PAGE D'ACCUEIL > Hétéro > Récit : Nathalie, une maman gâteau 2

Nathalie, une maman gâteau 2

+16

Lecture : 1159 fois - Commentaire(s) : 0 - Histoire de CharivariBrains postée le 30/03/2018
Cams coquines
[Suite et fin de la leçon particulière donnée par Nathalie qui est une quadra que j'ai rencontré il y a quelques années ... comme toujours, même si certains passages sont un peu édulcorés, avec toujours une majorité de faits réels, elle reste une super Pâtissière ! Bonne lecture :)]

J'étais encore sous l'émotion et l'excitation de ce qui venait de se passer dans la cuisine de Nathalie. Partage entre la honte d'avoir été si rapide, et la fatigue due à mon orgasme. Je tentais tant bien que mal de gérer mon état, respirant fort, rouge, transpirant. Nathalie faisait de même, elle me regardait de ses yeux brumeux, son sourire en coin, ses petits tremblements me montrait qu'elle aussi avait apprécié ce moment. Elle venait de remettre de l’ordre dans la cuisine, toujours jonchée d'ustensiles, le plan de travail recouvert de farine, de petits éléments de décoration à muffins, d'accessoires bons à nettoyer.

N : "alors canaille ?! regarde-moi tout ce bazar ... un vrai petit cochon quand on fait la cuisine ! Hein !" Dit-elle en portant à sa bouche les quelques pépites de chocolat qui étaient sur le plan de travail

Elle commença à ranger sommairement, toujours nue sous son tablier désormais souillé, s'agitant face à moi qui n'osait pas dire grand-chose. D'un œil elle surveillait le four sur lequel je venais de la baiser sèchement. Rien que de la voir, je sentais mon excitation revenir, mon bas ventre me chatouillait de nouveau et elle, qui déambulait dans la cuisine. Comme si rien ne s'était passé. Je commençais à me rhabiller, gêné, lorsqu'elle se tourna vers moi.

N : "attends, tu ne vas pas partir ? Déjà ?! Je fais comment moi, pour finir mes muffins et cookies ?" Me questionna-t-elle avec un clin d'œil assuré.

E : "je euh ... si si Mme je je vais vous aider si"

N : "j'y compte bien ! Allez ... hâtons-nous je ne voudrai pas que Mel' arrive en plein milieu du cours de pâtisserie !"

Je souris nerveusement et sors les Muffins, je les dispose sur le plan de travail. Elle sort les accessoires de décoration, la poche à douille, la crème ... la voir s'agiter si proche de moi m'a redonné de la vigueur, je ne cherche même plus à cacher mon érection. Nathalie le voit, pose sa main sur le boxer tendu et me dit "ah, on peut attaquer ! En piste !" La professeure d'un jour se positionna face au plan de travail, jambes légèrement écartées. Derrière elle, je matais son cul ferme et gaine, il était évident que La course à pied lui faisait un cul d'enfer. Sans même me rendre compte, je me caressais légèrement en la regardant s'affairer.

N : "dis dont ... je vais tout faire seule ?!"

Je sortis de mes pensées pour venir en quelques instants la seconder.

N : "que t'ai-je dit avant de commencer ? De bien préparer ... et de ?!" Fit-elle en mettant la crème dans la poche à douille.

E : "de ... de goûter ?!" hésitais-je.

Elle acquiesça de la tête en se retournant vers moi, tout en montant sur le plan de travail, poussant les Muffins sur le côté. Elle posa le bout de la poche à douille sous le tablier qu'elle fit remonter de son autre main. Sa petit chatte, rasée avec un ticket de métro au-dessus du clitoris, était luisante, bien rose, un peu boursoufflée sûrement dû à son excitation. Avec un large sourire, elle poussa sur la poche et libéra une crème bleutée, épaisse et crémeuse qui recouvra ses lèvres. Elle termina par un petit tourbillon puis passa à ses seins qu'elle décora de la même façon. Nathalie me demanda d'approcher, et me saisit par les cheveux tout en se mordant les lèvres. Guidé, je dirigeai la bouche vers son intimité, je lapais la crème, en la soutenant du regard. J'arrivais rapidement à ses lèvres et sentait sa cyprine mélangée à la crème. Je pris alors à pleine bouche ses lèvres, aspirant jusqu'à son clitoris

N : "aaaaaah oui ... goûtes bien hummmmmm" gémissa-t-elle elle en appuyant ma tête contre elle

Je redoublais d'envie, elle se redressa et je finis par gober les deux pointes de crème sur ses tétons qui pointaient sans équivoque. Dans l'excitation, je saisis la poche à douille et retourne Nathalie sur le plan de travail. Naturellement et sans broncher, elle se mis à 4 pattes et se cambra. Je n'en revenais pas ! Pour une Maman elle avait un de ces cul ! Elle se laissa porter par mon initiative, toujours souriante.

N : "eh be ! Le jeune chef Pâtissier prend des initiatives ?! Tu me prends pour un Muffin ou quoi ?!"

E : "ah vous me disiez que ..."

N : "chuuuuuut vas-y ..."

J'écarta doucement ses genoux, ouvrant ses fesses, me laissant découvrir sa raie et une rondelle crispée. J'embrassais ses fesses, je les pétrissais.

E : "je vérifie le produit !" Dis-je en lui claquant la fesse fermement

N. : "hummmm faites dont jeune homme !"

Puis je mis la poche à douille sur sa rondelle, je fis un léger tourbillon avant de faire de même sur ses lèvres rosées. Je l'entendais soupirer, se cramponner au plan de travail. Je la goûtai à nouveau, lui faisant échapper un soupir profond. Ma langue lécha toute la crème ! Je finis en léchant de son vagin à son anus, pressant bien fort ses fesses.

E : "voilà ! C'est fait !"

Nathalie descendit du plan de travail et m'agrippa fermement la queue. De l'autre main, elle prit la crème et s'accroupit. Elle badigeonna ma verge qui était si tendue vers elle. Elle plaça ensuite ses mains sur mes hanches.

N : "à mon tour ..." dit-elle en avalant une grande partie de crème sur sa langue.

Elle commença par lécher la verge laissant une pointe de crème sur le gland. Elle finit par l'engloutir d'une traite, creusant ses joues et aspirant avec douceur, son regard plongé dans le mien. Elle goba tout, retira sa tête et me montra que sa bouche était bien vide.

N : "l'expérience ... jeune homme ... l'expérience" fit elle en se léchant les doigts du reste de la crème

Nathalie se redressa, se tourna et sorti les cookies du four qu'elle posa sur la gazinière.

N : "on va passer aux choses sérieuses ..."

Elle revint devant le plan de travail, et mis de la farine sur le plan de travail tout en listant ce qu'il lui fallait. Elle commença à faire un premier Muffin, puis un second qu'elle me montra.

N : "le cours vous intéresse toujours jeune homme ?" Ce à quoi je répondais avec un hochement de tête.

Je me plaçais ensuite derrière elle. Je reproduisis les gestes sous ses ordres, mais pas avec les muffins !

Je pris de la farine dans les mains et je la fessai, chaque fesse avait la marque de ma main, puis je passais à la poitrine.

N. : "voila ... préparer le terrain ! Ensuite je voulais mettre de la crème de myrtille dans les muffins, Comme ceci ..."

Elle injecta un peu de crème dans le Muffin ... je joignais le geste à la parole et après avoir lavé mes mains, je mis deux doigts en elle. La belle quadra sursauta en écarquillant les yeux.

N. : "on ... hummm ... on fourre correctement ... ouiii Comme hummm Ca hummmm continue ..."

Je m'appliquais doucement d'abord, mais sa chatte devenait si chaude et mouillée que j'accélérai le mouvement. Je mis alors trois puis quatre doigts ... les Muffins de Madame se faisait de moins en moins vite apparemment. Je léchais les abords de ses lèvres.

E : "je ne veux pas en mettre slurp slurp partout ... Madame"

N. : "charmante, attention ! Mais je crois que ce Muffin a du mal à se remplir ..." dit-elle en montant le genou sur le rebord de la table

Je retirais mes doigts pour placer le gland sur ses lèvres, je frottais lentement mon gland sur elle.

N. : "hummm je sens que cet accessoire la va être plus efficace !"

Je saisis la mère de famille par les hanches, puis je mis un coup sec qui lui arracha un gémissement roque et direct. Je continuais, d'abord en douceur puis j'accélérais ... plus fort tout en la cramponnant par les cheveux cette fois. Nathalie ne disait mot, au contraire elle se cambrait et m'offrait sa chatte. Ma queue allait et venait en elle. Le bruit était si régulier, en cadence. Je profitais de chaque instant, de ce que je voyais ou ressentais. Moi, baisant Nathalie, la mère de famille que tout le monde rêverait de démonter ! Comme dans le fantasme de tout jeunot ! Et c'est ma queue qui la faisait gémir ... ma queue dont elle redemandait.

L'excitation et la chaleur m'envahissaient de nouveau. Ses seins traînaient dans la farine, elle poussait sur le côté les Muffins en montant un peu plus sur la table. Je la soulevai par les deux cuisses, elle était en appui sur les avant-bras. J'accélérai. Lorsqu'elle lâcha un cri, puis un second qui résonnait dans la cuisine. Je redoublais d'envie en prenant bien garde de ne pas jouir trop vite.

N : "aaaaaah petit canaille ! Hummmmm secoue la, la mère de famille ouiiiiiii hummmmmm baise la !"

Nathalie se transformait. J'avoue que je n'étais pas peu fier de cette performance. Son cul ballotait si fort, ses membres tremblaient sous chaque coup de boutoir. Je pressais une de ses fesses, fermement lorsque je décidai de mettre le pouce contre sa rondelle.

N : "hummmmm vas-y ..." s’exclama-t-elle en écartant une de ses fesses avec sa main. Je profitai de ce moment pour introduire le pouce doucement "aaaaah ouuuuuh hummmmmm"

Je continuais encore quelques instants, réduisant la cadence car Nathalie hurlait de plus en plus fort et la fenêtre était ouverte. Je finis par me retirer, laissant la quadra reprendre son souffle.

N. : "je vois que les cours inspirent Monsieur !"

E : "ça oui ! Faut dire que vu sur quoi je travaille ..."

N : "j'ai encore sûrement quelques trucs à t'apprendre !"

E : "ah mais moi je ne demande que ça !"

Nathalie passa sa main sur sa chatte encore humide et se lécha les doigts. Elle fit de la place et monta sur le plan de travail pour s'allonger sur le dos. La tête dans le vide. Elle me fit passer derrière elle pencha la tête en arrière, ouvrant la bouche.

N : "baise moi la bouche Edouard ! Baise-moi !"

Je m’exécutai aussitôt. Je pris sa tête et la baisa, sans un mot, je la regardais subir les assauts. Ses seins pointaient. Je me courbai sur elle et monta sur le plan de travail, je mis quelques pépites de chocolat sur ses lèvres et commença à la lécher. J'improvisais un 69 qui ne semblait pas lui déplaire.

N : "bonne initiative jeune homme !"

Elle me suça si fort, que je dû me concentrer pour ne pas tout lâcher dans sa bouche. Enfin, après avoir repris le dessus, je me retirai. Sans un mot, je me plaçai désormais face à elle. Nathalie leva les jambes et les écarta tout en me fixant. Mon dard bien rose et gonfle était à ses ordres. Je commençai à m'avancer lorsqu'elle prit ses fesses à deux mains, les écarta.

N : "par le cul Edouard ! Baise-moi par le cul ..."

E : "bien ... Madame !"

N : "plus de Madame ... je suis ta Salope ! Edouard ... ta Salope qui veut que tu la baise par le cul !"

Je mis le gland entre ses fesses et ne tarda pas à pousser. Le gland rentrait doucement, il passa. Nathalie écarquilla les yeux, ouvrant la bouche qui lâchait un soupir d'excitation.

N : "tu aimes Ça ? Hein ?! Les salopes !" Dit-elle provocatrice

Je la tenais à ses hanches, ses seins ... je m'agrippais si fort qu'elle sentait mon excitation bien réelle.

E : "hummmm Mad ... Nathalie je hummmm oui hummmmmmm ah c'est bon, votre cul est si ... hummmm bon !" Dis-je en m'enfonçant dans l'orifice étroit.

N : "baise moi ouiiiiiiii hummmmm edouard ouiiiiii défonce moi, moi, ta belle salope !"

Je ne reconnaissais plus Nathalie mais elle m'excitait tellement que je la baisais avec beaucoup de rudesse. Je la tenais par ses hanches, je contemplais ses fesses rebondir sur mon bas ventre, je l'entendais gémir à chaque saillie et la vibration du choc parcourait tout son corps ... elle mordit son doigt, ses yeux embrumés par le plaisir me fixaient. Ses mains se posaient sur ses seins, puis ses fesses, ses hanches ... elle ne savait pas où les mettre. Elle se mit à trembler, se cramponna à la table. Quelques spasmes la traversaient, ses tétons étaient dressés je compris alors que j'étais en train de la faire jouir, dans sa cuisine. Je me retirai, puis je me précipitai sur sa vulve, gonflée, humide et pris en bouche sa petite chatte qui mouillait énormément ... cela a dû décupler son plaisir car elle lâcha un long râle ... tout en m'empoignant les cheveux

N : "hummm ouiiiiiiiiiiiiii ne bouge pas oui, lèches moi ... lèches moi bien, ouiiiiiiii ouuuuh continues aaaaaaaaah"

Elle me guida en frottant ma bouche contre sa chatte que je sentais tremblante, trempée. Je ne pouvais pas sortir un mot, trop occupé par la tâche que Nathalie me confiait. J'ajoutais aisément deux puis quatre doigts qui s'agitait dans la mère de famille alors que ma langue s'affairait sur son bouton d'amour.

N : "hummm ... une fois la pâte travaillée, mise au four, on va passer ... au dressage !" Dit-elle en me repoussant du plan de travail et en venant s'accroupir à côté des Muffins déjà confectionnés "on prend bien la poche à douille comme ceci !" Tout en prenant fermement ma queue entre ses doigts "puis on agite ! Fort !"

Nathalie se mit à me branler avec dextérité, détermination, son regard naviguait entre mon gland et mes yeux. Elle suçotait le bout de la queue par moment, tout en léchant la verge et les bourses avec vigueur. Je sentais la crème monter de plus en plus, mes sursauts et les râles incontrôlés trahissant mon excitation. Je me tenais à la table, contemplant la mère de mon amie d'enfance me pomper afin d'en récolter le nectar épais et chaud.

N : "allez oui, donne-moi cette crème jeune homme ! Un bon nappage tient toujours à une bonne crème ... épaisse ... chaude ... hummm oui ... donne-moi tout !"

C'est lorsque qu'elle ouvrit en grand la bouche que je sentais la fin proche ... elle frotta ses tétons sur mon gland ce qui fit jaillir la précieuse semence.

E : "aaaaaaaaaah hummmmm nathaaaaaliiiiiiie"

N : "hummmmmm ouiiiiiiii Edouard ouiiiiiiii aaaah ouuuuuuh ..."

Un jet épais jaillit pour s'écraser sur sa poitrine, un autre plus puissant alla se loger sur sa joue et son front. Nathalie recentra alors la verge et pris le troisième jet sur le haut des seins, elle dirigea le reste de ce sperme épais et chaud sur sa poitrine en l'étalant avec sa main. Elle me souriait tout en me masturbant doucement, faisant tomber les dernières gouttes sur elle. Elle prit en même temps un Muffin en main, croquant à pleines dents dedans.

N : "excellent ! Élève prometteur !"

Elle se saisit alors du tablier et essuya le sperme répandu sur son corps qui dégoulinait vers sa petite chatte encore trempée. Nathalie se releva et s’essuya sommairement avant de ranger, encore nue, les gâteaux et ustensiles de notre session pâtisserie. Je reprenais mes esprits dans mon coin et me rhabillais. La mère de famille se comportait comme si de rien n'était et se hâtait voyant l'heure tourner.

N : "si Mel' me croise comme ça et voit que je viens de me faire baiser par son pote ! Ça va être ma fête ... mais pas celle qui fait du bien !" Fit-elle dans un clin d'œil appuyé

E : "oh euh ne vous inquiétez pas je ... enfin j'avoue qu’après cette séance de pâtisserie je ... enfin je ne sais pas trop si ..."

N : "si tu viendras en refaire ? Moi je suis sûr que si !"

E : "faut dire que vous savez enseigner !" Dis-je en lui claquant les fesses

N : "et tu es très dévoué quand tu cuisines ..." dit-elle en me massant la queue à travers le pantalon "bon allez, moi j'ai encore des affaires à ranger et une douche à prendre, pas besoin de sentir la baise quand ma fille va débarquer ! Allez file ! Zou !"

Je pris mes affaires à une main et me hâte vers la sortie encore un peu abasourdi par ce qui vient de se passer.

N : "allez ! et je compte sur toi ... tu repasses durant tes quelques jours de vacances pour venir goûter les cookies et les Muffins hein ?"

Je souris en acquiesçant de la tête. Je partis sans me retourner, le sourire aux oreilles, me refaisant la scène dans la cuisine. C'est sur le chemin du retour chez moi que je croisai Mel' en voiture qui allait chez sa mère. Si elle avait su ce que nous avons fait dans la cuisine ...


FIN - Partie 2 (d’autres aventures de Nathalie viendront … Merci pour votre Lecture !)
16 vote(s)


Vous avez aimé ce récit érotique ?


Commentaires du récit : Nathalie, une maman gâteau 2

Aucun commentaire
Pour poster un commentaire ou faire un signalement, vous devez être connecté !



Histoire précédente <<<