alors que mes mains agrippent fermement ses fesses fermes. Nous nous embrassons encore plusieurs secondes avant de nous séparer.
Je ramasse mon pantalon et mon boxer par terre et lui demande :
- Alors ma petite chérie tu as aimé ta première leçon ?
Son visage semble totalement métamorphosé depuis tout à l’air comme si elle venait enfin de découvrir le vrai plaisir. Totalement radieuse, elle me confirme sa joie en ramassant elle aussi ses vêtements.
- Tu es d’accord pour continuer à apprendre alors ?
- Oh oui, et vous Monsieur ?
- Oui même si tout n’a pas été parfait tu t’en ai très bien sortie et un marché est un marché. Il faudra changer quelques trucs avant ta seconde leçon mais j’ai très envie que tu sois ma petite chérie à moi.
- Ah merci, je suis contente.
- Bon je sais pas quand ce sera mais d’ici là tu dis à ton petit enfoiré de copain que tu veux faire un petit break pour réfléchir ok ?
- Ah oui.. . Je… D’accord.
- J’ai pas dit de rompre mais pour le moment tu lui dis que tu as besoin de temps pour ta famille ou autre chose je m’en fous mais ta petite chatte et le reste sont à moi pour le moment ok ?
- Oui oui d’accord. Je ne la sens pas tant déçue que ça après ce qu’elle vient de vivre.
- Bon très bien. Donne-moi ton mail et ton numéro portable aussi que je les ajoute dans mon téléphone.
Elle me les donne et je les inscrits dans mes répertoires respectifs. J’en profite pour regarder les différents clichés que j’ai pris et en sélectionne un où elle me semble la plus coquine. Je lui envoie illico pour vérifier que j’ai bien ses bonnes coordonnées avec un petit smiley clin d’oeil.
Mon interrogation est vite répondue lorsque j’entends son appareil vibré sur son lit quelques secondes plus tard. Je finis alors de me rhabiller en scrutant sa réaction. Elle fait une petite grimace et rougis instantanément en se voyant dans une pose sans équivoque.
Avant qu’elle n’ait eu le temps de répondre ou de pianoter quoique ce soit sur son smartphone, je lui dis doucement :
- Ne t’inquiète pas, c’était juste pour te montre le type de photos que tu peux m’envoyer pour me faire bander si tu veux. Je les garde pour moi n’aie pas peur. L’essentiel commence par savoir se présenter comme il faut à un homme. Mais on en fera d’autres une prochaine fois. Tu veux bien ma petite chérie.
Elle semble à moitié rassurée mais me fait une petite moue pour me faire comprendre que tout va bien et qu’elle est d’accord. Je viens vers elle pour remettre ma veste après avoir vérifié que l’ordinateur a bien fini son installation. Je fais encore quelques manipulations sur la machine et elle en a profité pour se changer et passer un long t-shirt pyjama avec « Hello Kitty » que je trouve du meilleur goût. Je ne tiens pas à en discuter maintenant et lui dis qu’on reste en contact.
Je viens me poster derrière elle et l’enlace tendrement un instant avant de lui faire quelques petits bisous dans le cou qu’elle apprécie en gémissant doucement. Je lui souffle au creux de l’oreille :
- La prochaine fois tu apprendras comment on fait pour sucer parfaitement une belle queue d’accord, ma petite salope ?
- Hummmm ouiiii…
- Bien. Et je te promets de te garder un max de jus au frais.
- Hen merci.
Je ne résiste pas à passer une dernière fois ma main le long de son cul en remontant son t-shirt. Elle se cambre pour moi et m’embrasse langoureusement.
Je disparais ensuite rapidement en lui disant de prévenir sa mère que je repasserais bientôt et qu’elle doit aller faire du shopping pour ressembler à quelque chose la prochaine fois que je la vois.
Sur le chemin, du retour, alors que les idées se bousculent dans ma tête quand à savoir comment je vais bien pouvoir utiliser son corps parfait dans les semaines futures, je reçois déjà un sms de sa part :
« J’ai hâte d’être à la prochaine leçon Monsieur. Je suis heureuse que vous ayez accepté de faire mon éducation. J’ai déjà beaucoup appris aujourd’hui. Et je ferais tout pour ne pas vous décevoir. Mylène votre petite chérie. »

À Suivre….
149 vote(s)


Vous avez aimé ce récit érotique ?


Commentaires du récit : Mylène 1 - L'éducation débute par une bonne présentation

Aucun commentaire
Pour poster un commentaire ou faire un signalement, vous devez être connecté !



Histoire précédente <<<
>>> Histoire suivante